Code de suivi Google

Honte au Service des contraventions ! (18/03/2020)

Les injonctions de la Confédération sont claires. La population doit rester chez elle, tout particulièrement les personnes les plus fragiles. Beaucoup d’entreprises ont dû arrêter leurs activités, réorganiser les postes de travail ou mettre en place le télétravail.

Nos autorités sont fermes et ne cessent de rappeler que seules les urgences et les activités de premières nécessités (soins et alimentation) peuvent continuer. Aujourd’hui se pose même la question de fermer les chantiers. La population, dans sa grande majorité, comprend que, face au coronavirus, il faut adopter des mesures drastiques pour enrayer la propagation de cette épidémie.

Face lumineuse de citoyens

Dans des immeubles, des habitants mettent des annonces pour leurs voisins ou leur téléphonent pour proposer leurs services. Des réseaux sociaux ont fleuri sur Internet pour créer des liens et des actions de solidarités. Des musiciens offrent des concerts depuis leurs balcons ou dans les cours d’immeubles. Dans plusieurs villes, la population manifeste bruyamment à une heure précise avec des applaudissements, des cloches, des bruits de casseroles, des chants pour exprimer sa reconnaissance envers le personnel soignant des hôpitaux ou des soins à domicile.

Face sombre de l’humain

Dans toute situation de crise, il y a malheureusement aussi toujours quelques personnes qui veulent profiter. Parmi ces profiteurs, citons la Fondation des Parking à Genève (une fondation de droit public, créée par l’Etat de Genève !). N’ai-je pas vu hier (mardi 17 mars) à Carouge, deux agents de cette Fondation (déambulant côte à côte) en train de contrôler les véhicules garés devant un immeuble sur une zone bleue. La scène m’a tellement choquée que je n’ai pu m’empêcher de dire à ces agents : « mais, vous mettez des amendes, pourtant, nous sommes comme un dimanche, tout est fermé ! » Ces derniers m’ont alors répondu sur un ton goguenard : « mais non, c’est mardi ! »

Bref, chercher à faire des affaires dans un tel contexte de crise sanitaire est honteux.

Comment est-il possible que la Fondation des Parkings ne respecte pas les injonctions fédérales, qui demandent aux Suisses de rester cloîtrés chez eux ? Pourquoi cette société ne libère-t-elle pas ses employés ? Les Suisses ne sont-ils pas censés rester chez eux ? Doivent-ils contrevenir aux ordres de leurs autorités pour déplacer leurs véhicules toutes les heures ?

Bref, je suggère à tous ceux qui auraient reçu une amende depuis mardi de refuser de la payer et de la renvoyer à la Fondation des parking ou mieux encore au Conseiller d’Etat M. Poggia, afin qu’il intervienne, tant la situation est indécente !

 

 

22:22 | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | |