Code de suivi Google

Des autoroutes à vélos (23/05/2020)

Ayant omis de mettre en ligne dans mon blog ce billet publié dans le « Courrier des lecteurs » de la TdG du 18 mai, je le fais maintenant. Au vu des rebondissements induits par ces autoroutes à vélos, je compléterai mon propos.

 

« Même pour une phase test de 60 jours, il est inadmissible que la Ville crée des « autoroutes à vélos » à la hussarde (en une nuit !). Que M. Pagani entame un dernier tour de piste en faisant un pied de nez, cela sied au personnage ! Mais, que M. Dal Busco se soit laissé entraîner dans cette pantalonnade, c’est curieux ! Si l’intention était d’inciter la population à sortir du confinement en se déplaçant en vélo plutôt qu’en TPG ou en voiture, c’est un échec.

Ces aménagements n’ont fait qu’aggraver les embouteillages au Quai Wilson, Quai du Mont-Blanc, Bd Georges-Favon... Ces bouchons pénalisent surtout les entreprises qui ont déjà payé un lourd tribut au COVID-19 et ruinent les efforts menés jusque-là pour les aider.

Ils aggravent aussi la pollution à Genève. Ce chaos de la circulation routière augmente non seulement les émissions de gaz nocifs et de microparticules (et contribuent au réchauffement climatique !), mais accroît aussi le stress, affectant la santé de la population.

Merci à nos autorités de rétablir immédiatement les voies de circulation automobile, les places de stationnement et d’entamer une réflexion en concertation avec les formations politiques, les associations actives dans la mobilité et les milieux professionnels concernés ! »

 

En sus de ce billet, j’ajouterai que le parti libéral radical (PLR) n’est nullement opposé à l’aménagement de pistes cyclables à Genève. La preuve, il a voté - à l’unanimité - lors de la séance plénière extraordinaire du Municipal (du 20.05.20) en faveur de la proposition du conseil administratif (PR-1325), qui concerne le « U Cyclable ». Ce projet est d’autant plus cohérent qu’il offre un itinéraire cyclable sur tout le pourtour de la rade, et qu’il poursuit la piste du Quai Ador, déjà réalisée. Plus encore, cette proposition a fait l’objet d’une étude sérieuse au sein de la commission des travaux et des constructions (CTC) du municipal, qui a auditionné les milieux professionnels concernés, les associations actives dans la mobilité dite “douce” et le pouvoir politique, à savoir : Genève Tourisme & Congrès, Pro Vélo, Mobilité piétonne, l’Association transport et environnement (ATE), le Touring Club Suisse (TCS), le conseiller administratif Rémy Pagani, accompagné de la direction du Service de l’aménagement, du génie civil et de la mobilité (AGCM), ainsi que le conseiller d’Etat, Serge Dal Busco, en charge de Département des infrastructures avec son directeur de l’Office cantonal des transports (OCT) et le chef du projet. Contrairement donc aux aménagements sauvages, créés en catimini pendant la nuit du 10 mai, le « U Cyclable », qui a suivi les règles de notre démocratie, répond à la « Loi pour une mobilité cohérente et équilibrée » (LMCE), adoptée par 67,8% du peuple lors de la votation du 5 juin 2016.

En revanche, les agissements et déclarations de deux conseillers d’Etat sont gravissimes et ont, malheureusement, ravivé la guerre des transports à Genève. Des pétitions circulent maintenant dans notre canton pour augmenter davantage les pistes cyclables ou au contraire rouvrir à la circulation automobile les voies préexistantes d’avant le déconfinement. Sur les réseaux sociaux, les injures, indignations et grossièretés débordent. Quant aux irréductibles militants de la petite reine, ils se sont réunis sur la Plaine de Plainpalais (lundi 18 mai dès 18h) pour manifester leur soutien envers ces nouvelles pistes et en demander encore davantage… Cette manifestation non autorisée, qui aurait réuni plus de 2000 participants, et qui viole la loi (ordonnance Covid-19) est d’autant plus scandaleuse que la population genevoise ne peut sortir du confinement qu’en appliquant des règles sanitaires très strictes. Les restaurateurs, par exemple, doivent espacer les tables (à 4 couverts maximum !) d’au moins 2 mètres et les rassemblement de plus de cinq personnes sont toujours interdits.

Genève s’embrase à nouveau sur la mobilité et une guerre intestine au sein du Conseil d’Etat semble même avoir éclaté. Le président du Conseil d’Etat - qui devrait incarner les lois de notre République et l’ordre public - Antonio Hodgers, minimise la gravité de ce rassemblement cycliste, dont il doute qu’il puisse propager le virus (in RTS, Forum du 22.05.20). Il acquiesce donc, indirectement, à la désobéissance civile ! Mauro Poggia, lui, en charge de la police et de la santé, promet des sanctions ! Quant à Serge Dal Busco, à l’origine de cette crise, il ne sait pas encore quelle attitude adopter envers ces manifestants !

Si on ne veut pas que de graves conflits dégénèrent en combats de rues, l’attitude irrespectueuse et immature d’Antonio Hodgers doit être sanctionnée par les députés qui devraient demander un changement immédiat de présidence au sein du Conseil d’Etat.

Ces agissements de la part d’une gauche, qui se croit habilitée pour le “bien de la collectivité” ( !) d’imposer son point de vue, sont insupportables et malheureusement de plus en plus fréquents dans notre République. Récemment, les Genevois ont dû subir les panneaux “genrés” de Sandrine Salerno ! Quant à la menace de changements de noms de rue, elle est toujours pendante !

Notre démocratie est fragile et repose sur le respect des lois qui garantissent une équité de traitement entre les citoyens et nous préservent du communautarisme avec ses dérives violentes.

Ne l’oublions pas !

 

 

17:10 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |