Code de suivi Google

23/12/2018

Hodgers manque sa cible !

Vendredi 21 décembre 2018, aux INFOS de la RTS (Le 19.30), Antonio Hodgers, président par intérim du gouvernement genevois, a commis une faute grave en s’arrogeant le droit de jouer au juge, au nom de la morale et de l’éthique. Sans la moindre réserve, M. Hodgers s’est érigé en censeur et a haussé le ton. Pour ma part, j’attends que le Ministère public rende ses conclusions pour porter un jugement sur Pierre Maudet.

Cela étant, d’une manière générale, je trouve qu’une faute doit toujours être jugée à l’aune de l’intention. Est-ce que celui qui a commis une erreur ou un délit l’a fait dans une intention délibérée de nuire ? Question que d’ailleurs la justice prend en compte en distinguant la condition objective ou subjective d’une infraction.

A cet égard, le discours moralisateur et perfide d’Antonio Hodgers est intolérable. Prenant en effet la parole de son plein gré, M. Hodgers non seulement ne laisse aucun droit de réponse à Pierre Maudet, mais encore oublie (ou au contraire y songe d’une manière obsédante…) la fonction de président de l’Exécutif genevois qu’il occupe.

Avec son prêche, Antonio Hodgers trahit non seulement nos institutions, mais plus encore notre Constitution. En effet, tant que le Ministère public n’a pas rendu ses conclusions, tout citoyen (qui plus est le président de l’Exécutif genevois !) doit respecter l’institution juridique et ne pas condamner quelqu’un à la place de la justice.

Quant à la Constitution, le principe de collégialité est un principe qui y est inscrit. Il veut que « les membres d’un gouvernement soient égaux en droits, et qu’ils exercent leurs fonctions gouvernementales en tant que collège » (art. 177 Cst). L’idée du principe de collégialité est de permettre qu’un gouvernement puisse se faire de manière consensuelle avec des compromis, puisque les membres de l’Exécutif ne doivent plus être au service de partis politiques, mais au service de l’Etat.

Pourquoi donc Antonio Hodgers sort-il d’une réserve qu’on serait en droit d’attendre de celui qui est, temporairement, la plus haute personnalité officielle de notre République et Canton de Genève ? Se sent-il investi d’une nouvelle mission ? Que veut-il provoquer avec son sermon ?

Parlant en son nom propre et non pas au nom du Conseil d’Etat, Antonio Hodgers ne va certes pas amener, avec ses propos tonitruants, de la sérénité au sein du gouvernement. En rompant son devoir de collégialité, Antonio Hodgers faillit à sa fonction. En revanche, Antonio Hodgers, qui voulait avec son pseudo prêche atteindre Pierre Maudet, manque sa cible ! Son attaque, tel un boomerang, lui reviendra en pleine figure !

Assurément, si la population peut pardonner ou comprendre que l’on puisse faillir dans la vie, y compris dans un parcours politique, elle est en revanche beaucoup moins indulgente avec ceux qui trahissent.

D’autant plus que, n’ayant pas réussi à faire preuve de retenue, Antonio Hodgers qui hurle avec les loups et lynche Pierre Maudet comme le fait, avec jubilation et ferveur, l’extrême gauche de l’échiquier politique (Cf. les insinuations d’un Batou ou d’un Vanek) se montre indigne d’assumer la fonction politique qu’il occupe. A-t-il ainsi oublié avoir été sanctionné par le Grand Conseil, qui refusa de l’élire à sa présidence pour ses agissements durant le G8 ?

Certaines mauvaises langues dans la République de Genève disent qu’Antonio Hodgers agirait par cupidité et envie de conserver la place de président de l’Exécutif genevois qu’il occupe actuellement par intérim. Ayant pris goût à cette place, il ne souhaiterait pas que Maudet puisse reprendre l’uniforme de président, d’où les boulets incendiaires qu’il lance contre ce conseiller d’Etat.

Mais, nul doute, qu’en voulant jeter son discrédit sur Pierre Maudet, Antonio Hodgers aura sapé la confiance de beaucoup de Genevois qui jugeront qu’Antonio Hodgers, en se conduisant d’une manière si immature, n’est plus très crédible.

