Code de suivi Google

Manif à Genève contre le racisme, où va-t-on ?

Imprimer

Mardi 9 juin 2020, entre 10'000 et 12’000 personnes ont manifesté à Genève contre le racisme et les violences policières. Sur les banderoles, des slogans en anglais : « colour is not a crime », « no justice, no peace », « Black Lives Matter », « I can’t breath ». Mais, sur une photo, je repère une pancarte en français (enfin, apparemment…), qui vaut son pesant d’or : « la vie des noir.e.x.s compte » !

Que le meurtre de Georges Floyd ait ému le monde, c’est une saine réaction. En revanche, établir un parallélisme entre les Etats-Unis et la Suisse est grave. Aux USA, le racisme envers les noirs fait partie de l’ADN de ce pays. La guerre civile (1861-65) entre les états sécessionnistes esclavagistes et ceux de l’Union, fut déclenchée sur des différends politiques et sur la question de l’esclavage. Un siècle après l’abolition de l’esclavage, des états imposent encore des lois de ségrégation raciale entre blancs et noirs. A Montgomery (Alabama), Rosa Parks, qui refusa de céder sa place assise à un blanc dans un bus, fut incarcérée le 1er décembre 1955.

D’après un rapport de 2017 de la Ligue anti diffamation (ADL), le Ku klux Klan, organisation suprématiste blanche criminelle (née en 1865), reste implanté aux USA et serait actif dans 33 états. Le contexte des Etats-Unis diffère donc de celui de la Suisse.

Aux Etats-Unis, imprégnés d’une culture à la Rambo, les policiers ont un fort sentiment d’impunité. Les sheriffs d’ailleurs peuvent engager leurs adjoints sans que ces derniers aient à suivre une réelle formation.

Au contraire, en Suisse, pour entrer dans la police, le candidat doit avoir des prérequis, un certain profil psychologique et suivre une formation exigeante de deux ans. Si, dans notre pays, il y a des bavures policières et des flics qui dysfonctionnent, aux USA, c’est le système policier qui dysfonctionne d’autant plus aisément que le système pénitentiaire américain est souvent privé. Or, les entreprises qui gèrent ces prisons misent sur la rentabilité. Qui possède les actions de ces sociétés pénitentiaires ? En tout cas, une prison privée pour mineurs de Pennsylvanie a été reconnue coupable d’avoir versé, durant dix ans, des pots-de-vin de 2,8 millions de dollars à deux juges pour qu’ils condamnent 2000 enfants à des peines de prison pour des infractions insignifiantes voire inexistantes (in, Business & Human Rights). Rappelons aussi que l’Amérique a un des taux d’incarcération parmi les plus élevés du monde (700/100'000 habitants, en Suisse, 80/100'000), et que d’après des données du World Prison Brief, le nombre de détenus s’élevait, en 2016, à 2'145'100.

En Suisse, certes, il y a des racistes, mais pas de « racisme systémique ». Les préjugés circulent évidemment dans notre population (Cf. « Les malheurs d’Oprah Winfrey »). Toutefois, notre Constitution garantit l’égalité entre tous les citoyens. Jeter donc l’opprobre sur toute la police est inacceptable. Cela revient à se faire complice d’extrémistes qui veulent “casser du flic”, cliver la société pour faire naître de la haine et du racisme au sein de la population.

D’ailleurs militer contre le racisme ne prémunit pas contre le racisme ! A cet égard, la motion (M-1446) qui demandait plus de prévention « contre le racisme anti-Noir.e.s en Ville de Genève » a donné lieu à un débat piquant. Plaidant pour la création d’une association « spécialisée dans le racisme anti-Noir.e.s », la gauche voulait séparer les noirs, ne pas les mélanger aux autres, car d’après elle, la LICRA (qui s’occupe pourtant de toutes les formes de discrimination et de racisme) n’était pas compétente pour prendre en charge ce racisme anti-Noirs ! Durant ce débat, une conseillère municipale d’Ensemble à gauche affirma qu’à Genève « les Noirs sont stigmatisés surtout par la police » ! Comme je m’indignais de ces accusations envers la police, mon propos fut taxé de « bien-pensance blanche » !

