Code de suivi Google

04/06/2018

Initiative « Monnaie pleine » : la prospérité de la Suisse est en danger !

Le 10 juin, le peuple suisse sera appelé à se prononcer sur une initiative qui menace la prospérité de notre pays. Le dispositif, proposé par les initiants, vise à donner le monopole de création monétaire à la Banque Nationale Suisse (BNS).

Comme l’a dit M. Guillaume Barrazzone, d’une manière imagée et provocatrice, dans l’Emission « Infrarouge » (du 23 mai 2018) : « cette initiative, c’est un système quasi communiste qu’on nous propose, parce que la masse monétaire à injecter dans le système économique sera décidée par la BNS ». Les banques commerciales n’auraient plus le droit de créer de la monnaie scripturale (une monnaie qui circule par simple jeu d’écriture). Elles ne pourraient donc plus octroyer des crédits sans avoir les fonds et devraient emprunter de l’argent à la BNS. Quel en serait le coût ? On peut supposer que tout le trafic des paiements (par ordre bancaire, débit direct, carte de crédit) ainsi que les dépôts seront davantage facturés par les banques.

L’initiative « Monnaie pleine » propose donc une réforme radicale du système actuel. Elle prévoit une réorientation de la politique monétaire qui aura des répercussions importantes sur la stabilité des prix et sur l’inflation. Notamment, le taux d’intérêt en tant qu’instrument de pilotage pour la stabilité de l’économie perdrait de son importance. En effet, dans le système en vigueur, en pilotant le taux de référence, la BNS influe sur l’offre et la demande de crédits des banques commerciales. Il serait donc plus compliqué de gérer la stabilité des prix en tenant compte de la conjoncture, mais aussi de réagir efficacement aux chocs à court terme. En outre, tous ces facteurs contribueraient à aggraver le risque d’inflation, car il serait plus difficile de résorber l’argent mis en circulation par la BNS sans contre-valeur.

C’est une initiative aux nobles idéaux : lutter contre la spéculation financière et sécuriser les banques de dépôts. Toutefois, son application est pleine d’imprévisibilités, car ce système n’a encore jamais été expérimenté, dans aucun pays au monde. La Suisse peut bien faire œuvre de pionnière, mais à quel prix ? Ne faut-il pas se méfier des grands principes, des planifications étatiques ou, comme avec cette initiative, « d’une gestion monétaire qui appartiendraient aux citoyennes et citoyens », car la BNS agira pour notre bien à tous en contrôlant la masse monétaire et en étant la seule à décider de combien d’argent il faudra mettre en circulation ? L’histoire nous donne assez d’exemples de faillites de systèmes où tout était pourtant si bien planifié ! De quoi nous donner la chair de poule…

En tout cas, je voterai NON à l’initiative « Monnaie pleine » le 10 juin, qui met la prospérité de la Suisse en danger !

 

b5a32c37-66a9-4d31-9297-c3d6b88a39a9.png

                                                   Je ne résiste pas à mettre cette image si esthétique et efficace!

                                               

 

23:57 Publié dans Actualités, politique | Lien permanent | Commentaires (35) | |  Facebook | | |

Commentaires

Le seul danger est ici:
https://www.youtube.com/watch?v=31xI8joRnCw

Écrit par : Daniel | 05/06/2018

Je suis sidéré par la vacuité des arguments des opposants et leur amnésie coupable.
Je ne lis que la crainte de changer un système pourri, corrompu et dévastateur pour la seule raison que ça n'a encore jamais été fait.
Et je me mets à la place des Grecs ou des Chypriotes qui se sont fait dépouiller, comme d'ailleurs le reste du monde dans une moindre mesure, avec les "subprimes" qui ont définitivement consacré le principe de la privatisation des profits et la nationalisation des dettes.
La Suisse serait bien inspirée, pour une fois, de montrer sa bonne volonté si elle ne veut pas être la cible du prochain scandale mondial lié à la gestion du négoce des matières premières qui sera la goutte d'eau qui fait déborder le vase dans la foulée des fonds en déshérence et du blanchiment qui nous a remis durablement sur une liste grise des paradis fiscaux.

