Code de suivi Google

Aborder le racisme anti-Noirs à Genève… oui, mais comment ?

Imprimer

De vifs débats ont éclaté aux séances du Municipal de la Ville de Genève (le 9 et 14 octobre) lors du traitement de la motion (M-1446) « Pour une réponse aux besoins dans la prévention et la lutte contre le racisme anti-Noir.e.s en Ville de Genève ».

Pour les signataires (à gauche de l’échiquier politique) de cette motion, le racisme anti-Noirs, étant un racisme spécifique, ne peut être abordé d’une manière générale. Il devrait être traité par une association spécialisée dans ce type de racisme d’où la demande : d’« attribuer une subvention à une ou des associations compétentes et spécialisées dans le racisme anti-Noir.e.s ».

Les conseillers municipaux qui ont refusé cette motion ne dénient pas que le racisme anti-Noirs soit une problématique particulière, et que les personnes noires puissent être confrontées à une discrimination raciale systémique avec des préjugés hérités des tragédies qui ont émaillé l’histoire des Noirs : colonisation, traite négrière… (Cf.  la brochure « Recommandations de la commission fédérales contre le racisme » publiée par la commission fédérale contre le racisme a d’ailleurs publié - CFR)

Non, ils ont rejeté cette motion parce qu’ils la trouvent dommageable. Pourquoi enfermer des êtres humains dans des catégories hermétiques et mettre ainsi les Noirs dans un groupe à part pour traiter du racisme anti-Noirs ?

N’est-il pas paradoxal et contre-productif de vouloir lutter contre le racisme en créant de la ségrégation et, par ricochet, une forme larvée de racisme ? Si on commence à faire des catégories (et des hiérarchisation), où va-t-on s’arrêter ? Faudra-t-il créer des associations contre le racisme pour les femmes noires, pour les “Jaunes”, etc…

Ensuite, les Noirs font-ils partie d’un bloc homogène ? N’est-ce pas une dérive dangereuse qui réduit des êtres humains à n’être qu’une abstraction ! N’y a-t-il pas à Genève des Noirs sans papiers, d’autres ayant le statut de hauts fonctionnaires d’organisations internationales, des Noirs des Etats-Unis, du Proche Orient, des Antilles, de l’Inde ou encore suisses ?

C’est pourquoi, cette motion qui parle de racisme anti-Noirs est mauvaise. Au nom d’une belle et noble cause (lutter contre le racisme), elle veut séparer, dans les actions de prévention et de lutte contre le racisme, les Noirs, faire des Noirs une catégorie à part, ne pas les mêler aux autres.

Lors des débats, des propos désobligeants ont également été tenus par des conseillers municipaux, qui se croient, eux, vaccinés contre toute forme de racisme, et qui se permettent de donner des leçons à ceux qui ne les suivent pas. Ainsi, pour avoir relevé ce paradoxe qui consiste à vouloir lutter contre le racisme en séparant les Noirs, créant, ipso facto, du racisme, j’ai eu droit à quelques attaques. Mon propos a été qualifié de « posture théorique », «  de rhétorique », qui ne serait que de la « bien-pensance blanche » ! Bref, nous savions qu’une pensée puisse être molle, mal formulée, mais être taxée de « bien-pensance blanche » est vraiment une insulte raciste anti-Blancs ! Les propos envers la police, accusée de faire du délit de facies, ont été aussi totalement déplacés. Si un inspecteur de la brigade des stupéfiants s’avise à interpeler un homme noir, ce n’est pas qu’il est raciste, mais parce qu’il a aperçu un étrange commerce. Car enfin, ce n’est pas la couleur qui fait le dealer ! Mais, occulter que le trafic de la cocaïne est, à Genève, entre les mains de réseaux africains, est une attitude inconsciente. Rappelons que les policiers sont des fonctionnaires qui ont prêté serment, et qui, pour la plupart, travaillent, en respectant nos lois, pour assurer la sécurité de la population genevoise.

D’ailleurs, ce n’est pas en se montrant agressif, donneur de leçons et accusateur que l’on combattra efficacement le racisme d’autant plus que celui-ci s’enracine précisément dans la haine de soi !

Cette motion, qui demande à la Ville de subventionner une association compétente et spécialisée dans le racisme anti-Noirs, ne méritait pas d’être retenue (elle a avec le soutien du PDC été acceptée). Dommage, d’autant plus qu’elle semble ne pas reconnaître la compétence d’associations (comme la Ligue internationale contre le racisme (LICRA), le Centre d’écoute contre le racisme (C-ERC), le Bureau d’intégration des étrangers (BIE)… qui font un excellent travail avec comme priorité : lutter contre toutes les formes de racisme et d’antisémitisme sans faire de discrimination !

Donc, lutter contre le racisme… oui, mais pas n’importe comment !

 

 

 

Lien permanent 17 commentaires

Commentaires

  • Lutter contre le racisme anti-noir c'est faire du racisme à l'envers car qui sont ceux susceptibles d'être racistes envers les noirs ? Ceux qui ne le sont pas...
    Donc seuls les noirs ne seraient pas racistes ?

  • Pourrions-nous avoir des exemples de ce racisme? Quelle forme prend-il? Y a-t-il p.ex des personnes qui refuseraient de serrer la main d’un(e) noir(e)?Des tenanciers de bistrot qui refuseraient de leur servir un plat du jour?

    Si ça se limite aux dealers, une solution serait d’ouvrir le marché de la cocaïne à d’autres ethnies que celles d’Afrique de l’ouest. Que ceux qui hurlent au racisme nous trouvent un seul dealer non-noir et on pourra commencer à discuter. Et si on me rétorque que les gros bonnets sont blancs (cela reste encore à prouver), je réponds d’avance que si l’un d’eux se fait arrêter, il sera jugé et condamné sans que personne ne parle de racisme.

    Alors égalité de traitement svp merci!

  • « .... haine de soi » ? « ... qui font un excellent travail .... lutter contre toutes les formes de racisme et d’antisémitisme........ »

    1/ Je croyais plutôt que les racistes étaient plutôt imbus d’eux-mêmes.

    2/ L’excellent travail contre l’antisémitisme - admis sous la houlette de l’antisionisme/Israël/Juifs par certains blogueurs dans cette blogosphère - ne se fera que lorsque la Suisse reconnaîtra l’antisionisme, comme une nouvelle forme d’antisémitisme; ce qui a déjà été reconnu par certains pays.

  • Contrairement à certains exaltés sur les blogs de la TDG, il ne faut pas tout mélanger. L’antisémitisme comme la haine des Roms, la haine des Noirs ou la haine des Arabes, etc... est un délit poursuivi et sanctionné comme il se doit en droit suisse.
    L’antisionisme est une opinion à laquelle chacun est libre d’adhérer ou non. L’art. 16 al. 2 de notre Constitution dispose que “toute personne a le droit de former, d'exprimer et de répandre librement son opinion”.
    Il n'y aucun point commun entre les deux. Etre antisioniste ne veut pas dire qu'une personne est hostile à l'existence d'Israël et encore moins qu'elle est hostile aux juifs.
    On doit pouvoir dans NOTRE pays, critiquer une théocratie islamique, ou la politique de Netanyahu sans passer pour antimusulman ou antisémite.

  • Il y a des décennies:

    En Afrique: Sur la porte d'entrée d'un restaurant il était inscrit:
    "Interdit au chiens et aux blancs"

    "En Afrique du Sud: Interdit aux chiens t aux juifs!

    Et aujourd'hui....!?

  • @ Arnica,
    Ce serait une erreur de dénier que cette forme de racisme anti-Noirs existe dans notre pays ! Il faut prendre au sérieux ce racisme et le combattre ! Mais, lutter contre ce racisme et créer une ségrégation envers les noirs serait absurde.
    Enfin, il est tout aussi absurde de prétendre (comme cela a été fait en séance plénière du Municipal) que s’il y a plus de noirs arrêtés comme dealers à Genève, ce serait parce que la police commettrait du délit de facies, et que si elle contrôlait autant les Blancs que les Noirs, il y aurait autant d’arrestations de Blancs que de Noirs ! Encore une fois, ce n’est pas la couleur qui fait le dealer. Mais, on sait que la cocaïne est contrôlée à Genève par des réseaux africains, l’héroïne par des Albanais et le haschich par encore une autre communauté !

  • Merci Michèle
    Mais alors dites-moi quelle forme prend le racisme anti-noir? De quoi souffrent-ils?
    Les enfants les montrent-ils du doigt? Leur interdit-on l'accès au logement, à l'emploi, aux boîtes de nuit? Sont-ils moins bien payés (ce qui est, donc, le cas des femmes de toutes les couleurs) ?
    Des exemples concrets svp merc

  • @ Arnica,

    Je vous invite à lire le rapport de la commission fédérale contre le racisme sous : https://www.ekr.admin.ch/pdf/Studie_AntiRassismus_F.pdf
    Voici ce qu’on peut lire dans l’Avant-propos : « Les personnes noires peuvent être quotidiennement confrontées au racisme et à la discrimination, que ce soit dans le monde du travail, la recherche d’un logement, la formation ou les rapports avec la police et les autres services chargés de la sécurité. Trop souvent, elles n’ont pas accès aux prestations de conseil ou à la protection juridique sur un même pied d’égalité que les autres ».
    Maintenant, vous avez raison! Il y aurait bien de correspondances à tirer entre les réactions envers les Noirs et celles envers les femmes qui sont confrontées également à des stigmatisations, des dévalorisations et des inégalités salariales honteuses !

  • Il ne faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages!

    L' antisionisme est le frère jumeau de l'antisémitisme. Il est temps que la Suisse s'aligne aux pays qui l'ont reconnu comme tel!

    Pourquoi l’antisionisme est un antisémitisme nous dit Causeur!

    - Être antisioniste, ce n’est pas contester la politique du gouvernement israélien
    - Être antisioniste, c’est contester l’existence même de l’Etat israélien, parce qu’il est juif.

    Oui, l’antisionisme est bien la forme réinventée de l’antisémitisme. Et ce n’est pas nouveau.
    Écoutons le philosophe Vladimir Jankélévitch en 1978 : « L’antisionisme est la trouvaille miraculeuse, l’aubaine providentielle qui réconcilie la gauche anti-impérialiste et la droite antisémite ; l’antisionisme donne la permission d’être démocratiquement antisémite. »

    Et Martin Luther King encore un peu plus tôt (1967) : « L’antisémitisme, la haine envers le peuple juif, a été et reste une tache sur l’âme de l’humanité. Nous sommes pleinement d’accord sur ce point. Alors sache aussi cela : antisioniste signifie de manière inhérente antisémite, et il en sera toujours ainsi. »
    .......

    C’est aussi en tout cela que l’antisionisme confine à l’antisémitisme. C’est aussi pour cela qu’il faut le condamner.

    https://www.causeur.fr/antisionisme-antisemitisme-juifs-159367

    Merci Le Causeur! J'ai l'impression de me relire :)

  • Comme de coutume, avec certains commentateurs-trices, chaque occasion est bonne pour déverser ses obsessions.
    J'ajouterais seulement ceci à mon commentaire précédent.
    Reconnaître à Israël le droit d'exister n'est pas incompatible avec la défense des droits du peuple palestinien et la création de l'État de Palestine. Israël existe en tant qu'Etat, qu'on le veuille ou non, c'est un fait.
    Militer en faveur d'une solution à 2 Etats, c'est de facto reconnaitre Israël tout en espérant un Etat palestinien indépendant qui garantirait les droits des palestiniens.
    Ceci étant dit, il est tout à fait légitime de critiquer la colonisation israélienne dans les territoires occupés, l'humiliation quotidienne que subissent les milliers de Palestiniens sur les check-points de l'armée israélienne, les violations systématiques du droit international, la barrière de sécurité en Cisjordanie, l'usage excessif de la force durant les conflits armés, le blocus de la bande de Gaza, l'expulsion des chrétiens d'Orient de la vieille-ville de Jérusalem, etc...sans se faire traiter d'antisémite.
    Il s'agit là de critiques contre une politique, un gouvernement, une idéologie au pouvoir et non de la stigmatisation d'une religion ou d'un peuple dans son ensemble.
    Mais quand on est incapable de répondre à des critiques, qu'on a pas d'arguments, forcément on ne peut que pousser des cris d'orfraie.

  • Merci Michèle,
    J'ai jeté un (rapide) coup d'oeil au rapport, on y lit des affirmations comme quoi "il y a des cas de discrimination" (je résume), alors voilà.....
    On y lit aussi (je cite) :
    "Les personnes noires ne bénéficient pas toujours d’un accès équitable
    aux espaces et services publics et au marché du travail et du logement. Il faut prendre des mesures de sensibilisation supplémentaires pour lutter contre ces iné- galités. Les institutions doivent être inclusives et s’ouvrir à la diversité pour assurer une représentation équitable des personnes noires et favoriser leur autonomisation (empowerment)."

    Les noirs n'ont pas un accès équitable aux services publics: leur refuse-t-on l'accès aux écoles, à l'université, aux soins aux HUG ????? Les espaces publics : n'ont-ils pas accès aux parcs, au bord du lac, aux Bains de Pâquis??? Leur refuse-t-on de participer à la Course de l'Escalade ? (même que ce sont tjrs eux qui gagnent .... lol !)

    Combien de Suisses blancs sont discriminés sur le marché de l'emploi et du logement? Est-il facile pour des Européens de trouver un logement à Genève? Est-il facile pour des Européens blancs suisses (bref, des non-noirs) de trouver un emploi ? Combien d'Européens suisses blancs ont "accès aux prestations de conseil ou à la protection juridique " ? Quand nous avons des difficultés, nous devons chercher nous-mêmes de l'aide, personnellement, je paie (cher) une assurance juridique, car je sais que je n'aurai jamais droit à "des prestations de conseil ou de protection juridique"

    Je crois volontiers que les Noirs peuvent se heurter à des réponses négatives ou à des attitudes hostiles, il faut simplement comprendre que nous sommes tous logés à la même enseigne. Quand je regarde autour de moi, je vois beaucoup de noirs qui ont l'air de mener une vie tout à fait normale. Ils n'ont pas l'air craintifs, ils n'ont pas de plâtres ni bandages après s'être fait attaquer (combien de blancs européens suisses ou frontaliers se font attaquer et tabasser ???? Voir Perly.....).

    Il serait peut-être temps de comprendre que, même en Suisse, nous ne vivons pas à Disneyland. Il est difficile pour tout le monde de trouver un emploi et un logement, d'obtenir des prestations de conseil et de protection juridique, de ne pas se faire assommer par les assurances maladies etc.

  • Patoucha@ "Il y a des décennies: En Afrique: Sur la porte d'entrée d'un restaurant il était inscrit:
    "Interdit au chiens et aux blancs"
    Qu'est-ce que c'est que ce délire ?

    Luc@ Autre délire : "Etre antisioniste ne veut pas dire qu'une personne est hostile à l'existence d'Israël "
    Ah bon, et à votre avis, c'est quoi, Sion ? La capitale du Valais ?

  • Tiens Géo est sorti d'hibernation et vole au secours de sa Patoche préférée. Arrivez-vous à lire et à comprendre le français? sinon vous n'êtes pas obligé de tout lire en une fois.
    Je vais essayer de vous expliquer ce point. De nombreux israéliens, de confession juive, vivant et travaillant en Israël réfutent l'assimilation faite, entre autres, par votre amie la patoche, entre antisémitisme et antisionisme..
    Je peux citer pour exemple Zeev Sternhell, professeur émérite de sciences politiques à l’Université Hébraïque de Jérusalem, ou encore l'historien Shlomo Sand et j'en passe.
    Ces gens condamnent le sionisme en tant que politique coloniale mais ne remettent pas en question l'existence d'Israël, ce qui reviendrait à nier la terre sur laquelle ils vivent et enseignent.

  • Tout-à-fait d'accord avec Arnica! Mais le terme raciste , tout comme l'islamophobie, est brandi pour faiblir, faire fléchir l'autorité et obtenir des privilèges que beaucoup d'indigènes qui travaillent n'arrivent pas à boucler leurs fins de mois tant ils croulent sur les taxes, les impôts, l'assurance maladie pour la famille et j'en passe, n'ont pas dans NOTRE pays! Ils sont en sécurité - contrairement à d'autres - mais ça se plaint!

    Il faudrait peut-être rappeler le sujet à la propagandiste, activiste de service, vous ne croyez pas Madame Roullet?

    @Géo,

    Ben oui! Géo, ce n'est pas du délire! Je l'ai lu dans un quotidien avec en prime une photo et, comme précisé, il y a des années de cela!

  • Arnika a raison, il y a un racisme anti blanc ? [...]

  • De nombreux affrontements sur le sionisme et l'antisémitisme envahissent mon blog. Je ne les ai plus mis en ligne jugeant qu'ils s'éloignaient trop de ce billet. Par ailleurs, je n'ai ni le temps d'aller vérifier la véracité de certains commentaires, même accompagnés de liens Internet ni une connaissance assez étoffée sur les problèmes qui agitent le Moyen Orient. MERCI de votre compréhension.

  • "le racisme anti-Noir" (Michèle Roullet)

    Madame Roullet,

    Je m'excuse de vous demander pardon, mais ... quelle est au juste la différence que vous faites entre ... la théorie politique du ... racisme, ... et ... la théorie politique du racisme ... "anti-noir", ... et si elle n'est pas alors ... "politique", ... mais alors, ... de quelle nature est-elle ... exactment ... cette différence ?

    Hmmmmmm ?

Les commentaires sont fermés.