Code de suivi Google

11/06/2018

Quand le sexe enterre la politique

Le Conseil municipal en Ville de Genève élit chaque année son bureau dont trois membres qui assument respectivement : la présidence, la première et la deuxième vice-présidence. À la session du 5 et 6 juin dernier, ce délibératif a accepté majoritairement le projet de délibération « Égalité au Conseil municipal, pour une présidence obligatoirement mixte » (PRD-160). Ce PRD de l’Alternative (plus une signature PDC !) a été soutenu et défendu par la conseillère municipale, Albane Schlechten.

Avec une mixité obligatoire de la présidence, ce PRD instaure, au sein d’un parlement, une ségrégation fondée sur le genre. Avec une rhétorique remplie de bons sentiments, on a argué qu’imposer la mixité permettrait « d’amorcer des changements sociétaux concrets », et de jouer sur les représentations en donnant aux jeunes femmes des figures d’identification positives. L’adjectif le plus employé dans cette “plaidoirie” a été : « progressiste » ! Il faut être progressiste ! Évidemment, une fois que l’on revendique être dans du progressif, il n’y a plus rien à prouver ni même à répliquer. Émettre quoique ce soit comme réserve ou critique revient à être, irrévocablement, claquemuré dans le camp des conservateurs et des demeurés qui se complaisent dans leur immobilisme. On peut toutefois rester sceptique, face à ce progressisme…

Chaque époque a ses miroirs aux alouettes. Les femmes, dans les années 70, croyaient se libérer en ôtant leurs soutiens-gorge. Aujourd’hui, la gauche imagine qu’en massacrant la langue (avec son langage épicène !) ou en imposant des quotas, on améliore la condition féminine. Par ailleurs, en portant l’étendard du progressisme, cette gauche croit naïvement que le monde est un fleuve tranquille, et que, inexorablement, la société se bonifie. Or, l’histoire nous offre bien des récits remplis de soubresauts, de crises, de régressions et même d’anéantissements de civilisations. Imaginer que la répression, l’interdiction et la prescription puisse marginaliser davantage les femmes ne semble pas effleurer les esprits de ces militants qui ne peuvent pas s’offrir le luxe du doute.

Pour revenir à ce PRD, un conseiller municipal s’est interrogé sur les individus qui ne veulent être identifiés ni au genre masculin ni au genre féminin. Que faire dans ce cas-là ? Pour les adeptes de cette mixité imposée, pas de problème ! Car, si des règles et l’imposition de la mixité « agissent comme un accélérateur des changements sociétaux », il faut avancer « par petits pas » (sic !), et « que, pour l’instant, c’est une mixité binaire qui est réclamée par ce projet de délibération, ce qui n’exclut pas qu’à l’avenir, une mixité avec un sens plus large soit défendue au sein du Conseil municipal » (p. 4, in, Rapport PRD-160).

À dire vrai, ce PRD, outre son aspect sexiste, porte atteinte aux droits politiques et à la liberté de vote. En effet, séparer des candidats en prenant le critère de sexe viole la Constitution de la République et canton de Genève (Art.1 et 15 alinéas 1 et 2). D’ailleurs, aucun organe législatif en Suisse n’a dans son règlement une quelconque disposition pour imposer une mixité des genres. À cet égard, au National, des commissions du Conseil des États et du Conseil national ont refusé récemment un texte visant à instaurer des quotas de genre.

Ce nouveau règlement, ne met-il donc pas en danger notre démocratie ? En effet, où va s’arrêter cette velléité de sélectionner des candidats à une charge politique avec des critères qui n’ont plus rien à voir avec la politique ? Va-t-on légiférer sur la représentativité des candidats en introduisant des critères comme : l’âge ; le domicile sur la Rive Gauche ou Rive Droite, les indépendants et salariés, l’orientation sexuelle ou encore les porteurs de lunettes et ceux qui n’en ont pas (après tout, on ne voit peut-être pas le monde de la même manière derrière des verres !).

Par ailleurs, ce projet, qui prétend quitter les stéréotypes, proposer une solution pragmatique, et qui nous invite à être “audacieu-se-x-s” (style épicène !), est mauvais, car il s’inspire de postulats pervers :

- il postule que les femmes sont un tout homogène, déterminé biologiquement par leur Nature. Ce serait ainsi moins leur engagement politique au sein d’un parti qui orienterait leurs actions qu’une certaine manière de faire de la politique propre à leur sexe ;

- il enterre la raison politique. Mme Schlechten croit-elle vraiment pouvoir mieux s’identifier à une conseillère municipale femme PLR qu’avec son camarade socialiste, Ulrich Jotterand, assis à côté d’elle ;

- il accrédite l’idée que la femme serait le “sexe faible”, qui doit être aidé par des lois et des règlements pour accéder à des fonctions supérieures ou de représentation.

