Code de suivi Google

11/10/2018

La voix d’Antoine Sfeir s’est éteinte

Début octobre, trois voix superbes nous ont quittés :

- Celle de Charles Aznavour dont le monde entier a rendu l’hommage mérité à cet auteur-compositeur-interprète qui a enchanté des générations qui continueront à fredonner « La Bohème », « Emmenez-moi »…

- Celle de Montserrat Caballé, « la dernière diva du bel canto », « La Superba ». Mais, là aussi, heureusement, il nous sera toujours possible d’entendre sa puissance vocale et les nuances de ses interprétations dans les enregistrements https://www.youtube.com/watch?v=P9LOqOvcJBU de cette sublime soprano.

- Enfin, celle d’Antoine Sfeir. Les médias français n’ont pas manqué de rendre hommage à ce journaliste, politologue (franco-libanais), grand connaisseur du Moyen-Orient et du monde arabo-musulman. En revanche, la Presse en Suisse, semble avoir été plutôt silencieuse sur la disparition de cet intellectuel qui avait, il est vrai, davantage de résonnance en France.

Néanmoins, nul doute qu’Antoine Sfeir était une grande voix, un passeur unique entre l’Orient et l’Occident. Or, avec le conflit endémique au Moyen-Orient, qui entraîne des massacres de populations et menace de s’étendre toujours plus, la sagesse d’Antoine Sfeir nous manque déjà.

Antoine Sfeir.jpegAuteur d’une vingtaine d’ouvrages, Antoine Sfeir était une voix particulière (au sens propre et figuré). Sa légère paralysie d’une lèvre (liée à une poliomyélite dans l’enfance) lui donnait une légère grimace (qu’il qualifiait de « sourire sarcastique ») et un ton inimitable. Ce qui caractérise cet homme fut son combat infatigable pour transmettre la connaissance de l’Autre. Car, pour lui, respecter l’Autre ou les Autres, implique qu’il faut les reconnaître. Or, comment pouvons-nous prétendre reconnaître les Autres si nous ne les connaissons même pas ? C’est animé par cette exigence qu’il deviendra chroniqueur, écrivain, journaliste (fondateur et directeur de la revue « Les Cahiers de l’Orient »), président du « Centre d’étude et de réflexions sur le Proche-Orient », conférencier, consultant de radios et journaux français et enseignant des relations internationales, sans manquer d’aller dans les banlieues françaises rencontrer les jeunes pour leur transmettre son amour de la connaissance. Car, assurément, pour cet homme, pétri de culture, le meilleur antidote à tout fanatisme, c’est la connaissance, le savoir, la curiosité et l’étude…

L’enlèvement de ce politologue, en pleine guerre au Liban par des milices palestiniennes où il fut torturé, l’amènera à quitter son pays pour se réfugier à Paris.

On comprend mieux combien cet homme érudit et exigent ne pouvait tolérer la complaisance et la supercherie. A cet égard, il faut se rappeler qu’il fut l’un des premiers à dénoncer l’imposture de Tariq Ramadan qu’il qualifia, en 2001, de « fondamentaliste charmeur, spécialiste du double langage ». Evidemment, le petit-fils du fondateur des Frères musulmans, qui aimait, ne l’oublions pas, se présenter comme un « savant de l’islam », déposera une plainte en diffamation contre Antoine Sfeir. Mais, après un long procès (M. Ramadan fit appel du premier jugement), la Cour d’appel de Lyon relaxa Antoine Sfeir de toute accusation.

Antoine Sfeir ne relâcha jamais sa vigilance contre les dérives sectaires et fanatiques. Dans l’extrait mis en ligne, on l’entend, à la Mission parlementaire française, s’exprimer sur le “voile intégral” en 2009. Un morceau d’anthologie ! A écouter absolument sur: https://www.youtube.com/watch?v=lcr9WGBrOyg

Pour (re)entendre Antoine Sfeir, ardent défenseur de l’histoire, de la littérature, de la liberté et des droits de l’Homme, reprenons sa conférence : « Cet orient si compliqué, comment le comprendre ? » (Liège, 2016) https://www.youtube.com/watch?v=GGllG-CvMlo et rappelons-nous que…

Si l’homme nous a quittés, sa voix perdure…

00:16 Publié dans Actualités, Air du temps, politique | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook | | |

Commentaires

Merci de lui rendre l'hommage qu'il mérite.

Écrit par : norbert maendly | 11/10/2018

Merci pour cet hommage, Antoine Sfeir était un homme courageux, juste et conscient des problèmes !

Écrit par : Corto | 12/10/2018

Antoine Sfeir, RIP, prêchait pour le vouloir vivre ensemble. Il était aussi un amoureux du Liban, de la Méditerranée et de la Corse! 