Il n’est certes pas facile d’agir contre le racisme. Mais, ce n’est certainement pas en défilant dans les rues, en moralisant la société qu’on le diminuera. La littérature pourrait être un recours plus précieux ! A cet égard, le roman de Philipp Roth, « La tache », est vivifiant. Il débute sur un incident banal avec un doyen d’une université américaine, accusé d’avoir tenu un propos qui, dans la bouche d’un noir serait anodin, mais venant d’un blanc est raciste. Or, ce dernier préfèrera démissionner plutôt que de livrer son secret…

Enfin, pour revenir à la manifestation à la Place Neuve de mardi passé, ne risque-t-elle pas de produire des effets délétères (et peut-être des effets sanitaires catastrophiques) ? Tout d’abord, les organisateurs, débordés, n’ont pas réussi à faire respecter les règles sanitaires (pas de rassemblement de plus de 300 personnes !). Ensuite, le Conseil d’Etat, qui a autorisé cette manifestation, a donc enfreint l’ordonnance fédérale. Pire, le Président du gouvernement genevois a minimisé ce non respect de la loi, alors même que le texte fédéral prévoit, pour quiconque qui contreviendrait à ces interdictions, une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison !

Il est fort à parier que les restaurateurs, qui se soumettent à des règles sanitaires très contraignantes, qui impactent leur chiffre d’affaire déjà mis à mal par le COVID, apprécieront !

Enfin, comment accueillir cette moralisation de notre société, importée des USA, où des militants, qui hurlent contre la mondialisation et le coca-cola, n’hésitent pas à singer l’Amérique ? L’avenir nous dira si ces foules déchaînées (ouf ! la manifestation à Genève n’a pas dégénéré et le Grand Théâtre fut épargné !), qui déboulonnent des statues, arrachent les plaques des rues, nous préparent un monde plus juste. Mais, prétendre lutter contre le racisme et défiler avec des pancartes où est écrit  « ACAB » (acronyme anglais pour « all cops are bastards » qui signifie : tous les flics sont des bâtards !) me laisse perplexe ! Pourquoi tolérer ces insultes ? Le Ministère public ne devrait-il pas enquêter sur ces manifestants qui incitent à la haine ?

Nos policiers, qui exercent une profession dangereuse, ont droit, comme tout citoyen, au respect. En revanche, représentants de l’Etat, les policiers qui commettent des abus de pouvoir et des délits doivent être sévèrement condamnés. Or, des dérapages existent dans notre République. On se souvient de l’arrestation digne d’une mauvaise série noire américaine, dirigée par le procureur général Bertossa envers l’ex directeur de la Banque cantonale genevoise et d’un promoteur genevois (Cf. ici). Plus récemment, on a appris que Simon Brandt, qui n’est pas un criminel dangereux, fut arrêté par un escadron de policiers qui ont fait subir un traitement humiliant et inhumain à ce député, conseiller municipal et candidat au conseil administratif. Enfin, l’arrestation vers 17 heures, le 1er mai, du propriétaire du Soleil Rouge, fameuse vinothèque du boulevard Helvétique, interroge. Accusé de n’avoir pas respecté les règles sanitaires (fermeture des restaurants et pas plus de 5 personnes réunies), ce patron a tenté d’expliquer aux policiers que c’était une fête d’anniversaire privée qui ne réunissait pas plus de 5 personnes. Incompréhension, quiproquos, énervement ? Toujours est-il que les deux policiers municipaux ont appelé du renfort. Il y aurait eu 7 voitures de police et 20 policiers pour emmener ce commerçant, menotté, au poste. Malmené, il se serait évanoui et réveillé dans une cellule, en slip, pour n’être libéré que vers 2h du matin. Encore sous le choc de son arrestation, ce patron vient de recevoir une amende de presque 18'000.- francs qu’il est sommé de payer dans les 30 jours !

Il est certain que lorsque les genevois réalisent qu’il y a, dans notre République, de telles inégalités de traitement envers la population, qu’on peut se montrer tatillon envers un commerçant (qui aurait oublié de mettre sur sa porte l’écriteau « fête privée »), et que, de l’autre côté, des manifestants peuvent violer impunément les règles fédérales avec l’absolution même de nos autorités, ces mêmes genevois doivent avoir la rage au ventre. Cette dérive de notre société, qui admet deux poids, deux mesures, est inquiétante, car elle génère de la violence, du racisme et de la colère. 

