Code de suivi Google

Manif à Genève contre le racisme, où va-t-on ? (13/06/2020)

Mardi 9 juin 2020, entre 10'000 et 12’000 personnes ont manifesté à Genève contre le racisme et les violences policières. Sur les banderoles, des slogans en anglais : « colour is not a crime », « no justice, no peace », « Black Lives Matter », « I can’t breath ». Mais, sur une photo, je repère une pancarte en français (enfin, apparemment…), qui vaut son pesant d’or : « la vie des noir.e.x.s compte » !

Que le meurtre de Georges Floyd ait ému le monde, c’est une saine réaction. En revanche, établir un parallélisme entre les Etats-Unis et la Suisse est grave. Aux USA, le racisme envers les noirs fait partie de l’ADN de ce pays. La guerre civile (1861-65) entre les états sécessionnistes esclavagistes et ceux de l’Union, fut déclenchée sur des différends politiques et sur la question de l’esclavage. Un siècle après l’abolition de l’esclavage, des états imposent encore des lois de ségrégation raciale entre blancs et noirs. A Montgomery (Alabama), Rosa Parks, qui refusa de céder sa place assise à un blanc dans un bus, fut incarcérée le 1er décembre 1955.

D’après un rapport de 2017 de la Ligue anti diffamation (ADL), le Ku klux Klan, organisation suprématiste blanche criminelle (née en 1865), reste implanté aux USA et serait actif dans 33 états. Le contexte des Etats-Unis diffère donc de celui de la Suisse.

Aux Etats-Unis, imprégnés d’une culture à la Rambo, les policiers ont un fort sentiment d’impunité. Les sheriffs d’ailleurs peuvent engager leurs adjoints sans que ces derniers aient à suivre une réelle formation.

Au contraire, en Suisse, pour entrer dans la police, le candidat doit avoir des prérequis, un certain profil psychologique et suivre une formation exigeante de deux ans. Si, dans notre pays, il y a des bavures policières et des flics qui dysfonctionnent, aux USA, c’est le système policier qui dysfonctionne d’autant plus aisément que le système pénitentiaire américain est souvent privé. Or, les entreprises qui gèrent ces prisons misent sur la rentabilité. Qui possède les actions de ces sociétés pénitentiaires ? En tout cas, une prison privée pour mineurs de Pennsylvanie a été reconnue coupable d’avoir versé, durant dix ans, des pots-de-vin de 2,8 millions de dollars à deux juges pour qu’ils condamnent 2000 enfants à des peines de prison pour des infractions insignifiantes voire inexistantes (in, Business & Human Rights). Rappelons aussi que l’Amérique a un des taux d’incarcération parmi les plus élevés du monde (700/100'000 habitants, en Suisse, 80/100'000), et que d’après des données du World Prison Brief, le nombre de détenus s’élevait, en 2016, à 2'145'100.

En Suisse, certes, il y a des racistes, mais pas de « racisme systémique ». Les préjugés circulent évidemment dans notre population (Cf. « Les malheurs d’Oprah Winfrey »). Toutefois, notre Constitution garantit l’égalité entre tous les citoyens. Jeter donc l’opprobre sur toute la police est inacceptable. Cela revient à se faire complice d’extrémistes qui veulent “casser du flic”, cliver la société pour faire naître de la haine et du racisme au sein de la population.

D’ailleurs militer contre le racisme ne prémunit pas contre le racisme ! A cet égard, la motion (M-1446) qui demandait plus de prévention « contre le racisme anti-Noir.e.s en Ville de Genève » a donné lieu à un débat piquant. Plaidant pour la création d’une association « spécialisée dans le racisme anti-Noir.e.s », la gauche voulait séparer les noirs, ne pas les mélanger aux autres, car d’après elle, la LICRA (qui s’occupe pourtant de toutes les formes de discrimination et de racisme) n’était pas compétente pour prendre en charge ce racisme anti-Noirs ! Durant ce débat, une conseillère municipale d’Ensemble à gauche affirma qu’à Genève « les Noirs sont stigmatisés surtout par la police » ! Comme je m’indignais de ces accusations envers la police, mon propos fut taxé de « bien-pensance blanche » !

