Code de suivi Google

03/02/2012

Faire son beurre avec les mendiants !

Parler de dignité humaine en défendant la mendicité, comme le fait Sylvain Thévoz dans son blog, est une drôle de pirouette intellectuelle !

Vraiment, M. Thévoz vit dans une bulle ou sur un nuage avec ses élucubrations sur l'hygiénisme social, la solidarité sociale, le droit du citoyen et les policiers qui courent après les mendiants.

On croit entendre Monsieur Pagani qui défend les indignés en leur accordant "au nom de la liberté et des droits de l'homme" (sic !) une autorisation de camper dans le Parc des Bastions.

 


Notre Vice-président du Conseil administratif de la Ville de Genève, leur a-t-il aussi distribué des sacs en plastique pour que ces indignés, qui construisent un ghetto au cœur de la ville, ne défèquent pas dans les bosquets ou les indignés, sont-ils, là encore, exemptés du respect des lois ?

Mais, pour revenir à la mendicité, Monsieur Thévoz exagère ! Même depuis l'introduction de la loi qui l'interdit, on rencontre devant les postes, les banques les mêmes mendiants qui se partagent le territoire genevois, et qui ne se sentent visiblement pas menacés du tout. La seule fermeté qui a été appliquée à Genève, est celle vis-à-vis des enfants. Car, pendant des années, on voyait des Roms mendier avec de très jeunes enfants souvent endormis (peut-être à coup de somnifères). La décision de venir en aide à ces enfants et de ne plus tolérer une telle maltraitance a mis fin à ces pratiques barbares.

Quant au "citoyen appauvri" que mentionne M. Thévoz pour défendre le droit des Roms (qui seraient stigmatisés !) de mendier dans les rues de Genève, M. Thévoz connaît mal certaines réalités politiques.

Ignore-t-il vraiment que, loin derrière cette image d'Epinal de mendiants pauvres, il y a ceux qui viennent pour s'offrir de grosses voitures, construire leurs maisons et exercer leur rôle de chef ?

Ignore-t-il aussi que la mendicité est parfois planifiée par des bandes organisées dans lesquelles, ce n'est pas l'esprit chrétien de charité (évoqué par M. Thévoz qui ne doit pourtant pas être une grenouille de bénitier !) qui régit les rapports humains, mais l'exploitation d'êtres humains, parmi eux, les femmes et les plus faibles.

Non, contrairement à ce que prétend M. Thévoz, notre pays n'a pas oublié sa tradition chrétienne où la solidarité envers les plus pauvres reste un fondement.

La Confédération suisse (Cf le site de la Confédération) a mis 1 milliard de francs (l'argent des contribuables suisses) à disposition de pays devenus membres de l'UE. Fin 2010, elle a établi un accord-cadre pour venir en aide tout particulièrement à la Roumanie, à laquelle elle a donné une somme de 181 millions.

Quant aux Roms, avant de les exploiter politiquement comme le fait M. Sylvain Thévoz, il devrait lire : « En Roumanie, les Roms se méfient de l'intégration » pour complexifier son regard...

et cesser de stigmatiser Monsieur Olivier Jornot qui, dès avril, même si cela lui déplaît, occupera la digne fonction de procureur général de la Ville de Genève.

 

 

21:40 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

Commentaires

Comme vous fustigez une population particulière, les Rroms, j’en déduis que pour vous, il n’y a que les Rroms qui mendient. Seriez-vous raciste ou xénophobe ?

Avez-vous pensé qu’il y a aussi des gens bien de chez nous qui demandent l’obole dans nos rues et ceux-ci sont amendables ?

Est-ce un crime d’être dans une situation misérable.
Quand vous titrez ce billet, je vous cite : « Faire son beurre avec les mendiants », vous êtes odieuse madame Roullet, surtout que votre revenu au DIP provient des contribuables et vous n’êtes sans doute pas dans la misère, ce que je ne vous souhaite pas !

Une catégorie de mendiants, non punissables ceux-là, quêtent des voix sur la voie publique en périodes électorales, ils dérangent bien davantage que les gens que vous stigmatisez.

Et quand vous dites que M. Thévoz fait son beurre avec les mendiants, qu’entendez-vous par « fait son beurre ». Qu’il se fait de l’argent ? Qu’il s’enrichit ?

Benoît Marquis

Écrit par : Benoît Marquis | 04/02/2012

M. Thévoz semble ignorer que la loi cantonale contre la mendicité pouvait être remise en cause. Les citoyens auraient été amenés à trancher la question informés des ingrédients qui favorisent la mendicité aujourd'hui. Le résultait serait sans appel.

