Code de suivi Google

03/05/2016

Se voiler la face

Invitée sur « Forum » (RTS), dimanche 1er mai 2016, Madame Sandrine Salerno s’est exprimée sur le port du voile islamique. Pour la magistrate, il n’y a aucun problème ! Les femmes sont libres. Personne n’a à leur dicter leurs tenues vestimentaires.

Entraînée pas sa généreuse “tolérance”, l’élue socialiste va même plus loin. Elle ne conteste nullement le droit à une employée de la Ville de travailler avec le voile islamique (et certainement même avec le hijab). Bon, pour le niqab ou la burka, la magistrate n’a rien dit. Mais, ne peut-on pas supposer que, dans sa grande “largesse” d’esprit, la militante socialiste ne sanctionne pas quelques centimètres de tissus en plus ?


N’est-il tout de même pas étrange que cette militante féministe puisse déclarer qu’une éducatrice en crèche (publique, subventionnée ou privée), qui travaille avec de jeunes enfants, devrait pouvoir arborer un voile islamique sur son lieu de travail si elle le veut. Assurément, pour la magistrate, là aussi, il n’y aurait aucun problème !

Pour Sandrine Salerno, les femmes, notamment les femmes musulmanes, ont droit à l’autodétermination, fussent-elles employées par la Ville ou par l’Etat.

Occultant que porter un signe religieux ostentatoire, comme le voile islamique, transgresse notre Constitution genevoise, Sandrine Salerno poursuit son point de vue, car pour elle, défendre les femmes, ce n’est pas s’occuper de “non-problèmes”, mais se battre pour une équité des salaires entre hommes et femmes (là, sur ce dernier point, on approuve !). Rappelons que, pour la magistrate, défendre les femmes passe aussi par l’emploi d’un langage qui ne discrimine pas : un langage dit “épicène”. Là, bien sûr, on désapprouve, car ce langage, outre sa vulgarité (Cf. mon précédent billet) ne fait que séparer, distinguer et créer, en définitive, un apartheid dans l’espace public entre hommes et femmes, tout comme le voile qui sépare les femmes des hommes, les musulmanes des infidèles, et qui est synonyme d’exclusion.

Seulement voilà, Mme Salerno est une femme trop intelligente pour qu’on soit dupe. Sa grande “tolérance” à l’égard de communautés qui ne respectent pas l’égalité des sexes cache autre chose. En effet, l’idéal que poursuit la magistrate socialiste, en instrumentalisant l’islam, c’est l’Internationalisme qui doit passer par des solidarités et des principes qui dépassent les nations. Pour la militante socialiste, ce sont les frontières et tout ce qui est local, comme les us et coutumes et les traditions qui doivent être réformées. Elle se sert de l’islam pour balayer nos racines historiques et plus encore notre héritage judéo-chrétien pour faire advenir une culture de la « transversalité » (terme très prisé dans les rangs de la gauche !), où nous serions tous, « femmes et hommes et hommes et femmes » (comme aime dire la magistrate !), unis par une solidarité mondiale, qui aurait détroné le grand capitalisme.

C’est la raison pour laquelle Mme Salerno, au nom même de la laïcité, dénonce les “privilèges” accordés à certaines Eglises historiques, comme de pouvoir prélever des impôts ecclésiastiques ou encore de fixer les vacances scolaires en les basant sur le calendrier chrétien (vacances de Pâques). A cet égard, des députés de gauche, n’ont-ils pas déposé, au Parlement genevois, en avril 2016, une motion pour remplacer l’appellation « vacances de Pâques » par « vacances de printemps », et découpler les vacances scolaires de toute référence religieuse !

Dans le même état d’esprit, Sandrine Salerno s’attaque à nos racines historiques en clamant que la République genevoise n’est pas si laïque que cela, puisque les religions ne sont pas sur un pied d’égalité. Pour elle, pour respecter la Constitution genevoise, la prestation de serments des élus ne devrait pas se faire à la Cathédrale. Si elle s’offusque de l’interdiction faites aux employées de l’Etat de porter le voile islamique, c’est parce que, pour Sandrine Salerno, ce n’est pas le « pouvoir politique, qui reste majoritairement un pouvoir masculin, chrétien et de quinquagénaires, qui doit décider ».

Ce combat idéologique d’arrière garde, qui mène, en définitive à la haine de soi est dangereux. Couper les racines culturelles et historiques d’un peuple (au nom d’un idéal de tolérance, d’accueil de la diversité et du vivre ensemble…) finit toujours mal, car c’est oublier que, dans les rapports humains (que l’on soit chrétien ou pas), la parole biblique « aime ton prochain comme toi-même » est une vérité universelle.

Dommage que Sandrine Salerno ne comprenne pas cela. Elle, qui est pourtant d’une vivacité intellectuelle (reconnue même par ses détracteurs), semble, sur ce sujet, s’embourber dans de spécieuses spéculations intellectuelles et se voiler la face !

13:45 Publié dans Actualités, Air du temps, communication et langage, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook | | |

Commentaires

Madame Salerno est une féministe qui en l’occurrence fait le jeu des machistes musulmans, elle défend la libertés de quelques uns au détriment de celle de la majorité qui ne souhaite pas devoir se plier à leurs exigences et elle agit en segundo refoulée qui veut se venger d'un pays qui lui a pourtant permis de se réaliser pleinement. Son intelligence pourtant réelle, elle l'a laissé au placard pour se mettre au service de ses ressentiments.

Écrit par : norbert maendly | 04/05/2016

Prenez l'initiative de dessiner le futur de notre pays, avant que tous ces segondos qui sont au pouvoir puisse nuire encore plus longtemps à notre pays, ce fameux pays qui les a accueilli et formé.

www.interdiction-dissimuler-visage.ch

Donc on a vraiment a avoir peur de ce qui va advenir avec les nouveaux migrants qui un jour auront aussi un passeport à croix blanche et l'accès à nos pôles de décisions.

La dernière nouvelle quant à la descente de police à Lausanne est révélatrice de ce qui se passe, quand une autorité, laisse tout faire et se voile la face pendant des mois et des mois! (municipalité à gauche toute)

Écrit par : Corélande | 04/05/2016

"Se voiler la face";

En effet, ce titre est très révélateur. Ce fut exactement comme cela que l'affaire fut traitée, en ce qui concerne des jeunes filles de l'école André-Chavanne qui furent agressées et insultées par les intégristes musulmans sortant de leur mosquée.

Point de Mme Salerno, MM Beer (alors chef du DIP) , Thévoz, ... pour relever et décrier cette attitude intolérable dans notre démocratie.
Et pourtant ils se disent tous "défenseurs" de l'égalité homme-femme, des droits de l'homme en général et qui plus est d'ardents féministes...

Écrit par : Exprof | 04/05/2016

"Son intelligence pourtant réelle, elle l'a laissé au placard"
L'intelligence est un concept très difficile à définir et à manier. Je m'abstiendrai donc de tout jugement sur la qualité ou le degré de celle qui est attribuée à Madame Salerno.
Ce qui me paraît sans conteste, cependant, c'est que cette faculté qu'on lui attribue pèse très peu au regard de ses convictions idéologiques, qui sont très proches de ce que l'on nomme généralement des préjugés. Or ces derniers résistent par définition à toute forme d'intelligence.

Écrit par : Mère-Grand | 04/05/2016

@ Corélande,

Vous savez, Segondos, Tiercios ou bons locaux, c'est moins l'origine qui compte que la vision que l'on a de l'humain. Quand on voit des Nicolas Blancho, bon suisse, qui a fait ses écoles dans son pays, et qui s'est radicalisé pour devenir l'un des plus fanatiques, il faut savoir doser ses craintes et surtout savoir garder raison.

