Code de suivi Google

21/09/2014

Pratique douteuse du MCG

Samedi 20 septembre 2014, journée des stands politiques ! Il est vrai que les derniers jours estivaux, les prochaines votations et les sujets cruciaux pour l’avenir de Genève peuvent encourager les actions politiques en plein air…


Difficile donc de sortir hier sans rencontrer des militants de tout horizon qui nous invitaient à signer des initiatives, des pétitions, des référendums ou qui distribuaient des tracts.

Ces manifestations, plus que sympathiques, ne témoignent-elles pas que notre pays est une démocratie saine et active où chaque sujet est autorisé à s’engager pour une cause ? Cette liberté d’expression, qui peut s’exercer dans l’espace public, est la base même de notre démocratie et nous pouvons être fiers, en Suisse, qu’elle soit garantie par notre Constitution.

Ainsi hier à Genève, on était confrontés à divers objets politiques: une initiative sur une loi immobilière, une autre pour la grande traversée du lac…

A cet égard, la situation la plus ubuesque que j’ai vécue s’est passée devant le centre commercial  Eaux-Vives 2000 à la Terrassière. Là, se trouvait un stand tenu par le MCG (Mouvement Citoyen Genevois). Passant dans ce lieu, je fus interpelée par un grand gaillard qui m’invita à signer un référendum contre la nouvelle loi qui réorganise la police genevoise (loi qui a été votée par le Grand Conseil le 9 septembre 2014).

Voulant m’informer sur la prise de position du MCG, j’ai alors demandé à ce militant s’il pouvait me montrer l’argumentaire de ce référendum. C’est alors que cet homme me répondit :

- « Il n’est pas encore rédigé ! »

- Stupéfaite, je lui rétorquai : « Mais alors comment pouvez-vous faire signer un référendum ? »

- Sans être décontenancé par ma remarque, il m’a répondu : « Mais je vais vous donner oralement nos arguments et vous pouvez me faire confiance ! »

La démarche du MCG n’est pas, au sens juridique, illégale.

Personne en effet ne tient de force la main de quelqu’un pour le contraindre à signer. Néanmoins, lancer dans la précipitation un référendum sans disposer d’un argumentaire écrit est pour le moins inélégant et d’une déontologie douteuse.

La politique est chose trop sérieuse pour la brader dans un sentimentalisme mou où l’on interpelle le citoyen en lui disant de nous faire confiance…

Certes la politique se nourrit d’idéaux. Mais, elle doit suivre des règles. Or, pour tout référendum, pétition ou initiative populaire, disposer d’un argumentaire écrit semble une pratique politique minimale.

Surtout lorsque l’on voit que même avec un texte écrit, des malentendus, des quiproquos ou des erreurs induites par de mauvaises traductions ou par l’utilisation de termes trop polysémiques, peuvent porter atteinte à la libre formation des opinions, on comprend qu’une explication orale est doublement insuffisante.

Car : « verba volant, scripta manent »

Et, apposer une signature n’est vraiment pas un acte si léger…

 

 

 

14:44 Publié dans Actualités, Genève, politique | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | |

Commentaires

votre titre est donc pluriel, "pratiques douteuses du MCG" dont on peut dire
de Poggia, du MCG, qu'il passe de son siège de pdt au CA des HUG au droit de décider de disposer de surfaces de bureaux déclassées en surfaces locatives [on ne parle pas...]

Écrit par : pierre à feu | 21/09/2014

"Pratique douteuse du MCG"

Pléonasme !

Écrit par : Corto | 22/09/2014

@ Pierre à feu,

J’ai supprimé la fin de votre message. Je ne suis pas une adepte à tout crin de la transparence et encore moins de donner des éléments qui concernent la vie privée de quelqu’un. Merci de votre compréhension.