En outre, ce projet pose un problème. Le champ d’application de ce règlement ne porte pas sur le mode de désignation au sein des partis. Dans quelle mesure cette règle de ségrégation peut-elle être imposée à d’autres partis ? Un parti peut avoir ses propres règles à l’interne. Le parti socialiste défend, par exemple, la parité (pas toujours respectée !) entre hommes et femmes pour ses candidats à des élections. Le parti libéral-radical n’autorise pas le double mandat. Le parti Laliste-Femmes 2018 au Grand Conseil n’acceptait que des femmes (on n’ose imaginer le tollé si une liste n’avait inscrit que des hommes !).

Ironiquement, il faut enfin relever que ce PRD n’a aucune pertinence vu que la présidence a presque toujours été mixte, à quelques exceptions près. Parfois composée uniquement de conseillers municipaux, elle a aussi été entièrement féminine. Quant à cette année, le bureau et la présidence sont composés de 6 femmes pour un homme. C’est dire !

Assurément, pour cette gauche moralisatrice, toujours prête à donner des leçons, et qui affectionne de réguler toujours plus nos vies, il faut dire et marteler que cette surenchère de lois et de règles nous pourrit la vie !

Cela étant, il faut espérer que la surveillance des communes abroge ce projet de délibération (PRD-160) contraire au droit supérieur.

 

 

 

 

 

 

20:48 Publié dans Actualités, Air du temps, Genève, Langue et usages, politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

31/05/2018

Mort du DIP !

Aujourd’hui, 31 mai 2018, dernier jour du Département de l’instruction publique (DIP) ! Anne Emery-Torracinta (en charge de ce département) a pris la résolution de débaptiser le DIP pour le renommer le DFJ (Département de la formation et de la jeunesse). Cette décision est vraiment malheureuse et m’a profondément heurtée.

Peut-on, lorsqu’on est en charge de l’école, mettre à la poubelle une terminologie si familière et enracinée dans le paysage genevois au point qu’elle en est devenue un héritage langagier et culturel qui appartient à tous, et qu’il n’est pas tolérable de brader d’une manière si désinvolte. Bien sûr, Anne Emery-Torracinta, en tant que conseillère d’Etat, a la compétence de modifier le nom de son département. Toutefois sa décision est une véritable sottise qui n’augure rien de bon pour cette nouvelle législature.

Reste que cet irrespect pour les usages et traditions de notre canton reste à questionner. D’où vient cette propension à modifier incessamment les appellations des Services, prestations et départements de l’état ?

Ces changements (qui envahissent particulièrement le DIP !) s’imposent parfois d’une manière cohérente, suite à une réorganisation des départements. Par exemple, le département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé (DEAS) de la précédente législature, devient le département de l’emploi et de la santé (DES) attribué à Mauro Poggia, car les affaires sociales rejoignent le nouveau département de la cohésion sociale (DCS), attribué à M. Apothéloz.

D’autres fois, en revanche, ces changements d’appellations visent d’autres buts dont il s’agit de ne pas être dupe, parmi lesquels :

  1. Donner l’illusion qu’on change des pratiques sans avoir besoin de les penser et encore moins de songer à les modifier ! En bref, cela permet, à des démagogues, de prétendre réformer un Service pour le moderniser, pour le faire évoluer tout en restant dans l’immobilisme. Ces changements servent alors d’écrans pour masquer une forme de déficience (ou paresse) dans la gestion des affaires publiques ;
  2. Détourner le public de tout débat ! Avec ces modifications terminologiques et nouveaux sigles, le public a l’impression d’être largué, de ne plus comprendre de quoi on parle. Par exemple, au primaire, le maître d’appui (qui apporte un appui auprès des élèves en difficultés d’apprentissage) est passé d’enseignant déchargé de tenue de classe à généraliste non titulaire de classe (GNT) où seuls les initiés peuvent s’entendre ;
  3. Faire place nette et évacuer toute référence à un passé pour s’autoproclamer novateur. C’est une stratégie très efficace dans des enjeux de pouvoir où la revendication d’être dans du neuf assigne, à ceux qui contestent cette nouveauté, une place de passéistes qui ne savent pas s’adapter au changement du monde ;
  4. Utiliser la langue comme arme pour imposer sa vision du monde en l’occurrence, là, de l’école. Comme l’a magistralement bien analysé Jean-Romain (in "Invité" de la TdG du 29 mai), la suppression du terme « instruction » et de l’adjectif « publique » n’est pas anodine. En remplaçant le mot « instruction » par « formation », on modifie la perception de l’école. On ne met plus l’accent sur sa mission d’instruire (en transmettant à tous les élèves des savoirs inscrits dans un programme scolaire), mais on envisage l’école comme un lieu parmi d’autres où l’on vient se former !