-------------------------
Extrait d un hommage rendu à Antoine Sfeir par paroles de corse:

"C était sa façon de contribuer aussi à l’apprentissage essentiel à ses yeux du vivre ensemble qui conduit à la citoyenneté. Une notion qui passe inévitablement par la connaissance de l’autre, indispensable pour l’accepter dans son altérité et ne plus le regarder comme un étranger. Il disait:"J’ai eu la chance de connaître cela au Liban. Le Liban c’est le « vouloir vivre ensemble », dans le respect de l’autre tel qu’il est. J’ai eu la chance de pouvoir draguer le vendredi à la mosquée, le samedi à la synagogue et le dimanche à l’église ».

https://www.parolesdecorse.fr/antoine-sfeir-citoyen-de-mediterranee/

--------------------------
Bien à Vous Mme M. Roullet, vous nous avez manqué...

Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 13/10/2018

Encore un grand homme qui aurait largement mérité le prix Nobel de la paix, le 13 juin 1976, il est enlevé par des miliciens pro-syriens du Front populaire de libération de la Palestine. Il est séquestré pendant sept jours, durant lesquels il est torturé (baïonnette dans le dos, coups de crosse sur les doigts et dans la mâchoire, ongles arrachés). « Cet événement a renforcé chez moi le refus de l’émotion dans le métier. J’ai appris aussi une chose après ça, c’est que j’avais envie de transmettre, et cela ne s’est jamais arrêté. J’étais déterminé et j’ai eu la chance de retravailler très vite dans le journalisme. Un métier dont on ne se lasse pas et où on apprend tous les jours. On est à la fois étudiant et transmetteur…

Écrit par : Corto | 13/10/2018

@ Corto
Merci pour ce commentaire! Je suis d’accord avec vous. Antoine Sfeir aurait mérité le prix Nobel de la paix. Son parcours montre aussi combien une épreuve peut faire grandir un Homme.

Écrit par : Roullet | 13/10/2018

Michèle, vous le savez peut-être, mais je connais très bien la situation au Moyen-Orient, il n'est pas évident de venir dire certaines vérités concernant ce sujet ici dans les bastions de cette gauche "journalistique" uniquement basée sur cette propagande vide et colorée. Antoine Sfeir était l'un des seul à appeler un chat, un chat et fut l'un des premier à mettre en garde la France contre les danger de l'islamisation, raison pour laquelle il est très vite devenu encombrant dans le paysage audio-visuel français. J'ai connu le Liban avant et après, et je partageai avec Antoine Sfeir le même constat, les guerres intestinales télécommandées par des intérêts basement financiers et l'occupation syrienne au service des narco-trafiques.
Bref il y en a pour des heures à d'écrire ce que fut l'enfer libanais et l'emprise syrienne qui au passage s'est rempli les poches de quelques centaines de milliards !

Écrit par : Corto | 14/10/2018

Sans oublier les 80% de maronites qui ont fuis le Liban !

Écrit par : Corto | 14/10/2018

Néanmoins je ne partagerais pas forcément cette obligation de devoir faire de la résilience, même si Cirulnik ait raison, je ne partage pas cette nouvelle forme de mortification pour arriver à la compréhension !

Je suis convaincu qu'Antoine Sfeir se serait facilement passé des tortures systématiques opérées par ceux qui avec les subventions de l'ONU l'ont torturés !

Se rappeler du massacre de Damour, (ironie) dans lequel des centaines de chrétiens ont été massacrés par les soi-disants "palestiniens" à la solde de Moscou !

Écrit par : Corto | 14/10/2018

Pour les subventions de l’ONU, c’est vous qui l’affirmez!
Quant au concept de résilience de Cyrulnik, il n’est pas une excuse pour les tortionnaires, mais le droit pour une victime de n’être pas enfermée dans un statut de victime.

Écrit par : Roullet | 14/10/2018

Avez-vous vu Antoine Sfeir se plaindre ou se victimiser ?

Concernant les centaines de milliards de l'UNRWA, relisez Antoine Sfeir !

Écrit par : Corto | 14/10/2018

Je ne peux pas laisser passer cette énormité lancée par Corto qui est coutumier du fait. Affirmer que 80% des maronites ont fui le Liban ne repose sur aucune statistique fiable dans la mesure où le dernier recensement remonte à 1932. Si Corto fait allusion à la diaspora post-1975, il y a eu autant de libanais musulmans (essentiellement shiites) que de chrétiens ou druzes qui ont fui la guerre civile. De plus les chrétiens du Liban sont composées de maronites, de grecs orthodoxes, de melkites, de catholiques romains, de protestants, de samaritains, etc... Les maronites ne représentent qu'un quart des chrétiens du Liban. La prolongation de la guerre civile, la persistance d'une situation dramatique et d'un climat d'insécurité, notamment à la suite de l'invasion israélienne de 1982, ont accéléré l'exode. Décidément Corto a toujours les mêmes obsessions qu'il traine de blog de blog.