 

 

Commentaires

  • Voici qui montre toute la lâcheté de nos autorités.
    Comme en France,

    ils sont forts avec les faibles, mais rampent comme des limaces face aux forts.
    Nous avons là une belle brochette de sinistres individus qui ne pensent qu'au pouvoir et se tapent du bien commun et de nos lois.

    Vivement le retour de Clint Eastwood.

  • Tout ce baratin pour permettre aux mafias de travailler librement partout dans nos rues!

  • Avez vous vu le licenciement de ce prof d'UCLA Gordon Klein, parce qu'il n'a pas voulut donner d'office leurs diplômes et sans exemens aux élèves noirs suite a l'affaire floyd! -Rampez c'est un ordre!!!

  • @ Dominique Degoumois
    En allant faire une recherche sur Gordon Klein, je lis dans Le Figaro sous
    https://www.lefigaro.fr/californie-un-professeur-de-ucla-suspendu-pour-avoir-refuse-de-favoriser-les-etudiants-noirs-dans-leur-notation-20200611
    que le professeur Klein a refusé d’adapter sa notation pour les étudiants noirs. Voici ce qu’on peut lire dans ce journal:
    « un groupe d'étudiants se définissant comme «non-Noirs, mais alliés» demande à Gordon Klein d'adapter sa notation pour les étudiants Noirs du cours de comptabilité, et de reculer les dates limite d'envoi de certains travaux. Répondant par e-mail, le professeur objecte qu'il lui serait difficile de modifier ses évaluations, n'ayant pas à «identifier» les élèves en fonction de leur race. Gordon Klein s'amuse également de la possibilité «d'étudiants métis, par exemple mi Noirs mi Asiatiques»: faut-il alors «une clémence totale, ou partielle?».
    J’ai toujours dit que le communautarisme avait des effets boomerang nocifs.

  • Excellent !!!

    Si je puis comprendre - sans les partager - les manifestations contre le racisme envers les Noirs - homme et femme confondus -, en revanche il ne faudrait pas oublier que certains et certaines habitants se posent en raciste envers les travailleurs étrangers et tout particulièrement ceux venant des anciens pays alors sous le joug de l'ex URSS.

    Lorsque les premiers saisonniers sont arrivés en Suisse, ils étaient logés dans des baraquements avec un minimum de confort dont certains vivaient tout près de l'aéroport et on ne doit pas non plus les oublier.

    Personne ne manifestait dans la rue ... où aurais-je la mémoire qui flanche ... j'me souviens plus très bien ... chantait Jeanne Moreau !

  • Les différences entre Genève et les USA sont évidentes, comme vous le dites si bien.

    Concernant la guerre civile américaine du 19e siècle dite aussi guerre de sécession, il serait utile de se rappeler de quelques éléments annexes importants.

    Actuellement, le parti démocrate se place plutôt dans le camp des manifestants pro-Floyd avec un candidat Joe Biden qui n'hésite pas à instrumentaliser politiquement cette question, en cachant scrupuleusement qu'au 19e siècle le même parti démocrate se plaçait plutôt du côté des Etats esclavagistes du Sud et les républicains de droite du côté des anti-esclavagiste du Nord. Quel étrange paradoxe,

    Il serait bien de souligner le fait que les Etats du Sud défendaient le système esclavagiste (favorable au libre-échange) et que ceux du Nord anti-esclavagistes soutenaient les intérêts industriels en étant résolument protectionnistes. Sans faire d'anachronisme, ce qui est toujours dangereux en matière historique, on pourrait avancer que Ronald Trump suit la tradition protectionniste des républicains du 19e siècle mais que Joe Biden est aux antipodes de ses ancêtres démocrates de la même époque.

  • Bonjour Mme Michèle Roullet,

    Vous avez parfaitement raison de vous indigner en disant: :"Manif à Genève contre le racisme, où va-t-on ?". On va un peu dans le mur car un équilibre très subtil aurait dû être respecté dans l étiquette à donner à de telle manifestation! Certes que l émotion mondiale que George Floyd a provoqué pourrait être une raison à de telle manifestation de SOLIDARITé mais Genève n est pas ni Chicago ni Minneapolis ni New York, faudrait-il le dire?