Il n’est certes pas facile d’agir contre le racisme. Mais, ce n’est certainement pas en défilant dans les rues, en moralisant la société qu’on le diminuera. La littérature pourrait être un recours plus précieux ! A cet égard, le roman de Philipp Roth, « La tache », est vivifiant. Il débute sur un incident banal avec un doyen d’une université américaine, accusé d’avoir tenu un propos qui, dans la bouche d’un noir serait anodin, mais venant d’un blanc est raciste. Or, ce dernier préfèrera démissionner plutôt que de livrer son secret…

Enfin, pour revenir à la manifestation à la Place Neuve de mardi passé, ne risque-t-elle pas de produire des effets délétères (et peut-être des effets sanitaires catastrophiques) ? Tout d’abord, les organisateurs, débordés, n’ont pas réussi à faire respecter les règles sanitaires (pas de rassemblement de plus de 300 personnes !). Ensuite, le Conseil d’Etat, qui a autorisé cette manifestation, a donc enfreint l’ordonnance fédérale. Pire, le Président du gouvernement genevois a minimisé ce non respect de la loi, alors même que le texte fédéral prévoit, pour quiconque qui contreviendrait à ces interdictions, une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison !

Il est fort à parier que les restaurateurs, qui se soumettent à des règles sanitaires très contraignantes, qui impactent leur chiffre d’affaire déjà mis à mal par le COVID, apprécieront !

Enfin, comment accueillir cette moralisation de notre société, importée des USA, où des militants, qui hurlent contre la mondialisation et le coca-cola, n’hésitent pas à singer l’Amérique ? L’avenir nous dira si ces foules déchaînées (ouf ! la manifestation à Genève n’a pas dégénéré et le Grand Théâtre fut épargné !), qui déboulonnent des statues, arrachent les plaques des rues, nous préparent un monde plus juste. Mais, prétendre lutter contre le racisme et défiler avec des pancartes où est écrit  « ACAB » (acronyme anglais pour « all cops are bastards » qui signifie : tous les flics sont des bâtards !) me laisse perplexe ! Pourquoi tolérer ces insultes ? Le Ministère public ne devrait-il pas enquêter sur ces manifestants qui incitent à la haine ?

Nos policiers, qui exercent une profession dangereuse, ont droit, comme tout citoyen, au respect. En revanche, représentants de l’Etat, les policiers qui commettent des abus de pouvoir et des délits doivent être sévèrement condamnés. Or, des dérapages existent dans notre République. On se souvient de l’arrestation digne d’une mauvaise série noire américaine, dirigée par le procureur général Bertossa envers l’ex directeur de la Banque cantonale genevoise et d’un promoteur genevois (Cf. ici). Plus récemment, on a appris que Simon Brandt, qui n’est pas un criminel dangereux, fut arrêté par un escadron de policiers qui ont fait subir un traitement humiliant et inhumain à ce député, conseiller municipal et candidat au conseil administratif. Enfin, l’arrestation vers 17 heures, le 1er mai, du propriétaire du Soleil Rouge, fameuse vinothèque du boulevard Helvétique, interroge. Accusé de n’avoir pas respecté les règles sanitaires (fermeture des restaurants et pas plus de 5 personnes réunies), ce patron a tenté d’expliquer aux policiers que c’était une fête d’anniversaire privée qui ne réunissait pas plus de 5 personnes. Incompréhension, quiproquos, énervement ? Toujours est-il que les deux policiers municipaux ont appelé du renfort. Il y aurait eu 7 voitures de police et 20 policiers pour emmener ce commerçant, menotté, au poste. Malmené, il se serait évanoui et réveillé dans une cellule, en slip, pour n’être libéré que vers 2h du matin. Encore sous le choc de son arrestation, ce patron vient de recevoir une amende de presque 18'000.- francs qu’il est sommé de payer dans les 30 jours !

Il est certain que lorsque les genevois réalisent qu’il y a, dans notre République, de telles inégalités de traitement envers la population, qu’on peut se montrer tatillon envers un commerçant (qui aurait oublié de mettre sur sa porte l’écriteau « fête privée »), et que, de l’autre côté, des manifestants peuvent violer impunément les règles fédérales avec l’absolution même de nos autorités, ces mêmes genevois doivent avoir la rage au ventre. Cette dérive de notre société, qui admet deux poids, deux mesures, est inquiétante, car elle génère de la violence, du racisme et de la colère. 

 

 

15:06 | Lien permanent | Commentaires (38) | |  Facebook | | |