Code de suivi Google

05/05/2017

Pauvre France…

Vu (pas vraiment entendu !) de Suisse, le débat entre les deux candidats pour la présidence française laisse sans voix !

Au lendemain de ce pitoyable spectacle, les sondages désignent (bien que l’on fasse dire ce que l’on veut aux sondages !) Macron comme vainqueur de ce “débat”.


Si ce n’est dans la séquence économique où Emmanuel Macron a eu de meilleures réparties, Marine Le Pen s’embourbant dans des explications fumeuses où les entreprises continueraient à payer leurs factures avec une monnaie européenne sous forme d’écus, alors que le simple péquin, lui, paierait sa baguette de pain et ses biens de consommation en monnaie nationale (à moins que je n’aie rien compris…), je trouve que les deux candidats ont été mauvais et indignes de ce que l’on peut attendre d’un futur(e) président(e) de la République française.

A coup d’invectives et d’accusations, les deux s’égosillaient, parlaient sans s’écouter, sans laisser même le moindre interstice aux journalistes perplexes de la tournure que prenait ce face-à-face qui s’apparentait à une dispute de bistrot d’une animosité sans pareille.

Enfermés dans des insultes, qui a été d’emblée le registre imposé par Marine Le Pen, les deux candidats s’ébrouaient, s’invectivaient dans une cacophonie insupportable. Cet affrontement n’a pas été un combat avec des règles (comme un combat de boxe) ni même un débat, car le verbe y été singulièrement absent.

On a juste assisté à un duel cafouilleux d’où sortaient des propos inaudibles. Même les émissions de téléréalité sont rarement aussi affligeantes ! Les deux candidats, secoués de crises infantiles, ont simplement renoncé à parler pour se faire entendre. Ils préféraient s’époumoner pour occuper le terrain et couvrir la voix de l’autre.

Les journalistes, dépassés par la situation, ne parvenaient pas à interrompre ces diarrhées verbales et à jouer tant soit peu leur rôle de meneurs.

Quant aux millions de téléspectateurs, qu’ont-ils appris hier soir sur le programme politique des deux candidats ? Dans ce brouhaha bruyant, rien ! On assistait juste à un curieux sentiment d’absence, où la parole bannie évacuait l’esprit, la jubilation, en un mot : l’intelligence…

Toutefois, cet échec est éloquent. Il nous rappelle que pour qu’un échange (politique ou autre) puisse exister, il faut un minimum d’accord entre les locuteurs ou, tout au moins, un lieu “commun” où ils peuvent se retrouver (si ce n’est sur le fond, au moins sur la forme avec des règles de courtoisie ou politesse à respecter). Or, lorsqu’on vomit son adversaire, ne faudrait-il pas mieux éviter tout face-à-face sous peine de tomber dans la vulgarité qui ne fait jamais rêver ni ne parvient à convaincre…

Ne serait-il pas urgent, lorsqu’on voit un tel spectacle (qui, au-delà des deux protagonistes, en dit peut-être long sur notre époque) de réintroduire dans les écoles des cours de rhétorique, supprimés des programmes scolaires à la fin du XIXe siècle ?

Les belles répliques referaient peut-être la Une des journaux et animeraient les conversations des citoyens.

Rappelons-nous, le magnifique échange entre Mitterrand et Chirac où ce dernier subtilement rappelle que dans ce débat, il n’y plus de président, mais deux candidats à la présidence, et que Mitterrand lui répond du tac au tac avec brio : « Vous avez tout à fait raison, Monsieur le premier Ministre » !

Ou encore Churchill, attaqué au Parlement par une opposante du Labour Party qui lui aurait lancé : « If I were your wife, I’d put poison in your tea! », et qui répond : « If I were your husband I’d drink it with pleasure ! ».

Pauvre France, Molière reviens vite... 