    Oui il y a peut être un petit peu de racisme chez chacun de nous, hélas et que nous devons le corriger mais il ne peut être nullement assimilé à celui des USA, il n y pas photo.

    Tout d abord si en Suisse il n y aurait qu un seul cas de Racisme parmi les 7.5 millions de population, c est déjà un cas de trop, dont acte.

    Objectivement-parlant, lisons ce communiqué de presse officiel d Avril 2020 publié chez nous sur ce sujet. (NB:Je l ai publié aussi chez un autre blog tdg confrère/chez M. Jacques Davier, dont acte):

    -------------------
    Un communiqué de presse de la Commission Fédérale contre le Racisme CFR publié en Avril 2020 parle de 352 cas de racisme en 2019 et qui ont été recensés par les Centres de Conseils concernés du CFR en Suisse..

    Statistiquement-parlant, ceci fait 50 cas par 1 million de la population suisse soit 0.005% tout en insistant qu un seul cas unique est déjà de trop, CQFD.
    --------------------------------

    Les motifs de ces discriminations sont : La xénophobie vient en tête ( 145 incidents), suivie par le racisme anti-Noirs (132 incidents cas) et l’hostilité à l’égard des personnes musulmanes (55 incidents). Enfin, le rapport fait état d’une augmentation significative des cas relevant de l’extrémisme de droite (36 cas).


    https://www.ekr.admin.ch/pdf/Medienmitteilung_Auswertungsbericht_2019_fr.pdf
    ---------------------------

    Bien à Vous Mme Michèle Roullet,
    Charles 05

  • Ou va-t-on ? Mais vers une criminalisation de plus en grande du racisme bien évidemment, et c`est tres bien ainsi ne croyez-vous pas ?

  • "Mais vers une criminalisation de plus en grande du racisme bien évidemment, et c`est tres bien ainsi ne croyez-vous pas ?" Pauvre JJ...
    Vous vous baladez dans la rue. Une personne vient dans votre direction pour visiblement s'adresser à vous ? La première chose que vous voyez, c'est qu'il s'agit d'une femme. Est-ce du sexisme ? C'est en tout cas son début. Ou c'est un homme, et la première chose que vous apercevez, c'est qu'il est Noir. Est-ce du racisme ? Bien sûr que oui. Après, personne ne vous oblige à traiter mal un Noir ou une femme. Mais nous sommes tous un peu sexistes (surtout les féministes, actuellement, qui mettent tous les hommes dans le même sac) et racistes (surtout les Noirs, actuellement, qui mettent tous les Blancs dans le même sac).

  • Jacques a dit : touchez-vous le nez !

  • Chère Marie A@ il ne faut pas tout confondre, et ne pas employer le mot racisme pour tout! Derrière vos critiques il y a un scandale qui s'appelle "le dumping salarial" qui tue l'emploie local au profit de l'emploie détaché! Nos routiers et nos livreurs qui ont en masse perdus leurs emploies au profit de travailleurs de l'Est, payés au tiers de nos salaires suisses! Est ce normal de mettre au chômage, de jeter dans la précarité une population locale? Et quel est le poids économique sur nos assurances sociales! On ne peut pas toujours dire que les suisses ne veulent pas faire tel ou tel travail, ce n'est pas vrai!

  • Allez voir sur youtube "Seine Saint-Denis le bus de la peur" où est le racisme, qui est raciste, et qui fait quoi?? Cette vidéo est sans appelle, elle nous montre qui tout le monde, quelque soit la couleur de sa peau, subit cet état de guerre civile!

  • Comme tout bon bolcheviquue, certains sont des adeptes de la criminalisation à outrance, tout juste sil ne faut pas interner le délinquant raciste. Je n'ai justement jamais compris pourquoi Martine Brunschwig-Graf était PLR, j'ai surtout le sentiment qu'elle a été aliénée par des idées de gauche, en particulier de cette riche bourgeoise qui a confondu lutte de classes et lutte de races

    https://youtu.be/3L-R23ZlM9k

    Croyez- vous que vous éradiquerez le racisme? Plus le législateur cherchera à le faire, plus vous en créerez, d'autant plus que nos élus nous imposent une immigration de masse.

    Mais gardons à l'esprit que ce mouvement nous vient des États-Unis. Si l'événement est tragique, il est bien de relativiser l'événement et qui mieux que des Américains issus de la "communauté noire" peuvent en parler? Bien sûr, notre presse préfère accuser les policiers blancs et Trump au travers de cette triste affaire plutôt que se renseigner.

    Voici donc une interview de Larry Elder, animateur de radio, qui, statistiques à l'appui montre que les policiers blancs ne sont pas les assassins que les affabulateurs laissent à penser et il explique pourquoi :

    https://www.dreuz.info/2020/06/11/larry-elder-citez-moi-un-seul-exemple-de-racisme/

    ainsi qu'une vidéo de Candace Owens, commentatrice politique de droite, qui, si elle condamne le meurtre de George Floyd, refuse de le voir en martyr.

    https://www.dreuz.info/2020/06/10/video-de-candace-owens-je-ne-soutiens-pas-g-floyd-et-je-refuse-de-le-voir-comme-un-martyr/

    Manifestement, il y a des forces occultes qui cherchent à provoquer des conflits inter-raciaux. Candace Owens voit derrière ces machinations, l'ombre satanique de...

  • @Géo (remarquez que je ne vous appelle pas "pauvre Géo") Tout est dans la maniere dont vous voyez qu`il s`agit d`une femme, d`un(une) Noir(e), d`un Juif, d`un Arabe, d`un Kosovar, etc... La maniere ou, si vous préférez, la connotation.

  • @ Géo
    Vous dirai-je ce qui se passe dans ma tête quand je vois une superbe femme de couleur s'approcher de moi dans le but évident de m'adresser la parole ?
    D'abord, inspiré par un célèbre prophète, je me dis: laissons-la venir à moi.
    Puis, toujours sous l'emprise de l'enseignement prodigué par ce prophète, l'un de ses commandements me revient à l'esprit et s'impose aussitôt à moi:
    «Aimez-nous les uns les autres». [...]

  • L'escalvagisme oriental a été deux fois plus grand que l'occidental.. Personne pour le rappeler à nos journalistes ? Personne pour rappeler que l'esclavagisme intra-africain est également répendu ?

    Vu le palmares de Georges Floyd ou du gang Traoré, si vous saviez comme je ne suis pas prêt de poser un genou et de m'en foutre royalement.

  • "Personne ne manifestait dans la rue ... où aurais-je la mémoire qui flanche"
    Votre mémoire se porte très bien, comme la mienne d'ailleurs, car je me souviens très bien de ces pavillons, restés en place longtemps après l'abolition du régime des saisonniers.
    Il est est vrai qu'à l'époque les manifestations étaient très exceptionnelles et que la majorité de la population ne s'émouvait guère de sort de ces gens, mais je me souviens aussi qu'il y avait aussi bien des personnes et des associations qui y étaient opposées.

  • Á l’époque, il n’y avait pas internet et les mouches contrairement à aujourd’hui n’éternuaient pas ....... Même les analphabètes deviennent des « érudits » plagiat oblige!

  • Petite mise au point et petit rappel historique en cette époque d'ignorance, d'aveuglement, de réécriture de l'histoire et de récupération d'une tragédie à des fins politiques:

    En 1868, le slogan du parti démocrate était:

    "This is a White Man's Country, Let White Men Rule"

    https://en.wikipedia.org/wiki/1868_Democratic_National_Convention

    De plus de nombreux démocrates font partie des fondateurs du KKK.

    Dans la courte vidéo suivante Hillary Clinton fait l'éloge funèbre de Robert C. Byrd, raciste notoire et chef local du KKK, qu'elle appelle son ami et mentor:

    https://www.youtube.com/watch?v=z0DbPnfpVus

    lire aussi "la part d'ombre" et "Déclarations controversées" au bas de sa page Wiki:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Byrd

    Voici certaines des déclarations abjectes de Robert Byrd, mentor tant admiré par Hillary Clinton:

    1) « Je souhaite de ne jamais me battre aux côtés d'un nègre. Plutôt mourir mille fois, et voir le drapeau américain piétiné dans la boue au point qu'il ne puisse plus être encore hissé, que voir ce pays bien-aimé se dégrader par une race de bâtards, une survivance du spécimen le plus noir des terres sauvages.

