Code de suivi Google

22/01/2018

Brader nos fondements démocratiques au nom de l’efficacité…

Le Conseil municipal en Ville de Genève vient de décider de supprimer la commission des naturalisations. M. Holenweg, qui en avait fait depuis des années son cheval de bataille, jubilait. A ce trublion de la politique, on ne peut au moins pas reprocher sa ténacité ! Son combat s’est fait avec son parti en rangs serrés. Des élus socialistes sont entrés exprès dans cette commission pour la combattre de l’intérieur.

Compromettre la commission des naturalisations pour l’éliminer était mijoté par Holenweg, car, pour lui et ses acolytes, la procédure de naturalisation est humiliante, stigmatisante, inacceptable, subjective, irrationnelle, arbitraire, discriminatoire. Ces critiques participent d’une politique qui consiste à dénigrer la naturalisation, à la réduire à une simple formalité administrative, voire à une démarche superfétatoire, puisque son parti prône le droit d’éligibilité pour les étrangers. Au nom de l’ouverture à l’autre, de la diversité et du vivre “tous ensemble”, le maire d’une commune genevoise ou (étape suivante !) un conseiller d’Etat n’aurait pas même besoin de demander sa naturalisation ! Evidemment, pour ceux qui rêvent d’Internationale socialiste, la Patrie et la Nation n’ont aucune résonnance !

Il fallait donc supprimer la commission des naturalisations, accusée d’être parasitaire, de fonctionner dans l’illégalité et de coûter cher. A cet égard, le chiffre émis par Mme Conti est exagéré. Pour la prise de contact avec le candidat, le déplacement, la visite et la rédaction du rapport, un commissaire reçoit 120 francs. Rien d’exagéré !

Plaider la suppression de la commission des naturalisations pour faire des économies n’était évidemment que de l’esbroufe de la part des socialistes, puisqu’ils voulaient la remplacer par une nouvelle commission : « la commission de l’accueil et de l’intégration » ! Heureusement, une majorité du parlement n’a pas été dupe et a balayé cette nouvelle commission. Pour les socialistes, il ne s’agissait donc nullement d’économiser les deniers publics. D’ailleurs, si la gauche commençait à se préoccuper de ne pas gaspiller l’argent public, cela se saurait !

Non, leur seul but : éliminer la commission des naturalisations par tous les moyens, en usant même d’insultes. Ainsi, les conseillers municipaux (ceux qui ne sont pas de leur bord !) ont été traités de commissaires incompétents, arbitraires, subjectifs, xénophobes…

Bref tous les coups étaient autorisés. Sieur Deonna, prêchant du haut de sa chaire, a même dénoncé le dysfonctionnement de la commission des naturalisations en affirmant que : « des commissaires introduisent des jugements de valeurs entachés de stéréotypes de classe, de race ou de genre » !

Il est urgent que M. Deonna mette ses connaissances à niveau et réalise que le concept de race, depuis Darwin, est dépassé !

On a brandi le rapport de la Cour des comptes en prétendant que le fonctionnement actuel de la commission des naturalisations était illégal. Or, cette assertion semble inexacte. La procédure actuelle, avalisée par un décret du Conseil d’Etat en 1998 jamais cassé, reste légitime.

Mais, au final, c’est le vote du PDC, qui a entrainé la suppression de la commission des naturalisations. En suivant l’amendement socialiste, le PDC n’a pas été bien inspiré. Non seulement il a cassé l’Entente, mais plus encore il a bradé un de nos fondements démocratiques suisses, qui veut que la politique se fasse de bas en haut, et que la commune soit souveraine pour décider de la manière dont on attribue le droit de cité. Or, déléguer la compétence des préavis de naturalisation au Conseil administratif revient à faire sauter l’échelon communal, puisque de l’aveu même du magistrat en charge des dossiers de naturalisation en Ville de Genève : « l’exécutif n’a ni les moyens ni le temps d’assumer une tâche comparable à celle de l’actuelle commission des naturalisations » !

Voter la suppression de la commission des naturalisations par « devoir d’efficacité », comme l’a avancé le PDC, est un argument insoutenable ! Faut-il, au nom de l’efficacité, supprimer le niveau communal, ne pas respecter la séparation des pouvoirs et adopter une politique centraliste ?

Enfin, la mort de la commission des naturalisations pourrait ne pas être un bénéfice pour les candidats à la naturalisation. Le commissaire ne venait pas pour mener une enquête ou évaluer si les conditions pour la naturalisation étaient remplies (travail du canton), mais pour rencontrer ces futurs citoyens souvent honorés qu’un élu vienne à leur rencontre, et puisse même entendre les doléances qu’ils auraient à formuler sur leur procédure.

Déléguer la compétence du préavis au Conseil administratif, c’est aussi augmenter l’arbitraire d’une décision qui ne sera plus discutée entre commissaires de sensibilités diverses. L’échange, qui pouvait avoir lieu entre un commissaire de la commission des naturalisations et l’enquêteur cantonal qui a rédigé son rapport, n’existera plus !