Écrit par : Pierre Jenni | 05/06/2018

Ca ne change rien !

Ca fait belle lurette que les banques font leur cuisine entre elles et de manière automatique et informatique, ceux qui imagine qu'il y a encore des caisses de billets de banques lors des transferts de fric, sont complètement à l'ouest de l'Ohio ou de la Tennessee !

Même si on a tous quelque chose en nous de Tennessee !

Écrit par : Corto | 05/06/2018

Ce pendant, il faut voter NON à cette fumisterie, ils veulent faire passer tous leurs vieux cadavres au travers de ce blanc-seing !

C'est pour cette raison que les principaux intéressés sont aussi silencieux sur ce dossier !

Et la gauche qui brouille les pistes, comme d'hab !

Y a pas plus "copain comme cochon" des banques les plus douteuses que les socialos !

Méfiance !!!

Écrit par : Corto | 05/06/2018

Merci beaucoup, Daniel, de nous transmettre ce lien avec des vidéos très clairement explicatives du système monétaire et de la façon qu'ont quelques personnages de tirer les ficelles, sans se soucier de équilibre humain. L'économie ainsi dirigée mène à la perte de l'autonomie des pays ou, s'ils ne jouent pas le jeu, à une déclaration de guerre.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 05/06/2018

Chère madame,

Que peut-on vous répondre? Vous n'avez rien compris à l'initiative, au fonctionnement qu'elle implique et à l'économie en général. Si votre source principale d'information est Mr. barrazzone, ce n'est effectivement guère étonnant.

Je ne reprendrai qu'un point, essentiel, le financement de l'économie. Savez-vous seulement, madame, que ce système a été conçu par des libéraux (Simons, Fisher, Friedman, Allais....), précisément pour isoler l'ajustement épargne-investissement des influences monétaires et améliorer ainsi l'efficacité du fonctionnement d'une économie de marché?. Tout démontre que non, vous ne savez pas. ce n'est pourtant pas très compliqué à comprendre:
(1) au jour J, la base de financement de l'économie ne change pas: les banques gardent le même portefeuille de crédits et d'actifs de rendement et continuent de travailler avec les mêmes clients...
(2) Aux jours J+1...n: Il y aura les remboursements qui seront réemployés + la collecte de l'épargne sur le marché via des dépôts à terme, des titres de créances négociables et des obligations. A cet égard, je vous rappelle que l'épargne est un flux lié lui-même à un autre flux: le revenu, et que sa valeur nette s'incrémente de période en période pour former la richesse nationale. Je vous rappelle aussi que la Suisse est championne mondiale de l'épargne.
(3) la BNS intervient dans un tout autre domaine, celui du circuit des transactions, pour s'assurer que l'économie suit son sentier de croissance optimal de plein emploi. Pour ce faire, elle a tous les moyens pour intervenir et, compte tenu de son horizon prévisionnel long , les injections monétaires via les budgets des cantons et de la Confédération seront le mode d'action principal, ce qui apportera des ressources pour diminuer les impôts (et renforcer le dynamisme et l'attractivité suisse), soit pour augmenter les dépenses publiques (pour augmenter la productivité générale de l'économie).

Je vais m'arrêter là car les démonstrations seraient trop longues concernant tous les autres aspects que vous évoquez. Sachez , Madame, que ce type de réformes a été soutenu par les plus grands esprits qui ont dominé la pensée économique. Sachez, Madame, qu'avec les nouvelles technologies, ce projet est plus que jamais d'avant-garde car il y aura nécessairement une crypto-monnaie BNS (et donc un concurrent à la monnaie bancaire comme T.Jordan l'a fort bien vu) et la fonction bancaire est appelée à une révolution avec l'arrivée des Fintechs et de mutual funds spécialisés.

Libre à vous de voter comme vous l'entendez mais, avant, vous auriez tout intérêt à trouver vos sources de réflexion ailleurs que dans les propos de Mr Barrazzone.

Écrit par : Christian Gomez | 05/06/2018

@ Christian Gomez,

Tant de grands esprits ont aussi adhéré au marxisme !