Bref, c’est pas très beau tout ça ! Surtout avant Noël !

18:12 Publié dans Actualités, communication et langage, Genève, Humeur, politique | Lien permanent | Commentaires (41) | |  Facebook | | |

Commentaires

Vous vivez sur une autre planète, pour l'opinion publique, Maudet est discrédité.
Que Hodgers soit opportuniste ou pas, ça ne change rien pour Maudet.
Quant à la justice, ne pas être condamné ne veut pas dire innocent, mais manquer de preuves.
Que Maudet démissionne et qu'il tente de retrouver sa place puisque vous semblez convaincu qu'il a les électeurs avec lui.

La magouille des impôts à l'insu de son plein gré est la goutte de trop.

Écrit par : motus | 23/12/2018

Isnogud Hodgers veut être le calife à la place du calife mais il lui manque encore un peu de culture orientale. Gageons qu'après quelques voyages au moyen orient il en aura acquis la manière de faire.

Écrit par : Maendly | 23/12/2018

@ Motus,
Vous représentez l’opinion publique ?

Écrit par : Michèle Roullet | 23/12/2018

M. Hodgers n'a pas joué au juge, il n'a pas condamné M. Maudet à la place de la justice, comme vous l'écrivez Madame Roullet. M. Hodgers s'est exprimé en partant d'un point de vue moral. M. Maudet ayant admis avoir menti et rementi à ses collègues du Conseil d'État et au peuple qui l'a élu, point n'est besoin d'attendre les conclusions de la justice pour porter un jugement moral sur son comportement.

Vous dites qu’une faute doit toujours être jugée à l’aune de l’intention. Or, c'est bien pour cacher la vérité, avec l'intention délibérée de ne pas avoir à rendre des comptes, que M. Maudet a menti à tout le monde.

Vous le relevez, M. Hodgers est le Président de l'exécutif genevois. Croyez-vous qu'il lui est facile de conduire les débats quand l'un des sept membres du gouvernement qu'il préside est un menteur et tricheur avéré, qui a troublé et continue à troubler la sérénité du Collège et porte atteinte à son honorabilité par une attitude contraire à l'intérêt général?

Vous déplacez le centre de gravité de cette triste affaire, Madame Roullet. Ce n'est pas M. Hodgers qui "trahit non seulement nos institutions, mais plus encore notre Constitution". S'il y en a un qui a trahi non seulement nos institutions et la Constitution mais encore la confiance placée en lui, c'est bien Pierre Maudet. Vous ne tenez pas compte du fait que ce dernier a reconnu avoir commis des fautes?
Quand un meurtrier, après avoir commis son crime, se rend à la police pour le confesser, y a-t-il besoin d'attendre les conclusions du Ministère public pour considérer qu'il est coupable?

Écrit par : Mario Jelmini | 23/12/2018

@ Mario Jelmini,

Vraiment, vous mélangez tout ! Parler de meurtrier, de criminel est obsène, alors même qu’il n’a pas été établi que Pierre Maudet, en acceptant son voyage à Abu Dhabi, ait violé la loi ! Certes, il s’est fourvoyé dans ses explications et n’a pas été correct dans sa communication en donnant des contre-vérités ! Néanmoins, sa faute est peut-être moins grave que ceux qui émettent certaines accusations gratuites fondées sur des rumeurs ou des interprétations libres d’extraits de documents confidentiels, apparemment volés !Sans parler de certains qui occupent de hautes fonctions, et qui ont commis des délits sans que la Presse s'appesantisse sur eux(Cf. http://micheleroullet.blog.tdg.ch/archive/2018/09/27/thevoz%C2%A0-pseudo-courage-et-lecons-de-fausse-morale-face-a-pie-294581.html
Quant au président de l’Exécutif genevois, il n’a pas à faire de discours « en partant d'un point de vue moral » ni de vouloir, pour des intentions pas très nobles, jouer à la Sainte Nitouche… Euh pardon, le masculin « Saint Nitou » n’existant pas, je devrais dire : « jouer au faux-jeton » !
Car, enfin, le président du Conseil d’Etat, n’est-il pas, comme les autres et plus que les autres, soumis à la loi ?

Écrit par : micheleroullet.blog | 23/12/2018

Madame Roullet, j'ai de la peine à comprendre le plaisir que vous trouvez à vous tirer une balle dans le pied. Mentir c'est tromper la confiance est rompue. Vous me faites penser à l'amoureux éconduit qui s'accroche et insiste en vain.

Écrit par : citoyen | 23/12/2018

@ Michèle Roullet, qui a écrit:
"Vraiment, vous mélangez tout ! Parler de meurtrier, de criminel est obsène"

Je n'ai pas parlé de M. Maudet comme d'un criminel! J'ai simplement pris un exemple particulièrement parlant pour montrer que quand une personne a reconnu avoir commis tel ou tel acte répréhensible, on et en droit d'admettre qu'elle s'est rendue coupable de l'acte répréhensible qu'elle avoue.
Transposé au cas de M. Maudet, cela signifie que celui-ci ayant reconnu avoir menti et commis des erreurs (notamment certaines déductions dans ses déclarations fiscales), il n'est pas interdit de lui reprocher ses mensonges et ses manquements. Les lui reprocher ne revient pas à préjuger de l'issue des procédures pénales engagées contre lui (autrement dit: ne revient pas à faire fi de la présomption d'innocence).

Contrairement à ce que vous prétendez, la loi n'interdit pas au Président du Conseil d'État genevois de donner son avis sur des événements qui concernent la République. Dans le cas présent, qui touche à la bonne marche et au respect de l'institution qu'il préside, je dirais même que c'est son rôle de prendre les choses en main. Les intentions soi-disant "pas très nobles" que vous prêtez à M. Hodgers n'engagent que vous (vous ne représentez pas l'opinion publique, pour reprendre le grief que vous avez formulé ci-dessus dans votre réplique au commentaire de motus). Affirmer que M. Hodgers joue au faux-jeton me paraît plus que discutable. Vous noterez qu'aucun/e de ses collègues du collège gouvernemental n'a désavoué sa prise de position.

Écrit par : Mario Jelmini | 23/12/2018

@Mario-Jelmini, vous ne pensez pas tout de même que M. Hodgers est tout blanc? Peut-être que les projecteurs vont se concentrer sur lui bientôt. Ce vert, surnommé le bétonneur, a des zones d'ombre également. Ne doit-on pas regarder du coté de ses pratiques, ... ? Est-ce que la légalité est toujours respectée? Un président doit être exemplaire et ceci vaut également pour lui.

Écrit par : Valérie | 23/12/2018

Heureusement M. Jelmini que les autres conseillers d’Etat n’entrent pas dans le piège de désavouer ou approuver le point de vue moral du président!

Écrit par : micheleroullet.blog | 23/12/2018

@ Valérie

Effectivement, je ne vois pas comment un vert pourrait être tout blanc...

Parfaitement d'accord avec vous: un Président se doit d'être exemplaire. Maudet ne l'a pas été. Hodgers? Je n'ai pas constaté qu'il se soit mal comporté depuis qu'il est Président (le "plaidoyer" de Madame Roullet en sa défaveur ne m'a pas convaincu).
Attendons donc que les projecteurs se braquent sur lui, si cela doit se produire.

Écrit par : Mario Jelmini | 23/12/2018

Antonio Hodgers? On parle bien du type qui a violé son serment de député lors du G8 en couvrant les casseurs? Qui a pratiqué le dumping salarial dans son entreprise et reçu des millions de francs de subvention de sa copine Sandrine Salerno http://www.cgas.ch/SPIP/IMG/pdf/2013-11-18lecourrier_caddie_service.pdf?

J'ai encore plus honte que Hodgers préside le Conseil d'Etat que de voir Maudet rester en place...