En définitive, on assiste avec cette malheureuse décision prise en Ville de Genève à une évolution où les échanges humains et politiques tendent à être supprimés au profit de la technocratie !

Mais, la politique n’a pas dit son dernier mot !

Et, M. Holenweg, qui exultait de joie avec cette abrogation de la commission des naturalisations qu’il qualifiait de « moment historique », pourrait découvrir combien l’histoire bégaie.

Affaire donc à suivre…

 

12:27 Publié dans Actualités, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | |

12/01/2018

Liberté d’importuner ou liberté de draguer ?

Les propos de Christine Bard, recueillis par Faustine Vincent, (in Le Monde) et publiés aujourd’hui dans Le Temps sous le titre : « Une rhétorique antiféministe », sont édifiants, tant ils manquent d’une retenue qu’on pourrait attendre de la part d’une historienne.

Dans cet article, Christine Bard, « historienne et spécialiste du féminisme », dénonce avec animosité la tribune d’un collectif de 100 femmes dont fait partie Catherine Deneuve, qui défend, en réaction au mouvement planétaire «#balancetonporc »,  la « liberté d’importuner ».

Et bien, toute spécialiste du féminisme que soit Mme Bard, je qualifie sa rhétorique, à elle, de « rhétorique militante d’intimidation ».

En effet, cette intellectuelle a l’outrecuidance de décrire son féminisme de « processus révolutionnaire en marche, fragile, mais qui change et changera nos sociétés de fond en comble ». Avec un ton outrancier, cette ardente militante de la cause du genre brandit l’étendard d’un monde neuf pour dénigrer ceux qui n’approuveraient pas le féminisme, « ce processus révolutionnaire en marche ».

Ainsi, pour elle, les voix résistantes, qui peuvent même venir de femmes (« car il y a toujours eu des femmes antiféministes qui ont craint ces changements et estimé dangereuses les revendications féministes ») ne se rallieraient pas au mouvement « #MeToo » par crainte du changement ! Bref, ces voix contestataires seraient celles des pleutres !

Un tel radicalisme me fait frémir, d’autant plus lorsqu’il est promu par une historienne. La tâche première de l’historien n’est-elle pas de faire entendre des voix oubliées ou minoritaires pour restituer la complexité de toute théorie et opinion ?

Or, plus grave encore, Christine Bard, dans un style de propagande dont l’histoire a connu ses heures obscures, manipule le récit du féminisme. En effet, retraçant trois vagues historiques du féminisme, cette experte se garde bien de citer l’engagement de Catherine Deneuve dans ce qu’elle décrit comme la deuxième vague du féminisme, celle « des années 1968 à la fin du XXe siècle, (qui) a mis la sexualité et le droit de disposer de son corps au cœur de son combat ».

Oser traiter Catherine Deneuve et la tribune de ce collectif d’antiféministes, en occultant que l’actrice a eu le courage d’être l’une des signataires du manifeste des 343, est une imposture intellectuelle. Pour rappel, le « manifeste 343 », publié dans le Nouvel Observateur en 1971, fut signé par 343 Françaises qui déclaraient s’être fait avorter.

Manisfeste des 343 salopes.jpeg

Or, à cette époque, l’avortement en France était illégal et les contrevenantes s’exposaient à des poursuites pénales, qui pouvaient aller jusqu’à l’emprisonnement. Catherine Deneuve fait ainsi partie de ces femmes courageuses, qui furent injuriées, appelées même « les 343 salopes » ! Elle a pris des risques pour dépénaliser l’avortement en France et permettre aux femmes de disposer de leur corps. Par ailleurs, sa vie, si libre, montre que, pour cette femme, le respect mutuel et l’égalité des sexes ne sont pas un verbiage creux.

Le ton de moralisatrice qu’adopte Christine Bard, qui prétend « construire un nouveau monde », est insoutenable. Cette logorrhée qui veut purifier nos existences, outre qu’elle pollue nos existences, est mortifère. L’histoire ne nous donne-t-elle aucune leçon ? N’avons-nous plus aucune mémoire des régimes totalitaires (de gauche ou de droite) : nazisme, stalinisme, maccarthysme, Khmers rouges… qui avaient tous pour ambition de purifier la Société ? Apparemment, cette historienne, trop enfermée dans son militantisme, oublie de faire de l’histoire.

Où nous mènera cette moralisation obsédante ? Faudra-t-il, après avoir ôté la cigarette de Lucky Luke, détruire les peintures dans lesquelles la femme alanguie, évoque des poses séductrices (Rubens et les autres), interdire les films qui donnent une mauvaise image de la femme (Belle de jour, Portier de nuit et bien des Hitchcock …). Bref, pour moi, pas de doute, entre une intellectuelle qui nous expose une pensée bien convenue, marquée par notre époque puritaine et moralisatrice et une Catherine Deneuve qui ose déplaire, je choisis celle qui défend la liberté.

Néanmoins, je n’aime pas l’expression « la liberté d’importuner ». Dans une société civilisée, la courtoisie devrait régler nos conduites et nous retenir d’importuner.

J’aurais préféré que cette tribune des 100 femmes défende, pour tous,  « la liberté de draguer ! »