Code de suivi Google

11/03/2015

La tricherie ne passera pas !

L’offensive lancée contre la nouvelle loi de la police, faisait partie du jeu politique. Toutefois, la manière de procéder de certaines grosses pointures du MCG, qui piétinent sans état d’âme, toute intégrité intellectuelle et morale pour lancer une campagne mensongère (comme de prétendre que cette nouvelle loi permettrait l’engagement d’étrangers dans la police genevoise !) est extrêmement grave.


La démocratie directe suisse, fondée sur l’esprit de milice, présuppose que chaque citoyen est habilité à s’exprimer, à prendre position sur toute question, indépendamment de sa formation, sa situation sociale ou économique.

Ce droit légitime d’avoir voix au chapitre, d’accepter ou de refuser des lois, de prendre position sur des choix de société, est un grand privilège de notre système politique. Il mérite quelques égards.

Car, pour que cet esprit démocratique ne soit pas perverti, il est indispensable que les électeurs puissent choisir en connaissance de cause.

Or, lorsqu’on verse dans un populisme, en prétendant poursuivre de nobles idéaux, défendre la Patrie, sans essayer d’éclairer les électeurs, mais en cherchant, au contraire, à les manipuler, à les tromper en usant de montage de photos, d’usurpation d’identité et de mensonges, on menace les fondements de notre démocratie.

Tout politicien a envie de convaincre, de persuader. Mais, il ne peut pas transgresser les règles fondamentales de nos démocraties où doit primer l’engagement désintéressé des politiciens pour le bien commun. Bien sûr, celui-ci évolue, bouge selon le contexte, les normes sociales, nos adhésions et croyances.

Des visions de société vont donc s’affronter, et c’est tant mieux ! C’est le jeu du débat démocratique où les échanges d’arguments peuvent adopter une rhétorique plus ou moins “soft” d’intimidation ou de neutralité, l’art suprême de convaincre…

Mais, créer de toute pièce de faux témoignages, falsifier des données, usurper une identité (comme cela a été fait lors de cette campagne avec la photo montage du magistrat de la police, utilisée pour la campagne du MCG et publiée dans le GHI !) sont des tricheries inacceptables.

 

manipulation1.jpg

Heureusement, aujourd’hui on voit que ces manipulateurs, s’ils ont réussi à prendre de nombreuses voix dans leur filet, n’ont pas réussi à convaincre suffisamment l’électorat genevois.

Et, le recomptage des voix ne changera rien, puisqu’il donnerait même, ironie du sort, quelques voix supplémentaires en faveur de l’acceptation de la nouvelle loi sur la police.

Que cette campagne calamiteuse nous rappelle pour l’avenir qu’il y a une ligne de démarcation entre ce qui est tolérable en matière politique, et ce qui viole des règles élémentaires de notre démocratie !

 

 

 

17:54 Publié dans Actualités, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook | | |

Commentaires

C'est une façon de pavaner qui me semble particulièrement inappropriée.
50 voix ne font pas une majorité consentante et une minorité abusée.

Écrit par : PIerre Jenni | 11/03/2015

@ M. Jenny
Mon billet n'est pas pour crier victoire (ce serait de l'arrogance, mais pour dénoncer des pratiques abusives utilisées durant cette campagne par un certain parti!

Écrit par : Michèle Roullet | 11/03/2015

Michèle Roulet, attention!

Vous affirmez une loi de votre cru dès le 2ème paragraphe de votre sujet,
qui ne figure dans aucun texte constitutionnel

Quand, selon vous:
"La démocratie directe suisse, (est) fondée sur l’esprit de milice"

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOH! SELON QUELLES LOIS d'après vous,

la démocratie directe suisse serait fondée sur l'esprit de milice ?

MAIS QUI ETES-VOUS DONC?

VOUS QUI MECONNAISSEZ à ce point
LES FONDEMENTS DE LA DEMOCRATIE DIRECTE de la Confédération Helvétique ?

Écrit par : genevois déshérité | 11/03/2015

Face à votre usage du mot "MILICE" associé à la démocratie directe, je reformule:


Vous affirmez un principe de votre cru dès le 2ème paragraphe de votre sujet, incluant le concept de "MILICE" avec celui de notre "DEMOCRATIE DIRECTE",

quand de fait aucun principe de milice ne figure dans nos constitutions

Depuis Quand, selon vous "La démocratie directe suisse, (est) fondée sur l’esprit de milice"

Choc provoqué. Peu vont vous le dire.
Mais l'effet que vous recherchez avec le mot MILICE, est-ce votre but?


A ne faire que de la manip de consciences non averties auprès de new Swiss, vous perdez les binationaux électeurs potentiels (n'en suis pas).

Écrit par : genevois déshérité | 11/03/2015

@ genevois déshérité,

Merci pour votre commentaire passionné, exubérant, et qui provoque ma pensée.

A vous lire, j’ai d’abord pensé que mon expression de “milice” était peut-être maladroite. Mais, j’utilisais le mot de milice en opposition au mot de “professionnel”. En effet, en Suisse, les parlementaires ne sont pas des professionnels. La démocratie directe en Suisse est par conséquent bien fondée sur un esprit de milice.
Mais, pour approfondir un peu le sujet, je suis allée surfer sur Internet, plus précisément sur Wikipedia, (http://fr.wikipedia.org/wiki/Politique_en_Suisse). Je me suis confortée dans l’idée que le mot de “milice”, tel que je l’utilisais n’était pas inapproprié.
A cet égard, voilà comment (sous ce site) la politique suisse est décrite :
« La politique suisse est caractérisée par un “système de milice” qui s'inscrit dans une longue tradition17, non seulement dans le domaine de la défense (l'armée suisse étant une armée de milice) mais aussi dans le domaine politique. C'est ainsi que l'on parle de « Parlement de milice » pour désigner l'Assemblée fédérale18, et on retrouve le même fonctionnement au niveau communal dans la plupart des cantons. Le système de milice est une « prise en charge bénévole, extra-professionnelle et honorifique d'une charge ou d'une fonction publique, peu ou pas dédommagée19 »…
Mais, nous pouvons poursuive l’échange sans sortir les épées...

Écrit par : Michèle Roullet | 11/03/2015

Michèle Roulet, merci pour le respect du ton de votre réponse, en phase avec la courtoisie qui me sied.

Je reprends:

En français, la signification simple du mot "MILICE" évoque, pour les français & binationaux à tendance française dans nos contrées,
celle de Vichy aux ordres de Petain,

Dans les zones frontalières: qui touche l'époque de la résistance et bon nombre de savoyards (nous CH victimes de xénophobie anti-suisse, quand ma mère CH était soutien à la résistance).

D'une part, je vous suggère de ne pas vous fonder sur Wikipédia pour connaître voire comprendre les principes fondamentaux de la DEMOCRATIE DIRECTE SUISSE

D'autre part, il s'avère mal à propos d'utiliser le terme de MILICE comme principe fondamental -SELON VOUS- de la démocratie directe

Bref: les fondamentaux de la suisse et DE LA DEMOCRATIE DIRECTE, c'est TOUTE UNE HISTOIRE !

MERCI de ne pas baffouer nos principes FONDAMENTAUX auxquels nous tenons car mes ancêtres ont combattu et travaillé dur pour les obtenir,

CE DONT TOUT LE MONDE profite à Genève aujourd'hui,
sans en comprendre les bases.
Genève où les suisses sont une minorité.

Écrit par : genevois déshérité | 11/03/2015

Madame,

J'insiste: mes ancêtres (SZ) font partie des combats fondateurs de la Confédération. Ont contribué à fonder la base de la démocratie directe, des droits de l'homme,


RIEN A VOIR avec ce concept de "milice",
qui vient de NAPOLEON, son recrutement pour ses troupes.

ATTENTION aux infos WIKIPEDIA:
a) Wikipédia poste ce que tous marketing/avocats payent
b) l'administrateur WIKIPEDIA n'a aucun pouvoir de contrôle

Écrit par : genevois déshérité | 11/03/2015

en bref:

aucun suisse ne va ni décrire, ni exprimer, ni représentez le principe de démocratie directe typique de la Suisse,


par le terme de MILICE, TERME MILITAIRE typique de Napoléon où il FAUT OBEIR A LA HIERARCHIE SUPERIEURE

ce qui n'a rien à voir avec le CONCEPT DE DEMOCRATIE DIRECTE où CHAQUE CITOYEN a le droit de s'exprimer.
POINT.
merde! vous n'êtes pas suisse!

Écrit par : genevois déshérité | 11/03/2015

Michèle Roulet, merci pour le respect du ton de votre réponse, en phase avec la courtoisie qui me sied.

Je reprends:

En français, la signification simple du mot "MILICE" évoque, pour les français & binationaux à tendance française dans nos contrées,
celle de Vichy aux ordres de Petain,

Dans les zones frontalières: qui touche l'époque de la résistance et bon nombre de savoyards (nous CH victimes de xénophobie anti-suisse, quand ma mère CH était soutien à la résistance).

D'une part, je vous suggère de ne pas vous fonder sur Wikipédia pour connaître voire comprendre les principes fondamentaux de la DEMOCRATIE DIRECTE SUISSE

D'autre part, il s'avère mal à propos d'utiliser le terme de MILICE comme principe fondamental -SELON VOUS- de la démocratie directe

Bref: les fondamentaux de la suisse et DE LA DEMOCRATIE DIRECTE, c'est TOUTE UNE HISTOIRE !

MERCI de ne pas baffouer nos principes FONDAMENTAUX auxquels nous tenons car mes ancêtres ont combattu et travaillé dur pour les obtenir,

CE DONT TOUT LE MONDE profite à Genève aujourd'hui,
sans en comprendre les bases.
Genève où les suisses sont une minorité.