Plier le langage pour imposer ses idéologies. C’est ainsi que l’école a congédié le maître pour accueillir l’enseignant qui sera peut-être dans un proche avenir remplacé par le formateur ou l’animateur socio-scolaire…

Résistons à ces modifications qui, non seulement gaspillent l’argent public (changement des programmes informatiques, des entêtes des papiers à lettre, etc.), mais encore ambitionnent de “dé-former” les esprits, et continuons à parler du DIP.

Le Genevois sait bien râler et entrer en résistance. Plus de 20 ans qu’on a voulu supprimer les “Promotions” pour les remplacer par la “Fête des écoles”! Mais, heureusement, le peuple n’aime pas qu’on le prive de ses traditions...

 

 

23:55 Publié dans Actualités, Air du temps, Genève, Humeur, politique, politique scolaire | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook | | |

08/04/2018

Derniers jours pour aller voter !

Certains ont reçu leur matériel de vote alors qu’ils étaient peut-être déjà partis en vacances. En effet, dans certains quartiers ou communes, ce matériel n’est arrivé que le jeudi 29 ou le samedi 31 mars. Beaucoup d’électeurs n’ont ainsi pas encore voté. C’est pourquoi, je vous rappelle qu’il ne reste plus que quelques jours pour voter et je vous annonce, en même temps, que je suis candidate au Grand Conseil.

Tenant ce blog depuis huit ans, je pense que vous (mes lecteurs) devez un peu me connaître. Toutefois, j’apporterai ici quelques points qui préciseront mes engagements et priorités et ajouterai mon profil Smartvote.

01.GC-flyer-A6-roullet - copie.png 

 

profil Smarvote.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Forte de mon expérience d’enseignante à l’école primaire, à l’Université et de chercheuse en pédagogie, je sais combien les questions éducatives sont déterminantes. Je m’engage pour que Genève développe la formation professionnelle des jeunes (qui allie savoirs théoriques et expériences pratiques), améliore son système scolaire et augmente l’offre de garde pour les jeunes enfants.

Parmi des enjeux prioritaires pour lesquels j’engagerai toute mon énergie, il y aura bien sûr le projet de réforme de l’imposition des entreprises, défi primordial pour la prospérité du canton où environ 60'000 emplois sont en jeu ; l’aménagement du territoire et le logement (il n’est pas normal que Genève exporte ses travailleurs en France ou dans d’autres cantons, perdant des rentrées fiscales conséquentes et créant du même coup des problèmes de transports sans fin aux graves répercussions sur l’environnement et la vie des Genevois) ; les projets culturels ambitieux qui feront rayonner Genève : la Nouvelle Comédie, la Cité de la musique et le Théâtre de Carouge qui nécessiteront le soutien de Genève et l’augmentation des infrastructures sportives réellement nécessaires pour notre canton.

Enfin, d’une manière générale, je considère qu’il est indispensable de simplifier les démarches administratives qui envahissent l’ensemble de nos activités, coûtent cher et paralysent notre société.

Défendre les valeurs PLR, qui allient responsabilité et liberté, sera ma priorité pour que Genève puisse garder une place financière forte et rester attractive. Mais, pour soutenir ces valeurs, j’ai besoin de votre soutien.

N’oubliez pas d’aller voter : PLR, Liste n°4, je compte sur vous !

01.GC-F4-roullet.jpg

23:40 Publié dans Actualités, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

17/02/2018

Votation du 4 mars en Ville de Genève : votez 4 X OUI

Ne perdons pas de temps avec un vote obsolète et votons 4 X OUI au budget adopté par le Municipal. L’année 2017 est terminée et le budget de la Ville bouclé. Il n’y a aucun retour possible sur les comptes 2017. Durant l’année écoulée, Genève a donc bel et bien fonctionné avec le budget validé, en avril 2017, par la majorité du conseil municipal.

Or, contrairement aux prévisions apocalyptiques, projetées dans la brochure explicative officielle de la votation du 24 septembre 2017 (votation annulée par la Chambre constitutionnelle pour irrégularités graves visant à influencer la population), aucune prestation publique n’a été supprimée ou mise à mal.