Écrit par : micheleroullet.blog | 05/06/2018

Le marxisme !?
Encore un mot fourre-tout qui dit tout et rien.
Savez-vous, Mme Roullet que, si le marxisme a évidemment causé pas mal de dégâts dans son application à l'époque, une bonne partie de ses thèses sont reprises aujourd'hui par des libéraux ?
Je serais très curieux de connaitre votre analyse du marxisme qui semble s'apparenter au diable sous votre plume.

Écrit par : Pierre Jenni | 05/06/2018

Monnaie pleine pour les nuls:
https://www.youtube.com/watch?v=112H4g1n2-w&feature=youtu.be
12'50"

Madame de Meuron,
Exactement.
Comme expliqué dans cette seconde vidéo, ce qui marche pour les billets, marchera pour la monnaie scripturale.
Je n'ai jamais entendu que les banques commerciales voulaient imprimer leurs propres billets et frapper leurs propres pièces.
Avec cette initiative les banques commerciales devront se montrer très attractives pour attirer les dépôts et réduire leurs marges. Tout le contraire de ce qui est annoncé par les opposants dont l'intérêt et le seul ressort est de faire peur.

Madame Roulet,
"Tant de grands esprits ont aussi adhéré au marxisme !"
Merci de leur reconnaître leurs talents!
Et en matière d'analyse du capitalisme, personne n'a fait mieux que Marx.

Écrit par : Daniel | 05/06/2018

@ Pierre Jeni,
Vous seriez "très curieux de connaitre mon analyse du marxisme qui semble s'apparenter au diable sous votre plume". Du tout, le marxisme est une grande idée idée tirée d'analyses fines du capitalisme. Ce sytème promettait de redistribuer les richesse pour plus d'équité. Sauf que les grands principes négligent toujours les aspects pratiques et humains e leurs applications. On a vu ce que cette grande et belle idée a produit...

Écrit par : micheleroullet.blog | 05/06/2018

Connaissez-vous la loi de Moore, Mme Roullet ? Elle vous donne une idée de la vitesse et de l'ampleur du changement que nous avons la chance de vivre.
Elle réduit à néant les conclusions tirées de l'expérience passée qui n'a plus aucun rapport avec notre réalité contemporaine.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Moore

Écrit par : Pierre Jenni | 05/06/2018

A lire les commentaire ici, mais comme ailleurs, les opposants à monnaie-pleine sont sans arguments véritable ! cela dénote uniquement un refus de changer ou d'améliorer quoi que ce soit. Ils sont tenus par la peur diffusée par nos gouvernants, par la crainte de perdre quelque chose ... mais quoi ? ce système en fin de course qui aliène la plupart des gens ? OUI à Monnaie-Pleine pour que nos sociétés évoluent vers plus d'équité.

Écrit par : Stephane Napoleone | 05/06/2018

Merci d'avoir relayé le point de vue de l'Association Suisse des Banquiers mais on le connaissait déjà. Ces gens défendent les intérêts de leurs actionnaires (dont vous faites probablement partie) et les énormes profits qu'ils réalisent sur le dos du bon peuple. Ce bon peuple qui ne participe pas aux profits quand tout va bien mais qui est appelé à payer les pots cassés quand les choses tournent mal.

J'espère que vous avez touché un bon pactole pour avoir accepté d'être complice de cette opération d'emberlificotage. Si tel n'est pas le cas, votre naïveté est déroutante.

Ce n'est pas la prospérité de la Suisse qui est en danger, comme vous l'écrivez en titre. Ce qui est menacé par l'initiative, c'est le détournement et l'exploitation du produit de notre travail par les banques.

Écrit par : Mario Jelmini | 05/06/2018

@ Napoleone,
La rhétorique, qui qualifie de pleutres ou d'ignorants ceux qui critiquent une réforme, est éculée!

@ Mario,
Je ne parle pas au nom des banques où je n'ai aucune portefeuille. Il est étrange de voir des gens, qui défendent les citoyens, accuser, lorsqu'on n'adhère pas à leur vision du monde, de n'être qu'une marionnette entre les mains de puissants...

