Code de suivi Google

21/04/2013

Négationnisme culturel

L’expression « négationnisme culturel » a été, lors de la séance plénière du Conseil municipal genevois du 16 avril 2013, correctement employée en dépit des cris d’orfraie du conseiller municipal d’Ensemble à gauche, Monsieur Pierre Gauthier, et de ses indignations relancées dans son blog.

Dans sa signification première, le terme “négationnisme” désigne la négation de la Shoah. Par extension, ce terme est employé pour désigner la négation ou la dissimulation (par des discours implicites) de la réalité de faits historiques.

Or, avec l’adjonction de l’adjectif “culturel”, l’expression « négationnisme culturel » signale une attitude qui veut cacher et effacer les traces culturelles ou patrimoniales.


 

L’amendement, déposé par M. Gauthier, qui demande d’ajouter, aux travaux de rénovation et réhabilitation de la chapelle du cimetière de la Châtelaine, un dispositif (rideau, panneau, store…) qui permettrait d’occulter les vitraux qui comportent des éléments d’obédience chrétienne, n’est pas, contrairement à ce qu’il prétend, un « amendement anodin » !

En grand “prêtre de la laïcité”, Monsieur Gauthier a défendu son amendement en adoptant un ton neutre et imperturbable de celui qui croit incarner la Raison et la Liberté !

Bien évidemment, cette apparente sagesse ne résiste pas une minute à l’analyse, tant cette demande est ridicule !

En effet, Pierre Gauthier semble ignorer que les vitraux sont transparents. Par conséquent, on peut admirer un vitrail aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur d’un édifice. Aussi, vouloir installer un dispositif pour occulter ces vitraux (d’une valeur patrimoniale et artistique indéniable), pour « respecter la liberté de conscience de tous » (dixit M. Gauthier !), est totalement incongru.

 

chapelle Châtelaine.jpgRappelons que, pour garantir la laïcité, des croix amovibles seront installées dans cette chapelle de la Châtelaine. En outre, celui qui vomit l’architecture religieuse du lieu (voir la photo) et l’iconographie chrétienne des vitraux n’est nullement obligé d’organiser une cérémonie avant l’inhumation d’un défunt dans cette chapelle. Le centre funéraire de Saint-Georges avec ses “chapelles” sans référence religieuse peut parfaitement faire l’affaire.

La laïcité agressive de M. Gauthier est donc parfaitement déplacée. En plaidant la nécessité de pouvoir cacher toute trace chrétienne dans les lieux publics, ce conseiller municipal sème des germes de haine et d’intolérance, qui n’ont rien à voir avec la vraie laïcité !

Jusqu’où va nous entraîner ce terrorisme révisionniste ? Au nom d’une laïcité de fermeture, faudra-t-il replâtrer les façades extérieures des bâtiments de manière à effacer tout symbole religieux ?

Devra-t-on poursuivre le “nettoyage” de notre ville en plaçant des panneaux coulissants aux entrées des églises, temples, et chapelles afin de masquer la forme voûtée des porches et ouvertures, qui symbolise le ciel ou le divin ?

Faudra-t-il débaptiser les rues genevoises aux résonances religieuses (av. de Sainte-Clotilde, Bd Saint-Georges, rue de Saint-Joseph, rue Saint-Laurent… ) et ranger, à l’abri des regards, les drapeaux genevois et suisse ?

Ne nous laissons pas entraîner dans ce “nouvel” esprit intégriste “laïc”, qui, divise, sépare, fragmente, au nom de la “neutralité” et de la “liberté” que certains extrémistes prétendent être assurés de détenir. 

Avec la loi de 1907, la République de Genève a su sceller une laïcité de consensus, qui a imposé la paix religieuse et sociale. Que ce souffle de tolérance perdure sur notre Cité !

Or, l’amendement, qui exige la possibilité de cacher des traces chrétiennes, est dangereux.

Car, occulter ou faire table rase de son patrimoine culturel, c’est rendre une population étrangère à sa propre histoire. C’est semer la haine de soi (et de l’Autre !) et favoriser un climat de terreur.

C’est pourquoi, je persiste et signe les propos que j’ai utilisés en séance du Municipal, et que M. Gauthier déforme. Parler de « négationnisme culturel » et de « terrorisme révisionniste » participe, certes, d’une rhétorique combative. Toutefois, le propos n’est pas une insulte personnelle « pour accuser un adversaire politique de terroriste » (comme l’écrit M. Gauthier) !

Mais, se victimiser, ne permet-il pas à M. Gauthier de rester dans son “sommeil dogmatique”, et de déverser sa haine du religieux, dissimulée derrière la liberté ?

Enfermé dans son “bon droit”, il peut alors taxer, dans son blog, ceux qui s’opposent vigoureusement à son amendement d’avoir un « comportement hystérique […] de prétendus défenseurs de la religion chrétienne qui n’ont jamais cessé d’être : les adversaires les plus résolus de la liberté » et poursuivre en parlant de « la bigoterie et de la superstition qui sont le réconfort des simples d’esprits ».