Écrit par : Jorge | 24/12/2018

Dans son commentaire, Jorge parle d'Antonio Hodgers comme "du type qui a violé son serment de député lors du G8 en couvrant les casseurs". Il existe des témoignages sur le web prouvant que lors du G8, Antonio Hodgers a bien fait la différence entre les altermondialistes (manifestants pacifiques) et les casseurs. S'il s'est exprimé en faveur du droit des altermondialistes de manifester, il a par contre condamné les casseurs (écouter à ce sujet son interview sur https://www.rts.ch/play/tv/12h45/video/g8geneve-le-conseil-detat-interdit-la-manif--interview-dantonio-hodgers-depute-verts-grand-conseil-ge?id=589276&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da).

Pour le reste j'ai lu attentivement l'article du Courrier auquel Jorge renvoie dans son commentaire et ne partage pas le point de vue exprimé par la coprésidente du SIT (Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs), qui accuse l'entreprise Caddie Service, rattachée la Sàrl Mobilidée, de dumping salarial.

Écrit par : Mario Jelmini | 24/12/2018

Arrêtons... PM a menti, il l’a dit. Il a trafiqué ses impôts, il l’a dit. Il a accepté un cadeau de plus de 50’000.- (voyage privé et professionnel à Abu Dhabi), ce qui n’est pas légal. Ensuite il y a des coïncidences sur lesquelles la justice devra trancher: accorder un contrat à Dnata à l’aéroport de Cointrin, accorder une autorisation de commerce très rapidement, ...
Il y en a assez pour discréditer un Conseiller d’Etat et pour qu’il s’en aille. C’est tout! Trop c’est trop depuis le 21 mai 2017!

Écrit par : Valérie DE | 24/12/2018

Chère Mme Roullet,

Je comprends bien votre soutien partisan à M. Maudet et bien que la plupart du temps j'apprécie vos lignes je pense qu'ici vous faites fausse route.

A chaque épisode de ce (trop long) feuilleton on découvre une tare de plus au gendre idéal d'autrefois.

Il n'est plus seulement question de ce voyage "privé et familial" au GP de F1, mais de soustraction fiscale et d'avantages obtenus de la part de chers "amis" intéressés plus par sa fonction que par sa personne. Et la liste pourrait encore s'allonger à mon avis.

M. Maudet s'accroche à des principes de droit (tout comme vous dans votre argumentation). C'est sa ligne de défense ; le moment venu il se déchargera sur ses fusibles, comme il l'a toujours fait.

Ce qui me choque, mis à part le discrédit désormais total de PM et ce qui en rejaillit sur l'action du gouvernement et l'image du canton et du PLR, c'est le déni, l'absence de dignité et l'autisme politique de ce "magistrat".

Jouer la montre (dans un but financier), surcharger les autres départements, bloquer le fonctionnement du collège et utiliser son temps de travail pour préparer sa défense est pour moi l'expression ultime de l'arrogance de l'élu et de son mépris total de l'éthique exigée de chaque contribuable ou employé dans le privé.

Ceci dit, je ne suis pas un fan de M. Hodgers, loin de là (!) et il traine aussi quelques casseroles peu reluisantes, c'est vrai !!!

Joyeux Noël à vous et à vos lecteurs !


A. Piller

Écrit par : A. Piller | 24/12/2018

Mme Roulet : je ne suis pas d'accord avec vous, le CE Hodgers a fait part de ce qu'il ressent en tant que Président par interim du Conseil d'Etat.

Pierre Maudet a reconnu avoir menti et trouvez-vous convenable de mentir ?

Trouvez-vous convenable de se faire offrir un voyage qui était au premier chef censé être privé ?

Etc...

