Code de suivi Google

Féminiser les noms des rues à Genève ou les dernières frasques de Salerno…

Imprimer

Après les panneaux “genrés” des passages pour piétons, Mme Salerno veut modifier seize noms de rues à Genève pour féminiser l’espace public. Donner une visibilité aux figures féminines, qui ont marqué leur temps, est, certes, une manière de rendre justice à ces héroïnes enfouies dans les limbes d’une mémoire défaillante d’une histoire faite trop souvent par des hommes et pour des hommes.

Augmenter le nombre de rues accordées à des femmes mérite d’être défendu pour favoriser l’égalité entre hommes et femmes. Néanmoins, cette opération est périlleuse. Mal menée, elle peut avoir des effets contre-productifs. Le pire des scénarios (malheureusement choisi par la Ville de Genève !) est d’occulter l’histoire ou d’imaginer qu’en faisant choir de leur piédestal des hommes, on améliorera le statut des femmes.

Par ailleurs, le choix (éminemment idéologique et politique !) des femmes retenues par les autorités genevoises pour rebaptiser ces rues, laisse songeur. Y a-t-il si peu de femmes d’exception à Genève, pour que la Ville soit dans la nécessité de retenir des figures collectives comme :

- les blanchisseuses mortes accidentellement, et qui donneraient la « Rue des Trois-Blanchisseuses », laissant croire qu’une mort accidentelle fait de ces femmes des figures d’identification ;

- les femmes copistes, qui ont travaillé pour de Candolle, et qu’on sublime avec une rhétorique de marketing, en les nommant : «  la Flore-des-Dames ».

Enfin, honorer davantage Grisélidis-Réal, prostituée genevoise, dont la dépouille a été transférée, en 2009, au cimetière des Rois, en grande pompe avec des bus affrétés pour l’événement, est-ce un choix judicieux, alors que ce transfert avait soulevé tant d’indignations ? Ses écrits ont-ils plus de renommée littéraire que ceux de Jean Violette, écrivain, qu’on veut chasser de sa rue pour la donner à Grisélidis-Réal ?

Pourquoi aussi ôter la rue à Frank Martin, compositeur suisse d’une renommé mondiale pour le remplacer par Maggy-Breittmayer, violoniste soliste d’une carrière internationale, mais arrêtée à 26 ans, alors qu’elle a vécu 73 ans ?

Enfin, supprimer le prénom de William Favre, pour le remplacer par celui de sa sœur Alice, n’est-ce pas un manque de reconnaissance envers le donateur du Parc de la Grange ? Pourquoi ne pas simplement ajouter le prénom de sa sœur et nommer cette artère : « l’avenue William-et-Alice-Favre » ?

En revanche, j’applaudis à la proposition de donner le nom d’une rue à Lise Girardin, première femme maire de Genève. Enfin, ne pourrait-on pas honorer des femmes aux parcours plus remarquables, plutôt que de privilégier des blanchisseuses, une vendeuse, une anarchiste, une prostituée… Sans être historienne, je suggère quelques noms : Jeanne Hersch, brillante philosophe enterrée, en 2000, au cimetière des Rois (mais là, sans faste et sans présence d’un représentant du canton ou de la Ville) ; Aimée Rapin, peintre sans bras, si célèbre portraitiste que l’Europe entière accourait dans son atelier du Quai Ador (admirez un autoportrait) Autoportrait.jpeg; Lina Stern, première femme à recevoir le titre de Professeur ordinaire à l’Université de Genève, en 1918 ; Nelly Schreiber-Favre, première avocate à Genève, assermentée en 1906 (huit ans avant ma grand-mère, Alice Roullet-Piccard, qui n’aura donc jamais sa rue à Genève !) ; Noëlle Roger, romancière et journaliste, née en 1874 ; Simone Rapin (nièce d’Aimée Rapin) comédienne et illustre poétesse ; Monique Bauer-Lagier, politicienne féministe…

 

Brouiller les repères du passé, un acte citoyen ?

Quoi qu’il en soit, on ne brouille pas impunément les repères d’une population ! Débaptiser des noms de rues est délicat. Une telle opération devrait être rarissime, car modifier une nomenclature urbaine peut provoquer des effets catastrophiques comme :

- produire des pertes de repères, surtout pour les personnes âgées qui seront déstabilisées par ces changements ;

- engendrer des frais pour les entreprises qui devront changer leurs statuts ;

- provoquer des conflits et des protestations, particulièrement de descendants d’hommes illustres, qui n’accepteront pas qu’on détrône de l’espace public leurs aïeux ;

- instaurer au sein de la population des marqueurs invisibles, mais puissants. Voyons la modification absurde (et historiquement contestable) de la « Place Neuve » en la « Place de Neuve ». Celle-ci ne prend pas ! Les Genevois font de la résistance et continuent d’appeler cette place « La Place Neuve ». Et, celui qui dit « La Place Deneuve » passe même pour un plouc ou pour quelqu’un qui n’est pas de Genève ou mal assimilé.