Écrit par : Michèle Roullet | 04/05/2016

Salerno, une intelligence bassement calculatrice: Les électeurs musulmans combien lui rapportent-ils, lors de son élection?

Écrit par : Noëlle Ribordy | 04/05/2016

@ Noëlle Ribordy,

Si Mme Salerno fait ce calcul, il n’est pas bon ! De nombreux musulmans de Suisse désapprouvent ces comportements inspirés d’un salafisme douteux avec lequel ils n’ont rien à faire. Les Verts ont, par exemple, perdu beaucoup de voix en inscrivant sur leur liste de candidats au Grand Conseil, une Vaudoise convertie à un islam “radical”. Vous savez, je parle de l’institutrice qui voulait enseigner en portant le voile islamique. Suite au rappel des devoirs que doit respecter un fonctionnaire de l’Etat et à l’interdiction qui lui a été faite par le chef du DIP d’enseigner à l’école publique en aborant un signe religieux ostentatoire, la dame s’est obstinée… Elle a fait des recours jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg ! Elle a perdu tous ses recours et beaucoup se questionnent encore pour savoir qui a payé ses frais de justice !

Écrit par : Michèle Roullet | 04/05/2016

@Corélande,

"notre pays [...] notre pays [...] un passeport à croix blanche [...] nos pôles de décisions."

Je croyais que vous étiez genevoise...

Écrit par : Patatra | 04/05/2016

Le débat ne devrait pas être de savoir si porter des signes religieux par des fonctionnaires dans la fonction publique est bien ou mal mais de savoir combien me coûte pendant l'année tout ces fonctionnaires qui vivent de mon argent et ceux des autres.

D.J

Écrit par : D.J | 04/05/2016

@ Roullet,

" une Vaudoise convertie à un islam “radical”. Vous savez, je parle de l’institutrice qui voulait enseigner en portant le voile islamique. "

En quoi serait-elle devenue radicale en se reconvertissant à l'islam? Pour avoir simplement opté le port du voile et d'en refuser que l'on lui interdise dans son travail d'enseignante? Il me semble donc que le problème pour vous est plutôt le voile et pas son supposé radicalisme qui n'aurait de toute façon pas disparu en enseignant sans le port de ce voile.

Si elle fait du prosélytisme religieux en pleine classe et qu'elle oblige à tout ses élèves de faire des prières en direction de la Mecque et de leur demander de promettre de ne plus manger de porc; c'est pas son voile qu'il faut lui interdire; mais carrément d'enseigner. Si elle fait correctement son boulot d'enseignante et que ses pratiques religieuses elle les a laissée à la maison en quoi un voile, un crucifix autour du cou, une kippa, une casquette de rappeur ou un bonnet d'hivers sur la tête poserait problème?

Je parle bien d'un simple voile et pas d'une burqa.

D.J

Écrit par : D.J | 04/05/2016

"Vous savez, Segondos, Tiercios....." Et bien on verra cela avec la nouvelle équipe de foot du Kosovo!
Parce qu'au Parlement Fédéral c'est vite vu lors des votes.

Pour blancho et consorts, je vous l'accorde, il y a des malades dans toutes les sociétés!

Écrit par : Corélande | 04/05/2016

Michèle Roullet,

Merci pour vos renseignements. Trahis par Salerno et Mara, les citoyens, comme vous le rappelez, votent avec leur conscience et leur bon sens.
J'espère que ces deux femmes Salerno et Mara seront sanctionnées, leur attitude blesse de nombreuses femmes qui se sont battues pour l'égalité et la liberté.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 04/05/2016

Se voiler la face ou la chevelure ?

La chevelure, comme les "bonnes soeurs" ou la mode des années cinquante

La face, comme un masque ou la négation d'un être...

Écrit par : archi-bald | 04/05/2016

@ DJ

Mais enfin, tous ces fonctionnaires font quand même un travail et permettent d'avoir un Service public... Bon, pour les cadres, dans certains départements, c'est vraiment une usine à gaz où des postes pourraient être drastiquement diminués sans nuire au bon fonctionnement de ces services!

