Code de suivi Google

  • Mon intervention à l’assemblée générale extraordinaire du PLR

    Imprimer

    Hier, mardi 15 janviers 2019, le PLR vivait un moment important et historique qui a mobilisé une présence élevée de ses membres (plus de 700 !). Les débats ont été nourris, mais de bonne tenue avec des arguments aux grilles de lecture variées, et qui révèlent qu’au PLR, la liberté de penser n’est pas un vain mot.

    Je remercie tout particulièrement le président, Alexandre de Senarclens, de m’avoir donné la parole, d’autant plus qu’il savait que mes propos n’allaient pas conforter la prise de position du comité directeur, et que les demandes de parole si abondantes, ne pouvaient pas être toutes satisfaites. Qu’il soit assuré de ma reconnaissance d’avoir permis qu’un véritable échange ait pu avoir lieu durant cette AGE.

    Je tiens à faire circuler mon intervention dans mon blog. Néanmoins, je précise que, la durée du temps de parole ayant été limitée à 2 minutes durant cette rencontre, j’ai dû légèrement couper le texte donné ci-dessous intégralement :

    « Merci, Monsieur de Président, de me donner la parole. En raison de l’importance de notre réunion, je tiens à m’exprimer en lisant le contenu de mon intervention. C’est une pratique qui m’assure dans ma représentation du PLR au Conseil Municipal de Genève.

    Ce 15 janvier 2019, nous sommes réunis pour témoigner de notre sensibilité sur ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire MAUDET ». Mais, de quelle affaire parlons-nous ? Cette affaire relève de la justice. Elle ne relève pas de notre prétendue compétence sur un tel sujet. Serions-nous au-dessus des Tribunaux pour nous permettre de juger ?

    En effet, demander la démission de Pierre Maudet pour respecter les institutions et même en invoquant le bien du parti et du canton, est-ce la meilleure stratégie politique, sans parler de la distance qui serait prise vis-à-vis de l’institution judiciaire ?

    Les valeurs du PLR, nous les connaissons : la liberté et la responsabilité. Or, sommer Pierre Maudet de démissionner, c’est faire fi de sa liberté et de sa responsabilité, même si ce concept de responsabilité est plié à toutes les convenances. En voici quelques exemples.

    - Il y a ceux qui plaident pour le départ de Pierre Maudet et ils insistent sur l’attitude responsable que devrait avoir notre magistrat ;

    - Il y en a d’autres, au contraire, qui estiment que la démission de Pierre Maudet serait un acte irresponsable, car en quittant la scène politique, Pierre Maudet laisserait une place vacante au Conseil d’Etat. Grand (et c’est un euphémisme!) serait alors le risque de faire basculer le gouvernement à gauche pour plus de 4 ans. Serait-ce vraiment un objectif crédible pour Genève et pour le PLR ?

    Enfin, lâcher Pierre Maudet, c’est aussi montrer qu’au PLR, on ne soutient pas ses magistrats, qu’on cherche même à les enfoncer en s’offrant le luxe de communiquer à des journalistes des documents confidentiels et des contre-vérités pour mieux les détruire, voire - veuillez accepter cette expression - les «  flinguer ». Que celui qui n’a jamais masqué la vérité se lève et lui jette « la première pierre ».

    Reconnaissons en effet que, sans certaines fuites ou le zèle destructeur de certains, le feuilleton médiatique autour de cette affaire se serait vite épuisé. Certes, Pierre Maudet est poursuivi par la justice. Mais, être sous enquête pénale n’est aucunement synonyme de culpabilité, de mort politique.

    Avec l’endurance et le talent de Pierre Maudet, on peut même postuler qu’avec le soutien de son parti, il rebondira. Aussi, lâcher notre magistrat se révèle une mauvaise stratégie. Or, nous le savons, en politique les stratégies manifestent le dynamisme d’un parti.

    Manifester ce soir notre confiance en Pierre Maudet, c’est souligner, c’est clamer que le PLR est fidèle à sa tradition humaniste. Il serait donc pour le moins inopportun, parce que Pierre Maudet a commis des erreurs, de vouloir s’en débarrasser. Non, notre parti et Pierre Maudet méritent mieux.

    Montrons que nous faisons un pari sur l’avenir, persuadés que les épreuves nous rendent plus forts et plus unis. Vive le PLR ! »

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Actualités, Genève, politique 9 commentaires
  • Un ex député socialiste veut lancer deux initiatives pour destituer Pierre Maudet

    Imprimer

    Dans la Tribune de Genève du mardi 8 janvier, on peut lire que Roger Deneys, ex député socialiste, « choqué par l’obstination de Pierre Maudet à s’accrocher au pouvoir […] veut lancer deux initiatives populaires pour changer les règles du jeu et fournir au Canton les outils pour se débarrasser d’un élu indésirable ».

    Dans le monde politique, il faut toujours traquer les calculs. Or, nul doute qu’en voulant bouter Pierre Maudet hors du Conseil d’Etat, Roger Deneys rêve que les Socialistes puissent ravir le siège qui serait libéré.

    Parallèlement, on peut aussi penser que cet ex député, candidat malheureux au Conseil d’Etat aux élections de 2013, est en mal de reconnaissance et cherche à être sous les feux de la rampe. C’est humain !

    Mais, que demandent ces initiatives ?

    - La première inscrira, dans la Constitution genevoise, le principe général de la destitution d’un conseiller d’Etat ;

    - La deuxième réclamera « la destitution immédiate de Pierre Maudet “en raison des graves atteintes qu’il a portées à la dignité de son mandat” ».

    Avant d’ausculter les tenants et aboutissants de ces projets, on peut s’étonner que Roger Deneys, avec son expérience politique, mise sur une “destitution immédiate” de Pierre Maudet. Les procédures des initiatives populaires (récolte des signatures, validation, éventuel contre projet, vote populaire, concrétisation) sont longues. Aussi, n’est-il pas exagéré de supputer qu’il faille trois à quatre ans, voire plus pour qu’une initiative entre en vigueur. Il en a fallu cinq pour que Neuchâtel change sa Constitution ! Et, il y a fort à parier que cette initiative ne sera pas validée par le Conseil d’Etat.

    En effet, sous quelle légitimité, le Grand Conseil pourrait-il exiger la démission d’un conseiller d’Etat, élu par la population ? Le pouvoir législatif n’a pas de telles prérogatives sur le pouvoir exécutif. Et, c’est tant mieux ! Cela maintient la séparation des pouvoirs, véritable pilier de notre démocratie.

    Quant au Conseil d’Etat, il serait tout aussi inquiétant de l’autoriser à destituer un de ses membres. Ce serait la fin de toute collégialité, le déni de la volonté populaire et le glissement progressif vers la dictature.

    C’est pourquoi, à Genève, personne ne peut exiger la démission d’un élu, que ce dernier soit conseiller municipal, député, conseiller administratif ou conseiller d’Etat.

    Et, cette règle est sage ! En effet, contraindre un élu à démissionner en arguant de la moralité, de la dignité ou de procédures pénales en cours ouvre la porte à tous les abus avec le risque :

    - d’amplifier les dérives émotionnelles ;
    - de favoriser une politique du spectacle où plus un parti (majoritaire) gueulerait, plus il parviendrait à se débarrasser d’un politicien gênant ;
    - d’exacerber les rumeurs, diffamations et mensonges pour abattre un adversaire politique ;
    - de faire le lit du totalitarisme dont les deux ressorts les plus profonds sont la sacralisation de la cause et la bonne conscience (in Ingrid Riocreux, « Les Marchands de Nouvelles »).

    Ce glissement vers l’émotionnel, où toute conduite sera jugée à l’aune de la morale ou de la dignité, est la plus grande menace pour notre démocratie.

    En effet, dans le projet de Deneys, les motifs de destitution ne se limiteraient pas aux seules infractions pénales, puisque « celui qui aurait enfreint gravement les devoirs de son mandat ou porté gravement atteinte à la dignité de son mandat, intentionnellement ou par négligence », pourrait être destitué.

    Mais enfin, qui est ce Roger Deneys pour s’autoriser à juger ce qui est digne et ce qui ne l’est pas ! Ce donneur de leçons, ignore-t-il qu’une loi doit reposer sur une forme de sécurité du droit, qu’elle doit être gouvernée par un principe juridique.

    En arrivera-t-on à créer une procédure d’ « impeachment » pour un élu qui aurait une affaire extraconjugale, qui serait addict à la cigarette, qui mangerait trop de viande ou n’utiliserait pas le langage épicène…

    Pourquoi Roger Deneys s’acharne-t-il sur Pierre Maudet, alors qu’il se garde bien de dénoncer les fautes graves commises par des élus socialistes ou de gauche, en matière d’abus de pouvoir et d’utilisation des deniers publics ?

    Le choix sélectif des indignations de Roger Deneys en dit long sur ce politicien gonflé d’autosatisfaction et de bonne conscience, et qui n’hésite pas à vouloir purger la société des “mauvais” éléments. A cet égard, le Grand Conseil se souvient encore de l’Interpellation urgente, déposée par ce garde-chiourme de la pensée, qui voulait sanctionner un professeur de l’Université de Genève, qui avait rédigé un texte qui n’entrait pas dans l’orthodoxie intellectuelle du député d’alors. Oui, rien que cela ! Roger Deneys voulait que le pouvoir législatif exerce un contrôle et une censure sur le monde académique !

    En tout cas, en matière de dignité, Roger Deneys est sûr d’être expert ! Pourtant ce parangon de vertu, n’a-t-il pas été épinglé pour avoir posté sur des réseaux sociaux des propos discriminatoires envers une communauté ? Embarrassé, il avait alors admis avoir agi par négligence ! Cette étourderie a-t-elle porté atteinte à son honneur ?

    Difficile de répondre à cette question tant Roger Deneys aime se draper dans sa vertu et sa dignité.

    A moins qu’il ne se prenne pour César !

    Roger Deneys se drape dans sa dignité.jpg