Débaptiser une rue est aussi un rejet du passé. A cet égard, rappelons qu’à Neuchâtel, les autorités ont rebaptisé « l’Espace Louis-Agassiz », au prétexte que M. Agassiz, éminent glaciologue du XIXe siècle, a émis des thèses racistes, pour renommer le lieu  « L’Espace Tilo Frey », du nom de la première femme de couleur au Conseil national de la Ville de Neuchâtel. Ecarter un homme pour ses thèses racistes, en usant du critère de race pour honorer une femme, un comble ! Tout le XIXe siècle, épris de phrénologie, a été raciste, selon nos critères actuels. Quant aux siècles précédents, les plus humanistes des philosophes, les plus fervents défenseurs de la démocratie et des libertés ont émis des propos sur les races, les femmes, les domestiques, les colonisés… qui nous paraissent aujourd’hui ahurissants. Faudra-t-il donc balayer nos références historiques, brûler les livres de penseurs qui ont eu le tort d’appartenir à leur époque ? Cette propension à effacer l’histoire ou à juger le passé à l’aune de nos critères contemporains est inquiétante. Rappelons que l’histoire est faite pour nous surprendre, pour introduire de l’étrange, pas pour fortifier nos adhérences et nos moralisations contemporaines.

 

Donner plus de noms de rues à des femmes, oui mais…

Rien ne sert de vouloir imposer une nouvelle nomenclature si celle-ci ne crée pas d’adhésion populaire. Tout comme la langue que Mme Salerno veut plier pour l’instrumentaliser, mais qui résiste, les noms de rues ne changent pas par décret ! Remplacer « la Place du Cirque » par « la Place Marcelle-de-Kenzac » sera une illusion. La population continuera de l’appeler « la Place du Cirque ». Et, on assistera, comme pour le langage épicène que certains veulent imposer, à une fracture de la société, où chacun utilisera ses mots et ses noms de rues !

Le seul moyen d’augmenter les noms de rues accordées à des figures féminines est de le faire sans heurter la population. Pour cela, il faut favoriser les noms de femmes lorsqu’on crée de nouveaux quartiers ou de nouvelles rues. Or, avec le PAV, il y aura bien de nouvelles rues ! La solution de couper certaines longues artères (comme la rue de Lyon, la route de Meyrin…) pour baptiser un tronçon par un nom féminin pourrait aussi être étudiée.

Fort heureusement, la décision de baptiser des noms de rues à Genève n’est pas de la compétence de Mme Salerno ! La Ville ne peut que proposer des changements à la commission de nomenclature, qui les étudie. Enfin, si cette commission accepte des modifications, ces dernières doivent encore être approuvées par le Conseil d'Etat. Espérons donc qu’il y a dans la commission de nomenclature des historiens qui ne braderont pas notre patrimoine et n’accepteront pas d’effacer les traces de notre passé, même pour la noble cause des femmes…

 

Enfin, si vous voulez favoriser une femme actuelle et vivante, allez voter et soutenez ma candidature aux élections municipales en Ville de Genève!

PHOTO-roullet - copie 2.jpg

 

 

 

Commentaires

  • " Enfin, si vous voulez favoriser une femme actuelle et vivante, allez voter et soutenez ma candidature aux élections municipales en Ville de Genève ! "

    Bravo pour cette autopromotion. Vous au moins, vous ne perdez pas le nord !

    Cela dit, pour en revenir à votre article, je le partage.

    Mme Salerno ne fait pas de la politique, elle est à la remorque des tendances contemporaines. Elle navigue en eau trouble, dans la vague genrée.
    Qu'il s'agisse de remplacer les panneaux genrés pour les piétons -- pour peu que cette opération soit compatible avec la législation, ce qui reste à démontrer -- ou de la féminisation des noms de rues, dans les deux cas de figures, ce sont des décisions stupides qui n'auront aucun impact pour faire avancer la cause des femmes. De telles décisions auront en revanche une incidence concrète sur les dépenses publiques, car on ne sait pas combien vont coûter ces "lubies salernistes" aux contribuables.

    Féminisation des noms de rues. Je relève le changement de nom de la "Place Neuve" en "Place de Neuve", devenu la "Place Deneuve" et bientôt peut-être la "Place Catherine Deneuve" pour faire plus réaliste. Les cinéphiles apprécieront, d'autres beaucoup moins.

    Et que dire de la "Rue Calvin" devenue phonétiquement "Rue Calvine" ( prononciation entendue de la bouche d'une touriste américaine ...) et pourquoi pas bientôt "Rue Calvin Klein" pour rester au parfum de la mode et complaire aux touristes en mal de culture ?

    Bref, on vit une époque formidable ! Bonne campagne électorale Chère Madame !