Écrit par : micheleroullet.blog | 05/06/2018

Eculée ? ...
Si j'avais le culot de Mario pour dire qu'un chat est un chat, je suggérerais que vous avez oublié une consonne.
Je partage largement ses propos qui suggèrent que vous n'avez pas la moindre idée de quoi vous parlez. En fidèle adhérente au PLR, vous suivez aveuglement la doxa du parti sans la moindre analyse sérieuse. Car je ne lis pas un seul argument qui puisse défendre valablement votre posture.

Écrit par : Pierre Jenni | 05/06/2018

- "« cette initiative, c’est un système quasi communiste qu’on nous propose, parce que la masse monétaire à injecter dans le système économique sera décidée par la BNS »"


C'est quoi la différence entre un système "communiste" et un système "quasi-communiste" ?

Est-ce que c'est la même différence que celle qui existe entre ... "un système fasciste" ... et ... "un système quasi-fasciste" ?


- "Les banques commerciales n’auraient plus le droit de créer de la monnaie scripturale (une monnaie qui circule par simple jeu d’écriture). Elles ne pourraient donc plus octroyer des crédits sans avoir les fonds et devraient emprunter de l’argent à la BNS. " (micheleroullet.blog)

C'est exactement ça. Vous avez parfaitement bien compris.

Ca veut dire que ces mêmes banques commerciales seront mises en faillite lorsque leur bilan est vraiment trop mauvais. C'est aussi simple que ça.

Comme ça les banques n'iront plus demander à la BNS de contracter des dettes avec les autres banques centrales, obligeant les politiques à travestir des dépenses liées au capital privé (capex) en dépenses d'opérations sociales (opex) pour permettre à ces mêmes banques privées de SOCIALISER LEURS PROPRES DETTES PRIVEES en augmentant artificiellement la valeur des actifs qu'elles détiennent, par exemple l'immobilier, pour équilibrer leurs comptes, et verser des juteux intérêts à leurs prêtres et actionnaires préférés.


- "Tant de grands esprits ont aussi adhéré au marxisme !" (micheleroullet.blog)

Madame Roullet, il n'est pas question de "grands esprits", mais de "grandes bourses" avec beaucoup de "grandes bulles" elles-mêmes ne contenant que ... du _vide_.

Si vous souhaitez me persuader du contraire, répondez à cette question:

Quelle est la différence entre ... le vide marxiste ... et ... le vide libéral ?

Hmmmm ?

Écrit par : Chuck Jones | 05/06/2018

C'est un signal aux banques! Le OUI ne passera pas! Donc! Je m'abstiens de voter!

Écrit par : Patoucha | 05/06/2018

@ Chuck Jones
En tout cas, les banques ne créent pas du vide, mais permettent d'engranger beaucoup d'argent pour les collectivités publiques. Sans les rentrées fiscales très importantes générées par le secteur bancaire, Genève ne pourrait pas offrir tant de prestations pour la culture et le social.
Enfin, les banques ne sont pas sans une réglementation (avec supervision et surveillance) pour limiter les risques des clients et garantir une stabilité du système financier. Facile de cracher dans la soupe !

Écrit par : micheleroullet.blog | 05/06/2018

Il semblerait bien que le système financier mondial soit en train d'aller contre un mur. Une grande bascule sera alors inévitable.
De ce fait, autant organiser à froid ce que faire se peut dans notre pays. Evidemment, une telle opération va créer du remue-ménage mais moins qu'en urgence dans un cadre bien moins sécure.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 05/06/2018

Marie-France de Meuron ... je salue votre bon sens ! tout helvétique, Bravo et Merci.

