Code de suivi Google

Bataille des rues : la résistance s’organise

Imprimer

Avec des autorités genevoises qui semblent toujours déterminées à effacer les noms de nos rues et à brader notre patrimoine, la résistance s’organise.

NE NOUS LAISSONS PAS FAIRE ! Partagez largement cette « Lettre ouverte » destinée au Conseil d’Etat de la République et Canton de Genève et récoltez le plus de signatures possible.

Frank Martin.pdf

 

Post-scriptum

Si dérisoires que puissent paraître les élections municipales du 15 mars 2020 face au combat que le monde entier mène contre le coronavirus, ne sous-estimez pas l’importance de ces élections pour nos communes qui renouvellent leurs parlements pour une durée de cinq ans. Si les compétences des conseils municipaux sont réduites, les décisions votées au sein de ces plénums ont des répercussions fort concrètes sur la vie de ceux qui habitent la commune ou y travaillent, tant au niveau de l’aménagement (construction de logements, d'infrastructures sportives, de pistes cyclables, d'écoles, de l'aménagement des places et de parcs...) qu’au niveau des prestations sociales et culturelles offertes à la population.

Le taux de participation aux élections municipales est actuellement très bas (moins de 30 %). S’il est trop tard pour voter par correspondance et si vous n’avez pas encore voté, il vous reste deux possibilités :

- apporter demain (samedi) avant 12h. votre enveloppe au Service des votations, 25 route des Acacias ;

- aller dans votre local de vote dimanche de 10 h. à midi.

Jugez de la manière dont les magistrats de gauche (quatre sur cinq !), en Ville de Genève, mènent une politique en se souciant moins du bien commun des habitants que de suivre leurs idéologies qui  les amènent à nous imposer des réformes stupides qui créent des fractures au sein de notre société et favorisent la violence. Ces élus de gauche justifient évidemment leurs actions au nom du « vivre ensemble » ! Voyez les derniers caprices de Mme Salerno, maire de Genève, qui remplace 250 panneaux de passages piétons avec des pictogrammes “genrés” (pour donner plus de visibilité aux femmes dans l’espace public !), et qui veut maintenant changer les noms des rues à Genève. Ces actions dévoilent bien l’insoutenable légèreté d’une gauche déconnectée des citoyens, et qui a renoncé depuis longtemps, enfermée qu’elle est dans ses schémas réducteurs, à défendre la classe moyenne. 

N’oubliez pas, si vous ne l'avez pas fait, d’aller encore voter ! Pour ma part, je ne peux que vous suggérer la liste PLR (n° 2) ! Mais, il est vrai, je suis partie prenante !!!

 

 

Commentaires

  • Excellent billet. Merci Madame. J'ai désormais diffusé votre message et la pétition sur de nombreux blogs de la TdG.

  • Excellent !!!

    hélas je ne puis vous aider ... et je croise les doigts pour tous les PLR !

    Bon week-end à toutes et tous :-)))

  • Autant j'apprécie votre emportement contre la stupidité agressive qui préside à ces changements de noms de rues, autant il est inutile de voir dans cette ridicule proposition autre chose que la coupable naïveté d'une partie embourgeoisée de la gauche. Le combat contre le sexisme dont une bonne partie de la droite, des mous aux rudes, ne fait pas une priorité, mérite autre chose que ces démonstrations de vanité que sont les gestes égoïstes et ostentatoires d'un Conseil Administratif en mal de reconnaissance suite à des malversations comptables qui ont fait l'actualité il y a peu. Ce combat contre les violences faites à l'encontre des femmes mérite autre chose de la gauche comme de la droite. Il s'agit d'un combat politique qui transcende les clivages de la convention et de l'idéologie. Il ne s'agit que d'humanisme, d'universalisme et d'honnêteté. Trois principes mis à rude épreuve en nos temps de tumulte et de confusion.

    Quant à l'insulte faite à Frank Martin, il ne s'agit là que de la mufflerie de personnalités politiques aucunement intéressées à la défense d'un patrimoine genevois que d'autres tentent courageusement de préserver, qu'il s'agisse d'art, d'artisanat, d'architecture ou de sciences. Et là aussi, droite et gauche se marchent sur la cravate. Pas un pour sauver l'autre.