Je partage la réflexion de Mario Jelmini

Écrit par : Marie A. | 24/12/2018

@ A. Piller
Joyeux Noël à vous aussi !
Il ne s’agit pas de ma part d’un soutien partisan. Je trouve que la curée que subit PM est exagérée. Oui, il a commis des fautes. Mais, nos réactions devraient être proportionnelles à la faute commise. A-t-il agi pour s’enrichir ou dans l’envie de servir Genève ?
Le monde politique est d’une violence qu’il faut combattre à moins de défendre un monde de brutes et de prôner des régimes avec des appels à délations, à la mode chinoise… Tout citoyen devrait être traité avec équité ! Or, jusqu’à présent, le Ministère n’a pas donné son jugement et PM n’est pas accusé d’avoir violé la loi ! En revanche, la fuite de documents, les attaques tirées sans preuve, les rumeurs lancées par certains qui rêvent de ravir la place de PM et les velléités de M. Hodgers de passer pour un redresseur moral nuisent beaucoup à notre République. D'ailleurs, à ce sujet je me suis exprimée sur Genève à Chaud et mets en ligne l'émission:

http://www.lemanbleu.ch/replay/video.html?VideoID=36905&fbclid=IwAR0F2dz9iyWN5_gFGoC8XCWlow-vWLNEVE2XFdek7hOkPhE1QwQWPM2VVxw

Écrit par : micheleroullet.blog | 24/12/2018

@ Marie A

Non, il n’est pas convenable de mentir ! Mais, il faut aussi juger une faute à l’aune des circonstances et intentions de celui qui a fauté comme je l’ai écrit dans mon billet.
Or, je serais peut-être plus sévère envers M. Hodgers qui agit avec ses tripes (pour des mobiles peut-être pas très nobles…) au lieu d’utiliser sa tête ! Lorsqu’on est président du gouvernement, c’est pas correct !
Joyeux Noël à vous Marie qui portez un si beau nom en ce jour!

Écrit par : micheleroullet.blog | 24/12/2018

Madame ROULLET,

La question du mensonge pose un problème que vous n'évoquez aucunement dans votre blog. Pour quelle(s) raison(s) avoir menti sur plusieurs points dont notamment ce fameux voyage ? A ce jour, il n'a toujours pas répondu à cette question brûlante (je ne crois pas à la version de la protection de la famille, car sinon il ne leur ferait pas subir ce qui se passe actuellement). Dès lors, la question de savoir s'il s'est ou non enrichi, s'il a agi pour le bien de Genève ou non importe peu...

Joyeuses fêtes à vous.

Écrit par : Davide | 24/12/2018

@ Davide,
Sur cette question du mensonge, Pierre Maudet s’est exprimé dans Le Temps, la semaine passée dans l’edition du jeudi, je crois.
Joyeux Noël !

Écrit par : Michèle Roullet | 24/12/2018

C'est marrant quand même. Mario Jelmini ne croit pas ce qui est dans la presse lorsque cela touche son pote Hodgers mais fait tout le contraire lorsqu'il s'agit de Maudet. La secte des adorateurs d'Hodgers est encore pire que celle de Maudet décidément...

Un petit rappel encore pour se rendre compte qui est Hodgers sous la plume de l'excellent Décaillet

http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2011/02/01/pourquoi-je-depose-plainte-contre-m-hodgers.html

Écrit par : Jorge | 24/12/2018

Très étonnant que Madame Roullet, dont j'ai apprécié les positions sur d'autres sujets, persévère ici dans ce qui constitue une apologie du mensonge et de la tricherie, deux "valeurs" qui désormais collent à la peau de M. Maudet.

Dans Le Temps du jeudi 20 décembre (https://www.letemps.ch/suisse/pierre-maudet-pouvoir-amene-me-construire-une-cuirasse), auquel la blogueuse se réfère, voilà ce que Maudet a dit au sujet de ses mensonges:
- "J'ai déçu, j'en suis pleinement conscient."
- "Je ne m'exonère pas de ma responsabilité, je suis lucide sur le fait d'avoir menti."
- "(...) j'ai eu tort de mélanger le volet public et privé puis de camoufler la vérité."
- "J'ai donc privilégié l'idée du voyage privé pour ne pas devoir m'expliquer."
- "Plus les questions survenaient, moins je pouvais avouer la faille. Je me disais «fais le dos rond, et ça ira»."

Suite à cette interview, Radio Lac a publié le lendemain (21 décembre) un éditorial qui se termine ainsi:
"La victimisation incessante de Pierre Maudet est indécente. Depuis six mois, le conseiller d’Etat PLR ne cesse de se trouver des excuses. Il multiplie les exercices de contrition. Et pour tout dire, une certaine lassitude s’opère. Les gens en ont assez de le voir s’excuser sur chaque nouvelle affaire. Ils veulent pouvoir enfin tourner la page."
Je souscris entièrement à cette conclusion. Maudet doit tirer la conséquence de ses comportements et s'en aller. La situation étant ce qu'elle est, sa présence au Conseil d'État est plus dommageable que profitable au canton et à son parti.

Pour avoir une image plus réaliste de la personnalité de Pierre Maudet, il faut lire un autre article paru dans Le Temps (https://www.letemps.ch/suisse/procesverbaux-eclairent-laffaire-maudet). Il y est notamment question d'un e-mail envoyé par Pierre Maudet à son ami Pierre Daher, dans lequel le premier nommé félicite en ces termes le second nommé d'avoir effacé sur son ordinateur tous les messages échangés au sujet du fameux voyage à Abu Dhabi. «Well done, Old Chap.» (bien entendu, les enquêteurs ont pu récupérer tous les messages échangés par les protagonistes de ce montage destiné à dissimuler la vérité). Lors de son audition, Antoine Daher a déclaré aux procureurs: "C’est Pierre Maudet, Patrick Baud-Lavigne et moi-même, en discutant ensemble, qui avons eu l’idée d’inventer cette histoire. Nous en avons parlé à plusieurs reprises, notamment à l’hôtel Métropole et à l’Arbalète.»

Une victime, Pierre Maudet?

Écrit par : Mario Jelmini | 24/12/2018

N'exagérez pas M Jelmini,
Je ne fais aucune apologie du mensonge !
Joyeux Noël !

Écrit par : Michèle Roullet | 24/12/2018

"Car, enfin, le président du Conseil d’Etat, n’est-il pas, comme les autres et plus que les autres, soumis à la loi ?" (micheleroullet.blog)

Tout à fait !

Mais il est aussi soumis à une super-loi qui ne s'applique ni zà vous, ni zà moi, mais à laquelle sont soumis les membres du conseil d'état.

A cause des super-pouvoirs qui leur sont prêtés.

Des super-pouvoirs, pour remplir des super-fonctions, pour accomplir des super-objectifs, pour marquer des super-buts, pour récolter de la super-gloire, ... et quand ce merdoie, assumer la super-responsabilité (

Écrit par : Chuck Jones | 24/12/2018

"Le monde politique est d’une violence qu’il faut combattre à moins de défendre un monde de brutes et de prôner des régimes avec des appels à délations, à la mode chinoise… " (micheleroullet.blog)

Le "monde politique", celui des "exécutifs", est peuplé d'affairistes pressés qui ont d'abord une idée en tête, préserver le capital médiatique qu'ils ont acquis avec leur élection, et l'utiliser pour s'aménager une situation lucrative de "commis" de l'Etat à l'échéance de leur mandat.

Généralement en "trustant" des fonctions de cadre supérieur, avec des super pouvoirs associés mais pour ne pas s'en servir, confisquant ces pouvoirs à leurs subordonnés de la grand pyramide hiéarchique, subordonnés mis dans la situation où ils sont rendus responsables de l'inefficacité et de l'indécision qui leur sont attribuées en tant que fonctionnaires, et par association à l'Etat.

La seule fonction rémunérée à l'Etat que personnellement je leur vois après la fin de leur mandat, c'est celui de conseiller législatif, ou de commis diretement subordonné à un conseil législatif, comme le Grand Conseil, ou à ses commissions.

Écrit par : Chuck Jones | 24/12/2018

Les "verts" sont avant tout des imposteurs! Pour le reste je ne sais pas ce qu'il faut penser!

Écrit par : Dominique Degoumois | 24/12/2018

Mme Roullet,
Bravo, mille fois bravo! Ne cédez rien, ne vous laissez pas influencer par ces moralisateurs à la petite semaine qui sont des jaloux en puissance! Il faut coûte que coûte soutenir ce grand (plus de 1m80 quand même) Homme d'Etat! D'ailleurs qui nous a dit qu'il a menti? Peut-être a-t-il menti en nous déclarant avoir menti?

Et le petit monsieur Hodgers, que n'a-t-il pris ses responsabilité avec ses cing autres collègues en lui retirant TOUS les dossiers, au lieu de se contenter de la police, de l'aéroport et de la présidence? Et ces retraits sans même une diminution de salaire! Ce sont eux qui volent les contribuables. Ce président est une catastrophe, sans aucun sens des proportions et vous le soulignez très bien vous-même!

Suite à votre combat et pour vous soutenir, je songe à adhérer au PLR notamment en vue de la réunion du 15 janvier. Les vraies valeurs du PLR doivent être défendues contre cette pléiade de charognards qui osent vous contredire!

Écrit par : Daniel | 24/12/2018

@ Daniel,

Bonne idée pour le PLR! Mais tout de même, ceux qui me contredisent ne sont pas des charognards, mais des contradicteurs!
Joyeux Noël!

Écrit par : micheleroullet.blog | 24/12/2018

Je voudrais m'excuser ici pour tous les commentaires malveillants que j'ai pu poster sur ce blog à l'endroit de Pierre Maudet. Daniel vient en effet de m'ouvrir les yeux: Maudet a menti quand il a prétendu qu'il avait menti. Par conséquent, ce n'est pas un menteur. Ouf! Le PLR est sauf.
Gloire et louange à Pierre Maudet.
https://www.youtube.com/watch?v=IbK3mO5ZEMQ
Mea maxima culpa.

Écrit par : mario jelmini | 24/12/2018

"Suite à votre combat et pour vous soutenir, je songe à adhérer au PLR notamment en vue de la réunion du 15 janvier." (Daniel)

10000 balles la coti annuelle quand même !

Faut vraiment avoir au moins le double (le même rapport que l'économie de primes/franchise des assurances) dans son bas de laine à protéger à la fin de l'année de l'avidité du fisc, ET la perspective de contrats pour au moins le même montant dans l'année à venir pour que ça en vaille la peine.

Mais je reconnais que, contrairement aux pieds-nickelés de la basse-cour rose-verte-orange, les membres du PLR partagent à peu près la même idée de l'Etat et de son rôle, ont une perception à peu près cohérente de son fonctionnement, et s'accordent sur des mots riches et précis pour le décrire, et établir des plans d'action réalistes précis, favorisant la confiance et la détermination de l'action politique.

Écrit par : Chuck Jones | 24/12/2018

@ Chuck Jones
Cotisations pour les membres de 100.- ! Donc ce ne doit pas être exorbitant !

Écrit par : Michèle Roullet | 25/12/2018

Il est certes évident que les quelques camarades de parti de Maudet qui lui restent encore n’auront pas apprécié l’interview de Hodgers.

Au demeurant, votre billet comporte une intéressante contradiction. Ainsi, le bon peuple devrait pouvoir «pardonner ou comprendre que l’on puisse faillir dans la vie», serait «beaucoup moins indulgent avec ceux [Hodgers] qui trahissent».

Il convient de rappeler ici que celui qui a trahi avant tout est Pierre Maudet lui-même. Traître à son parti, traître à ses collègues du gouvernement, enfumés durant des années. Enfin, traître à ses électeurs et à toute la population genevoise.

Avec le temps, on pourra peut-être lui pardonner ses mensonges, ses dissimulations, sa tricherie (volontaire ou non) avec le fisc. Avec le temps seulement, et en suite d’un réel acte de contrition, qui fait encore cruellement défaut. On ne voit chez lui que contorsions, fausses excuses et, surtout, un terrible aveuglement. On en voudra pour preuve ces trois extraits de sa dernière interview dans Le Temps:

«La trahison au sein de ma famille politique est aussi difficile à vivre»
«J'ai connu la solitude de celui qui pense pouvoir tout faire. Le pouvoir m'a amené à me construire une cuirasse si épaisse qu'elle ne laissait plus rien passer»
«L'homme politique, souvent, perçoit l'erreur mais ne veut pas l'admettre»

Cette dernière affirmation démontre qu’en plus d’avoir menti à la République, le jeune prodige s’est aussi menti à lui-même. A ce stade, ce n’est plus un acte isolé, mais un trait de caractère.