 

 

 

02:16 Publié dans Actualités, Air du temps, Langue et usages | Lien permanent | Commentaires (30) | |  Facebook | | |

Commentaires

A la décharge de Macron, meme un Mitterrand ou un Schirac n`auraient pu s`exprimer face a cette furie gesticulante s`appliquant a bombarder d`invectives en retroussant les babines. Ils auraient certainement mieux réussi a garder leur calme mais Macron est encore trop jeune pour avoir la peau de rhinocéros.

Écrit par : jean jarogh | 05/05/2017

Bonjour,
Entre parenthèses, question sur les coûts de la "coopération" de GE en faveur de la France, sauriez-vous qui, du pays hôte ou de la France, endosse les frais engagés (personnel, administratif, sécurité, divers) pour la mise à disposition de locaux publics pour leurs bureaux de vote,
selon cet arrêté français du 14 mars 2017
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2017/3/14/MAEF1707930A/jo


Lieux de vote qui à Genève sont étonnamment nombreux avec 5 lieux (en plus de leur consulat), soit plus que Zurich (1 lieu unique), Londres (2 lieux, plus leur consulat), ou Munich (2 lieux), où bizarrement, les français n'ont pas de prétentions à outrance et ouvrent leurs bureaux de vote en lieux traditionnels: soit auprès de leur consulat et dans leur "école française".

Quand Ville-de-Genève ouvre le dimanche 5 locaux publics au service des électeurs français, la question est également de savoir pourquoi, les français étant domiciliés, même si en résidence "secondaire", en zones frontalières, n'y sont pas inscrits.
les électeurs issus de départements d'outre-mer étant si peu nombreux, peuvent se contenter de leur consulat, comme organisé à Munich.

Ingérences françaises dans ce canton (cf initiative TPG), soumission de Genève

Si ma supposition (frais à charge du contribuable CH) est erronée, reste la question des exigences du gouvernement français signifiée en mars dernier, pour de telles mises à disposition.
Je trouve (toujours ma comparaison avec la ville de Munich) que la France exerce un peu trop d'ingérences, un peu trop facilement et un peu trop souvent, à croire que GE relève de la France.
Merci pour vos éclaircissements, au cas où mes questionnements entrent dans le cadre de votre note.

Écrit par : divergente | 05/05/2017

La répartie de Mittérand est pourtant bien dans la lignée de ce que nous avons vu et entendu l'autre soir et qu'une partie des Français apprécient: drôle, mais bas et agressif.

Écrit par : Mère-Grand | 05/05/2017

Chirac-Mitterrand: un duel assassin mais ô combien classe! Pas besoin d'insultes et de diatribe de bistrot, la précision de la répartie suffisait.

Navrant et triste de voir la France dans cet état. Mais comme le déni est un sport chez les français, ils ne feront aucun diagnostic de ce naufrage...

J'ignorais pour Churchill: excellent!
:-)

Écrit par : hommelibre | 05/05/2017

@ Divergente,
Beaucoup de questions dans votre commentaire auxquelles je n'ai pas forcément de réponses. Les rapports entre la France et Genève sont cordiaux même si pour certains, trop de Français viennent travailler à Genève et pour d’autres, l’hémorragie des infirmier(e)s formé(e)s en France, et qui partent travailler aux HUG vident les hôpitaux de Savoie où les prix de l'immobilier ont pris l'ascenseur suite à l'installation de Genevois dans la région.
Sur votre interrogation sur le nombre des bureaux de vote ouverts à Genève, il doit correspondre au nombre d’électeurs inscrits et le coût de l'opération est certainement pris en charge par la France. Genève a les moyens de faire entendre sa voix et de poursuivre avec ses voisins des rapports de bienséance. Pas trop d’inquiétude…