Écrit par : Daniel Scheller | 14/10/2018

@ Daniel Scheller et Corto,
Je ne suis pas une spécialiste du Liban. D'ailleurs, mon billet ne traite pas du Liban. Il est un hommage à Antoine Sfeir qui venait effectivement du Liban.
Il serait donc préférable que mon blog ne devienne pas le lieu où sont jetés en pâture des statistiques difficiles à vérifier ou contester.
Merci d'avance!
Michèle Roullet

Écrit par : micheleroullet.blog | 14/10/2018

@Daniel Scheller,

Bravo et Merci pour votre éclairage. Le dénommé Corto (et/ou son alter égo) est connu pour être un faussaire crasse et bas de gamme de l histoire, rien que ça. Il dit avoir partagé les mêmes idées qu Antoine Sfeir, RIP, qui vient de partir et qui se retournera dans sa tombe en lisant ça. Et c est dommage qu il s installe sur ce blog estimé de Mme Michelle Roullet.

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 14/10/2018

@ Charles 05 et Daniel Scheller,

Bon, comme dit précédemment, mon billet ne porte pas sur la situation au Liban que je ne connais pas pour pouvoir m'exprimer, mais sur Antoine Sfeir.
Il est vrai que Corto a souvent des commentaires excessifs. Mais en l'occurence, j'avais trouvé que ses propos, ici, ne méritaient nullement d'être censurés. Quand il mentionne Cyrulnik et son concept de résilience, cela me semble en relation avec l'emprisonnement d'Antoine Sfeir. Sur le pourcentage de maronites qui ont fui le Liban, je ne peux pas me prononcer.
Quant aux subventions qu'accorderait l'ONU, je précise bien: "Pour les subventions de l’ONU, c’est vous qui l’affirmez!".
Bon, alors on se calme! Et bonne nuit!

Écrit par : micheleroullet.blog | 14/10/2018

A Daniel Scheller, les maronites sont assimilés depuis le début des années 2010 comme catholiques romains, mais je parlais également du massacre de Damour, dont personne ne parle mis à part Antoine Sfeir, massacre de chrétiens [...]

Écrit par : Corto | 15/10/2018

Michèle, si votre problème, c'est comment pouvoir censurer "Corto" et laisser d'autre tenir des propos hors sujet me concernant, faites, si vous voulez [...]

Écrit par : Corto | 15/10/2018

J au pris note de votre remarque pour la 2ème fois en l espace de quelques petites semaines. Merci.

Si la vie de ce blog ne nous intéresserait pas, nous n aurions pas réagi ainsi surtout quand on passe, le blog ne trépasse pas contrairement à ceux qui nous prennent pour leurs contradicteurs, boff...On a d autres chats à s en occuper et plus importants que ces contradicteurs...

Libre à vous de me publier ou pas.
Bien à Vous et à bientôt.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 15/10/2018

Merci pour cet hommage à Antoine Sfeir. Il était une voix,une plume qu'on aimerait entendre de nos jours.

Écrit par : Amar | 16/10/2018

@ Corto,

Vous animez beaucoup mon blog et je dois vous remercier de prendre tant de peine.
Néanmoins, vous verrez que j’ai raccourci quelques uns de vos commentaires.
Car, il est difficile de vérifiez l’exactitude de certaines informations ou chiffres que vous avancez. Les massacres de Damour que vous rappelez sont effectivement une triste réalité historique. Pour la compréhension et la désignation rigoureuse de ceux qui ont perpétré ces massacres, les historiens semblent avoir quelques analyses incertaines.

Toutefois, si le sujet passionne des lecteurs de mon blog, je mets quelques adresses de sites qui traitent du sujet :

https://antoinesfeir.wordpress.com/publications/prefaces/
GENÈSE DU LIBAN MODERNE d'Antoine Charif Sfeir, Riveneuve Éditions, août ... Damour, autant de camps, de villes où seront perpétrés les massacres les ...


http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Massacre%20de%20Damour/fr-fr/

https://www.lorientlejour.com/article/1095507/le-massacre-de-damour-ou-42-ans-de-vies-traumatisees.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Damour_(Liban)

http://www.crif.org/fr/tribune/charlie-hebdo-fusion-et-confusions-après-le-massacre/54083

Evidemment, la liste des ouvrages sur le Liban et les massacres qui ont ravagé le Liban durant quinze années, de 1975 à 1990, n’est pas exhaustive.

Par ailleurs, je rappelle, une fois encore, que les commentaires doivent être en réaction au billet de mon blog qui n’est pas un forum de discussion entre internautes qui s’invectivent.
MERCI !

Écrit par : micheleroullet.blog | 16/10/2018

Les commentaires sont fermés.