  • @ Matthey,
    Merci pour votre long commentaire. Et, effectivement tant pour une navigatrice que pour une politicienne (je suis les deux), il ne faut pas perdre le nord!
    Cordialement
    Michèle Roullet

  • Entre le plug anal géant sur la place Vandôme du temps de Hollande, à Salerno et son vagin gonflable, les socialistes ont de vrais problèmes avec leurs fantasmes.

  • Bravo ! Je vote pour vous, des deux mains ;-)
    Débaptiser la rue Frank-Martin.... quelle bande d'incultes !

  • @ Arnica
    Merci et avec toute ma reconnaissance!

  • Genevoise exilée dans le canton de Vaud, je ne pourrai vous soutenir !

    En revanche, je vous suis totalement concernant le changement de noms des rues -avenues -chemins parce que c'est la mode de tout féminiser :-)))

    Belle journée à toutes et tous

  • Salerno veut avant tout laisser une trace dans l'histoire de Genève.

  • @ Mère-Grand,
    Oui, certainement, peut-être espère-t-elle même qu'un jour une rue porte son nom à Genève. Mais, qu'elle ne se berce pas d'illusion! Les artistes, créateurs restent (et encore!), mais les politiciens (et politiciennes) sont très rapidement oubliés.

  • On retiendra de l’ouvre politique de Monsieur Salerno qu'il a fait changer le nom des rues à Genève. C'est déjà pas si mal !

  • Monsieur Salerno aurait aussi pu introduire l'obligation des WC unisexe pour "asseoir" sa réputation.

  • Merci d'avoir si bien documenté votre article, Je rajoute le lien d'une rencontre de la RTS avec Jeanne Hersch, sur la liberté. https://www.rts.ch/archives/tv/culture/grands-entretiens/3443930-jeanne-hersch.html

  • @ NIN.À.MAH
    Oh merci beaucoup pour votre message et surtout pour le lien partagé d’une rencontre avec Jeanne Hersch à la RTS. J’ai été très émue d’entendre Jeanne Hersch qui un jour m’a invitée chez elle où nous avons dialogué pendant des heures. Cela reste pour moi un moment intense et unique dans ma vie.

  • Jeanne Hersch était une très forte personnalité. J'ai le souvenir d'un cours fort intéressant sur la notion de Faute (je ne me souviens pas de l'intitulé exact "j'ai la mémoire qui flanche") et de sa bienveillance lors de l'examen qu'elle m'a fait passer sur "La Critique de la raison pure" de Kant.
    Elle s'est fait malmener quelque peu par les soixante-huitards de l'époque, mais n'en a rien perdu de son autorité et de ses autres qualités humaines.

  • A propos de Jeanne Hersch encore: elle a courageusement défendu un jeune savant au comportement quelque peu inorthodoxe (aux yeux de ses collègues conservateurs en matière de moeurs, au sens large). Certains anciens sauront à qui je fais allusion. Paix à leurs âmes à tous deux (parole d'un non-croyant).

  • @ Mère Grand
    Oui, Jeanne Hersch était une femme courageuse, droite, et qui n’avait ni peur d’aller à contre-courant ni peur de déplaire !

  • Bonjour! Et pourquoi ne pas ajouter à la liste la poétesse et écrivaine Edith Boissonnas, Genevoise née à Baden, ayant vécu dans notre ville jusqu'à son mariage avec Charles Boissonnas, puis sporadiquement depuis, notamment pendant les années de guerre, mais "émigrée" à Paris en 1945, où elle fréquente les cercles littéraires, notamment Jean Paulhan et les écrivains de la NRF. Ne pourrait-on pas lui attribuer une rue d'un des nombreux nouveau "quartiers" à venir, au PAV ou ailleurs?

    "J'ai appris dès l'adolescence
    Que je serai toujours ailleurs
    Sans comprendre jamais le sens
    De ce glissement vers la peur"

    (Extrait de "Paysage Cruel", son premier recueil de poésie, édité par Gallimard en 1946)

  • @ Jacques Davier
    Merci pour votre commentaire et votre proposition d’honorer Edith Boissonnas. Évidemment mes quelques suggestions n’ont pas un caractère exclusif. Je ne suis pas non plus historienne et toutes les propositions méritent d’être étudiées. Les réactions de nombreux citoyens montrent bien qu’il y a eu des femmes remarquables à Genève.

  • Moi je propose une rue au nom de Jacques Davier :)

    N'y a-t-il pas déjà une rue du nom de Boissonnas à Genève?

    Vérification: Résultats de recherche
    Résultats sur une carte
    Rue Boissonnas, 1227 Genève : carte

    Cette rue rappelle le souvenir de Charles Boissonnas (1832-1912), architecte et conseiller d'Etat et de Jean Boissonnas, également conseiller d'Etat et membre.....

  • Le corona virus arrive au bon comment pour faire prendre conscience aux gens de ce qui est vraiment important. Les caprices de Monsieur Salerno semblent tellement futiles au regard de ce qui nous arrive et sur lequel le politicard n'a évidemment aucune prise.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel