Code de suivi Google

24/09/2017

L’ivresse du pouvoir ou les fourberies de Pagani

Une tempête politique s’abat sur la Ville de Genève, suite à l’arrêt du 21 septembre 2017 de la Chambre constitutionnelle de la Cour de Justice, qui annule l’opération électorale du 24 septembre, relative aux référendums portant sur les coupes budgétaires.

Reconnaissant qu’il y a eu de graves irrégularités dans le matériel de vote, que la brochure “explicative” a été conçue pour tromper les électeurs, le Tribunal a abrogé ce scrutin. Ces violations de la Loi sur l’exercice des droits politiques (LEDP) à Genève sont particulièrement graves et choquantes, car elles ont été commises par Monsieur Pagani, maire de Genève.


Emporté par son impulsivité militante, Rémy Pagani a oublié les devoirs qui incombent à sa fonction de maire : une certaine retenue et une exemplarité dans le respect des lois. Pourtant, n’est-ce pas ce même magistrat qui clamait en séance plénière du Municipal en juin dernier : « J’ai un profond respect pour la démocratie ; à plusieurs reprises ces dernières années, ces derniers mois, les autorités ont fait preuve d’une certaine propension au mépris en ce qui concerne la parole du corps électoral » ?

Ce non respect de la loi est gravissime d’autant plus qu’il n’est pas dû à une négligence ou à une bévue, mais qu’il a été commis, délibérément, pour influencer les électeurs et les amener à voter en faveur des référendums. La faute est inadmissible, car cette manière illégale de procéder entrave la liberté de vote et met en péril notre démocratie.

Après tant d’années au pouvoir, M. Pagani, qui a l’habitude de balayer avec suffisance toute opinion qui s’écarte de l’orthodoxie marxiste, pense que personne n’est plus malin que lui, et qu’il peut faire tout ce qu’il juge bon, sans tenir compte des lois. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que ce bouillonnant politicien agit avec désinvolture et à la limite de la légalité. Lors de la récolte de signatures pour les référendums lancés par son parti Ensemble à gauche (EàG), et qui constituaient les objets communaux de l’opération électorale de ce dimanche, Rémy Pagani s’est montré particulièrement actif. Son engagement n’enfreint pas la loi. En effet, ce n’est pas parce qu’on est magistrat ou maire que l’on perd son statut de citoyen. Il n’y a donc pas d’incompatibilité entre exercer la fonction de maire et aller battre le pavé pour récolter des signatures. En revanche, aller récolter des signatures dans la fête « La Ville est à vous », comme l’a fait monsieur Pagani, transgresse le règlement édicté par la Ville elle-même, qui interdit toute installation de stands politiques ou publicitaires durant cette manifestation. Interrogé par une conseillère municipale sur ce sujet, Rémy Pagani a répondu qu’il n’a pas dressé de stand puisqu’il y est allé avec un chariot mobile. Cette pantalonnade est grotesque !

Pour revenir à la brochure de vote, l’infraction est d’une gravité incommensurable. M. Pagani s’est octroyé le droit de rédiger les commentaires du comité référendaire ainsi que ceux de la minorité du conseil municipal et du conseil administratif. Des passages, mot pour mot, identiques montrent que c’est bien la même plume qui a écrit ces lignes. En outre, le maire n’a apparemment pas jugé nécessaire de faire valider la version définitive auprès de ses collègues, alors même que la Loi sur l’exercice des droits politiques prévoit que le commentaire des autorités doit être rédigé par l’exécutif.

Par ailleurs, l’ « Introduction du comité référendaire » de presque deux pages, du jamais vu dans une brochure électorale, ne respecte pas l’équilibre des parties. Plus grave encore, en évoquant un “programme de démantèlement social et culturel, imposé par une droite irresponsable”, cette introduction, au ton injurieux, grosse de slogans gauchistes, contrevient aux règles de rédaction d’une brochure censée être brève, neutre, explicative et d’une teneur descriptive pour permettre aux électeurs de se forger une opinion sur les sujets soumis au vote.

Enfin, oser écrire que des gratuités (accès au musée, emprunt des livres dans les bibliothèques, accès à des manifestations et concert dans les parcs) seront supprimées est une tromperie ! Ces contrevérités, écrites noirs sur blanc, peuvent d’ailleurs restées incrustées dans les mémoires et fausser les opinions d’une manière durable. De tels agissements mettent en danger notre démocratie. C’est pourquoi, il est juste que monsieur Pagani soit relevé de sa fonction de maire. Mieux encore, les habitants de Genève osent espérer que, dans un sursaut de citoyenneté, M. Pagani y renonce de lui-même.

15:46 Publié dans Actualités, Genève, Humeur, politique | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook | | |

Commentaires

Comme beaucoup vous vous acharnez sur cet homme de conviction qui a tenté un coup pour faire avancer la cause qui lui semble juste. Je peux assez facilement imaginer la frustration d'un magistrat devant l'immobilisme du système politique sans excuser pour autant sa bourde.

Mais lorsque vous venez avec des mots forts comme le non respect de la loi, je tiens juste à vous faire remarquer que le PLR a proposé un Maudet à la fonction suprême alors qu'il viole systématiquement sa propre loi sur les taxis en laissant impunément les voitures Uber avec plaques vaudoises circuler librement en parfaite illégalité. Il suffirait d'un agent à l'aéroport pour empêcher cette violation crasse d'un texte bâclé qui promet le chaos.

Écrit par : Pierre Jenni | 25/09/2017

Si faire respecter la loi, c'est s'acharner sur une “pauvre victime” qui a tenté de faire un coup, où va-t-on???

Écrit par : Michèle Roullet | 25/09/2017

Ce qu`a fait le maire parait un peu fort de café mais vouloir le mettre de coté pour cela a comme des airs de "ote-toi de la que je m`y mette"...

Écrit par : Ignaz | 25/09/2017

@ ignaz,

Si enfreindre la loi, qui plus est de la part du maire qui incarne l'Etat, n'est poursuivi d'aucune sanction, c'est la porte ouverte à tous les délits!

Écrit par : Michèle Roullet | 25/09/2017

C'est l'esprit de Genève !

Écrit par : Pouffons tous en coeur | 25/09/2017

Transgresser des regles n`est pas transgresser la loi. Un blame devrait suffire, sa réputation souffre déja assez comme ca. Errare humanum est.

Écrit par : Ignaz | 25/09/2017

Mais, selon le jugement du Tribunal, M. Pagani a transgressé la Loi sur l’exercice des droits politiques (LEDP). J'ai de la peine à saisir votre complaisance... On n'est pas dans une République bananière!

Écrit par : Michèle Roullet | 25/09/2017

"On n'est pas dans une République bananière!"

Si.

Écrit par : Afflictio ueritatis | 25/09/2017

Jean Jarogh transgresse son nom par des pseudos rocambolesques avec des Ignaz........ Il ignore les règles de la loi......!

Comme on connaît ses saints on Les honore! La gauche toute confondue sait comment manipuler ses électeurs !

Je ne lis plus les avis des politiques pour mes votations.

Écrit par : Patoucha | 25/09/2017

En vérité c`est lorsqu`un élu est écarté pour le moindre faux pas qu`il y a danger de "république bananiere" car alors la vie politique se ramene vite a un jeu de chaises musicales qui rend impossible tout ce qui n`est pas du court terme.

Écrit par : Ignaz | 25/09/2017

Vous appelez "un moindre faux pas" lorsqu'il y a eu une violation de la loi dans le but de manipuler les électeurs! Cela en dit long sur vous-même.

Écrit par : Michèle Roullet | 25/09/2017

Pauvres électeurs manipulés ! Rendons grâce à Pagani pour son enseignement qui nous déniaise.

Écrit par : Pierre Jenni | 25/09/2017

Sartre disait qu'on pouvait apprendre de la bêtise! Je vois que vous faites l'éloge de la malhonnêteté sous prétexte qu'elle pourrait nous déniaiser! Drôle de conception du monde...

Écrit par : Michèle Roullet | 25/09/2017

Rhoooo Pierre Jenni! S'il avait existé un seul gauchiste capable de déniaiser qui que ce soit... Cela se saurait!

Écrit par : Patoucha | 26/09/2017

L'humour contre la tyrannie! Bravo Patoucha belle réplique!

Écrit par : Michèle Roullet | 26/09/2017

Entendons-nous bien. Je condamne le geste comme vous. Mais je ne puis que relativiser son effet, l'ampleur qu'on voudrait lui donner et les intentions qu'il y a derrière.
Et puis, j'ai la faiblesse d'admirer une certaine force de caractère et une prise de risque louable dans la monotonie de la fonction et l'inertie fatale.
Rémy Pagani défend des convictions souvent bien à l'opposé des miennes dans les questions de mobilité. Je subis sa politique. Mais je respecte l'homme de conviction et je le remercie de m'avoir, par son geste, permis de comprendre qu'il nous prenait pour des cons.

Écrit par : Pierre Jenni | 26/09/2017

@ Jenni
Comment pouvez-vous juger de l'effet que cette tromperie a eu sur les opinions des électeurs? C'est comme une rumeur (même fondée sur de faux éléments, il est difficile de la stopper!).
Quant aux intentions de M. Pagani, elles sont sans équivoque! M. Pagani a attaqué gravement le droit de vote pour manipuler les électeurs. Les convictions ont des limites qui s'arrêtent au respect de l'Etat de droit.

Écrit par : Michèle Roullet | 26/09/2017

" Mais je respecte l'homme de conviction et je le remercie de m'avoir, par son geste, permis de comprendre qu'il nous prenait pour des cons."

LOLLLLL Pierre Jenni! Serait-ce une bonne nuit de sommeil qui vous l'a fait comprendre....

Écrit par : Patoucha | 26/09/2017

Il n'y a pas de loi, ni de police, en Hongrie Ignaz?

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=pKP0qw2ADtg

Écrit par : Patoucha | 26/09/2017

@ Michèle Roullet

:"> (Je rougis)

Écrit par : Patoucha | 26/09/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.