Code de suivi Google

Lisa Mazzone, la “courageuse” ! (12/05/2020)

Cet éloge à notre conseillère aux Etats vient de la récipiendaire elle-même ! En effet, dans Le Courrier (du 11.05.20), Lisa Mazzone, qui accorde un entretien à Christiane Pasteur, dit qu’elle espère que cette crise du COVID débouchera sur un changement de société. Mais, ajoute-t-elle, pour « ceux qui sont prêts à essayer autre chose, cela demande du courage ». On retrouve, là, la rhétorique habituelle de la gauche sous une forme positive, car la forme négative, à laquelle on est habitués évoque la peur. Pour Mme Salerno, par exemple, ceux qui dénoncent ses panneaux genrés ont peur du changement ! Cette rhétorique d’intimidation est un procédé qui permet d’évacuer tout débat d’idées pour glisser vers du sentimentalisme.

Les prises de position de Lisa Mazzone dans cet entretien sont effarantes. Déplorant que le patronat vaudois planifie un retour progressif à la normale, elle déclare que cette crise devrait amener un changement de société. La « qualité de vie » durant cette crise a permis de : « passer du temps en famille, respirer de l’air moins pollué, ne pas être réveillé par le bruit des avions… ».

Ces propos montrent que notre conseillère aux Etats n’a pas d’inscription dans la vie économique de notre pays, et qu’elle croit que le monde fonctionne par lui-même ! Ils font aussi supposer que cette jeune élue a une famille heureuse, pas entassée dans un appartement exigu ! S’il est bon de n’être pas réveillé par le bruit des avions, il faut se rappeler que certains ne parviennent plus à s’endormir, rongés d’inquiétude par l’éventuelle faillite de leur commerce, entreprise (parfois l’œuvre d’une vie !).

Par ailleurs, comment Lisa Mazzone peut-elle plaider de : « ne laisser personne tomber dans la précarité » et refuser (lors du vote des Chambres) de signer l’aide (un prêt de la Confédération) de 2 milliards pour le secteur aéroportuaire ? Conseillère aux Etats, elle doit pourtant savoir que plus de 200'000 emplois (directs) - sans compter les centaines de milliers d’emplois indirects - sont liés à ce secteur stratégique de notre économie. Rappelons que plus du tiers de nos exportations et 1/6 de nos importations se font par transport aérien. Refuser une aide financière à ce secteur dénote une désinvolture inquiétante à l’égard de Genève ! Car, comme le rappelait Bertrand Reich, président du PLR Genève (le 29.04.20 à Genève à Chaud) : « Il n’y a pas de Genève internationale sans aviation et il n’y a pas de Droit de l’homme si on ne peut pas se déplacer ».

L’aviation est donc indispensable pour notre économie, mais aussi pour la défense des droits de l’homme, les dialogues entre les nations et l’humanitaire. A cet égard, il faut réaliser que l’arrêt des transports aériens a privé le continent africain d’arrivée d’argent. Les travailleurs migrants africains, qui avaient l’habitude d’envoyer une partie de leur revenu à leur famille, n’ont plus été en mesure de le faire. Certains, il est vrai, n’avaient plus de revenu durant cette crise, mais, plus encore, parce que les transferts de fonds (officiels et non déclarés !) ont été stoppés. L’envoi d’argent de l’Angleterre aux pays de l’Afrique de l’Est a, par exemple, chuté de 80%, celui de l’Italie vers l’Afrique de 90%, plongeant des millions de familles dans une pandémie de faim (in, The Economiste, 18.04.2020).

Pour quitter ses rêveries déconnectées des réalités économiques, notre conseillère aux Etats devrait voyager pour mieux connaître le monde et prendre conscience que nous vivons dans un monde interdépendant. Comment « garantir à toutes et à tous un revenu » en voulant, comme le propose Mme Mazzone dans cet entretien :

- « chercher l’argent où il est » en augmentant les impôts des grosses fortunes ! Les terres, les fermes, les entreprises, les outils de travail constituent des fortunes ! En étant encore davantage ponctionnés par l’Etat, les entreprises, les commerces… qui n’ont pas les reins assez solides pour sortir de cette crise, seront rachetés, à bas prix, par les poids lourds de l’économie mondiale, qui deviendront encore plus gros, augmentant ainsi la main mise des très grosses sociétés sur l’économie mondiale et faisant exploser les inégalités sociales !

- octroyer « un revenu de transition écologique et sociale permettant de donner une valeur au bénévolat… ». Bref, à suive Mme Mazzone, il faudrait tuer le bénévolat en rémunérant les bénévoles ! Pourtant, cette forme d’entraide, fondée précisément sur la gratuité, est une forme admirable de solidarité. Elle est aussi très pratiquée dans notre pays dont la devise : « Un pour tous, tous pour un », met en valeur la solidarité que les écologistes, et plus encore Lisa Mazzone, devraient se réapproprier.

 

08:54 | Lien permanent | Commentaires (27) | |  Facebook | | |