Écrit par : Michèle Roullet | 05/05/2016

Les femmes enchiffonnées (moi) ou entorchonnées (?) sont des soldates de l'islam, il suffit de connaître les différentes typologies humaines pour comprendre cette propagande islamique sournoise, sans mots, sans phrases que représente les chiffons sur le corps ou sur la tête .

Les nazis avaient leurs tenues et leurs symboles, il n'avaient pas besoin de parler pour que le message soit compris consciemment par l'inconscient, car tout est là. Faire peur par l'uniforme et ses symboles. Terroriser l'inconscient et s'en accaparer tant qu'il est jeune.

Michèle Roullet vous écrivez: " Elle, qui est pourtant d’une vivacité intellectuelle (reconnue même par ses détracteurs)"

Vivacité intellectuelle? Il me semble qu'en la matière, elle fait preuve de la vivacité d'un veau allant et prêchant pour son abattoir. En tout cas, cette personne ne brille pas par son intelligence ni par son instruction face à l'islam.

Lorsqu'un manifestant de la CGT en France porte un bonnet (d'âne) ou la pub de la CGT apparaît, nul besoin de chercher, c'est un idiot utile de la CGT, idème pour les casquettes couvrant la tête des porte drapeaux du parti communiste et autres.

Ces gens ne s'imaginent pas qu'ils servent avant tout pour la propagande et les postes de ceux censés les représenter.

Le voile islamique dans les classes, c'est faire accepter inconsciemment aux enfants que la femme est soumise à la religion des mâles, ce faisant, qu'elle a des obligations issues du coran et des autres bouquins en rien révélés. Le mâle est le gendarme de l'islam pour faire respecter la loi et les règles. 57 pays musulmans nous contemplent dans notre faiblesse, ils sont près à nous imposer leur concept mortifère, ils ont l'argent et le pétrole pour cela et leurs collabos.

Les enfants ne doivent pas subir ce genre d'images négatives, (il y en a trop dans les rues et dans les médias, protégeons les gamins de ce fléau) celles-ci se transformeront au fil du temps comme un handicap, greffé sans autorisation sur un être humain ayant des difficultés mentales à penser par lui-même.

Le voile islamique est aussi dangereux que le coran, c'est une arme dont des adultes se servent pour abêtiser l'individu en vue de conquérir le mental et les espaces.

Les ténors islamiques n'ont aucun respect des enfants et des femmes, c'est un constat.
Eux ont le droit de toucher à nos symboles comme ils ont le droit d'être en maillot de bain sur les plages, piétiner nos valeurs, les virer en imposant l'islam avec des collabos, des ignorants de toutes les couleurs, avec des niveaux intellectuels plutôt douteux pour la plupart. Un énarque n'est pas particulièrement intelligent.

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2015/01/11/le-terrorisme-na-pas-attendu-les-caricatures-pour-frapper/

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2016/05/05/le-coran-par-ordre-chronologique-arabe-francais-traduction-de-sami-aldeeb/

Écrit par : Pierre NOËL | 05/05/2016

"Ni le hijab, voile cachant les cheveux, ni le jilbab et le tchador, vêtements couvrant tout le corps, ni le niqab et la burqa, voiles intégrales cachant même le visage, ne sont requis par le Coran."

http://www.polemia.com/voile-islamique-un-refus-dintegration/



Donc pourquoi ce besoin absolu d'imposer aux musulmanes le voile?

