Code de suivi Google

Se mobiliser pour le deuxième tour des élections municipales

Imprimer

La politique, comme tout le reste, est touchée par le coronavirus. Les sessions parlementaires sont suspendues. Néanmoins, ce Covid-19 n’attaque pas tous les pans de nos existences ! De belles solidarités se créent. Des artistes offrent leurs créations sur des scènes virtuelles. Quant aux journalistes, ils débordent d’imagination pour continuer à présenter leurs émissions. Merci donc à toutes ces bonnes volontés dans les domaines de la santé, de l’approvisionnement en nourriture, du nettoyage, de la culture…

La vie politique, elle, poursuit ses débats sur des plateformes en ligne et ses annonces avec des tous ménages. A cet égard, le conseil fédéral a pris la sage décision de différer la votation populaire du 17 mai 2020, qui comportait trois objets majeurs (initiative populaire sur l’immigration, projets de lois sur la chasse et sur l’impôt) et pour lesquels aucun parti n’avait démarré sa campagne. En revanche, et fort heureusement, le Conseil d’Etat genevois a maintenu le deuxième tour des élections communales genevoises. Remettre ce deuxième tour en automne aurait mis les communes dans des problèmes indescriptibles. Enfin, le premier tour s’étant déroulé normalement, la population genevoise connaît non seulement les programmes des partis, mais également les candidats, puisqu’on retrouve les mêmes qu’au premier tour (avec quelques rares retraits !). Il est par conséquent facile pour la population de se forger son opinion pour voter en toute lucidité (pour autant que ce soit toujours la lucidité qui participe aux choix des électeurs…).

La prochaine législature s’annonce difficile. Avec l’alliance du PS et des Verts, la gauche en Ville de Genève est devenue majoritaire au niveau du délibératif et le sera certainement, le 5 avril, aussi au niveau de l’exécutif. A cet égard, on peut même craindre en Ville de Genève un gouvernement monocolore ! Pourtant, cette législature offrait une chance unique, avec quatre magistrats sortant, de reconquérir plusieurs sièges pour la droite. Seulement, pour cela, la droite devait nécessairement, et mathématiquement, faire une alliance élargie entre tous les partis de droite : les Verts libéraux (VL), le parti démocrate chrétien (PDC), le parti libéral radical (PLR), l’Union démocratique du centre (UDC) et le mouvement citoyen genevois (MCG).

Mais, une fois de plus, le PDC se désolidarise et fait bande à part, pensant, par de petits calculs électoralistes, mieux tirer son épingle du jeu. Toutefois, le jeu est risqué ! On se souvient que, pour les élections au Conseil des Etats, le PDC avait déjà piétiné l’alliance de l’Entente, et que sa présidence (désapprouvée par l’assemblée générale) avait même suggéré de partir sans le PLR. Cette envie du PDC de jouer solo avait évidemment nui aux deux candidats de l’Entente et ouvert une voie royale à la gauche…

On semble se diriger à nouveau dans le même scénario pour la Ville de Genève. Refuser de la part du PDC une alliance élargie, sous prétexte qu’il n’a pas de socle commun au niveau des valeurs avec l’UDC, ne tient pas la route dans les politiques communales. En effet, les décisions dans les communes sont moins affaire d’idéologie que de gestion concrète au niveau des finances et des projets à mener. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle une large alliance, en 2015, réunissant tous les partis de droite (PDC, PLR, UDC, MCG) avait pu être conclue au Municipal de Genève, avec grand succès.

Ne serait-il pas indécent que le plus grand parti de droite, le PLR, ne soit pas représenté au conseil administratif ? C’est pourquoi, il est absolument nécessaire que les Genevois se mobilisent au 2ème tour et je vous invite à voter Simon Brandt, qui sera un très bon conseiller administratif, très dévoué pour Genève.

Soyez très prudents avec la pandémie sans oublier toutefois votre devoir de citoyen !

 

Lien permanent Catégories : Actualités, Genève, politique 6 commentaires

Commentaires

  • Chère Madame,
    Vous me semblez bien optimiste! Nous sommes confinés, car un virus tueur nous menace. Nombreuses sont les personnes qui n'iront pas voter, car elles resteront chez elles plutôt que de prendre le risque d'aller à la poste. Le nombre d'abstention pourrait être très élevé, notamment chez les personnes âgées. Il pourrait même être apte à disqualifier ces élections, qu' il eût été sage de reporter... Bien à vous.

  • @ Jacques Davier
    Pour envoyer un bulletin de vote, nul besoin d’aller à la poste! Il y a suffisamment de boîtes postales. Quant aux personnes très âgées (entre 90 et 100 ans comme ma maman), et qui doivent absolument restées confinées chez elles, elles peuvent avoir envie de participer à la vie politique! Avec un peu d’entraide, des solutions peuvent être trouvées: si elles ont des soins à domicile (remettre leur bulletin à l’aide-soignant pour qu’il soit mis dans une boîte postale ou demander à un proche de venir prendre son bulletin déposé derrière sa porte.
    Peut-être y aura-t-il plus d’abstentions, les gens ayant d’autres soucis. Mais peut-être, des gens, étant à l’arrêt, auront-ils plus de disponibilité et même d’envie de voter.
    Différer ce deuxième tour aurait produit des difficultés inextricables.
    Des magistrats en poste actuellement, et qui ne sont plus candidats doivent-ils poursuivre leur mandat, rester maire alors qu’ils ont peut-être contracté un autre engagement professionnel et signé un contrat d’embauche ?