    Temps troublés, actes dérisoires.

  • "Quant à l'insulte faite à Frank Martin" Un parfait inconnu pour les journalistes de notre radio nationale (entendu hier sauf erreur dans les Beaux Parleurs, émission de catéchisme bobo par excellence) et personne n'est intervenu pour contredire cette affirmation. La quasi-totalité des journalistes sont des quasi-incultes...

  • @ Otto Matthik
    Effectivement, ces gestes incultes sont bien des  « démonstrations de vanité que sont les gestes égoïstes et ostentatoires d'un Conseil Administratif en mal de reconnaissance suite à des malversations comptables », mais aussi le symptôme de personnes incapables de réflexion tant elles sont persuadées de brandir l’étendard de la modernité et de la vérité !

  • @ Géo
    Merci pour votre commentaire, mais je connais des journalistes érudits et mélomanes!

  • On peut connaître son nom ?

  • "mais je connais des journalistes érudits et mélomanes! " Il y a des exceptions à toutes les règles. Et je parie, sans vouloir vous vexer, que vos amis journalistes ne sont plus de première jeunesse. Autrefois, oui, il y avait d'excellents journalistes, très cultivés. Ce n'est plus le cas et vous n'avez qu'à écouter la Première de notre radio nationale pour vous en convaincre, très rapidement. Arrogance et prétention ne sont pas synonymes de culture.

  • @ Géo,
    Les conflits de générations... je m’en méfie (comme de la ségrégation entre hommes et femmes). Il y a des vieux cons et des jeunes cultivés, enthousiastes, remplis de courage et d’une soif d’apprendre!

  • Avec ce résultat des élections, c'est pour ainsi dire plié:

    Dans quelques mois vous aurez la Place du Cirque en... Place Greta Thunberg...

    Faudra bien ces quelques hectares pour le cirque réchauffiste à venir !

  • @ Petard,

    Effectivement avec un gauchisme qui enfle à Genève, on peut craindre de nouvelles actions ineptes !
    Pour Greta, il faudra qu’elle attende pour avoir une place ou une rue à Genève, puisque la règle est que la personne doit être décédée depuis 10 ans. D’ici là, avec les interdictions et les surrréglementations que les Verts ne manqueront pas de vouloir nous imposer, la population genevoise aura déchanté.

  • @ Michèle Roullet

    "...mais aussi le symptôme de personnes incapables de réflexion tant elles sont persuadées de brandir l’étendard de la modernité et de la vérité ! "

    Cabu, joyeux dessinateur français, assassiné en 2015 par des fondamentalistes musulmans avait affirmé :

    " Nous sommes du parti de ceux qui ne sont pas sûrs d'avoir raison. "

    Le principal obstacle à la survie à long terme de l'Humanité tient à l'incapacité de tant de systèmes éducatifs, de traditions sociales et d'idéologies politico-économiques à entrer dans cette forme de pensée. Douter, chercher, écouter, proposer, échanger, collaborer, faire confiance, coopérer, vérifier, essayer, re-vérifier, partager, accepter les erreurs, éviter les fautes, j'en passe et des meilleures, toutes ces pistes si souvent considérées comme périlleuses, hérétiques, laxistes, utopistes, fantaisistes, et là aussi je limite la liste des adjectifs assassins usés jusqu'à la trame et qui pourtant reviennent encore et encore dans le discours des autoritaires, des scupides, des fourbes et des cruels.
    Toutes ces pistes donc, sont des petites lumières papillotant sur le sombre chemin suivi par l'Humanité depuis que la conscience lui est advenue. La science, lorsqu'elle n'est pas instrumentalisée par les pires de la planète, poursuit dans ses principes de base la plupart de ces pistes. Certaines spiritualités en acceptent quelques lueurs, au gré des jeux de pouvoir qui détruisent tant de rêves humains.
    Chez nous, dans la petite Genève, paradoxalement fort grande de réputation et d'influence, les mêmes travers font trébucher des personnalités politiques emportées par le même criminel concept du flux tendu. Cette inepte inclination imposée par une irresponsabilité économico-politique et qui court sur tout le champ des idéologies de la planète. Le temps, considéré comme un ennemi, ce qu'il est pour notre biologie personnelle, n'en est pas un à l'échelle de l'Univers. Notre aveuglement face à cette réalité pousse certains à tenter de le compresser de telle façon que lorsqu'il résiste les effets induits nous renversent, biens, personnes et structures d'un même élan.