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2016/05/voiler-les-femmes-l-arme-la-plus-puissante-des-islamistes.html


Qu'en dit l'Iranienne Chahdortt Djavann, auteur d'un certain nombre d'essais sur les danger de l'islam?

https://djavann.wordpress.com/2007/07/18/le-voile-etendard-de-lislamisme/


Cette affaire de voile commence dans un collège à Creil (septembre-octobre 1989).En 1998, c'est Thierry Béguin, conseiller d'Etat alors dans le canton de Neuchâtel, qui avait refusé que le port du voile soit interdit.

http://www.rts.ch/play/tv/videos-en-bref/video/thierry-beguin-si-on-exclut-cette-enfant-de-lecole-on-va-la-renvoyer-dans-son-ghetto-peut-etre-integriste?id=7664878

http://www.rts.ch/play/tv/videos-en-bref/video/thierry-beguin-je-ne-serai-peut-etre-pas-aussi-enthousiaste-aujourdhui-a-statuer-sur-le-port-du-voile-a-lecole?id=7664887

Tiens! Aujourd'hui, non pas que le radical Thierry Béguin ait tourné sa veste, mais au vu du développement de l'islamisme en Suisse, malheureusement, on a oublié de regarder ce qui se passait chez nos voisins, il avoue piteusement qu'aujourd'hui, il ne prendrait peut-être pas la même décision, oui, toujours cette antienne "Si j'avais su ...", alors que nos élites peuvent interroger le passé, nos relations avec l'islam, mais non, nous avons trop de certitudes, nous avons aussi un lourd fardeau à porter d'où ce besoin inepte de multiculturalisme, de repentance et de flagellations perpétuelles comme si nous étions responsables d'événements antérieurs, très antérieurs.

Il ne faut quand même pas oublier que l'offensive islamique a commencé avec la naissance de la confrérie des Frères musulmans en 1928.Il faudra attendre la Révolution iranienne pour que ce combat soit mené sur sol européen avec toutes les lâchetés qu'il y a eu dans son sillage (1989: Salman Rushdie avec les versets sataniques; 2006: Robert Redeker et une tribune libre sur une interrogation face à l'islamisme dans le Figaro; 2012: Richard Millet). Cela montre qu'il y a des symboles qui sont utilisés comme armes contre notre civilisation occidentale, mais pas uniquement. D'autres contrées sont soumises à la même propagande.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 05/05/2016

@ G. Vuillomet

Merci pour votre message accompagné de références fort intéressantes. Pour M. Béguin, je serais moins sévère, car il est plutôt rare qu’un homme politique reconnaisse avoir pris, alors qu’il était au pouvoir, une mauvaise décision. Donc, on peut au contraire, qualifier cet aveu de courageux.
Quant à l’iranienne Chahdortt Djavann, elle est encore plus courageuse ! D’ailleurs l’avenir nous montrera qu’on peut sûrement compter sur ces femmes iraniennes, qui sont les premières à résister aux diktats des fondamentalistes dans leur pays, et qui, au risque même de leur vie, outrepassent l’interdiction (ou jouent subtilement avec) de montrer leur chevelure (quand des européennes manipulées, mal dans leur peau et surexcitées, revendiquent de la cacher…). Les femmes iraniennes sont nombreuses à élever leur voix contre les tyrannies imposées par quelques gourous. Et, dans ce pays, la majorité se détourne de cette vision coercitive de la religion ! Donc, l’espoir viendra peut-être de là où on ne l’attend pas !

Écrit par : Michèle Roullet | 05/05/2016

Mme Salerno n'est plus à une contradiction près : manifestement il lui est plus facile de s'investir jusqu'au ridicule pour féminiser les noms des fonctions professionnelles que de se battre pour défendre la cause des femmes musulmanes contre les soumissions qui leur sont imposées sous prétexte de la religion. Il en va de même pour Ada Marra par ailleurs. Ces deux "bobos" privilégiées et nanties jusqu'à l'aveuglement méprisent et crachent ouvertement sur tout le travail qui a été fait par les féministes des générations précédentes pour améliorer la condition des femmes dans notre société.
C'est pitoyable.

Écrit par : A. Piller | 05/05/2016

Madame Roullet,

- « Se voiler la face »

Je vois que le sujet que vous abordez vous a bien inspirée pour ce jeu de mots, en comparaison des titres de vos précédents billets. C'est une bonne chose de prendre un peu de distance avec les sujets, somme toute, aussi triviaux qu'un foulard _sur la tête_, comme feu ma grand-mère catholique pratiquante (on dit "intégriste" ou "fanatique" aujourd'hui, non ?).