Voter 4 X OUI, c’est défendre nos droits démocratiques et affirmer que personne, ni le maire ni les conseillers administratifs, ne peut tronquer un matériel dans le but d’induire la population en erreur. C’est rappeler que lorsqu’on confisque le débat d’idées, un vote est irrévocablement terni, car les contre-vérités véhiculées peuvent insidieusement restées fixées dans les esprits.

Voter 4 X OUI, c’est reconnaître qu’une politique ne se mesure pas à l’aune des dépenses. Poursuivre cette augmentation exponentielle des budgets, année après année, est irresponsable. En 15 ans, le budget de la Ville a augmenté de 22%, passant de 978 millions à 1 milliard 194 millions, sans que cette augmentation des coûts ne suive la courbe d’accroissement de la population ni n’améliore notre qualité de vie. Ce sont les mauvaises gestions (perte de 1,4 million au 12 rue des Alpes), les dépenses onéreuses et frais superflus (plaquettes luxueuses dans chaque département pour exhiber leurs bilans dithyrambiques) qui ont provoqué de telles hausses. Une réduction de 1 million dans les dépenses générales représente une baisse minime de 0,5%, totalement indolore sur les prestations publiques, comme l’a montré l’exercice 2017 de même qu’une économie de 300'000 francs dans les achats de fournitures, marchandises et l’entretien de matériel par des tiers dans le département de la culture et du sport.

Voter 4 X OUI, c’est refuser les contre-vérités. La diminution de 340'000 francs pour la solidarité internationale ne doit pas être considérée comme une suppression de subventions, mais comme un transfert, puisque cette somme a été donnée à la Croix-Rouge genevoise pour financer son programme d’aide au retour des migrants.

Voter 4 X OUI, c’est exiger une rigueur budgétaire ! La ligne « allocation scolaire » a été artificiellement gonflée et ne correspond pas à la somme dépensée. C’est pourquoi le Municipal a réduit cette ligne de 150'000 francs pour l’ajuster aux comptes.

Voter 4 X OUI, c’est épargner des coupes sur le budget 2018 ! Assurément, si les référendums sont acceptés par la population genevoise, le conseil administratif se trouvera dans une posture délicate ! Il sera contraint, par la loi, de rééquilibrer son projet de budget 2018 (établi sur les comptes de 2017 !) et de procéder à des coupes à hauteur de 2,5 millions.

Michèle Roullet - Candidate au Grand Conseil

 

 

 

 

Lire la suite

16:59 Publié dans Actualités, Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

22/01/2018

Brader nos fondements démocratiques au nom de l’efficacité…

Le Conseil municipal en Ville de Genève vient de décider de supprimer la commission des naturalisations. M. Holenweg, qui en avait fait depuis des années son cheval de bataille, jubilait. A ce trublion de la politique, on ne peut au moins pas reprocher sa ténacité ! Son combat s’est fait avec son parti en rangs serrés. Des élus socialistes sont entrés exprès dans cette commission pour la combattre de l’intérieur.

Compromettre la commission des naturalisations pour l’éliminer était mijoté par Holenweg, car, pour lui et ses acolytes, la procédure de naturalisation est humiliante, stigmatisante, inacceptable, subjective, irrationnelle, arbitraire, discriminatoire. Ces critiques participent d’une politique qui consiste à dénigrer la naturalisation, à la réduire à une simple formalité administrative, voire à une démarche superfétatoire, puisque son parti prône le droit d’éligibilité pour les étrangers. Au nom de l’ouverture à l’autre, de la diversité et du vivre “tous ensemble”, le maire d’une commune genevoise ou (étape suivante !) un conseiller d’Etat n’aurait pas même besoin de demander sa naturalisation ! Evidemment, pour ceux qui rêvent d’Internationale socialiste, la Patrie et la Nation n’ont aucune résonnance !

Il fallait donc supprimer la commission des naturalisations, accusée d’être parasitaire, de fonctionner dans l’illégalité et de coûter cher. A cet égard, le chiffre émis par Mme Conti est exagéré. Pour la prise de contact avec le candidat, le déplacement, la visite et la rédaction du rapport, un commissaire reçoit 120 francs. Rien d’exagéré !

Plaider la suppression de la commission des naturalisations pour faire des économies n’était évidemment que de l’esbroufe de la part des socialistes, puisqu’ils voulaient la remplacer par une nouvelle commission : « la commission de l’accueil et de l’intégration » ! Heureusement, une majorité du parlement n’a pas été dupe et a balayé cette nouvelle commission. Pour les socialistes, il ne s’agissait donc nullement d’économiser les deniers publics. D’ailleurs, si la gauche commençait à se préoccuper de ne pas gaspiller l’argent public, cela se saurait !

