Code de suivi Google

Initiative « Monnaie pleine » : la prospérité de la Suisse est en danger ! (04/06/2018)

Le 10 juin, le peuple suisse sera appelé à se prononcer sur une initiative qui menace la prospérité de notre pays. Le dispositif, proposé par les initiants, vise à donner le monopole de création monétaire à la Banque Nationale Suisse (BNS).

Comme l’a dit M. Guillaume Barrazzone, d’une manière imagée et provocatrice, dans l’Emission « Infrarouge » (du 23 mai 2018) : « cette initiative, c’est un système quasi communiste qu’on nous propose, parce que la masse monétaire à injecter dans le système économique sera décidée par la BNS ». Les banques commerciales n’auraient plus le droit de créer de la monnaie scripturale (une monnaie qui circule par simple jeu d’écriture). Elles ne pourraient donc plus octroyer des crédits sans avoir les fonds et devraient emprunter de l’argent à la BNS. Quel en serait le coût ? On peut supposer que tout le trafic des paiements (par ordre bancaire, débit direct, carte de crédit) ainsi que les dépôts seront davantage facturés par les banques.

L’initiative « Monnaie pleine » propose donc une réforme radicale du système actuel. Elle prévoit une réorientation de la politique monétaire qui aura des répercussions importantes sur la stabilité des prix et sur l’inflation. Notamment, le taux d’intérêt en tant qu’instrument de pilotage pour la stabilité de l’économie perdrait de son importance. En effet, dans le système en vigueur, en pilotant le taux de référence, la BNS influe sur l’offre et la demande de crédits des banques commerciales. Il serait donc plus compliqué de gérer la stabilité des prix en tenant compte de la conjoncture, mais aussi de réagir efficacement aux chocs à court terme. En outre, tous ces facteurs contribueraient à aggraver le risque d’inflation, car il serait plus difficile de résorber l’argent mis en circulation par la BNS sans contre-valeur.

C’est une initiative aux nobles idéaux : lutter contre la spéculation financière et sécuriser les banques de dépôts. Toutefois, son application est pleine d’imprévisibilités, car ce système n’a encore jamais été expérimenté, dans aucun pays au monde. La Suisse peut bien faire œuvre de pionnière, mais à quel prix ? Ne faut-il pas se méfier des grands principes, des planifications étatiques ou, comme avec cette initiative, « d’une gestion monétaire qui appartiendraient aux citoyennes et citoyens », car la BNS agira pour notre bien à tous en contrôlant la masse monétaire et en étant la seule à décider de combien d’argent il faudra mettre en circulation ? L’histoire nous donne assez d’exemples de faillites de systèmes où tout était pourtant si bien planifié ! De quoi nous donner la chair de poule…

En tout cas, je voterai NON à l’initiative « Monnaie pleine » le 10 juin, qui met la prospérité de la Suisse en danger !

 

b5a32c37-66a9-4d31-9297-c3d6b88a39a9.png

                                                   Je ne résiste pas à mettre cette image si esthétique et efficace!

                                               

 

23:57 | Lien permanent | Commentaires (35) | |  Facebook | | |