Je vous fais grâce de la suite qui est de la même veine !

Ici, tout de même, je m’étonne de voir que cette logorrhée marxiste dégoulinante puisse encore circuler en 2013 !

Fort heureusement, les conseillers municipaux se sont montrés avisés en refusant à une très nette majorité l’amendement en question.

Car, la véritable laïcité s’oppose à tous les intégrismes (religieux, politiques, idéologiques…), et ne peut se confondre avec une laïcité de fermeture et d’ignorance.

A cet égard, la conférence débat organisée hier, à Uni Dufour, par le « Groupe citoyen, Culture religieuse et humaniste à l’école laïque » a été riche et a permis de redéfinir la vraie laïcité ou la “laïcité d’intelligence” comme la nomme Régis Debray.

Ces rencontres ont rappelé que, pour éviter l’instrumentalisation des religions et des croyances, il faut promouvoir une laïcité de reconnaissance.

C’est dans cette optique que la République genevoise (à travers le DIP) a reconnu la nécessité de donner aux élèves un enseignement des “faits” religieux (enseignement inscrit au programme dès le primaire) afin de promouvoir le dialogue, la tolérance et la paix sociale en gardant à l’esprit que la pluralité est toujours féconde.

 

 

 

18:36 Publié dans Actualités, Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

@Michèle Roullet,très bon texte qui rejoint la grogne de nombreux Suisses qui après avoir entendu a peu près le même langage mais concernant les personnes en retraite avouent qu'il vaut mieux vivre cachés des fois qu'ils pollueraient le paysage par leur présence.Heureusement grâce aux impots ils ont encore une chance de survie dans un pays qui les a tous vu grandir
très belle journée pour Vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 22/04/2013

Voici le commentaire laissé sur le blog du camarade Gauthier, qui ne le publiera sans doute pas...


Tout cela pourrait éventuellement être crédible si la gauche de la gauche de la gauche (par ce chemin, en finalité on doit probablement rejoindre la droite de la droite de la droite) n'avait pas par exemple pris position contre l'initiative interdisant les minarets...

Comme quoi on démontre que la main gauche ignore ce que fait la main droite. Et du coup, on peut dénoncer vos positions d'enragé qui pense avoir toujours raison, en dépit du plus élémentaire bon sens.

En l'occurrence, si les vitraux de Châtelaine vous dérangent, vous n'avez qu'à aller à Saint Georges... Mais? Attendez! Saint Georges? C'est d'obédience chrétienne, çà! Il faut absolument une motion urgente exigeant le changement de nom du crématoire... En quoi? Allez Karl Marx, Vladimir Illich Oulianov? Ou alors Joseph Dougachvili, dit Staline?

Écrit par : Déblogueur | 22/04/2013

la laïcité outrancière, nouvel intégrisme, symbole de l'intolérance, ce qui n'est pas glorieux, mais surtout j'y voit prémisse de l'ignorance, démarche conjointe à la négation de notre histoire, de notre passé. Et au nom de quoi ? du vide culturel, du non-dit censé apaiser les conflits et qui ne fera que de les entretenir. L'intolérance qu'elle soit religieuse ou laïque, c'est la même chose et elle ne saurait grandir celui qui s'en réclame.

Écrit par : uranus2011 | 22/04/2013

Tout cela doit bien faire rigoler les Musulmans, surtout ceux qui nous abreuvent de leur propagande quotidienne dans ce journal.
Droite et gauche réunis dans leur aveuglément, semble-t-il, puisque dans un autre blog on nous informe de la mort des idéologies.
Il semble bien que certains ont remplacé le fanatisme religieux par celui de la laïcité sans voir que, la nature ayant horreur du vide, ils favorisent l'établissement d'une religion de l'oppression étrangère à nos valeurs sous prétexte de lutter contre ce qui reste d'une religion indigène qui a fini par se soumettre, même si c'est parfois de mauvais gré, à nos valeurs démocratiques.

Écrit par : Mère-Grand | 23/04/2013

Heureux pays que celui qui peut s'offrir de tels débats sur l'expression de réalités culturelles, pendant que d'autres sont confrontés à des problèmes autrement plus prosaïques, qui relèvent de leur simple survie économique.

Nous sommes ici dans un film de Don Camillo avec une nouvelle distribution dans laquelle Gino Cervi aurait trouvé un digne successeur.

Bienvenue à Clochemerle sur Rhône !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 23/04/2013

Si les vitraux dérangent, "Déblogueur" suggère d'aller à Saint-Georges ...

A Saint-Georges ??? Mais vous n'y pensez pas : cachez ce Saint que je ne saurais voir !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 23/04/2013

Les commentaires sont fermés.