- « N’est-il tout de même pas étrange que cette militante féministe puisse déclarer qu’une éducatrice en crèche (publique, subventionnée ou privée), qui travaille avec de jeunes enfants, devrait pouvoir arborer un voile islamique sur son lieu de travail si elle le veut. »

Est-ce que Mme Salerno a parlé "d'arborer" ? Vos "arborez" les lunettes que vous portez ? Vos boucles d'oreilles ? Votre collier ? Votre alliance ? Votre or ? Votre richesse ? Votre idée du capitalisme ? La couleur de vos yeux ou de vos cheveux ? La couleur de votre peau ? Ne faites vous pas la publicité de la marque des habits que vous portez ? Ou de votre montre ?

- « Occultant que porter un signe religieux ostentatoire, comme le voile islamique, transgresse notre Constitution genevoise, ... »

Comment faites vous la différence entre un foulard et un "voile islamique" ? Est-ce qu'une femme catholique ou protestante ou juive, qui porte un foulard, porte aussi un signe ostentoire ? Et comment savez vous que cette femme est catholique, protestante, ou juive, pour savoir qu'elle a bien le droit de porter un foulard, selon la constitution genevoise ? Et de quel droit demanderiez vous à une femme sa religion pour savoir si le foulard qu'elle porte est islamique ou non ?

Ou se situe le principe de "liberté de conscience" dans votre échelle des valeurs ? La placez-vous au même niveau pour les autres que pour vous même ?

- « ... un langage dit “épicène”. Là, bien sûr, on désapprouve, car ce langage, outre sa vulgarité ... créer, en définitive, un apartheid dans l’espace public entre hommes et femmes ... »

Euh ... et c'est quoi ... "un apartheid ... entre hommes et femmes" ?

- « ... tout comme le voile qui sépare les femmes des hommes, ... »

Comme une jupe, ou un soutien-gorge, ou un bérêt, ou du parfum, ou de l'après-rasage ?

- « ... tout comme le voile ... les musulmanes des infidèles, ... »
Tout comme la Rolex, du riche du pauvre. Sérieusement, alors seules les musulmanes ont le droit de porter un foulard ?

- « ... Mme Salerno ... cache autre chose ... l’idéal que poursuit la magistrate socialiste, en instrumentalisant l’islam, c’est l’Internationalisme ... »

Mouais, ben ... comme vous l'expliquez, ... "l'Internationalisme", c'est raté. Beaucoup trop compliqué à comprendre. Comme théorie scientifique ... je dis pas. Mais comme idée politique, ... vous pouvez oublier.

- « C’est la raison pour laquelle Mme Salerno, au nom même de la laïcité, ... »

Euh ... ne serait-il pas plus simple de citer les déclarations de Mme Salerno au lieu d'essayer d'expliquer ce qu'elle a dit ? Et surtout, ne serait-il pas plus honnête de dire au début de votre billet que celui-ci est une "traduction", ou un "décryptage", ou de titrer plutôt quelque chose comme ... "Mme Salerno pour les nuls" ?

- « ... elle s’offusque ... parce que, pour Sandrine Salerno, ce n’est pas le « pouvoir politique, qui reste majoritairement un pouvoir masculin, chrétien et de quinquagénaires, qui doit décider ». »

Et ... ? Le pouvoir politique n'est-il pas, majoritairement ... "masculin, chrétien et de quinquagénaires" ?
Et ... ? N'est-ce encore pas le pouvoir politique ... qui décide ?

- « Ce combat idéologique d’arrière garde ... »

Pourquoi ... "d'arrière garde" ?

- « Couper les racines culturelles et historiques d’un peuple ... »

"Couper les racines", c'est comme couper une plante de céléri ? Ou le cordon ombilical d'un nouveau-né ? Ou essuyer la bouse de vache collée au semelles des suisses ? Ou laver le cerveau de tous les suisses pour qu'ils oublient leurs racines culturelles et historiques ?

