Code de suivi Google

12/06/2016

Toute une scène au creux d’un coquillage !

Vraiment pitoyable d’apprendre qu’une enseignante du DIP du Centre de la transition professionnelle puisse inviter Hani Ramadan pour parler à ses élèves de l’islamophobie !

Lorsqu’on songe que ce Centre s’adresse à des jeunes qui, parvenus au terme de leur scolarité obligatoire, doivent définir un projet de formation ou encore consolider leurs acquis scolaires, on reste sidéré qu’une enseignante soit à ce point ignorante du passé (et présent) sulfureux de celui qu’elle invite pour venir s’exprimer sur un certain islam (celui prôné par les Frères musulmans !).


Que cette enseignante méconnaisse les règles fondamentales auxquelles doit se soumettre tout employé de l’Etat, en l’occurrence le principe de laïcité de notre Constitution, est affolant ! Toute forme de prosélytisme est interdite aux fonctionnaires de l’Etat. Et, cette interdiction s’applique avec encore plus de vigueur envers les personnes, comme les enseignants, qui exercent une autorité, et qui peuvent devenir des figures d’identification et impacter le discernement d’êtres fragiles ou en formation.

Inviter Hani Ramadan, l’imam de la mosquée des Eaux-Vives, à Genève (qui plus est, un centre islamique qui a déjà été au cœur de polémiques, et qui est dans le collimateur de la Confédération pour son radicalisme) relève non seulement d’une sottise, mais plus encore d’une faute professionnelle gravissime envers laquelle nous espérons que les autorités scolaires réagiront fermement.

Quant aux propos que l’imam aurait tenu aux adolescents, et qui ont été transmis hier par la Tribune de Genève (édition du vendredi 10 juin 2016), ils révèlent toute une scène au creux d’un coquillage ! Rappelons que le petit fils du fondateur des Frères musulmans avait déjà défrayé la chronique, en 2003, en défendant la lapidation. Ses propos ainsi que sa fonction ecclésiastique avaient entrainés son licenciement de l’enseignement public !

Aujourd’hui, on peut constater que l’imam persévère dans sa vision dégradante des femmes (et, par effet boomerang, dans sa perception insultante des hommes !). La Tribune de Genève nous rapporte que, Hani Ramadan, questionné sur le voile, aurait dit aux adolescents : « Une femme est comme une perle dans un coquillage. Si on la montre, elle crée des jalousies. Ici, la femme sans voile est comme une pièce de deux euros. Visible par tous, elle passe d’une main à l’autre ».

Ce barbu au front “pieux” n’hésite pas à réifier totalement la femme. Ainsi, la femme n’aurait pas même la capacité de se montrer par elle-même. C’est un “on” abstrait, qui serait le propriétaire de cet objet, qu’il ferait bien d’éviter de sortir et de montrer ! Aussi pour garder son bien, ce propriétaire doit conserver sa “perle” enfermée, hors du monde ou s'il doit la sortir, bien la cacher derrière des voiles.

Dans ce scénario apocalyptique, la femme ne dispose, par conséquent, d’aucune volonté libre. En revanche, c’est par elle que vient le mal, puisque c’est « elle qui crée des jalousies » !

Pauvre vision pitoyable de l’humanité ! En tout cas, les propos de cet imam, pétri d’une religiosité salafiste, dans laquelle une majorité des musulmans ne se reconnaît pas, alimentent l’islamophobie !

Enfin, Hani Ramadan devrait être plus respectueux des coutumes et habitudes du pays dans lequel sa famille a trouvé refuge lorsque Nasser expulsait les Frères musulmans et dans lequel il est né, a grandi et fait ses études.

Il devrait aussi être plus lucide des dangers du voile qui permet de se cacher et de masquer la marchandise… 30df22497288363b82a937e53859bad51.mp4
 

00:00 Publié dans Actualités, communication et langage, politique scolaire | Lien permanent | Commentaires (45) | |  Facebook | | |

Commentaires

"en 2003, en défendant la lapidation."
En 2002. 10 septembre. Dans le journal Le Monde.

"Ses propos ainsi que sa fonction ecclésiastique avaient entrainés son licenciement de l’enseignement public"
Non. Le tribunal administratif a invalidé la décision du Conseil d'État. Et comme ce dernier a refusé la décision du tribunal administratif (de quel droit?), il a dû verser une indemnité d'un million de francs. Ses propos aussi choquant soient-ils font partie de la liberté d'expression. Quant à ses fonctions "ecclésiastiques", il aurait fallu s'en rendre compte plus tôt. Combien de temps a-t-il pu enseigner en étant un "ecclésiastique"? Plus de dix ans...

"Si on la montre, elle crée des jalousies. Ici, la femme sans voile est comme une pièce de deux euros. Visible par tous, elle passe d’une main à l’autre."
Vous croyez donc les élèves assez stupides pour accepter de tels propos, pour ne pas se révolter? A moins que l'enseignante soit une convertie... Dans ce cas, oui, on aurait à faire à de la propagande.