On pourra dire ce que l’on veut de la morale de Hodgers. Personnellement, je la préfère mille fois aux errements et aux mensonges de Maudet. Démission.

Écrit par : Nick Decee | 25/12/2018

@ Nick Decee
Question de point de vue ! Je n’ai évidemment pas la même perception que vous!

Écrit par : Michèle Roullet | 25/12/2018

Chère Madame, en effet, nous devons être d'accord de ne pas avoir le même point de vue... Il n'en reste pas moins que l'obstination à défendre les égarements de M le Maudet ne laissent pas d'étonner. Joyeux Noël quand même.

Écrit par : Nick Decee | 25/12/2018

Arrêtez votre blabla à l'image de la place politique genevoise. Genferei Genferei, nos voisins n'ont que ça à la bouche. Maudet à droit au bénéfice du doute pour le moment. Laisser la justice faire son job. Laissez Hodgers faire son sketch si il éprouve le besoin de se faire remarquer. Je sais pas pourquoi j'ai lu tous vos commentaires. Un dirait un vieux débat gauche-droite sans intérêt. Joyeux Noël

Écrit par : Touf | 25/12/2018

@ Touf
Merci d’avoir lu tous ces commentaire et d’en avoir ajouté un!
Joyeux Noël à vous aussi !

Écrit par : Michèle Roullet | 25/12/2018

Ce que Hodgers ne savait pas, c'est que les tunnels de détections bagages de certains aéroports ne fonctionnent pas tous avec des rayons d'électrons, mais avec des faisceaux de protons, sa mallette contenait des documents n'ayant rien à voir la mission qu'il avait déclaré au conseil national, scannés en 3D très haute résolution !

Écrit par : Vigouse | 27/12/2018

Là, il ne s'agissait pas de quelques dizaines de milliers de francs !

Selon certains, c'était des dizaines de millions de commissions pour services rendus à un mouvement terroriste, opération organisée par le PS, ses amis Ziegler et Sommaruga, comme quoi les membres du PS ne se gênent pas de faire des coups avec les écolos.

Écrit par : Vigouse | 27/12/2018

Je préfère un Maudet soit disant malhonnête qu'un Hodgers soit disant honnête.

Écrit par : norbert maendly | 27/12/2018

Daher était également à l'origine de certains voyages d'autres représentants politiques genevois, mais lorsqu'il s'agit d'un des membres du PS ou du parti écolo, alors le silence s'impose !

Écrit par : Vigouse | 27/12/2018

Chère Madame Roullet,
Je ne hurle pas avec les loups et ne signerai aucun appel. J'ai connu Pierre Maudet lorsqu'il est entré au Conseil municipal. Nous avons eu d'épiques controverses notamment au sujet du stade de Genève. Comme président du GC je l'ai aussi assermenté lorsqu'il accédé au gouvernement de notre canton. Il a incontestablement la carrure d'un homme d'Etat et j'ai de la peine à comprendre comment il a pu se mettre dans un tel pétrin. Ce feuilleton, alimenté par ses adversaires, son parti et les "fuites" à répétition est lassant. On mélange allégrement la morale (vérité/mensonge), la politique et la justice. Laissons le PLR régler ses affaires politiques en famille et faisons confiance à MM Jornot, Bertossa et Grodecki dans l'exercice de leur travail au service de la justice ; c'est elle qui nous dira non pas LA vérité mais simplement si M. Maudet a enfreint la loi ou pas. Quant à la morale je m'en remets au fabuliste :
"Le fabricateur souverain
Nous créa besaciers tous de même manière,
Tant ceux du temps passé que ceux du temps d'aujourd'hui.
Il fit pour nos défauts la poche de derrière,
Et celle de devant pour les défauts d'autrui." (La Besace / La Fontaine)

Recevez, chère Madame, mes meilleurs messages.
P.Losio

Écrit par : Losio Pierre | 04/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.