Non, leur seul but : éliminer la commission des naturalisations par tous les moyens, en usant même d’insultes. Ainsi, les conseillers municipaux (ceux qui ne sont pas de leur bord !) ont été traités de commissaires incompétents, arbitraires, subjectifs, xénophobes…

Bref tous les coups étaient autorisés. Sieur Deonna, prêchant du haut de sa chaire, a même dénoncé le dysfonctionnement de la commission des naturalisations en affirmant que : « des commissaires introduisent des jugements de valeurs entachés de stéréotypes de classe, de race ou de genre » !

Il est urgent que M. Deonna mette ses connaissances à niveau et réalise que le concept de race, depuis Darwin, est dépassé !

On a brandi le rapport de la Cour des comptes en prétendant que le fonctionnement actuel de la commission des naturalisations était illégal. Or, cette assertion semble inexacte. La procédure actuelle, avalisée par un décret du Conseil d’Etat en 1998 jamais cassé, reste légitime.

Mais, au final, c’est le vote du PDC, qui a entrainé la suppression de la commission des naturalisations. En suivant l’amendement socialiste, le PDC n’a pas été bien inspiré. Non seulement il a cassé l’Entente, mais plus encore il a bradé un de nos fondements démocratiques suisses, qui veut que la politique se fasse de bas en haut, et que la commune soit souveraine pour décider de la manière dont on attribue le droit de cité. Or, déléguer la compétence des préavis de naturalisation au Conseil administratif revient à faire sauter l’échelon communal, puisque de l’aveu même du magistrat en charge des dossiers de naturalisation en Ville de Genève : « l’exécutif n’a ni les moyens ni le temps d’assumer une tâche comparable à celle de l’actuelle commission des naturalisations » !

Voter la suppression de la commission des naturalisations par « devoir d’efficacité », comme l’a avancé le PDC, est un argument insoutenable ! Faut-il, au nom de l’efficacité, supprimer le niveau communal, ne pas respecter la séparation des pouvoirs et adopter une politique centraliste ?

Enfin, la mort de la commission des naturalisations pourrait ne pas être un bénéfice pour les candidats à la naturalisation. Le commissaire ne venait pas pour mener une enquête ou évaluer si les conditions pour la naturalisation étaient remplies (travail du canton), mais pour rencontrer ces futurs citoyens souvent honorés qu’un élu vienne à leur rencontre, et puisse même entendre les doléances qu’ils auraient à formuler sur leur procédure.

Déléguer la compétence du préavis au Conseil administratif, c’est aussi augmenter l’arbitraire d’une décision qui ne sera plus discutée entre commissaires de sensibilités diverses. L’échange, qui pouvait avoir lieu entre un commissaire de la commission des naturalisations et l’enquêteur cantonal qui a rédigé son rapport, n’existera plus !

En définitive, on assiste avec cette malheureuse décision prise en Ville de Genève à une évolution où les échanges humains et politiques tendent à être supprimés au profit de la technocratie !

Mais, la politique n’a pas dit son dernier mot !

Et, M. Holenweg, qui exultait de joie avec cette abrogation de la commission des naturalisations qu’il qualifiait de « moment historique », pourrait découvrir combien l’histoire bégaie.

Affaire donc à suivre…

 

12:27 Publié dans Actualités, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | |

25/12/2017

Harcèlement collectif

A Genève, mais il semble que ce phénomène enfle partout en Europe, on n’ose plus se souhaiter un « Joyeux Noël ». Je ne parle pas des vœux des administrations publiques ni même de ceux des commerçants, mais des échanges entre voisins, amis et connaissances. La formule qui s’est imposée, c’est le « bonne(s) fête(s) », abstraite, floue dont on ne sait si elle est au singulier ou au pluriel. Ce flou permet peut-être d’inclure le Nouvel An, mais annihile à coup sûr Noël.

Cette autocensure est affligeante. Cette peur de ne pas heurter l’Autre (le non chrétien) est gravissime et génératrice de violence. En effet, la laïcité n’est pas la persécution du religieux et encore moins la destruction de nos racines. Or, la Suisse et l’Europe ont des racines chrétiennes. Vouloir les extirper entraînera le retour du refoulé avec la violence de celui qui a été dépossédé de son identité, arraché de sa culture et contraint de se soumettre aux tyrannies des “bien-pensants” qui exercent leurs censures et dogmatisme en nous dictant de nouveaux codes langagiers.