Écrit par : Pirouette | 04/02/2012

n'oublions pas les faux mendiants comme les faux sans abris,notre monde actuel favorise ce qu'il convient d'appeler un monde de* côtes en longs *comme dirait un ancien ayamt fait la guerre.Expo 02 avait fait de l'ordre parmi beaucoup de vrais Roms qui avaient été chassés du Kosowo mais on appris aussi qu'il y avait des acteurs de théatre /de seconde main/qui s'étaient amusé à les imiter .Le faux existe on l'a vu dans le domaine des soins et peut-être existe-t'il dans l'enseignement,on est jamais assez prudents!

Écrit par : lovsmeralda | 04/02/2012

....le problème est moins complexe que certains veulent le laisser entendre.

Il y a des aides sociales pour tout citoyen suisse et pour les réfugiés.Ce ne sont pas ceux-là qui mendient.

Les drogués qui mendient devant la gare et ont bien souvent eux aussi des aides sociales, c'est qu'ils ont dépensé leur argent à autre chose qu'à leur entretien, dans lequel n'est pas compris la coke et autres substances, même si les héroïnomanes sont soignés gratuitement.

Les Roms qui mendient ici arrivent en bus (donc, ils ont de l'argent pour cela)(car moi, je ne peux pas m'offrir ce genre de voyage)
Donc: ils ont de l'argent pour le voyage, et pour vivre ici, même si je suppose qu'ils savent se dépatouiller avec pas grand chose...Vu les "camps" qu'ils érigent ici et là, sous les ponts ou au bord de l'Arve, on suppose qu'ils ne viennent pas ici pour la douceur touristique...

Vu encore qu'ils repartent avec de l'argent, le seul raisonnement qui tienne est que leur mendicité ici est un business. Lucratif, ça c'est autre chose, mais lucratif pour eux a sans doute un autre sens que pour nous.

Quand on sait que la Suisse aide DEJA la Roumanie d'une part, et que les Roms de Roumanie ne sont pas TOUS pauvres (cf le reportage sur le roi des Roms) On peut se dire que si la solidarité et le social jouait dans leur pays, il ne devrait pas y avoir de mendiant roms chez nous.

Donc....non au business de la mendicité, et oui aux aides sociales pour tous les pauvres, les suisses et réfugiés, que personne à Genève n'ait besoin de mendier!

Mais ce business malsain entre la Roumanie, que nous aidons, et la Suisse, doit cesser!

Mis à part ça...les gens qui s'imaginent que ces pauvres roms ne se font que quelques francs par jour, sont vraiment angéliques...ils ne viendraient même pas s'ils ne gagnaient pas assez pour le boire et le manger, le trajet, et une petite cagnotte à rapporter au pays.

Oui à l'aide et non à la mendicité!

Écrit par : vieuxschnock | 04/02/2012

Ou comment le politique asséché le cœur, perturbe l’intelligence, votre raisonnement Madame est infiniment pire que ce que vous essayez de démontrer. Pour vous les miséreux, les indignés ne sont que des arguments, mais ils sont certainement plus dignes que vous.

Écrit par : PA Gilliéron | 04/02/2012

Vous aurez remarqué que je n'ai fait aucun jugement de valeur sur ces gens. Les mentalités sont extrêmement différentes d'un pays à l'autre, d'une communauté à l'autre, et je n'ai émis aucun commentaire de jugement.

Je constate simplement que la mendicité des Roms, en bandes organisées, qui viennent en Suisse dans le seul but de mendier, s'apparente à un business.

Les plus pauvres n'ont pas les moyens de se payer le bus jusqu'ici...

Je ne nie pas que ces gens là soient pauvres, et pense que c'est important que la Suisse les aide, comme elle le fait avec d'autres pays.

Ce qui me dérange, c'est le "business mendicité" à Genève.
Oui, cela me dérange quand je passe au Bouchet de me faire solliciter au feu rouge par un laveur de vitre, cela me dérange de voir une jeune mère avec un enfant dans les bras, sans se tenir, dans le tram, mettant cet enfant en danger...

Écrit par : vieuxschnock | 04/02/2012

Monsieur Pagani a au moins le courage de ses opinions et le respect de son serment envers la Constitution suisse... contrairement à d'autreS.

Écrit par : Grégoire | 16/02/2012

Les commentaires sont fermés.