Écrit par : Charles | 12/06/2016

@ M. Roullet

On ne peut être qu'en total accord avec votre analyse !
On reste pantois devant tant de bêtise de la part de cette enseignante, à moins que l'invitation de H Ramadan fut insidieusement organisée et voulue.
Dans ce cas, l'affaire n'en devient que plus grave et inquiétante...

Écrit par : Exprof | 12/06/2016

Afin de ne pas trop s’égarer ni de s’éloigner du sujet de votre note, j’espère que vous n’ignorez pas que dorénavant ; Seront punis tous ceux qui sous le règne encore moite du mollah barak-hussein tenteront d'empêcher qu'un homme se sentant femme d'aller faire ses besoins et allez savoir lesquels dans les lieux dits et réservés à la gente féminine, d'une punition quasi corporelle.

Oui, depuis quelques semaines et cela dans un but pas si éloigné des récentes conquêtes mahométanes dénoncées comme machistes pour les uns et teintés de pastels pour les autres. Tout mâle américain en surdose de progestérones ou autres pics d'oestrogènes est désormais en droit de choisir dans laquelle des latrines, bon lui semblera d'aller pèleriner !

Si vous êtes, sous toutes les coutures, de sexe masculin et que pour des raisons louables aux yeux des membres actifs de la Maison-Blanche, vous souhaitez vous rendre dans les WC réservés aux femmes, et bien, ne vous excusez même pas, allez faire un tour dans les toilettes du sexe opposé et qui que soit de celle ou de celui qui manifestera le moindre mécontentement, les tribunaux n'en feront qu'une bouchée.

Oui, les frères musulmans soutiennent le mollah barak-hussein, même si par hygiène ou autre forme de pudeur, le sunnisme s'écorche le cortex avec la bande d'impies de la famille à Ali jusque dans les bas-fonds des Eaux-Vives, que tant le discours du Caire que les soutiens à Morsi prouvent que cette noce réciproque finit dans des chiottes devenues mixtes.

Verrons-nous bientôt des sunnites se rendre dans des lieux d'aisance chiite ?

A en croire la volonté de ce protecteur des frérots se faisant passer pour un chrétien et prénommé barak-hussein, pas de doute !

C’est aussi une manière à peine détournée de construire cette virilité dans laquelle certaines religions ont un permis de violer des non-musulmanes, tandis que les hommes infidèles, eux, se féminiseraient au point d’aller librement dans les WC des femmes, aucun doute, Zemmour est un visionnaire !

Écrit par : Corto | 12/06/2016

Aux USA, c'est les hommes qui peuvent aller dans les WC des femmes et à Genève, ce sont les pros-lapidation des femmes qui enseignent les bonnes manières !

http://www.huffingtonpost.fr/2016/04/01/etats-unis-toilettes-personnes-trans_n_9589186.html

Il doit certainement y avoir pléthore d'enseignantes voilées au DIP, ou alors, à peine voilées !

Écrit par : Corto | 12/06/2016

@ Charles,

Merci pour vos précisions concernant la date de la publication de l’article. 2003 correspond plutôt à la date de licenciement de H. Ramadan à laquelle la Commission de recours du personnel enseignant de l’Instruction publique avait déposé un recours, considérant que H. Ramadan avait seulement exercé sa liberté d’expression en toute légalité !
Néanmoins, le Conseil d’Etat refusa de le réintégrer à son poste et supprima son salaire dès le 1er décembre 2004. Mais, le 17 mai 2005, la commission de recours ordonne la reprise du versement du salaire à compter du 1er décembre 2004. HR n’est pas réaffecté à un poste d’enseignant, ni à aucun autre.
Un accord est conclu avec le Conseil d'Etat le 28 juin 2010, HR quitte la fonction publique et perçoit une indemnité de départ de 255'000 francs et 90'000 francs de frais d’avocat + ses six ans de salaire sans travail (700 000 francs). Une facture lourde pour les contribuables ! A cet égard, on peut dire merci à la Commission de recours du personnel enseignant de l’Instruction publique qui a mené un bras de fer insensé avec le chef du DIP !
Quant aux élèves, vous avez raison, ils ne manquent pas de sens critique. Toutefois, ils sont à un âge où ils restent influençables et facilement séduits par des propos gros de métaphores “poétiques”, qui peuvent les emballer. La TdG nous rapporte d’ailleurs que le jeune, de retour à la maison a confié : « que l’intervenant avait un peu “abusé”, mais il a été “fasciné par sa façon de parler” ».

Écrit par : Michèle Roullet | 12/06/2016

Oui, c'était l'époque de gloire d'un certain Laurent Moutinot !

Écrit par : Corto | 12/06/2016

La question qui se pose ; Pourquoi les autres profs du DIP ne prônent-ils pas la propagande en faveur de la lapidation ou autre saloperie du genre, il y a jurisprudence !