Écrit par : Michèle Roullet | 22/09/2014

Comment accepter de signer quoi que ce soit sans savoir précisément de quoi il s'agit?! Militante autrefois j'ai été amenée à participer à la prise de signatures citoyennes mais toujours, sans exception, avec texte, indication de sa provenance. Texte minutieusement rédigé net, clair, concis (se lit plus attentivement) concernant tel ou tel référendum.
On ne saurait taire le danger de la pensée unique, celle des systèmes totalitaires, des nazis, par exemple consistant à vous imposer votre pensée par la désinformation, le chantage, les coups (camps),tortures tant physiques que morales... dire qu'il existe aujourd'hui des forces, ordre mondial obligeant, instances telles qu'elle ont le pouvoir de vous imposer en votre pays, votre commune, votre "coin"! de ce que, de vos jardins ou champs vous pourrez ou non faire commerce...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/09/2014

Tout ça pour ça ! C'est le référendum qui vous dérange ou le MCG car j'ai de la peine à comprendre votre agacement ?

Écrit par : davide | 22/09/2014

@ Davide,

Relisez mon billet et vous aurez la réponse à votre question !

Écrit par : Michèle Roullet | 22/09/2014

Un membre du MCG vous fait en compliment en vous déclarant "pom-pom girl" du PLR"
Soyez heureuse ce n'est pas tous les jours qu'une maîtresse d'école reçoit un aussi bel hommage.

Écrit par : F.H.Jolivet | 22/09/2014

@ M. Jolivet,

Pom-pom girl ? Et, vous croyez me rendre hommage… Vous rigolez, vous auriez pu au moins avoir plus d’originalité ou de générosité !

Écrit par : Michèle Roullet | 22/09/2014

@ M. Jolivet,

Pom-pom girl ! Et, vous croyez me rendre hommage… Vous rigolez, vous auriez pu avoir au moins plus d’originalité ou de générosité !

Écrit par : Michèle Roullet | 22/09/2014

"Néanmoins, lancer dans la précipitation un référendum sans disposer d’un argumentaire écrit est pour le moins inélégant et d’une déontologie douteuse."

Et où peut-on se procure les règles de déontologie en la matière ?

Écrit par : Plouf | 22/09/2014

Venant d'un parti qui a récolté des bulletins de vote des électeurs à Vernier pour les remplir ensuite et les envoyer, plus rien ne m'étonne.
Un habitants de Vernier m'avait raconté sa malheureuse aventure mcgienne. C'est un homme bon qui sert notre communauté.
Deux hommes avaient sonné a sa porte pour lui demandé s'il votait, que s'il ne le fera pas il peut leur remettre son matériel de vote.
J'avais eu un peu de mal le croire, à l'époque, j’étais confiant en notre système politique. Il a témoigné avec d'autres citoyens en confrontation contre les prévenus chez le juge d'instruction .
Mais, ils s'en sont bien sortis. Leur élu a "juste" été obligé de quitter son mandat a l’exécutif. Il est toujours un membre influent de ce parti.

Toute la république en a parlé, mais les gens oublient vite. Moi, pas...

Écrit par : Steve Roeck | 22/09/2014

M. Cerutti n'a pas été obligé de quitter son mandat, il a été blanchit et toute l'élection a été annulée. Après une nouvelle élection, il a été élu et a donc fait 4 ans de mandat. Il n'a pas été réélu pour le mandat suivant.

Écrit par : Cédric Lustenberger | 22/09/2014

Les socialistes de Vernier font bien pire !
Remettre Apothélloz en route pour un quatrième mandat, c'est vraiment pas mieux.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 23/09/2014

[...] A lire le sujet de madame Roullet, j'avoue être, une fois de plus, très inquiet pour notre Démocratie. Je doute que ce genre de procédé serve ce futur référendum.

Écrit par : Steve Roeck | 23/09/2014

@ Steve Roek

Merci pour votre commentaire. Votre propos est fort intéressant. Toutefois, je n’ai pas mis en ligne le début de votre message. Vous m’en excuserez. Mais j’aimerais en avoir les sources pour être certaine que je ne fais pas passer, par mon blog, des informations qui ne seraient pas confirmées et vérifiées par mes soins.

Écrit par : Michèle Roullet | 23/09/2014

Les commentaires sont fermés.