Écrit par : Michèle Roullet | 05/05/2017

Cela dit, chere Michele Roulet, il n`est pas certain que l`art de la rhétorique soit le plus important pour le prochain président des Francais. Énormément d`efforts et d`ingéniosité seront nécessaire au gouvernement Macron pour éviter que l`économie francaise se dégrade davantage encore en termes de compétitivité et donc d`emplois. Si Macron échoue, l`Allemagne seule ne pourra pas continuer a soutenir l`économie européenne a bout de bras et l`Union Européenne tombera en morceaux. Ca fera bien-sur le bonheur des adorateurs de drapeau national mais sans une union serrée des pays européens il sera impossible de résoudre les grands problemes posés par l`informatisation, la robotisation, le vieillissement de la population, le réchauffement climatique, le délitement de l`afrique mais aussi d`une partie de l`Europe périphérique (Est et Sud) ainsi que les migrations massives en résultant, pour ne nommer que les plus urgents a résoudre.

Écrit par : Jean Jarogh | 05/05/2017

@ Jean Jarogh

Merci pour votre commentaire. Vous avez raison, la rhétorique n’est pas la panacée aux difficultés de notre époque qui vit une crise majeure où il faudra innover et résoudre bien des problèmes dont ceux que vous mentionnez. Mais, comme l’écrivait Condillac, « toute science est une langue bien faite ». Le philosophe a raison, savoir parler, s’écouter est le vestibule de la pensée. Et, pour relever les défis de notre époque, il faudra soigner le verbe… Les invectives auxquelles nous avons assisté l’autre soir sont de très mauvais augures !

Écrit par : Michèle Roullet | 05/05/2017

Je me suis fait la même réflexion que Mère-Grand. Nous vivons une époque de l'instantanéité qui s'accommode mal des digressions et des images. On va droit au but. Mais le niveau reste le même.
Il me semble qu'on a un peu trop tendance à idéaliser les anciens, surtout lorsqu'ils ne sont plus.

Écrit par : Pierre Jenni | 05/05/2017

Merci pour vos réponses. Cependant si mon questionnement sur les efforts genevois particuliers en faveur des français relève du formalisme, aisément balayé, je vous livre cet exemple de l'incongruité qui me fait tiquer - sans parler de la manière cavalière de l'ordre français daté de mars dernier (cf lien sur mon commentaire précédent), soit 1 mois avant exécution:

Nombre de français inscrits vs nombre de bureaux de vote ouverts
Londres: 93'500, 2 bureaux de vote
Genève: 50'035, 6 bureaux de vote

https://ch.ambafrance.org/Statistiques-sur-le-nombre-de

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/23/montreal-londres-tokyo-les-francais-de-l-etranger-ont-du-s-armer-de-patience-pour-voter_5115813_4854003.html

Écrit par : divergente | 05/05/2017

A la réflexion vous avez raison, Michele Roullet. Un dirigeant politique doit savoir convaincre pour pouvoir agir. Malheureusement, les bons rhétoriciens ne sont pas toujours ceux qui savent agir et réciproquement. Finalement, Macron a eu de la chance de se retrouver face a une rhétoricienne encore moins brilante. Il est vrai que la rhétorique ne suffit pas toujours pour gagner l`électorat, comme on a malheureusemnt pu le voir lorsque ce dernier a préféré Sarkozy a Ségolene Royal.

Écrit par : jean jarogh | 05/05/2017

@jean jarogh, vous parlez depuis la Hongrie, sur un sujet concernant des français et leurs prétentions démocratiques sur sol genevois - payées par ?

Votre commentaire reste sans intérêt, par contre les genevois sont en droit de savoir à quoi ils doivent contribuer.

Écrit par : divergente | 05/05/2017

En quittant l'Elysée hollande va créer une nouvelle association "la France s'engage" , sans doute pour "la France sans gages", et là y'a du boulot coco! Pourquoi n'a t il pas mis en pratique tout ça pendant son mandat????!

Écrit par : dominique degoumois | 06/05/2017

Pour votre gouverne "divergente", sachez qu`un Genevois reste genevois meme en terre étrangere et que, de plus, on voit mieux les choses avec un peu de recul. Par ailleurs, si vous essuyez votre lorgnon vous verrez que l`article de madame Roullet -et mon commentaire par conséquent- ne traite pas "des français et leurs prétentions démocratiques sur sol genevois". Vous vous plaisez a m`adresser des attaques personnelles ridicules depuis que vous savez que je suis opposé a tout extrémisme politique et c`est votre droit mais, comme on dit, les plus courtes sont les meilleures et je vous serais obligé de bien vouloir me lacher les baskets.