A plus d'un million pour 6 ans de vacances, ça vaut le coup !

Écrit par : Corto | 12/06/2016

@ Corto,

Je ne sais pas si le but de l’existence est de ne rien faire et de vivre sur le dos de ses concitoyens. Cela a dû toutefois, pour son amour-propre, être une gifle pour HR d’avoir été renvoyé du DIP ! Mais, l’Etat n’avait pas d’autre choix et était soumis à une juridiction qui l’obligeait à verser les salaires en attente d’un accord. Pour la sécurité de notre pays, le sacrifice n'en valait-il pas la peine ?

Écrit par : Michèle Roullet | 12/06/2016

Madame Roullet,

"2003 correspond plutôt à la date de licenciement de H. Ramadan à laquelle la Commission de recours du personnel enseignant de l’Instruction publique avait déposé un recours, considérant que H. Ramadan avait seulement exercé sa liberté d’expression en toute légalité !"
Selon mes sources que je crois fiables, il a été suspendu dès le mois d'octobre 2002. Il était prof de français, et ne répondait dans le cadre de ses cours à aucune question relative à l'islam, questions suscitées par ses passages/interviews à la RTS.
On peut se poser la question de savoir pour quelle raison les frérots sont trop régulièrement invités à la RTS, surtout sans personne capable de leur clouer le bec en leur mettant le nez dans leur double discours (pour Tariq) ou leurs valeurs totalitaires (admises par Hani).

Selon ce que je me rappelle, une enquête (ou plutôt la patate chaude) a été confiée à l'ancien procureur général B. Bertossa. Pour rappel la cheffe du DIP était MBG. Elle a réagi à chaud, dans la précipitation [...] Sauf erreur c'est Bertossa qui a proposé le licenciement parce qu'Hani est un imam (en tant que directeur du Centre islamique des E-V). Si le licenciement ne se justifiait pas du fait de l'article du Monde (liberté d'expression), il était parfaitement légitime dans une république laïque, face à un propagandiste de l'islam et petit-fils du membre fondateur d'une organisation internationale dont certains membres sont classés comme terroristes (le Hamas est affilié aux frères musulmans). (Quand je pense qu'on reproche à Hafz El-Assad d'avoir liquidé les frères musulmans syriens... La guerre au terrorisme serait-elle à géométrie variable?)

Il est seulement très regrettable que ce qui est valable pour un prêtre et un curé ne le fut pas plus de 10 ans plus tôt, ni au moment de l'affaire. Ce fut lamentable avant et pendant.

"Quant aux élèves, vous avez raison, ils ne manquent pas de sens critique. Toutefois, ils sont à un âge où ils restent influençables et facilement séduits par des propos gros de métaphores “poétiques”, qui peuvent les emballer. La TdG nous rapporte d’ailleurs que le jeune, de retour à la maison a confié : « que l’intervenant avait un peu “abusé”, mais il a été “fasciné par sa façon de parler” »."
Là, la responsabilité de la prof est engagée. Si elle n'est pas capable d'analyser le discours de la personne qu'elle invite, de faire réfléchir sur une possible "fascination", de montrer que les "valeurs" présentées sont contraires à celles d'une république laïque dont elle est une fonctionnaire, elle est incompétente et doit être sanctionnée en fonction de cette incompétence. Sa faute la plus lourde me semble toutefois de ne pas avoir demandé l'autorisation de sa direction. Il y a désormais un problème non seulement de compétence, mais aussi de confiance.

Lors de cette intervention dans une classe, j'aurais rêvé d'une question sur l'homosexualité..., sur le mariage homosexuel..., des homosexuels jetés dans le vide par Daesh...

La question, sans réponse pour le moment, qui me semble la plus pertinente: quel est le lien de cette prof avec l'islam?

Écrit par : Charles | 12/06/2016

@ Charles,

Merci pour vos précisions. En effet, c'est bien Bertossa qui a été chargé de ce dossier brûlant. Je n'ai rien à ajouter. Mais vous verrez que je vous ai coupé quelques mots qui n'étaient pas dignes de figurer ici.

Écrit par : Michèle Roullet | 12/06/2016

Hani Ramadan n'utilise donc jamais de pièces à 2 euros vierges?
Hani Ramadan confirme -à nouveau- être un danger sanitaire public.
pour raisons d'hygiène démocratique donc

et dans le cadre de son obligation de sauvegarde de nos droits constitutionnels et du bien public ainsi qu'en respect du principe de séparation de l'Etat et des Religions,

le Conseil d'Etat de notre République se doit d'agir et interdire définitivement au frère musulman Ramadan Hani toute action publique sur notre territoire

cette déclaration dans une école publique genevoise doit être la dernière récidive de prosélytisme d'un islam intégriste fondamentaliste
que se permet le frère musulman Ramadan Hani
jusque là en toute liberté dans notre canton via financements hors contrôles de fondations dont l'origine terroriste des ressources est connue