Il n’y a en effet plus un jour sans que l’on nous ôte notre liberté d’expression et nous harcèle avec une novlangue qui censure certains mots et expressions de la langue française. Par exemple, nous ne pourrions plus utiliser la belle et noble expression des “Droits de l’Homme”, mais celle des “droits humains”. Or, cette dernière s’oppose, en fait, aux droits bestiaux et rabaisse l’homme dont le statut devient comparable à celui des bêtes. Même insulte avec le langage épicène et l’écriture inclusive sur lesquels j’ai déjà écrit plusieurs billets !

Ces coercitions et moralisation de notre société polluent nos existences. Avec Noël, on débouche sur des contorsions ahurissantes. Noël reste, publiquement, autorisé, pour autant qu’il ne soit plus nommé. Car, évidemment, on ne veut pas l’interdire puisqu’il permet, pour les marchands, de réaliser de beaux chiffres d’affaires. Il s’agit donc de maintenir cet événement, mais en le dépouillant de ses “oripeaux” religieux pour que ne reste que l’aspect commercial : les cadeaux, la dinde, le Père Noël[1] et surtout le sapin.

Le sapin deviendrait même la quintessence de Noël d’après Alain Bouquet, directeur général de l’enseignement obligatoire dans le canton de Vaud. Ce dernier aurait en effet interdit, dans les écoles vaudoises, toute crèche (« car c’est indéniablement un objet symbolique religieux par la présence de l’enfant Jésus »), mais admis le sapin, car : « C’est un vrai symbole laïque, qui fait figure d’emblème neutre de la nativité » (cité par Patrice Favre, in Echo Magazine du 21 décembre 2017 et sur le Portail catholique suisse).

Mais, que signifie ce geste si ce n’est une volonté d’acculturer nos jeunes, de les couper de leurs racines pour les rendre amnésiques et niais (et plus malléables !). Viendra peut-être un jour, pas si lointain, où un jeune, passant devant le Christ en croix, s’exclamera : « mais, c’est qui ce mec-là ? ». Or, comme le rappelle René Girard, ce ne sont pas les différences qui génèrent la violence, mais, l’annulation des singularités, qui favorise le désir mimétique. Gommer nos différences pour imposer un univers “propre”, hygiéniste, sans aspérité où règne l’indifférenciation générale avec des rituels imposés à tous, dépouillés de tout sens, c’est favoriser le fanatisme.

Faire croître des êtres hors sol culturel en ne leur léguant pas les héritages de leurs ancêtres ou du lieu dans lequel ils vivent, c’est fabriquer un monde infantile à la Walt Disney. Or, rien de plus dangereux que cette violence du calme qui, lorsqu’elle éclate, n’a plus de limite !

A suivre le directeur général de l’enseignement obligatoire dans le canton de Vaud, les écoliers pourront continuer, pour “le vivre ensemble” (selon l’expression chérie de la gauche), à parer le sapin, le couvrir de guirlandes et l’illuminer de bougies, mais sans mentionner que cette illumination symbolise la naissance de l’Enfant-Jésus venu sur terre pour apporter la paix et l’amour. Ils seront autorisés et même encouragés à chanter « Mon beau sapin, roi des forêts », mais interdits de chanter « Il est né le divin enfant… ». Bref, l’appel du directeur général de l’enseignement obligatoire dans le canton de Vaud n’est rien de moins qu’une incitation à devenir idolâtre en vouant un culte au sapin !

Quelle régression pour notre société !

Alors tant pis, je serai insolente, mais permettez-moi de vous souhaiter à tous un :

                                                         « Joyeux Noël » !

e88958678b0b0ec6ba24a8413c5c90e1--the-nativity-christmas-postcards.jpg

 

 

[1] ** Encore que, au nom de l’égalité des sexes, la survivance du Père Noël risque aussi d’être remise en cause. A moins que, par alternance, il puisse y avoir une Mère Noël !

 

 

20/11/2017

Si toutes les “garses” du monde francophone marchaient la main dans la main…

L’Académie française a raison de clamer son hostilité envers la langue dite épicène et l’écriture inclusive. Vouloir plier la langue pour défendre une cause politique (fût-elle la meilleure !) est une imposture. Certes, la langue n’est pas immuable. Elle subit des mutations : des mots deviennent désuets, changent de définitions et peuvent être évincés du dictionnaire pour faire place à d’autres mots qui s’immiscent dans nos habitudes langagières ou sont créés pour désigner de nouvelles réalités (scientifiques, techniques, artistiques…).