Écrit par : jean jarogh | 06/05/2017

La différence entre la répartie de Churchill et celle de Mitterand, c'est que le premier répondait (brillaient) à une attaque très violente sur le fond, tandis que le second ne cherche qu'à humilier un interlocuteur qui ne l'a pas attaqué.

Écrit par : Mère-Grand | 06/05/2017

"`un Genevois reste genevois" S'il est Genevois, Oui. S'il est hongrois et suisse, non. La bi-nationalité est une escroquerie et il est incompréhensible qu'un tel monstre juridique puisse exister.

Écrit par : Géo | 06/05/2017

@ Mère-Grand

Pas d’accord avec vous ! Mitterrand et Chirac, en campagne, aiguisaient tous les deux leurs couteaux, mais avec élégance (ce qui a totalement manqué dans duel Macron/Le Pen) !
Lorsque Chirac dit à Mitterrand, je ne vous nomme pas Président, car ce soir, il n’y a plus de président, mais un candidat à la présidence, il veut “rabaisser” son rival politique pour le mettre à son niveau et induire, du même coup, que ce pourrait être la fin du règne de son adversaire après les élections… Et Mitterrand a ce merveilleux trait d’esprit. En approuvant son adversaire, il le contredit avec brio ! Du grand art oratoire. Là, sans m’occuper de la posture politique de Mitterrand, qui n’est pas la mienne, j’applaudis !

Écrit par : Michèle Roullet | 06/05/2017

Je ne saisis pas bien les commentaires sur la double nationalité, qui ciblent visiblement une personne hongroise et suisse. Et alors ? Mon billet ne traite pas du tout de ce sujet. Mais, comme je n’aime pas censurer, sauf cas de force majeure, j’ai mis en ligne ces messages.

Écrit par : Michèle Roullet | 06/05/2017

Vous avez eu raison de mettre en ligne, Madame Roullet, la simple bétise ne mérite pas la censure.

Écrit par : Jean Jarogh | 06/05/2017

@"Géo" Je n`aime pas parler de moi car, en principe, cela ne devrait intéresser personne, mais d`ou tenez-vous que je suis un "double-national"? Par ailleurs, pourquoi traitez-vous d`escroc les millions de gens qui ont une double nationalité? Les hasards de la vie font souvent qu`une personne naisse dans un pays et vive par la suite dans un autre dont elle peut peut adopter la nationalité afin de mieux s`intégrer aux réalités professionnelles et sociales de son pays d`adoption. Quel age avez-vous, Géo? Si vous avez l`age adulte, n`éprouvez-vous pas de honte a insulter gratuitement tant de gens que vous ne connaissez meme pas?

Écrit par : Jean Jarogh | 06/05/2017

Ah, plaisir de vous relire! Je regrette, comme vous, la vulgarité dans presque tous les débats!

Écrit par : Le diplomate | 07/05/2017

"il veut “rabaisser” son rival politique pour le mettre à son niveau"
Mais ils doivent être au même niveau, puisqu'ils sont tous les deux candidats. Je ne vois pas en quoi cela rabaisserait Mitterand.
Mais qu'importe, c'est du passé et je reconnais que je n'ai jamais eu beaucoup d'estime pour la personne de Mitterand.
Quant à ce que vous dites de l'élégance du débat de ces jours, totalement d'accord avec vous.