cette répétition d'actions prosélytes du frère musulman Ramadan Hani apporte la preuve
- de sa volonté affirmée de non-intégration.
- de sa volonté de nourrir sa lutte contre les droits fondamentaux de notre pays, contre les droits de la femme, contre le respect de notre culture, contre la société qui l'accueille

des années que
le frère musulman Ramadan Hani démontre par son enseignement d'une humanité de plusieurs classes selon le gendre & la religion, par ses prêches de concepts fondés sur discriminations religieuse, gendrée et sexuelle, par ses préceptes enseignant l'infériorité des femmes non musulmanes, le déclassement au niveau d'objets sales des femmes non voilées, à un public vulnérable d'apprenants en écoles publiques, d'un état laïc,

ceci doit être la dernière action prosélyte de Ramadan Hani petit-fils du fondateur des frères musulmans.

La peine de suspension de sa citoyenneté suisse doit lui être signifiée comme étant encourue.

Écrit par : divergente | 12/06/2016

On ne va pas faire un fromage à chaque fois qu'un déséquilibré lâche une connerie dans le poste, même à Genève, ce débile n'est connu que de 30% à peine de la population et n'a fait qu'enfler aux reflets jaloux qu'il porte envers son frangin, lui, connu mondialement.

Hors nos frontières ridiculement étroites, qui connait ce petit arnaqueur à la sauvette, certes il a enflé l'état de Genève de quelques centaines de milliers de francs remboursés à 30% par retour d'impôts rétroactifs. Quant à son petit négoce de zone B, sans les protections cantonale et fédérale, son auberge basse de plafond aurait été transformée en cabinet en psychothérapie cognitive.

Il faut bien le reconnaître, Hani n'aura fait de se coltiner un rôle de portier de succursale et le seul coup pendant pouvant lui servir d'épitaphe sera : "Ici gît celui qui a vécu au crochet de la collectivité".

Écrit par : Corto | 12/06/2016

Etre connu de 30% de la population... c'est trop pour quelqu'un qui véhicule de telles idées mortifères

Écrit par : Michèle Roullet | 13/06/2016

ce que le DIP n'aurait jamais du autoriser: le prosélytisme islamiste en cours,

ces frère n'enseignant pas la philosophie

de l'un des frères Ramadan,
qui sur blog.tdg publie à l'occasion du ramadan les discours de leur grand-père Hassan al-Banna fondateur des frères musulmans
dont les prêches exhortant les musulmans à la discrimination des non-croyants.


sinon.
Le DIP est responsable de ses enseignants et du bon enseignement prodigué aux élèves; tout enseignant sait que

le cerveau immature de tout adolescent, dépourvu des connaissances fondamentales philosophiques,

est totalement exposé, spongieux et malléable aux manipulations mentales
- un domaine que maîtrisent à leur guise les frères Hani et Tarik Ramadan


A moins de vouloir à Genève soutenir l'envol musulman basé sur discriminations entre croyants/non-croyants, sexuelles etc (cf. 50 victimes LGBT à Orlando ce 12 juin),

le DIP est coupable d'irresponsabilité et de mise en danger des élèves soumis au prosélytisme d'un imam intégriste

de négligence professionnelle lourde par absence de contrôle du travail de ses collaborateur.

Écrit par : divergente | 13/06/2016

Merci Divergente pour votre commentaire !

Toutefois, il est inexact d’écrire que le DIP autorise le prosélytisme islamiste. Une enseignante de ce département a pris la liberté de faire venir HR sans prévenir sa hiérarchie. Elle est donc coupable du non-respect des règles de l’institution et d’une méconnaissance crasse de l’actualité genevoise. Ne pas connaître les positions radicales de HR paraît à peine concevable pour une enseignante travaillant avec des adolescents.
Mais, croyez-moi Divergente, le DIP n’est pas vraiment laxiste en matière de contrôles et démarches administratives. Rien qu’en ce qui concerne les directives concernant les sorties et excursions scolaires, les enseignants du primaire sont priés de lire 14 pages de prescriptions pour s’assurer être dans la légalité puis de remplir des formulaires !
Cette overdose de démarches administratives produit peut-être des effets pervers qu’il faudrait questionner !
Au final, charger les enseignants de tant de démarches administratives, n’aurait-il pas pour effet d’infantiliser et de déresponsabiliser les enseignants ? Par ailleurs, cette usine à gaz qu’est devenu le DIP, ne montre-t-elle pas que cette pléthore de cadres, enfermés dans leurs bureaux, et où plus personne n’est responsable de rien, ont perdu contact avec les enseignants submergés de paperasserie, et qui n’étant plus soutenus par leur hiérarchie, agissent en électrons libres.

Écrit par : Michèle Roullet | 13/06/2016

Madame Roullet,

Bravo pour votre dernier commentaire! J'ajouterai ce qui suit en réponse à Madame divergente qui me semble avoir dépassé les bornes.

"ce que le DIP n'aurait jamais du autoriser: le prosélytisme islamiste en cours"
Le DIP ne l'a jamais "autorisé".

"le cerveau immature de tout adolescent, dépourvu des connaissances fondamentales philosophiques, est totalement exposé, spongieux et malléable aux manipulations mentales"
Vous ne connaissez pas les adolescents d'aujourd'hui pour avoir de tels préjugés. D'ailleurs si j'ai bien compris la classe dont il est question est fréquentée par des jeune d'au moins 17 ans...

"A moins de vouloir à Genève soutenir l'envol musulman basé sur discriminations entre croyants/non-croyants, sexuelles etc (cf. 50 victimes LGBT à Orlando ce 12 juin)"
Il faut savoir raison garder. La haine est mauvaise conseillère et ne permet pas de s'attaquer sérieusement au problème posé par l'islam.

"le DIP est coupable d'irresponsabilité et de mise en danger des élèves soumis au prosélytisme d'un imam intégriste"
Qu'en savez-vous? Que savez-vous du déroulement du cours? Que savez-vous de ce qui a été dit par l'enseignante avant, pendant et après le cours? Il faudrait avoir connaissance de ces informations avant de porter un jugement. Votre haine ne mène à rien. Damnant quod non intelligunt.

"de négligence professionnelle lourde par absence de contrôle du travail de ses collaborateur."
Faut-il poser des caméras dans toutes les classes pour contrôler leur travail?

"ses collaborateur."
UNE collaboratrice. On est dans le fantasme. Parce que vous croyez que ce qui se passe en classe n'est pas "contrôlé"? Vous croyez que les élèves, les collaborateurs de l'école, les parents, la hiérarchie ne savent pas ce qui se passe en classe? Grâce à mon enfant, j'ai le "contrôle" de ce qui se passe dans sa classe. Et je tiens à féliciter et à remercier les enseignants que mon enfant a fréquentés jusqu'à ce jour pour leur compétence, leur engagement, leur sens des responsabilités, leur écoute et leur collaboration.

Madame Roullet,

Sur un autre blog, Monsieur Mère-Grand a écrit:
"la loi interdisant aux représentants des religions d'intervenir dans le contexte scolaire."
Savez-vous si cette "loi" existe et si elle existe, que dit-elle exactement?

Écrit par : Charles | 13/06/2016

@ Charles,
Il est en effet interdit pour un représentant d’une religion d’intervenir dans l’enceinte scolaire. Même les cours de catéchisme, hors des heures scolaires, qui un temps assez lointain pouvaient être donnés dans des locaux scolaires, ne sont aujourd’hui plus autorisés. Cet interdit se trouve dans :
La loi sur l’instruction publique C1 10
Art. 11 Respect des convictions politiques et religieuses
1 L’enseignement public garantit le respect des convictions politiques et religieuses des élèves et des parents.
2 A cet égard, toute forme de propagande politique et religieuse est interdite auprès des élèves.
3 Les enseignants ne doivent pas porter de signe extérieur ostensible révélant une appartenance à une religion ou à un mouvement politique ou religieux.

Écrit par : Michèle Roullet | 13/06/2016

Si des personnes ont obtenus de venir s'installer en Suisse et le droit à la nationalité suisse et qu'ils se comportent comme des ennemis de la Suisse, rien n'empêche de les enfermer avant qu'ils sèment la mort !

Écrit par : Corto | 14/06/2016

Mais Corto, HR est né en Suisse, a grandi dans notre pays où il a fait ses études et a même un temps travaillé au DIP ! Or, pour enfermer quelqu’un, il faut tout de même qu’il ait commis un délit qui soit, dans un Etat de droit, autre qu’un délit d’opinion. Et puis vous savez bien qu’il y a quelques fanatiques bien suisses… Mais peut-être faudrait-il cesser, surtout lorsqu’il y a des débats sur l’Islam, d’inviter toujours les barbus les plus radicalisés, de manière à ne pas leur donner plus d’écoute qu’ils n’en méritent ! Donc pour les médias aussi, ne pas chercher le buzz !

Écrit par : Michèle Roullet | 14/06/2016

Michèle, je disais ça pour le protéger !

Écrit par : Corto | 14/06/2016

Madame Roullet, Merci pour vos éclaircissements c/DIP fonctionnements à l'interne

Dont les nombreuses lacunes & défaillances à répétition ne peuvent servir à excuser les dysfonctionnements d'une machine hypocondriaque, mais à en prendre conscience -voire les corriger- quid du travail d'encadrement admin des écoles & enseignants, par les directeurs!?


@Charles, pourquoi vouloir exempter le DIP? quelque soit la "machine" (publique ou privée),
- l'employeur (+son organe de tutelle) est responsable des actes de ses collaborateurs; je maintiens la resp. globale du DIP, du directeur de cette enseignante (absence de cahier des charges?) et me fiche des motivations de cette dernière

- à qui les parents vous/moi délèguent la responsabilité d'éducation de leurs enfants, cette délégation d'éducation ne m'enlève pas mon droit de regard. Tant mieux pour les vôtres si le scolaire est parfait

car à 2 balles la facture, je crache. je schématise. je force le trait quand l'euphorie baigne les pieds dans l'opacité: mon pseudo n'est pas brossage de poil huilé au politiquement correct.

même si on sait que les frères (période de forte chaleur, traduction du mot ramadan) vont continuer sur les restes de leur fondateur de grand-père de cette multi des frères musulmans

ce d'autant que la PS A Mara vient d'obtenir le OK du CE pour 1 naturalisation quasi automatique des 3e générations


semble que vous mettez un peu trop souvent de la haine là où de la femme gène

Écrit par : divergente | 14/06/2016

A propos de buzz, on en parle jusqu'en France:
http://www.marianne.net/hani-ramadan-femme-voile-est-piece-2-euros-elle-passe-main-autre-100243646.html

Hani moins connu en France que Tariq. Voilà qui est réparé...

Écrit par : Arnica | 14/06/2016

Madame Roullet,

Merci pour ce rappel à la loi. Encore faut-il être en mesure de faire une distinction entre information et propagande. Il existe des cours d'éducation citoyenne, et je ne vois pas un tel cours sans une information sur les partis politiques, par exemple. Et que répondre à des élèves qui poseraient des questions sur islam et homophobie en relation avec l'actualité? Ne pas répondre me semblerait une faute, mais je ne suis pas enseignant.

Maintenant sur l'enseignement du "fait religieux". D'abord qu'est-ce qu'un "fait religieux"? La résurrection de Jésus est-elle un fait religieux? Le personnage de Jésus est-il un fait religieux quand des historiens ou des philosophes remettent en question son existence même? Comment présenter la chose sans prendre parti et partant s'éloigner d'une information factuelle qui n'est pas établie? Idem sur les "exploits" de Mahomet. Une présentation ou une information "neutre" me semble totalement impossible.

Et finalement cet article 11 me paraît quelque peu hypocrite en ce sens que l'école est sensée transmettre des valeurs disons républicaines (égalité entre femmes et hommes, démocratie, lois adoptées par le peuple ou sa représentation, abolition de la peine de mort ou des châtiments dégradants, etc.) qui sont en contradiction avec certaines convictions religieuses, celles de l'islam en premier lieu (charia, femmes considérées comme inférieures à l'homme, loi divine immuable, etc.). Sacré défi pour la république.

J'ajouterai que cet article 11 est susceptible de différentes interprétations. Le port du foulard par des élèves n'est-il pas une forme de propagande religieuse à l'intérieur de l'école vis-à-vis des autres élèves? Un encouragement à d'autres élèves de le porter? Une stigmatisation de celles qui refusent de le porter? Que faire d'un élève qui porterait la swastika? Quand je pense que des élèves en Suisse allemande se sont vus refusé le port de chemises avec des motifs à l'edelweiss...

Où va-t-on?

Écrit par : Charles | 14/06/2016

@ Charles,

La frontière entre informer et manipuler est parfois étroite. Il n’y a pas de science sans valeurs aussi transmises (le langage scientifique est gros de métaphores et l’observation scientifique implique des priorités et ne peut pas être faite hors du langage !)
Comme vous, je n’aime pas cette expression “fait religieux”. Elle donne à penser que l’on pourrait présenter d’une manière “neutre” certains épisodes religieux.
Maintenant, transmettre les grands “récits” religieux (sans se prononcer sur leur authenticité) est nécessaire, rien que pour comprendre nos racines ou les œuvres d’art. L’illettrisme culturel alimente le fanatisme. Et que penser face à des adolescents, qui devant un tableau de la Sainte Cène, puissent dire : « mais qui c’est ce mec au milieu, et qu’est-ce qu’ils mangent ces types ? »

Écrit par : Michèle Roullet | 14/06/2016

@Charles. Le sujet de Michèle Roullet concerne l'appui donné par l'enseignement public genevois apporté à ados par 1 imam musulman, professant de la discrimination religieuse inter sexes

- ce billet n'a pas pour objet de vous informer sur les méthodes d'enseignement pédagogiques ni de vous fournir toutes références sur nos principes fondamentaux démocratiques

mais si vous y tenez:
vous connaissez sans doute l'historique des théories de la pédagogie et de l'éducation suisse, fondamentaux des pédagogies modernes

vous n'êtes pas sans ignorer les principes de Pestalozzi, développés en co-hérence avec l'allemand Froebel, inspirant les études sur l'évolution du mental chez l'enfant & phases d'éducation de Piaget, dont ses études du début 20e sont reprises ces dernières années du 21siècle, par ces rapporteurs françaises aux commande -à Paris, des programmes d'éducations de l'UNESCO à promouvoir dans le monde-,
etc etc

De rien, je vous en prie.