Lire la suite

18/10/2017

Professeur de droit pas très catholique

Nouveau rebondissement en Ville de Genève ! Un recours contre l’arrêt de la Chambre constitutionnelle de la Cour de justice est déposé formellement aujourd’hui au Tribunal fédéral par le professeur honoraire à l’Université de Genève, Andreas Auer. Pour rappel, la Cour a annulé le vote populaire du 24 septembre pour cause de graves irrégularités. En effet, « le fascicule d’explications pour le vote n’était pas conforme à la loi et à la garantie constitutionnelle des droits politiques ».

Lire la suite

01/10/2017

Pouvoir s’émerveiller

Ça y est, les Géantes sont arrivées à Genève ! Et, le peuple genevois (ainsi que celui arrivé par monts et par vaux !) est venu par dizaines de milliers à leur rencontre. Quelle chance et quel honneur pour la Ville de Genève d’avoir, après le Havre, Nantes, Liverpool, Santiago du Chili, Montréal… pu recevoir ces hôtes si prestigieux. D’après la Presse, des délégations de Tokyo et des Emirats arabes ont également fait le voyage jusqu’à Genève ce week-end, dans l’espoir d’amadouer ces Géantes pour qu’elles songent à venir dans leurs pays. Mais, l’espace planétaire garde ses mystères et rien ne permet de prédire quand et où ces Géantes feront leur prochaine apparition sur notre terre.

Lire la suite

17:07 Publié dans Actualités, communication et langage, Genève, théatre | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook | | |

24/09/2017

L’ivresse du pouvoir ou les fourberies de Pagani

Une tempête politique s’abat sur la Ville de Genève, suite à l’arrêt du 21 septembre 2017 de la Chambre constitutionnelle de la Cour de Justice, qui annule l’opération électorale du 24 septembre, relative aux référendums portant sur les coupes budgétaires.

Reconnaissant qu’il y a eu de graves irrégularités dans le matériel de vote, que la brochure “explicative” a été conçue pour tromper les électeurs, le Tribunal a abrogé ce scrutin. Ces violations de la Loi sur l’exercice des droits politiques (LEDP) à Genève sont particulièrement graves et choquantes, car elles ont été commises par Monsieur Pagani, maire de Genève.

Lire la suite

15:46 Publié dans Actualités, Genève, Humeur, politique | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook | | |

06/01/2017

Budget : ce que Mme Salerno ne comprend pas !

Fin 2016, la Presse genevoise l’a rapporté : des transferts et amendements déposés le jour où le budget devait être voté (le 10 décembre) ainsi qu’une perte (non compensée dans le budget) de 1,4 millions sur la vente d’un immeuble (rue des Alpes) a amené une majorité du parlement municipal (PLR, MCG, UDC), rejointe pour d’autres motifs par EàG et une partie des Verts, à renvoyer le budget 2017 à la commission des finances.

Lire la suite

22:12 Publié dans Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

19/10/2016

Maire de nuit ou les bibelots d’inanité de la gauche genevoise

Nouvelle lubie de la gauche municipale : « créer un poste de maire de nuit » en Ville de Genève ! Une fois de plus, on assiste à une triste dérive d’élus qui, au lieu d’empoigner les problèmes aigus auxquels est confrontée la population genevoise (logement, emploi, mobilité, petite enfance), se dispersent dans du superflu.

Lire la suite

12:09 Publié dans Actualités, Air du temps, communication et langage, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | |

23/06/2016

La femme, la perle, l’homme et la pomme de terre

L’homme est comme une pomme de terre. Si on ne l’épluche pas, il est inconsommable ! Certaines variétés, bien lavées, à la peau claire et fine, peuvent pourtant être mangées sans être épluchées.

Pour varier les plaisirs, alterner les modes de préparation. Car, l’homme est un savon. Si on le laisse inerte, il sèche, dépérit et devient inutile. Une bonne manière d’en profiter est de le cuire puis de l’écraser avec le dos de la fourchette. Ainsi, l’homme se radoucit. Pas de raison de s’en priver, puisqu’on peut en acheter, au marché, un kilo pour moins d’un euro !

Lire la suite

16/06/2016

Deux euros pour soutenir Hani Ramadan !

En lisant le Courrier des lecteurs de la Tribune de Genève du mercredi 15 juin 2016, j’ai été surprise de lire un billet qui défendait âprement l’Imam du Centre islamique des Eaux-Vives : Hani Ramadan.

Le ton de la lettre est surprenant. La plume est élégante, certes, mais affûtée au vitriol. L’auteur, Yvonne Bercher, critique les réactions qui se sont manifestées suite à l’invitation par une enseignante du DIP de M. Ramadan pour parler de l’islamophobie.