Écrit par : Stephane Napoleone | 05/06/2018

Il ne faut pas exagérer l'importance du secteur bancaire dans notre pays. Il ne représente pas 10 % du PIB. Et une fois tous les comptes faits, je serais curieux de voir quelle portion revient véritablement aux forces vives du pays.
Mais surtout, ces pratiques, qui sont devenues la norme mondiale du système financier à laquelle il devient presque impossible d'échapper, ne font que creuser plus l'écart entre les pauvres et les nantis. Et s'il est vrai que l'extrême pauvreté et la famine ont reculé dans le monde selon les chiffres du FMI, le nombre de personne vivant dans la précarité a lui augmenté et la classe moyenne est tirée vers le bas. Monnaie pleine ne résoudra pas ces questions comme par miracle mais donnera un signal fort pour inciter les puissants à mettre le frein.
Je ne comprends pas la logique de Patoucha qui veut bien donner un signal aux banques, mais qui ne le fera pas parce que ça semble inutile.

Écrit par : Pierre Jenni | 05/06/2018

Vous avez besoin de mon vote Pierre Jenni!? Ras le bol de voter tous les deux mois et pour des idées qui passent par n’importe qui pour n’importe quoi comme par exemple Jean Barth...... qui, cerise sur le gâteau, habite la Haute Savoie!

Écrit par : Pierre Jenny | 05/06/2018

MDR désolée Pierre Jenni :))))))))) j’ai mis votre nom et Patoucha ..... et l’iPad vous a choisi LOL
Si Michèle Roullet peut y remédier......? Merci d’avance!

Écrit par : Patoucha | 05/06/2018

Un court exposé (2:30) très clair sur la question soulevée par l'initiative «Monnaie pleine»:
http://canal9.ch/monnaie-pleine-une-votation-pour-dire-qui-a-le-droit-de-creer-de-largent-en-suisse-explications-de-jean-marc-heim/

Écrit par : Mario Jelmini | 06/06/2018

Le terme "fiduciaire vient du latin et signifie "confiance" !!!

Tous les systèmes financiers actuels se basent sur la "confiance" et le fait de placer comptablement des crédits sur des comptes "d'actifs" !

Après, le reste n'est que "cosmétique" !

"Monnaie pleine" ou pas, qu'est-ce que ça peut bien changer ?

99% des monnaies sont des monnaies fiduciaires, réfléchissez la dessus !!!

Écrit par : Corto | 06/06/2018

Pierre Jenni, qui ne comprend pas grand chose à pas grand chose amène sa science, comme à son habitude,

Explique un peu en quoi :

"mais donnera un signal fort pour inciter les puissants à mettre le frein."

ça donnera un frein à qui que ce soit ?

Explique nous ???

Écrit par : Corto | 06/06/2018

Ecoutez cette interview (si possible en entier), Madame Roullet:
https://www.radiolac.ch/actualite/non-monnaie-pleine-ne-signifie-pas-la-banqueroute/
Vous êtes toujours contre l'initiative «Monnaie Pleine»?

Écrit par : Mario Jelmini | 06/06/2018

Lorsque les débiles enrôlés par les grandes banques suisses qui sortent de St-Gall ont vu apparaître l'ombre des blockchain, je ne vous dis pas dans quel état leurs épouses les ont retrouvés à peine débarqués dans leurs villas-cottages en leasing à 0,9% !

Ils le savent, dans 10 ans, l'ensemble de la finance n'aura pas d'autre choix que d'être transparente et inviolable, ce qui est de moins en moins le cas des serveurs de nos institutions renommées !

Leur question primaire : comment contrôler "l'incontrôlable" et rester performant avec 20 ans (40) de retard dans les technologies émergentes ???

Gros dilemme et sentiment d'avoir tout raté !

"Inviolable et transparent" voilà deux terme inconciliables pour n'importe quel banquier au service des arnaques de dizaines de clients dictateurs ou futurs auteurs de coups d'états !!

Ce sera comme si vous êtes face à une vitrine, vous verrez tout, mais vous ne pourrez pas toucher !

Je les plains presque ces petits monarques parvenus, tous leurs rêves se sont effondrés comme dans un dessin animé !

Écrit par : Corto | 06/06/2018

Non seulement les algorithmes sont publics, les données sont publiques mais c'est le seul moyen de garantir la sécurité de ces dernières, quel coup de génie !!

Alors, que les monnaies soient pleines ou "vides" selon la dialectique des faussaires, qu'est-ce que ça va bien changer, expliquez moi ?

Écrit par : Corto | 06/06/2018

Signal des banques centrales d'Argentine, de Malaysie, du Brésil, du Mexique, de l'Inde, de l'Indonésie, et d'autres pays qu'elles sont en train de perdre le contrôle de leurs politiques monétaires respectives pendues au dollar et qui sont en train d'étrangler leurs économies.

Tempêtes d'émeutes économiques en formation.

Voila pourquoi il faut des monnaies "pleines".

Pour que l'on puisse faire la différence entre des coffres vides, des coffres pasvides, et des coffres virtuels qui ne contiennent que la suffisance et le mépris des gouvernants qui _fabriquent_ des guerres en prétendent oeuvrer pour le bien des populations.


"Le terme "fiduciaire vient du latin et signifie "confiance" !!!" (Corto)

Et l'heure où les populations vont mesurer celles qu'ils ont en leur gouvernement et la vérifier approche au grand galop.

Écrit par : Chuck Jones | 07/06/2018

Cette histoire de monnaie "pleine" n'est rien d'autre qu'un leurre pour attirer les idiots de service !

Du vide dans du vide !!!

Écrit par : Corto | 07/06/2018

J'observe que personne n'aborde une question importante de ce débat : la conséquence sur l'industrie bancaire.
Les banquiers rechignent à avouer qu'ils défendent leur pré carré et les initiants prétendent que les banques pourront continuer comme avant.
En fait, ce qui arrive, monnaie pleine ou pas, c'est la suppression des intermédiaires dans tous les domaines grâce à la technologie.
L'économiste Leimgruber, dans son interview sur radio lac, a certainement raison lorsqu'il suggère que les banquiers suisses se tirent une balle dans le pied en s'opposant au principe car ils auraient la possibilité d'anticiper ce qui vient et se profiler comme les modèles de demain. Mais ce sera dans la douleur, comme nous les taxis avec Uber, comme les notaires qui n'ont plus de raison d'être puisque les smart contrats de la blockchain font le même travail gratuitement, et comme tous les autres qui vont suivre.
C'est le sens de mon billet sur l'évènement organisé par Swisscom qui n'assume pas le débat puisqu'ils n'ont pas répondu à mes questions et remarques malgré leur sollicitation. http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2018/05/04/swisscom-connected-event-la-blockchain-291893.html

Écrit par : Pierre Jenni | 08/06/2018

C'est exactement ce que je n'ai cesser de dire sur ton blog, relis !

A ceci près, que personne en Suisse n'est capable d'expliquer ce qu'est le fonctionnement des blockchain, qu'en Suisse ils essayent vainement de développer des pseudos blockchain contrôlés par des serveurs, c'est simplement parce qu'ils veulent échapper aux algorithmes qui lorsqu'ils sont authentiques sont transparents et c'est justement cette transparence qui angoisse les voyous de la sphère bancaire, je le répète, je n'insinue pas que tous les banquiers sont des voyous, mais disons qu'en Suisse, c'est malheureusement la règle et si l'on se réfère aux banques centrales européennes, c'est du 100% de corruption !

Alors lorsque qu'une technologie garantira une clarté totale, tu penses qu'ils s'excitent comme de asticots aspergés de jus de citron !

Les blockchain sont l'ADN de la future gestion des données planétaires et tous ceux qui voudront se retrancher dans l'individualisation de la sécurisation deviendront des cibles de premier choix !

Écrit par : Corto | 09/06/2018

Les suisses ne se sont pas trompés, terme exacte dans cette affaire de trompe l'oeil et les banques continueront de créditer, en Suisse, ce concept de "monnaie pleine" est absurde, puisque les banques ne déclarent pas le centième de leurs actifs, que dis-je le centième, le millième !

Les réserves cachées des banques suisses s'élève à cent trente milles milliards !

Ce n'est pas la monnaie qui est archi-pleine, ce sont les banques !!

Écrit par : Corto | 11/06/2018

130'000'000'000'000.-- !!

Écrit par : Corto | 11/06/2018

Les commentaires sont fermés.