    Lettre de Robert Byrd au sénateur Theodore Bilbo du Mississippi (1945).

    2) « On a besoin du Klan aujourd'hui plus que jamais, et je désire voir sa renaissance ici en Virginie-Occidentale»

    3) « Il y a des niggers blancs. J'ai vu beaucoup de niggers blancs dans ma vie ; je vais utiliser ce mot»

    Interview à Fox News Channel, le 4 mars 2001. (Il est impossible de traduire parfaitement le mot anglais nigger mais il équivaut à « nègre » ; aux États-Unis, ce terme, autrefois courant, est aujourd'hui considéré comme péjoratif et particulièrement injurieux pour désigner un Noir. Byrd s'est excusé plus tard, et dit qu'il n'a voulu offenser personne.)

    Etrangement Hillary Clinton n'est pas attaquée pour avoir fait l'éloge de ce pathétique individu, ce qui montre bien toute l'hypocrisie des démocrates et leur récupération du meutre de G. Floyd à des fins politiques. Imaginez un seul instant si c'était D. Trump qui avait fait l'éloge de cet individu!

    Le démocrate George Wallace, fervent raciste fut élu gouverneur de l'Alabama en 1963 avec ce slogan :

    « Ségrégation maintenant, ségrégation demain, ségrégation pour toujours »

    et il reste à ce titre célèbre pour avoir tenté, le 11 juin 1963 d'empêcher les deux premiers étudiants noirs, Vivian Malone Jones et James Hood, d'entrer dans l'Université de l'Alabama, un évènement qui a connu un retentissement national:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Wallace

    Pete Buttigieg:

    "Vedette du début de la campagne et premier candidat de poids dans une élection présidentielle à se déclarer homosexuel, le jeune maire Pete Buttigieg a également dû se défendre des accusations de racisme dans sa ville de South Bend (Indiana), après la mort d’un Noir abattu par un policier blanc."

    Joe Biden, lui, s'est opposé à la politique publique qui permettait de transporter des enfants des quartiers noirs jusque dans des écoles à majorité blanche et comme chacun le sait un noir qui ne voterait pas pour lui n'est pas un noir!

    De plus, l'état du Minesotta est un état démocrate, le maire de Minneapolis également et le chef de la police de Minneapolis qui était sensé la réorganiser est noir et se nomme Medaria Arradondo, mais on ne les tient jamais comme responsables de quoi que ce soit.

    Quant aux collègues raciste de l'officier Chauvin, l'un est asiatique et l'autre noir comme on le voit clairement sur les videos!

    Chut il ne faut pas répéter tout ça car ça pourrait mettre à mal la récupération politique de cette tragédie par divers groupes d'ultra gauche financés par G. Soros et les démocrates!

    Eh oui la vérité fait mal, c'est bien pour cela que certains, dont nos "chers" médias préfèrent la cacher, car elle ne va pas dans le sens voulu par leur idéologie "bienpensante".

  • Vu à la TéVé de propagande européenne ... "PASSIF=RACISTE".

    Les anti-racistes viennent de désigner les passifs comme ennemis qui ne leur rapportent pas assez.

    La mafia a pris le pouvoir.

    Vous continuez à chanter la théorie de la dilution, de la distraction et de la confusion Madame Roullet ?


    La Chicago Tribune, que vous connaissez bien:

    Officials say Chicago police made coffee and popcorn in US Rep. Bobby Rush’s office while shopping plaza was being looted; Mayor Lori Lightfoot apologizes

    https://www.chicagotribune.com/politics/ct-chicago-police-looting-popcorn-20200611-je3afw3lxbhknicv37ijnncgkq-story.html

  • Pardon, je voulais bien sûr parler de la théorie LIBERALE.

  • " les Centres de Conseils concernés du CFR en Suisse" (Charles 05)


    Des centres aux financements et aux intérêts privés étrangers.

  • "Nos routiers et nos livreurs qui ont en masse perdus leurs emploies au profit de travailleurs de l'Est" (Dominique Degoumois)


    Mais qui défend nos murs, nos frontières et nos lois dans l'intérêt de ceux qui les ont construits pour avoir la paix et qui vivent dedans ?

  • @Arthur
    Très intéressante contribution. L'Amérique du pouvoir est telle qu'aucun des partis n'est capable de présenter des candidats intellectuellement et moralement à la hauteur d'une tâche, qui dépasserait le fait d'assurer la domination de leur pays par tous les moyens.
    Tout ce qui est dit, dans la déclaration fondatrice, aussi bien que dans les discours officiels, même celles qui ont pour tâche de justifier les guerres, parfois avec des références religieuses, ne sont que des mots pour le cacher et pour faire croire aux citoyens que leurs sacrifices ont une raison plus noble que le maintien au pouvoir des puissants et l'augmentation de sur fortune.
    Il en est d'ailleurs de même dans la plupart des autres pays, "démocratiques" ou non,

  • Vendredi soir à Dijon il y a eu un rassemblement d'hommes venus de toute la France, avec des rixes entre 2 populations d'origines différentes! Je vois que dans beaucoup d'articles on n'ose pas donner l'origine de ces personnes! Maghreb et Tchétchénie! Nous additionnons dans nos pays des populations très différentes qui ne sont pas compatible culturellement, c'est donc bien une bombe à retardement qui va nous exploser à la figure! Là où est le racisme, où sont les racistes???

  • @Chuck Jones,

    Je vous cite"" les Centres de Conseils concernés du CFR en Suisse" (Charles 05)" Des centres aux financements et aux intérêts privés étrangers"

    Je serais curieux de savoir si cela est vrai ou pas?
    SVP, avez-vous des doc ou des liens allant dans ce sens, si vous le voulez bien? Merci!

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • @ Dominique Degoumois,

    « Nous additionnons dans nos pays des populations très différentes », comme vous le dites ! C’est là où est le problème. Au nom du « vivre ensembles », du multiculturalisme, on ne demande plus aux populations étrangères de se plier à nos règles, à nos lois, à nos us et coutumes et à nos valeurs occidentales. On préfère les laisser entre eux (en France, dans des banlieues sordides… où le taux de chômage atteint des proportions délirantes et où la violence entre des groupes d’origine ethnique différente explose).
    Comme un cheval de Troie, nous sommes en train de mettre en péril nos démocraties. La Suisse, heureusement, a eu un peu plus d’attention pour que la mixité sociale puisse exister au sein de notre société en évitant de créer des poches communautaires où des caïds mènent leurs propres lois et sèment la terreur.
    Cette mouvance politique (de gauche !) qui ne croit plus en l’humanisme, qui veut cliver la société, jusqu’à séparer les hommes et les femmes (au nom du progrès selon Salerno !), et qui inverse toutes nos valeurs (les mâles blancs, hétéros, de 50 ans seraient tous des criminels ou des violents en puissance) est délétère et nous prépare un monde où la terreur n’a pas dit son dernier mot !

  • "Trafic de migrants les filières d'Europe de l'Est"! Sur youtube là tout est dit! Là qui est raciste???

  • Je souscris au commentaire de Mère-Grand et comme lui (puisqu'il s'agit d'un homme) je tire mon chapeau à Arthur parce que sa contribution est extrêmement bien documentée.

    Le malheur est qu'aux États-Unis, pour accéder à la Présidence il n'y a pas besoin d'être intelligent, d'avoir des principes moraux et de viser l'intérêt général; tout ce qu'il faut, c'est disposer d'une fortune colossale. J'ajouterai qu'il faut aussi ne pas craindre d'avoir recours au mensonge, à la dissimulation et aux belles promesses que l'on n'a pas l'intention de tenir ou que l'on n'est pas assuré de pouvoir tenir.

  • La mère cachée d'Obama est blanche!!! Qui les dit??? Lui en a honte!

  • Cher chuck@ je ne comprends rien à vos propos sur les routiers et les livreurs qui ont perdus leurs emplois???

    Personne ne défend nos frontières aujourd'hui, nous avons d'ailleurs aussi en Suisse des guerres entre mafieux ou gangs internationaux!!

  • Cher Monsieur Degoumois,

    Qu'est-ce qui distingue selon vous "nos routiers et nos livreurs" des "travilleurs de l'est" pour expliquer pourquoi ils ont perdu "leurs emploies" ?

    Quand vous parlez de "travailleurs de l'est", vous voulez bien sûr parler des travailleurs suisse de St.Gall, n'est-ce pas ?

  • Les différences entre Genève et les USA sont évidentes, comme vous le dites si bien.

    Concernant la guerre civile américaine du 19e siècle dite aussi guerre de sécession, il serait utile de se rappeler de quelques éléments annexes importants.

    Actuellement, le parti démocrate se place plutôt dans le camp des manifestants pro-Floyd avec un candidat Joe Biden qui n'hésite pas à instrumentaliser politiquement cette question, en cachant scrupuleusement qu'au 19e siècle le même parti démocrate se plaçait plutôt du côté des Etats esclavagistes du Sud et les républicains de droite du côté des anti-esclavagiste du Nord. Quel étrange paradoxe,

    Il serait bien de souligner le fait que les Etats du Sud défendaient le système esclavagiste (favorable au libre-échange) et que ceux du Nord anti-esclavagistes soutenaient les intérêts industriels en étant résolument protectionnistes. Sans faire d'anachronisme, ce qui est toujours dangereux en matière historique, on pourrait avancer que Ronald Trump suit la tradition protectionniste des républicains du 19e siècle mais que Joe Biden est aux antipodes de ses ancêtres démocrates de la même époque.

  • @Dominique Degoumois "La mère cachée d'Obama est blanche!!! Qui les dit??? Lui en a honte!"
    Oû est-ce que vous êtes allée chercher ça? Où avez-vous vu qu'il avait honte de sa mère? Vous allez encore poster un lien youtube en guise de réponse?

  • @ Mère-Grand et Mario,

    Merci beaucoup pour vos commentaires positifs. Je tenais simplmenet à montrer à quel point les nouvelles qu'on nous donne dans les médias sont presque toujours biaisées en faveur de l'auto-proclamé "camp du bien" dont font partie les démocrates. Il n'y a qu'à écouter la RTS, TF1, ou BFMTV pour s'en rendre compte aisément. Nos journalistes sont devenus de pathétiques propagandistes dignes des l'ex-URSS.

    Je vous conseille également de lire cet excellent billet qu'il ne faut manquer sous aucun prétexte, car il reflète pafaitement la triste et grave situation sur la grande majorité des campus américains rongés pas l'ultra gauche et où la liberté d'expresion est devenu quasi inexistante:

    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2020/06/13/black-lives-matter-la-lettre-d-un-professeur-de-berkeley.html

    J'en profite aussi pour corriger quelques "typos" dans le passage suivant de mon dernier post:

    "De plus, l'état du MiNNesoTa est un état démocrate, le maire de Minneapolis également et le chef de la police de Minneapolis qui était CENSÉ la réorganiser est noir et se nomme Medaria Arradondo, mais on ne les tient jamais comme responsables de quoi que ce soit.

    Quant aux collègues racisteS de l'officier Chauvin, l'un est asiatique et l'autre noir comme on le voit clairement sur les vidÉos!"

  • Bravo @Paul pour votre texte du lundi 15 à 12h06.

    Mon petit doigt comme vous peut être me dit que le "Oû est-ce que vous êtes allée ..." allée au féminin, pas mal du tout ...

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Dominique Dégoumois :)

    Vous n'avez pas tout-à-fait tort mais pas dans le sens que vous le pensez!

    http://www.slate.fr/lien/37165/ann-dunham-mere-obama

    Plus d'images pour La mère de Obama

    Ancien horaire oblige! Bonne nuit :)

  • Il y a quelques années j'ai visité la maison des esclaves à Gorée (Sénégal). Le guide nous a donné beaucoup d'indications mais n'a pas apprécié ma question : Qui livrait les noirs aux négriers ? Sa réponse était juste, les prisonniers noirs étaient livrés pas d'autres noirs au cour de guerres tribales. Je lui ai dit donc que, si il n'y avait pas de guerres tribales, il n'y aurait pas d'esclaves ! Sa réponse ? Foutez le camp !! J'ai vu juste !

Les commentaires sont fermés.