Code de suivi Google

19/01/2014

Que la 1ère devienne une seconde !

Dans son obsession de vouloir rétrécir nos libertés et laminer le confort de notre quotidien, la gauche, championne dans ce registre, a une géniale idée !

Sous prétexte que, dans les trains, les voitures de 2ème classe sont bondées, alors que les premières ne seraient pas pleines, la gauche veut supprimer la 1ère classe.


Certains nuancent ce projet et plaident pour une suppression de la 1ère classe, uniquement aux heures de pointe, où la cadence des trains est insuffisante.

Une conseillère nationale des Verts, fait, elle, par souci d’écologie, la proposition de ne retirer les wagons de 1ère classe que les week-ends, car ces voitures, moins utilisées alors, constitueraient un gaspillage énergétique.

En terme logistique, on imagine aisément le gaspillage financier et humain ! Car, pour changer ou décrocher les wagons (et les mettre sur des voies de garage les week-ends), il faudrait engager un nombre important de cheminots !

Mais, la jeunesse socialiste, qui n’aime pas les compromis et œuvre (clame-t-elle) pour plus de justice, ne s’embarrasse pas de ces détails et milite pour la suppression totale de la 1ère classe. Car, il lui paraît scandaleux que le confort des uns, péjore celui des autres !

Certains mauvais esprits voient, dans cette velléité de la gauche d’abroger la première classe, un retour des grandes idéologies et de la lutte des classes !

D’autres encore analysent cette revendication comme un sursaut révolutionnaire pour abolir le capital et les différences hiérarchiques, afin de lutter contre la reproduction des inégalités sociales.

Prenant indéfectiblement Bourdieu comme références théoriques, ces militants semblent ignorer qu’aujourd’hui, la première classe (dans les trains !) n’est plus l’apanage des riches, mais utilisée par la classe moyenne qui, n’ayant pas trouvé de logement dans les villes, se voit contrainte de faire deux heures par jour de trajet pour rejoindre son lieu de travail.

Les millionnaires, eux, ne sont pas dans les trains, mais dans leur voiture luxueuse avec chauffeur !

Pour beaucoup, la première classe permet donc de travailler et d’utiliser son temps à autre chose que de conduire. Ainsi, vouloir supprimer la 1ère reviendrait à ôter un atout majeur du train et à inciter des travailleurs à reprendre leurs voitures.

Maintenant, si l’objectif des Chemins de fer fédéraux est uniquement d’augmenter le nombre de voyageurs (indépendamment du confort), ils pourraient réduire la vitesse des trains et adopter des wagons déjà mis en circulation dans plusieurs pays et dont je vous fais parvenir une photographie (même s’il faudrait bien sûr adapter cette intéressante idée aux saisons pluvieuses et neigeuses de la Suisse en ajoutant des avant-toits de protection)

                                                          

bangladesh_train_bonde.jpg

 

Une autre idée serait également de construire du logement dans les villes (surtout en Ville de Genève !), mais là, les oppositions font rage…

Enfin, une dernière solution, sur laquelle vous pourrez très rapidement vous prononcer, serait de développer nos infrastructures ferroviaires.

Si cette dernière idée vous séduit, n’oubliez pas d’aller voter oui à la votation du 9 février sur le financement de l’aménagement et de l’infrastructure ferroviaire.

Car, l’avenir du rail suisse dépend de votre oui à l’Arrêté fédéral FAIF.

12:22 Publié dans Actualités, politique | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

Commentaires

"Les millionnaires, eux, ne sont pas dans les trains, mais dans leur voiture luxueuse avec chauffeur !"

A l'instar d'un certain Conseiller d'Etat et aux Etats à Berne, genevois et qui plus est Vert et cumulard de 1ère devant l'éternel.

Même s'il n'est peut-être pas encore millionnaire... On peut donner des leçons à la Terre entière et faire exactement le contraire de ce que l'on dit.

Écrit par : Exprof | 19/01/2014

Et bien visiblement ces députés ne prennent pas le train aux heures de pointe. La première est pratiquement saturée et ces revenus sont évidemment indispensables pour entretenir et développer le réseau.
De là à en profiter pour faire un petit coup de pub au FAIF (comme s'il en avait besoin), je ne vous suis plus.
Ne pas proposer le FAIF et FORTA simultanément est une arnaque. Les Suisses ont le droit de savoir d'où viennent les ressources et où elles vont. En toute transparence. En votant le fonds de 6,4 milliards pour le FAIF, il sera tellement facile de dire qu'il n'y a plus rien pour le FORTA alors que les deux tiers du financement du FAIF se font sur le dos des usagers de la route !

Écrit par : Pierre Jenni | 19/01/2014

@ Pierre Jenny,

Vous avez raison de rappeler qu’un tiers du financement du FAIF est assuré par les usagers de la route ! “Sur le dos“, je ne sais pas, car l’aménagement des infrastructures ferroviaires va désengorger les routes. Il est important de ne pas opposer rail et route.

Quant aux fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA), il faudra aussi le soutenir !

Mais le 9 février, nous votons pour le FAIF, et là, il ne faudra pas manquer le coche d’autant plus que la région genevoise ne sera, pour une fois, pas perdante : agrandissement de la gare de Cornavin, prolongation des quais de la Plaine, augmentation des Intercity (Genève-Lausanne).

Écrit par : Michèle Roullet | 19/01/2014

@Madame Roullet Ravie de lire ces quelques lignes confortant les colères de plus en plus fréquentes de nombreux Helvètes qui craignent de plus en plus le retour à l'inspection généralisée ,celle-là même qui se faisait au niveau scolaire du temps ou le train de vie allait dans le sens du développement durable qui lui a tenu plus de 60 ans dans de nombreux domaines
Avec mes meilleurs vœux pour 2014

Écrit par : lovsmeralda | 20/01/2014

je me permets de rajouter ceci cette forme de manipulation mentale exercée par de nombreux partis,lobbys ,environnementalistes ,écologistes Verts ou non,voire même certaines mouvances religieuses ,forme la plus exécrable de la dictature Léniniste,le peuple grogne de plus en plus et l'électorat finira bien par rendre la pièce à ceux qui abusent de son temps et de son énergie
On est plus au temps ou on faisait briller une branche de chocolat de chez Cailler pour faire obéir les enfants ,ceux-là mêmes qui devenus adultes sont dans les premiers à s'étonner de l'absurdité d'un système caduque ailleurs et qui a tendance à vouloir s'installer en Suisse grâce aux membres de certains partis frimant avec leurs articles pour voler la vedette à un autre parti.C'est vraiment faire preuve d'une intelligence de bas étage

Écrit par : lovsmeralda | 20/01/2014

Les commentaires sont fermés.