Lire la suite

01:06 Publié dans Actualités, communication et langage, Genève, Langue et usages | Lien permanent | Commentaires (98) | |  Facebook | | |

19/05/2016

Oui à un budget de solidarité !

En Ville de Genève, sur un budget d’environ 1,2 milliards de francs, près d’un quart, soit 256 millions, est consacré à la culture. A titre de comparaison, Lausanne affecte 6% de son budget et Zürich ou Bâle 4%.

Depuis 2002, le budget a augmenté de 217 millions ! Cette augmentation n’est pas liée aux 10% d’habitants en plus, mais au refus systématique du Conseil administratif d’établir des priorités. Plus grave encore, même lorsqu’une évaluation externe pointe des dysfonctionnements, des prestations superflues ou, du moins, qui n’offrent pas de plus-value apparente, le Conseil administratif ne veut rien changer, car, pour lui, tout est indispensable : ses innombrables publications pour présenter des bilans flatteurs, son allocation rentrée scolaire “à la française”…

 

Lire la suite

23:55 Publié dans Actualités, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

03/05/2016

Se voiler la face

Invitée sur « Forum » (RTS), dimanche 1er mai 2016, Madame Sandrine Salerno s’est exprimée sur le port du voile islamique. Pour la magistrate, il n’y a aucun problème ! Les femmes sont libres. Personne n’a à leur dicter leurs tenues vestimentaires.

Entraînée pas sa généreuse “tolérance”, l’élue socialiste va même plus loin. Elle ne conteste nullement le droit à une employée de la Ville de travailler avec le voile islamique (et certainement même avec le hijab). Bon, pour le niqab ou la burka, la magistrate n’a rien dit. Mais, ne peut-on pas supposer que, dans sa grande “largesse” d’esprit, la militante socialiste ne sanctionne pas quelques centimètres de tissus en plus ?

Lire la suite

13:45 Publié dans Actualités, Air du temps, communication et langage, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook | | |

08/04/2016

Laïcité qu'en est-il ?

La loi, qui doit être prochainement votée au Grand Conseil à Genève sur la laïcité, est vivement attendue. En effet, avec les dérives comportementales de quelques fanatiques, la laïcité doit être rapidement redéfinie dans un cadre légal strict et non négociable afin que des responsables, organisateurs et politiciens ne soient pas amenés à accorder des prérogatives ahurissantes comme vient de le faire la direction d’une école secondaire (à Bâle) qui autorise deux élèves musulmans à ne plus serrer la main de leur enseignante.

Lire la suite

20:59 Publié dans Actualités, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (30) | |  Facebook | | |

15/02/2016

Ne laissons pas passer notre chance !

Que la Musée d’Art et d’Histoire (MAH) à Genève ait été construit sur le modèle architectural néo-baroque, né au milieu du XIXe siècle, c’est certain !

Défendre cependant le concept de “pureté” architecturale en sacralisant un édifice est non seulement une vue de l’esprit figée, mais plus encore un déni historiographique.

Lire la suite

02:18 Publié dans Actualités, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | |

25/11/2015

L ‘Usine doit sortir des postures de principe

Les débats sur l’Usine[1] ont entraîné de vifs échanges au parlement de la Ville de Genève. Pour rappel, le Département de la sécurité et de l’économie (DSE) a demandé à l’Usine de se mettre en conformité avec la loi sur la restauration, les débits de boissons, l’hébergement et les divertissements (LRDBHD) dont la révision entrera en vigueur le 1er janvier 2016.

Lire la suite

14:48 Publié dans Actualités, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook | | |

10/11/2015

L'USINE...

Le conflit entre l’Usine et le canton a déboulé au municipal et déchaîné les passions à tel point que les débats ont duré une session entière (le 27 et 28 octobre 2015).

Pour rappel, le Département de la sécurité et de l’économie (DSE) a demandé à l‘Usine de se mettre en conformité légale avec ses buvettes. Réclamer à l’Usine le respect des lois n’est pas une exigence inédite. Lorsque Pierre-François Unger dirigeait le Département des affaires régionales, de l’économie et de la santé (DARES), les conflits avec l’Usine fleurissaient déjà. Des menaces d’enquête administrative et de fermeture avaient dû être brandies pour que l’Usine finisse par consentir à respecter les lois comme celles contre la fumée, la non discrimination (en 2011, un élu avait été viré de l’Usine pour son appartenance politique !) et celle en matière de bruit, en acceptant, comme le prévoit la législation fédérale, une mesure des décibels lors de ses concerts.

Lire la suite

18:08 Publié dans Actualités, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | |