Code de suivi Google

Mon intervention à l’assemblée générale extraordinaire du PLR

Imprimer

Hier, mardi 15 janviers 2019, le PLR vivait un moment important et historique qui a mobilisé une présence élevée de ses membres (plus de 700 !). Les débats ont été nourris, mais de bonne tenue avec des arguments aux grilles de lecture variées, et qui révèlent qu’au PLR, la liberté de penser n’est pas un vain mot.

Je remercie tout particulièrement le président, Alexandre de Senarclens, de m’avoir donné la parole, d’autant plus qu’il savait que mes propos n’allaient pas conforter la prise de position du comité directeur, et que les demandes de parole si abondantes, ne pouvaient pas être toutes satisfaites. Qu’il soit assuré de ma reconnaissance d’avoir permis qu’un véritable échange ait pu avoir lieu durant cette AGE.

Je tiens à faire circuler mon intervention dans mon blog. Néanmoins, je précise que, la durée du temps de parole ayant été limitée à 2 minutes durant cette rencontre, j’ai dû légèrement couper le texte donné ci-dessous intégralement :

« Merci, Monsieur de Président, de me donner la parole. En raison de l’importance de notre réunion, je tiens à m’exprimer en lisant le contenu de mon intervention. C’est une pratique qui m’assure dans ma représentation du PLR au Conseil Municipal de Genève.

Ce 15 janvier 2019, nous sommes réunis pour témoigner de notre sensibilité sur ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire MAUDET ». Mais, de quelle affaire parlons-nous ? Cette affaire relève de la justice. Elle ne relève pas de notre prétendue compétence sur un tel sujet. Serions-nous au-dessus des Tribunaux pour nous permettre de juger ?

En effet, demander la démission de Pierre Maudet pour respecter les institutions et même en invoquant le bien du parti et du canton, est-ce la meilleure stratégie politique, sans parler de la distance qui serait prise vis-à-vis de l’institution judiciaire ?

Les valeurs du PLR, nous les connaissons : la liberté et la responsabilité. Or, sommer Pierre Maudet de démissionner, c’est faire fi de sa liberté et de sa responsabilité, même si ce concept de responsabilité est plié à toutes les convenances. En voici quelques exemples.

- Il y a ceux qui plaident pour le départ de Pierre Maudet et ils insistent sur l’attitude responsable que devrait avoir notre magistrat ;

- Il y en a d’autres, au contraire, qui estiment que la démission de Pierre Maudet serait un acte irresponsable, car en quittant la scène politique, Pierre Maudet laisserait une place vacante au Conseil d’Etat. Grand (et c’est un euphémisme!) serait alors le risque de faire basculer le gouvernement à gauche pour plus de 4 ans. Serait-ce vraiment un objectif crédible pour Genève et pour le PLR ?

Enfin, lâcher Pierre Maudet, c’est aussi montrer qu’au PLR, on ne soutient pas ses magistrats, qu’on cherche même à les enfoncer en s’offrant le luxe de communiquer à des journalistes des documents confidentiels et des contre-vérités pour mieux les détruire, voire - veuillez accepter cette expression - les «  flinguer ». Que celui qui n’a jamais masqué la vérité se lève et lui jette « la première pierre ».

Reconnaissons en effet que, sans certaines fuites ou le zèle destructeur de certains, le feuilleton médiatique autour de cette affaire se serait vite épuisé. Certes, Pierre Maudet est poursuivi par la justice. Mais, être sous enquête pénale n’est aucunement synonyme de culpabilité, de mort politique.

Avec l’endurance et le talent de Pierre Maudet, on peut même postuler qu’avec le soutien de son parti, il rebondira. Aussi, lâcher notre magistrat se révèle une mauvaise stratégie. Or, nous le savons, en politique les stratégies manifestent le dynamisme d’un parti.

Manifester ce soir notre confiance en Pierre Maudet, c’est souligner, c’est clamer que le PLR est fidèle à sa tradition humaniste. Il serait donc pour le moins inopportun, parce que Pierre Maudet a commis des erreurs, de vouloir s’en débarrasser. Non, notre parti et Pierre Maudet méritent mieux.

Montrons que nous faisons un pari sur l’avenir, persuadés que les épreuves nous rendent plus forts et plus unis. Vive le PLR ! »

 

 

 

Lien permanent Catégories : Actualités, Genève, politique 9 commentaires

Commentaires

  • Aviez vous mis votre joli petit foulard rouge????

  • On reconnaîtra que votre persévérance à l'effort de soutenir M le Maudet a quelque chose de méritoire.

    Il convient cependant de relever que le vote de "confiance" du PLR envers l'ex-président du Conseil d'Etat (312 non, 56 abstentions et 341 pour) ne lui confère ni légitimité ni crédibilité particulières. Un scrutin interne, très vraisemblablement biaisé par le parachutage de nouveaux membres jusque là inconnus, n'a strictement aucune valeur que de rassurer les dinosaures de l'ex parti radical, Pierre Kunz en tête.

    Cette assemblée scelle probalement l'implosion programmée du PLR. C'est dommage, mais finalement pas dramatique. On s'en passera.

  • @ Nicolas D Chauvet,

    Ce que vous affirmez est de la diffamation à moins que vous en ayez les preuves. A ma connaissance, il n’y a pas eu de nouveaux membres inscrits ! Et, un vote est un vote!
    Quant aux soutiens (ou non soutiens) à PM, ils n’étaient pas répartis entre anciens radicaux vs libéraux. Des ex radicaux n’ont pas soutenu PM et des ex libéraux (comme moi !) l’ont soutenu !
    Pas de peur, il n’y aura pas d’implosion du PLR qui, certes vit une situation difficile, mais il est un parti qui défend une politique solide.

  • Petra Gössi souhaite toujours la démission de PM. Alors sur le coup, Mme Roulet, je ne peux que désaprouver votre prise de position. Pour tout vous dire, que la base de la section cantonale soutienne celui-ci, cela reste peanuts. Personne n'est en mesure de mettre un énorme coup de pied au séant de Pierrot avant qu'il ne touche sa retraite dorée malheureusement.

    S'il n'est pas assez adulte pour comprendre qu'une majorité de genevois ne peuvent plus l'encadrer, un peu à l'image de son cher collègue Macron, il faudra à l'avenir s'atteler à pouvoir démissionner ce genre de pauvre personnage par scrutin populaire. Ma réflexion concernen aussi Sieur Pagani, Miss Salerno et Alder.

  • maudet ne doit pas perdre espoir "edouard philippe" qui voit que sa fin en tant que premier ministre s'approche immuablement, a déjà casé 2 de ces plus proches collaboratrices! L'une chez orange avec un SMIG à 300'000 euros l'année, contre 100'000 euro au gouvernement (une misère de sous SMIG)! Et l'autre est devenue préfète par l'opération du Saint Esprit, avec des affectation très floues, mais qu'importe! Il y a donc encore une vraie vie après ................la politique!!!! Et à Genève on tellement de polices privées, qui ont toutes besoin de vrais chefs ...........aux taquais!

  • Je vous cite: «Il n’y aura pas d’implosion du PLR»...

    On verra bien. En cette année de scrutin fédéral, avec les démissions qui commencent à arriver le doute est plus que permis. La sanction des urnes sera plus difficile à éviter que ce ridicule plébiscite de M le Maudet. La survie politique de ce dernier, d’ailleurs, semble liée à la peau de chagrin de son mandat. Ex-président du conseil d’Etat, bientôt ex-conseiller d’état tout court. Je prends les paris.

    En tous les cas, je suis ravi de ne pas être de ce parti.

  • Pas de panique !

  • Madame, votre naïveté est presque touchante.

  • En effet, si un gouvernement "basculait" à gauche, quelle catastrophe: malheur !

    Bon sinon, pourriez-vous nous dire, à titre de divertissement, ce que vous

    entendez par " à gauche " ? [...]

Les commentaires sont fermés.