Écrit par : divergente | 14/06/2016

@divergente
Je suis très souvent d'accord avec vous et je n'interviens pas ici pour vous contredire. J'en veux quelque peu à votre emploi de "vous n'êtes pas sans ignorer", particulièrement ambigu dans le contexte: comme vous le savez sans doute, l'expression est souvent utilisée, à tort, à la place de "vous n'êtes pas sans savoir", ce qui revient donc à dire que vous savez. Or dans le cas présent, je vous soupçonne de vouloir laisser entendre que votre interlocuteur ignore réellement ce que vous lui rappelez. Si c'est le cas, "vous ignorez sans doute" aurait mieux convenu. Si ce n'est pas le cas, je voue prie d'excuser mon intrusion.

Écrit par : Mère-Grand | 14/06/2016

Monsieur Mère-Grand,

Merci pour votre mise au point. J'espère que votre humour n'est pas involontaire.

Laissons divergente diverger. C'est sans intérêt. Ce n'est du reste pas la première fois qu'elle prétend me donner une leçon. Elle croit que Platon est l'alpha et l'oméga de la philosophie et qu'il détient la vérité. Surtout ne pas la contredire.

Les théories pédagogiques m'ont toujours fait bien rire. Les meilleurs enseignants sont ceux qui ont la passion chevillée au corps et les meilleurs élèves sont ceux dont l'affectivité est comblée. La meilleure période pour l'apprentissage des langues est l'école enfantine (quand ce n'est pas déjà fait à la maison). Curieusement ce n'est pas mis en application dans les écoles que je connais.


Madame Roullet,

Je suis d'accord avec vous en particulier sur l'impossible neutralité, sauf que je pense qu'une approche historique ne peut pas faire l'impasse sur le contexte de la rédaction de ces textes, ce qui implique un regard critique sur leur authenticité. Où doit-on accepter sans critique ce que veulent nous faire croire les religieux?

Par exemple il n'existe aucun témoignage sur l'existence de Paul hormis le livre des Actes. Les lettres qui lui sont attribuées ont été transmises (après avoir été rédigées?) par Marcion vers 150.

Par rapport à vous, je diverge sur nos racines: pour moi, nos racines sont celles des Lumières, ou, s'il faut remonter à l'antiquité, chez les scientifiques et matérialistes grecs dont les Lumières sont les héritières.

Quant au fanatisme, selon moi, il trouve son terreau principal dans l'injustice et la misère.

Écrit par : Charles | 15/06/2016

"Mais Corto, HR est né en Suisse, a grandi dans notre pays"

Michèle Roullet, HR a obtenu la nationalité suisse par naturalisation en 1983 et ce n'est pas parce qu'il est né et a grandi à Genève qu'il est intégré! Il n'est pas étranger dans tout ce qui se passe avec les arabes musulmans en Suisse.

Écrit par : Patoucha | 15/06/2016

@Mère-Grand:

""vous n'êtes pas sans ignorer"

Divergente voulait dire: "Vous n'ignorez pas" ou "vous n'êtes pas sans savoir" (plus pompeux).Je suis entièrement d'accord avec vous que l'expression "vous n'êtes pas sans ignorer" (je déteste) est souvent utilisée à tort.

Écrit par : Patoucha | 15/06/2016

"ci, la femme sans voile est comme une pièce de deux euros. Visible par tous, elle passe d’une main à l’autre ».

En clair, "Ici en Suisse, les femmes sont des p...

J'ignore si sa femme est comme une perle dans un coquillage et, s'IL la montre, elle créera des jalousies ou un cri d'effroi!?

Donc, si je comprends bien toutes les arabes musulmanes voilées sont de blanches colombes... et les non voilées, arabes musulmanes, seraient bonnes aussi à passer "d'une main à l'autre?" sous entendu d'un homme à l'autre...

Écrit par : Patoucha | 15/06/2016

Mère-Grand, non je maintiens l'affirmation par la négation - faire référence à Pestalozzi est généraliste - dans l'optique que tout suisse connaît l'histoire des grands noms (de rues) du pays, non? dh. am wenigsten 1 brin ironique de ma part, je vous le concède! :-)

Écrit par : divergente | 15/06/2016

@ Charles

Nos racines sont pluriels et multiples. Les Grecs, l’antiquité et les Lumières, c’est certain. Mais je n’opposerais pas les Lumières à la chrétienté. C’est peut-être parce que l^Homme a été créé à l’image de Dieu (pour les chrétiens) qu’il s’est donné l’ambition de découvrir les « lois de la Nature ». Quant au fanatisme, la pauvreté peut la favoriser. Mais il est surtout une volonté de plier la vie à une idéologie totalitaire. Et l’histoire nous fournit quantité d’exmples de fanatiques et tyrans qui ont ravagé leur pays (suivi par leurs disciples) alors que c’étaient des gens fort instruits et bien éduqués. Ceux qui planifient des actes terroristes sont rarement des pauvres démunis. Faut pas mettre tout sur le dos des pauvres ! Déjà qu’ils doivent vivre dans la misère…

Écrit par : Michèle Roullet | 15/06/2016

Une correction s'impose dans mon commentaire d'hier où le I de ici a sauté.... C'est bien "Ici" et non "ci..."

