Code de suivi Google

Première pierre d’un tombeau !

Imprimer

Après les commémorations du débarquement allié du 6 juin 1944 en Normandie où Donald Trump et Emmanuel Macron se sont rencontrés et où le président français a rappelé que « nous ne devons jamais cessé de faire vivre l’alliance des peuples libres » (cité in, Le Monde du 6 juin 2019), nous apprenions, avant-hier (le 12 juin 2019), une nouvelle effarante, qui révèle que la liberté, le courage et les peuples libres ne seront bientôt plus que des vieilles ritournelles dans nos pays où la démocratie ne sera qu’un vague souvenir (pour autant que la mémoire perdure…). Tout régime, empire, système politique a un cycle de vie plus ou moins long. Certains ont été balayés par à une catastrophe naturelle, comme la disparition de la culture minoenne qu’on impute à l’éruption du volcan de Santorin, d’autres par des guerres et des tragédies historiques liées parfois à de mauvais choix politiques.

Or, à force de moralisation de la société, renoncer à défendre le socle de nos libertés et censurer l’humour, les dessins de presse et les caricatures, c’est creuser la tombe des démocraties.

En effet, n’apprend-on pas avec stupéfaction que le New York Times, dès juillet, censurera toutes les caricatures à caractère politique, première étape de l’interdiction de toute caricature, vu que ce qui est social relève du politique !

Or, pour lutter contre toutes les tyrannies et la barbarie, la meilleure arme restera toujours l’humour. Ceci, je l’avais déjà écrit dans un billet en 2015 suite à l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo ! Tous les régimes totalitaires qu’ils soient militaires ou théocratiques ont systématiquement persécuté les intellectuels, les artistes et les humoristes. Et, ce n’est pas un hasard ! L’humour est la meilleure arme contre la tyrannie. On se souvient de la censure derrière le Rideau de Fer qui exacerbait les blagues qui circulaient sous le manteau. Aucun écrivain n’a peut-être aussi bien décrit cette persécution des humoristes dans le bloc des pays de l’Est que Kundera dans « Risibles amours » où une blague de potache va conduire un étudiant amoureux au goulag.

C’est dire que le pire ennemi n’est pas toujours l’autre, puisqu’il peut se nicher en nous-mêmes. En effet, lorsque l’on renonce à penser par paresse intellectuelle, par peur de déplaire, par confort émotionnel et soumission à l’air du temps, et que l’on n’ose ni pratiquer l’humour, aussi irrévérencieux soit-il, ni pratiquer l’art du pamphlet avec ses excès et ses violences, on renonce à vivre et l’on entre dans une servitude volontaire !

Le plus grand danger pour nos démocraties est bien cette société de contrôle que nous construisons nous-mêmes avec un maillage toujours plus serré ! Et, c’est un ennemi insidieux, car on ne le voit pas venir puisqu’il s’abrite en nous. Cette société de contrôle, d’interdictions incessantes que nous dressons nous-mêmes, ronge nos démocraties.

Et, Chappatte a raison de s’inquiéter et de rappeler qu’ « il ne s’agit pas seulement de dessin, mais bien de journalisme et d’opinion en général et, à travers eux, de liberté d’expression » (in TdG du 12 juin) et de tancer « les foules moralistes (qui) se rassemblent sur les réseaux sociaux ».

Je m’arrête là dans mon billet, bien qu’il y aurait encore beaucoup à dire sur la répression de nos sociétés actuelles, car je vais aller défiler pour l’égalité de salaire entre les hommes et les femmes. Je participerai à cette manifestation dans un esprit mitigé, tant cette grève a été instrumentalisée par une gauche qui mélange inégalité salariale et capitalisme avec un discours d’une virulence insoutenable contre les hommes en général. Non, les femmes ne sont pas si vulnérables et pas toutes des victimes. Mais, il est bon de rappeler que l’égalité des sexes, inscrite dans la loi depuis 1981, n’est toujours pas appliquée. Et, même si selon un proverbe persan, « la patience est un arbre dont la racine est amère, et dont les fruits sont très doux », il est juste d’être parfois impatient !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

  • " les peuples libres "
    On vu comment la dictarure macronienne a traité la liberté du peuple français de manifester.

  • Bonjour,
    Ce plaidoyer pour l’humour vise-t-il à excuser votre comportement sur facebook? Car vous ne vous êtes pas contentée de participer à la grève des femmes du 14 juin à Genève. Vous y avez aussi photographié de face des jeunes femmes défilant seins nus. Puis vous avez balancé la photo sur votre page facebook publique, sans vous soucier des conséquences. [...]
    https://imgur.com/a/Q3DP0rY [...]

  • @ Gregory Chanet,
    Votre indignation et vos accusations montrent que vous êtes enfermé dans un patriarcat éculé qui vous permet de considérer que des jeunes femmes, qui défilaient le 14 juin, ne seraient que des mineures immatures que vous voulez protéger (comme le code napoléonien !).
    Ces jeunes femmes revendiquent d’exhiber leur nudité pour une cause politique. Si je trouve que cette attitude est d’une légèreté insoutenable et, politiquement parlant, complètement contre productive, je crois qu’elles savent qu’aujourd’hui tout le monde a des I Phones, et qu’elles vont, abondamment, se faire photographier. Elles se faisaient même mitrailler, je peux vous le dire, sans qu’elles parussent gênées !
    Imaginer le contraire serait vraiment les prendre pour des débiles. D’ailleurs ces photos ont même circulé dans les journaux !
    Ce n’est pas à moi de penser aux conséquences de publier sur FB une photo de jeunes filles au seins nus, mais à elles d’évaluer si, en exposant leurs seins avec des slogans parfois haineux ou surréalistes ou dans le style des FEMEN, elles n’adoptent pas une attitude paradoxale qui affaiblit le féminisme.
    En revanche, vous vous permettez de m’insulter et de remettre en lien l’image de ces jeunes filles. Mais, comble de l’insulte, vous floutez leurs visages. En somme, vous ne gardez que le corps et n’avez aucun scrupule de leur couper la tête !!!
    Ah, bravo, comme censeur macho, vous êtes grandiose ! Je ne suis pas sûre que ces jeunes filles apprécient votre traitement…
    Par ailleurs, j’ai l’impression que vous sévissez sous un faux nom. Toutes mes recherches pour trouver qui se cache derrière Gregory Chanet ont échoué !

  • Essayez avec Gregory Chanez!

  • Merci,
    Mais, s’il s’agissait d’un Gregory Chanez (nombreux en France), il aurait pu rectifier l’orthographe de son nom. À moins qu’il veuille publier des commentaires en étant masqué!

Les commentaires sont fermés.