  • Le vote par correspondance aurait été la meilleure solution!

  • @ Patoucha,
    Mais il s’agit bien d’un vote par correspondance puisqu’aucun local de vote ne sera ouvert ! Toutefois, pour ceux qui n’auraient pas envoyé leur bulletin d’ici demain (mercredi 1er avril), il reste la solution de déposer leur bulletin dans la boîte du Service des votations, 25 route des Acacias selon les indications données par l’Etat, et que je vous transfère ci-dessous :

    • « AUCUN LOCAL DE VOTE ne sera ouvert le dimanche 5 avril 2020.
    • SEUL LE VOTE PAR CORRESPONDANCE SERA DISPONIBLE, qui est, pour rappel, entièrement gratuit. Vous pouvez déposer dans une boîte à lettres de La Poste votre vote jusqu'au mercredi 1er avril 2020 avant la dernière levée postale (horaires indiqués sur les boîtes à lettres de La Poste ou les offices postaux). Il parviendra à temps au service des votations et des élections (SVE).
    • Les électrices et électeurs qui n'auraient pas renvoyé leur enveloppe de vote d'ici au 1er avril 2020 pourront déposer leur enveloppe de vote scellée dans le bâtiment du service des votations et élections (au 25, route des Acacias) le jeudi 2 avril et vendredi 3 avril 2020 de 09h00 à 16h00 et exceptionnellement le samedi 4 avril 2020 de 9h00 à 16h00 et le dimanche 5 avril 2020 de 9h00 à 12h00. Des mesures organisationnelles seront prises sur place afin de garantir que les règles sanitaires prescrites sont respectées. »

  • Une minorité ne pourra pas voter parce qu'elle ne peut pas trouver une personne de confiance pour porter la lettre à la poste.

    Ce qui se joue est la validité d'une élection lorsque l'on sait pertinemment qu'une partie ne peuvent pas voter.
    Peux t'on se contenter d'une démocratie amputée d'une catégorie d'électeurs ? En temps normal, c'est non. Dans les cas de crises, à chacun son opinion.
    Dans ce cas de crise certains préfèrent une élection escamotée à une pleine démocratie. Je trouve malsain même si le résultat ne changerait pas. Une façon de dire que le vote des vieux ne valent rien.

    Du point de vue démocratique, cette élection n'est pas valide, elle l'est que pour des politiciens.

  • Simon Brandt, le Candidat d'une majorité silencieuse.

    J'appelle donc solennellement les Genevois qui hésitent encore, à voter pour Simon Brandt.
    N'étant pas du tout du bord de la droite genevoise et avec mon recul suffisant sur la vie politique genevoise et ses différents sérails, j'ai envie de dire à ceux qui sont tentés par l'abstentionnisme.
    de se mobiliser pour une fois et de voter pour Simon Brandt qui est le seul candidat à ne pas faire usage de démagogie durant toute cette campagne. Et je suis persuadée que la démagogie ne fait pas partie de sa nature.

    Tous les citoyens ont pu accéder à suffisamment d'informations par les interviewes des candidats, à leur CV, aux programmes des partis et à la possibilité, pour ceux qui l'ont désiré, de les 'interpeller directement sur leur blog respectif.
    En ces multiples occasions, il a été donné la possibilité d' évaluer leurs compétentes, leur sincérité et leur niveau de disponibilité comme celui de leur conscience face à la charge d'une Ville-Etat.

    Bien que de tradition de gauche voire communiste, j'ai pris beaucoup de recul sur les partis politiques des deux bords, je suis, aujourd'hui, comme n'importe quel citoyen lambda, profondément déçue par ces appareils qui vivent en vase clos, qui cultivent l'entre soi, le copinage, le mensonge délibéré ou par omission, le clientélisme et la langue de bois. Ils cultivent l'opacité!

    Il se trouve qu'un seul candidat ait le courage de vouloir s'y attaquer avec le sincère désir de servir tous les administrés de sa commune, c'est Simon Brandt.. C'est un homme d'ouverture, de dialogue et qui démontre qu'il est prêt à travailler avec toutes les sensibilités politiques, c'est pourquoi mon choix s'est porté sur ce candidat, parce que je sais qu'il se dédiera à traiter le fond des problèmes que nous rencontrons dans notre république, et le faire par dessus tous les clivages dogmatiques est un rare engagement, vouloir le faire, ressort d'une rare qualité d'homme, et de plus rare encore, pour un homme politique.

    Notre cité a besoin d'un politique, d'un gestionnaire rigoureux et scrupuleux qui tienne compte de la diversité des problèmes et des besoins. Elle n'a pas besoin de marchands de sommeil.

Les commentaires sont fermés.