Écrit par : Patoucha | 15/06/2016

@divergente

J'aurais dû ajouter à mon explication le ou bien? LOL

Mais franchement le ""vous n'êtes pas sans ignorer", est une tournure disons alambiquée et je la déteste! "Vous n'ignorez pas, ou bien....pas très élégant, mais dit quand on vous énerve, eut été plus simple et cela n'aurait pas choqué un amoureux de la langue française.:)
-------

Une correction s'impose dans mon commentaire d'hier où le I de ici a sauté.... C'est bien "Ici" et non "ci..."

Écrit par : Patoucha | 15/06/2016

"le Conseil d'Etat de notre République se doit d'agir et interdire définitivement au frère musulman Ramadan Hani toute action publique sur notre territoire "

C'est probablement pour cette raison qu'il a été invité récemment chez Maudet pour expliquer SA vision de la laïcité.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 16/06/2016

"vous n'êtes pas sans ignorer les principes de Pestalozzi" = "vous ignorez les principes, etc..."
Comme "vous n'êtes pas sans savoir" = "vous savez" ou mieux : "vous devriez savoir..."

Écrit par : Géo | 16/06/2016

thanks à Patoucha et Mère-Grand, vous avez raison (ton ampoulé ou méprisant) de relever ça. impressions dissonantes indues par l'emploi d'une expression désagréable? Tant pis! il est de ces sujets où je ne prends pas de gants. exit la barbie attendue par l'interlocuteur "pour la forme", pas question d'être dans la séduction face à contradicteur en posture de domination paternaliste -standard mental installé dans ses habitudes millénaires face à positions féminines

Questions de pouvoir et de séduction du pouvoir exercé: 1 même médaille & son revers. En politique comme en religions (multiplication de femmes voilées éduquées à l'occidentale).

questions à 2 euro, d'histoires de femmes sensibilisées aux ravages-sources-conséquences de la domination/possession de l'autre par l'un - du paternalisme en passant par toutes formes de discriminations au rabaissement de masses

Écrit par : divergente | 16/06/2016

Merci pour la censure, comme d'hab !!!

Écrit par : Cyrano | 16/06/2016

Bonjour Cyrano,

« Ah ! Non ! C'est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme... ».
En tout cas, c’est la première fois que vous venez dans mon blog donc je n’ai pas pu vous censurer.
Mais, merci pour votre visite !

Écrit par : Michèle Roullet | 16/06/2016

Madame Roullet,

"Mais je n’opposerais pas les Lumières à la chrétienté."
Admettons notre désaccord sur ce point.

"C’est peut-être parce que l^Homme a été créé à l’image de Dieu (pour les chrétiens) qu’il s’est donné l’ambition de découvrir les « lois de la Nature »."
C'est oubliée que lorsque l'idéologie chrétienne a été dominante, les recherches sur les lois de la nature ont été laissées de côté (c'est un euphémisme...) et qu'à la Renaissance (sur des bases grecques par la redécouverte des textes) la chrétienté s'est ingéniée à disons mettre des bâtons dans les roues: interdiction des autopsies, Giordano Bruno, Michel Servet, Galilée, mise à l'index de nombreux livres, oeuvres posthumes par crainte de persécutions, exil, etc.

"Ceux qui planifient des actes terroristes sont rarement des pauvres démunis."
Exact, c'est pourquoi j'ai parlé de "terreau". Un gourou ne va pas se salir les mains, mais son discours va toucher des gens comme Merah, Kouachi, Coulibaly, etc. ou les petits imbéciles qui partent pour la Syrie.

Écrit par : Charles | 16/06/2016

Le comité central ne saura jamais comment vous remercier pour toute cette publicité faite !

Écrit par : Corto | 18/06/2016

Ce qu'il y a de tragique dans cette affaire, c'est que les tristes bouffons de la place impose une morosité directrice sans fond !

Écrit par : Corto | 18/06/2016

Vos commentaires, Corto, des fonds marins avec d'étranges apparitions ! Mais l’évocation d’un coquillage vous amène, peut-être, à plonger dans un monde poétique jusqu'à connaître l’ivresse des profondeurs ?

Écrit par : Michèle Roullet | 18/06/2016

Allez-y, faites les petits beurres pour les invités d'honneurs de la colonne des blogs TdG, on en est pas à ça près !

Écrit par : Corto | 18/06/2016

Pardon, "faites les choux gras" !

Écrit par : Corto | 18/06/2016

Les commentaires sont fermés.