Écrit par : genevois déshérité | 11/03/2015

@ genevois déshérité,

Les mots ont des résonances et des connotations liées à des vécus. Vous avez bien fait de rappeler que, pour beaucoup de Français, le mot “milice” porte encore les stigmates de Vichy.
Je n’avais nullement songé à cette signification en l’utilisant. D’ailleurs, je ne parle pas de « MILICE comme principe fondamental -SELON VOUS- de la démocratie directe », mais j’écris que :
« La démocratie directe suisse, fondée sur l’esprit de milice, présuppose que chaque citoyen est habilité à s’exprimer… ».
L’esprit de milice n’est pas un principe, mais une attitude qui nourrit le système politique suisse dans lequel, à chaque échelon (commune, canton, confédération…), des associations, des commissions composés de citoyens, d’élus qui ne sont ni des professionnels ni des « experts », mais des citoyens engagés (qui ne forment pas une classe politique fermée sur elle-même), qui forment en quelque sorte des associations. Si l’expression « l’esprit de milice » vous heurte, vous pouvez la remplacer par un “esprit d’association”.

Écrit par : Michèle Roullet | 11/03/2015

@ genevois déshérité,

Encore que le mot “association” a une connotation qui donne une petite touche de “réunion amicale”, qui rend mal l’engagement que l’on ressent avec le mot “milice”, qui implique effectivement plus de discipline, de sérieux et d’engagement.
Car, vous avez raison, le mot “milice” est un terme militaire. Il vient de “miles” en latin qui signifie le soldat. De ce mot dérive les mots : “milice”, “militant”, “militaire”, “militer”.
Mais, pas milliardaire… Dommage, car si j’avais de millions
« Si j'avais des millions
Tire tire tire tire tire tire boum
Tout le jour? Bidi Bidi boum
Ah, si j'tais cousu d'or »
http://www.paroles-musique.com/paroles-Dalida-Si_Javais_Des_Millions-lyrics,p7125
Que le mot “milice” nous amène à chanter…

Écrit par : Michèle Roullet | 11/03/2015

dsl mais Faux! quand vous dites à vos lecteurs

"L’esprit de milice n’est pas un principe, mais une attitude qui nourrit le système politique suisse dans lequel, à chaque échelon (commune, canton, confédération…)

vous ne faites qu'un recul quant à votre principe selon lequel "La démocratie directe suisse, fondée sur l’esprit de milice, présuppose que chaque citoyen est habilité à s’exprimer, "

NON MADAME! ce truc de milice n'a rien à voir avec

les principes fondamentaux démocratiques de solidarité qui fondent la base des confédérations comme la nôtre,

qu'elles soient ETATS tels dans l'Allemagne actuelle
où ces mêmes principes démocratiques ont permi l'annexion à grand coûts pour les citoyens allemands de l'ex DDR

ou bien avant, qu'il en soit pour la Suisse des principes démocratiques permettant l'annexion de tous cantons suisses aux 3 cantons fédérateurs

Bref & j'arrête de me répéter mais je respecte votre courage de me publier : une telle ignorance de nos principes fondamentaux démocratiques est EFFRAYANT.

(MILICE = terme militaire, napoléonien. repris par le faciste Mussolini etc)

Écrit par : genevois déshérité | 11/03/2015

Michèle Roullet: votre affirmation "Que le mot “milice” nous amène à chanter…" est choquante.

Vous chantez? et dites que la milice est base de la démocratie directe suisse ?

Vous exprimez une méconnaissance, voire un outrage à la démocratie directe (signification: gérance par le peuple, des affaires du peuple)

Madame! votre position est extremiste, excluant le principe de base d'expression directe du droit démocratique du peuple helvétique

dès lors que vous ignorez les principes de bases constituant la CONFEDERATION HELVETIQUE.

CE QUI EST ANGOISSANT: que des candidats fassent preuve de tant d'ignorance

Écrit par : genevois déshérité | 11/03/2015

@ genevois déshérité,

Maintenant, on se calme ! Vous respirez un grand coup et relisez mes propos sans les déformer, car vous commencez par manquer de légèreté…
Ou écoutez Dalida, j’ai mis le lien… mais retenez que le mot “milliardaire” n’a pas la même étymologie que “milice” !

Écrit par : Michèle Roullet | 11/03/2015

C'est assez vrai mais bon, pour nous faire gober les bilatérales on nous avançait le chiffre de 8'000 personnes de plus par an. Comme quoi...

Écrit par : JDJ | 12/03/2015

Que d'histoire et de mauvaise foi "évidente"!
Dire en quelques mots qu'en l'occurrence à propos de "milice" il y avait erreur est parfaitement légitime voire, au vu de notre information parfois tellement lacunaire, souhaitable... mais, en l'occurrence, quel cirque! histoire d'occulter l'article de Michèle Roullet: distraire et faire penser à autre chose comme sans en avoir l'air ce qui confirme, à part "milice"! la teneur de l'article de Madame Roullet.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/03/2015

Quel contraste entre la femme qui dénonce et la fille qui rit et qui chante !

Écrit par : PIerre Jenni | 12/03/2015

@ M. Jenny

Et oui, l’être humain est complexe. Par ailleurs, ce sont peut-être les caractères extravertis qui sont les plus enclins à rire et à s’indigner.

Cordialement

Écrit par : Michèle Roullet | 12/03/2015

Dénigrer Wikipédia est indigne.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 18/03/2015

Les commentaires sont fermés.