- « ... finit toujours mal, car c’est oublier que, dans les rapports humains (que l’on soit chrétien ou pas), la parole biblique « aime ton prochain comme toi-même » est une vérité universelle. »

Pour ceux qui comprennent ce que ça veut dire, ... et à condition que tout le monde comprennent la même chose. Heureusement que vous ne cherchiez pas à faire peur.

Écrit par : Chuck Jones | 06/05/2016

@ Chuck Jones,

Heureusement que tout le monde ne comprend pas la même chose ! Autrement, nous serions des robots. Tout est affaire d’interprétation et de sensibilité dans la vie ! Cela étant, lorsque j’écris, j’essaie de respecter les règles déontologiques élémentaires, parmi lesquelles d’utiliser des guillemets lorsque je restitue exactement les propos de quelqu’un.
Maintenant on sait qu’un propos extrait de son contexte ou amputé même de quelques mots peut être déformé. Alors, chacun pourra juger si Mme Salerno se voile la face en allant podcaster l’entretien de l’émission « Forum » (TSR) du dimanche 1er mai. Je donne les références et le lien pour y accéder :
http://www.rts.ch/audio/la-1ere/programmes/forum/1784426-forum.html
Que chacun puisse se faire sa propre opinion…

Écrit par : Michèle Roullet | 06/05/2016

Puis viendra la nécessité d'installer des salles de prière, pour ces personnes qui veulent vivre leur religion au travail, car la foi, c'est si important.

Il faudra sans doute prévoir deux salles de prière: une pour les hommes, une pour les femmes, ces tentatrices.

Et pourquoi pas des bureaux séparés: un homme ne peut pas travailler de façon efficace et tranquille s'il est entouré de femmes, surtout si parmi elles, il devait y en avoir qui sont la tête nue.

C'est sans fin…..

Écrit par : Arnica | 06/05/2016

Cette femme (SS) n'est plus à une contradiction près, effectivement. Dommage que les médias lui donnent des tribunes pour étaler ses prises de position idéologiques, ses postures démagogiques. Il faudrait l'ignorer et laisser cette femme sévir uniquement dans son dicastère. Comment peut-on mettre autant "d'énergie" à la féminisation de la langue, maintenant au port du voile, alors qu'un règlement mal fichu et toujours pas revu met à la porte des collaborateurs de la Ville avant l'âge légal de la retraite, les obligeant à aller pointer plusieurs années au chômage ? A sa décharge, elle n'est pas la seule politique à faire dans la démagogie. Je suis atterrée et je me permets d'exprimer mon ressenti, sincèrement, sans haine, sans violence, mais avec beaucoup d'amertume : je vois des situations dramatiques autour de moi de laissés pour compte de la société qui se retrouvent sans travail, qui logiquement quelques mois après perdent leur logement, etc. etc. Et Madame la politique socialiste qui siège au conseil administratif, que fait-elle ? Elle fait comme tout le monde, dans le petit monde politique, elle cultive sa popularité, son maintien au pouvoir à coups de déclarations démagogiques. Lamentable...

Écrit par : clementine | 06/05/2016

C'est vrai, c'est insupportable cette manière d'imposer aux femmes de porter le voile. Quel manque de respect ! Quant à la démocratie... n'en parlons même pas ! Mais j'y pense tout d'un coup : ça correspond à quoi exactement d'imposer des quotas hommes-femmes dans les entreprises ou certains partis politiques. Ou d'interdire aux femmes de décider de leur avenir en "combattant" l'avortement au nom d'une certaine religion ? A quoi correspondent ces noms de partis comme "EVANGELIQUE", "CHRETIEN" dans un état laïque ? Je vous fais confiance, Madame Roullet, vous allez bien trouver les bons arguments pour me répondre.

Écrit par : Gaia | 06/05/2016

Les commentaires sont fermés.