    Nous sommes en plein dedans, dirait le marin à propos d'une chouette tempête et d'un solide navire.
    Malheureusement la tempête ne l'est pas, et le navire non plus.

    Un peu d'espérance pourrait surgir de ce maelström si le microcosme politique pouvait faire l'économie d'une indécente guéguerre à l'orée des sacrés défis qui pointent à l'horizon.

    Serait-ce trop lui demander ?

  • Claire Bretécher est morte mais nos politiciens de gauche ont fout toujours du .....Bretécher! Développement durable/épicerie bio en vrac/vélos électrique sur les trottoirsà 35 k-h, bobos/babas et .............compagnie! Et tous ont bien sûr des iphones greffés 18h/24h dans la main! Allo coco .................t'es où???

  • C'est la cata !

    Ces changements artificiels vont conduire vers un inconnu teinté d'un déjà-vu !

  • Le populisme au sens péjoratif du terme est automatiquement inspiré et véhiculé par des idéologies de gauche !

  • Le terme de gauche au sens populiste de l'inspiration est idéologiquement usé et abusé par des polémistes de droite.

    Le terme de droite au sens populiste de l'inspiration est idéologiquement usé et abusé par des polémistes de gauche.

    Dans l'affaire qui nous occupe, refuser au compositeur genevois Frank Martin de conserver une rue à son nom, il n'est pas question de gauche ou de droite. Les deux bords ont sans la moindre vergogne, au gré des péripéties de l'Histoire de la planète, attaqué, bafoué, humilié ou massacré des artistes, leurs oeuvres et leur souvenir.

    Il s'agit là de l'expression la plus banale de l'inculture et du mépris. Que cela vienne de magistrats de gauche en voie de mise à la retraite dorée est tout à fait fortuit. En ce qui concerne les arts, la droite a déjà allègrement montré son savoir-faire en terme de cuistrerie, tout cela nonobstant la présence tant à droite qu'à gauche de personnalités fort cultivées et parfois mêmes artistiquement remarquables.

  • Otto, vous parlez "d'art", alors que le sujet concerne des noms de rues !!

    Les habitants de Prague lors de l'invasion russe avaient échangés tous les écriteaux de rues, ça avait complètement neutralisé l'armée russe occupante !

    Ces freluquets de l'histoire genevoise veulent arriver exactement au même stade avec leur propre population et cela à des fins idéologiques, si le passé à été partial avec le genre féminin, cela reflète notre histoire, pourquoi vouloir travestir l'histoire, il y a assez de nouvelles rues à baptiser, d'ailleurs si vous regardez les noms des nouvelles rues sur le canton, là, ont dirait qu'ils ont déjà oubliés leurs principes de base !!

  • Ce que je ne comprend pas, pourquoi s'en prennent-ils à Frank Martin ??

    Y a pas assez de connards qui ont des noms de rues à Genève ??

    C'est plutôt là qu'il faille chercher ce qui ne tourne par rond !!

  • Avant tout, un grand merci aux personnes qui assurent pendant cette crise mortelle !

  • Avec l'actualité on peut observer à quel point certains politiques n'ont rien d'autre à foutre que de semer la discorde alors qu'avec ce qu'il se passe nous voyons, surtout en France, à quel point les gouvernements sont désarmés face aux vrais problèmes, heureusement que des professionnels payent, parfois de leurs vies, les inconsistances des politiques, bien souvent parsemés de faux problèmes comme vouloir changer les noms des rues.

    Particulièrement ces jours nous pouvons voir à quel point ce genre de décisions peuvent être dangereuses, exemple : Un nom de rue vient de changer et l'ambulancier ou la police doit chercher où se trouve une rue !?!?

    Quelques secondes de perdues et une vie qui s'en va !!

Les commentaires sont fermés.