Écrit par : Mère-Grand | 07/05/2017

"Mais, comme je n’aime pas censurer, sauf cas de force majeure, j’ai mis en ligne ces messages."
Pas très cohérent avec le fait de censurer ma réponse aux insultes très violentes de ce jarogh : "Quel age avez-vous, Géo? Si vous avez l`age adulte, n`éprouvez-vous pas de honte a insulter gratuitement tant de gens que vous ne connaissez meme pas?"
En quoi se poser des questions sur la double nationalité insulterait-il quelqu'un ? C'est à mes yeux une monstruosité juridique, en tout cas dans nos systèmes dit s démocratiques où les citoyens sont censés être égaux...

Écrit par : Géo | 07/05/2017

@ Jean Jarogh : je lis assez régulièrement les blogs qui m'intéressent et j'avais remarqué que certains commentateurs - dont Géo - s'autorisaient des jugements personnels quelquefois à la limite de la courtoisie, ce que personnellement je trouve très regrettable.

Belle fin de dimanche à tous et bonne semaine

Écrit par : Marie | 07/05/2017

@ Géo

J’ai effectivement écarté un de vos commentaires, car vous squattez mon blog pour alimenter une dispute un peu stérile.
Enfin, comme vous écrivez sous pseudonyme, vous êtes, vous, à l’abri de toute insulte !

Écrit par : Michèle Roullet | 07/05/2017

@ Marie Merci pour vos gentils mots. J`ai aussi remarqué qu`un petit nombre de commentateurs paraissent mal dégrossis envers ceux dont ils ne partagent pas les opinions mais, puisqu`ils semblent passer le plus clair de leur temps a jouer les terreurs dans la blogosphere, ils ont probablement fni par s`y croire comme chez eux et se comportent en conséquence. Comme en toute chose il y a du bon, profitons du contre-exemple pour nous montrer d`autant plus courtois les uns envers les autres.

@ Michele Roullet C`est un peu ma faute, je n`aurais pas du relever le commentaire désobligeant. Ca n`arrivera plus.

Écrit par : jean jarogh | 07/05/2017

La seule chose que je retiens de cette élection française, c'est qu'au fond Ben Vautier, avec son slogan choc à l'exposition de Séville LA SUISSE N'EXISTE PAS n'avait pas si tort. Il suffit de constater le fossé qui existe entre notre intérêt quasi journalier, si ce n'est horaire pour tout ce qui frémit en France et la totale indifférence des Français mais pas seulement, également des Belges pour ce qui se passe en Suisse. J'ai des amis Belges, l'un deux me dit: on ne parle jamais de la Suisse....ça va ?
L'avantage pour moi c'est que depuis cette dégoulinante campagne dont je n'avais rien à foutre, je n'écoute plus les informations à la radio.

Écrit par : Christian Favre | 11/05/2017

Marie & Michèle Roullet@ Je vous rappelle à tout hasard que l'insulteur est jean jarogh et personne d'autre. Sinon, merci de le prouver...

Écrit par : Géo | 11/05/2017

@ Géo, Je n'ai pas bien suivi le dédale de ces chicanes ni pourquoi le sujet a viré sur la double nationalité. Néanmoins, une trêve serait sûrement bienvenue...

Écrit par : Michèle Roullet | 11/05/2017

@"Géo" Vous m`accusez gratuitement d`avoir une double nationalité et, dans la foulée, me traitez pour cela d`escroc et maintenant vous dites que c`est moi qui vous insulte? Vous répandez vos commentaires agressifs et désobligeants a longueur de journée (a croire que vous n`avez rien d`autre a faire) sur les blogs de la Tribune contre ceux qui ont le malheur d`exprimer une opinion vous déplaisant. Je vous plains, "Géo", car je crois que vous devez etre bien malheureux pour etre aussi désagréable avec des personnes que vous ne connaissez pas et je plains surtout votre entourage, si tant est que vous en ayez un. Pourrais-je vous demander de bien vouloir m`oublier, cher monsieur l`anonyme "Géo"?

Écrit par : jean jarogh | 11/05/2017

@ Géo et M. Jarogh,
Sur le sujet, je ne publierai plus de commentaire! Merci de votre compréhension à tous deux.

Écrit par : Michèle Roullet | 11/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.