Code de suivi Google

21/10/2011

Ou quand Julien Cart réécrit les Ecritures et le billet de Pierre Weiss

Cher Monsieur Julien Cart, vos interprétations "correctrices" des interprétations de Monsieur Pierre Weiss sont burlesques ! Vous ironisez sur le billet de M. Weiss en écrivant qu'il est : « Le député qui semble élu par Dieu lui-même pour rétablir la Vérité en ce bas monde...» et lui conseillez de relire l'Ancien Testament.

N'ambitionnez-vous pas d'être, à votre tour, dans votre billet, en (ab)usant du pronom "nous", le redresseur de M. Weiss et en même temps l'exégèse confirmé de l'Ancien Testament ?

 

 


Très ignorante des Saintes Écritures, je reste toutefois sceptique sur vos interprétations et vous conseillerais de relire aussi ce texte en changeant de lunettes !

1. Pourquoi croire que parce que: « Adam fut la première créature de Dieu, Eve fut créée à partir d'une des côtes d'Adam » que ce serait un signe de stigmatisation de la femme qui, ipso facto, aurait un statut inférieur dans la Bible ?

Si les créations divines sont, pour les croyants, intrinsèquement parfaites, toute comparaison entre elles n'a aucun sens. Établir, en fonction de l'ordre d'entrée sur la scène du monde, une hiérarchisation des genres humains est absurde. Même à l'opéra, les rideaux s'ouvrent rarement sur la diva ! Alors, dans la Bible, où il est écrit que : « les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers », le critère de préséance a-t-il un sens ?

2. Vous écrivez que : « Eve est la principale cause de l'expulsion d'Adam du paradis, ayant poussé ce dernier à transgresser la loi divine : elle devient donc l'égérie incontestable du péché originel ». C'est votre hypothèse !

Ne pourrait-on pas voir, dans ce récit, la mise en évidence de la curiosité d'Eve, son envie de comprendre le monde, même si cet appétit l'entraîne trop loin, la conduit à transgresser la loi divine. Eve, ne nous rappelle-t-elle pas que : penser, c'est résister et parfois transgresser les règles ? Ne pourrait-elle pas être perçue comme une indignée, comme une figure de proue de l'humanité, qui nous rappelle aussi les dangers de l'indignation, ses dérives et aveuglements.

3. Affirmer aussi que : « Eve devient donc l'égérie incontestable du péché originel » me paraît étrange.

Bellini_Vierge-2.jpgSi Eve, mère de l'humanité était l'égérie incontestable du péché originel et une preuve de "l'antiféminisme" de l'église catholique, on peine à comprendre pourquoi la Vierge Marie, dans cette même Eglise a une place si spéciale. C'est le seul humain, conçu exempt du péché originel ! D'ailleurs, cette Vierge si magnifiée dans l'iconographie religieuse (j'ai un faible pour Giovanni Bellini) n'a-t-elle pas préparé que l'on puisse, des siècles plus tard, chanter en occident : « La femme est l'avenir de l'homme » ?

001751-003.772.jpg

Enfin, dernière question, le "péché originel", est-il une damnation pour l'humanité ou une chance ?

Savoir que l'on est, dans notre essence même "imparfait", n'est-ce pas laisser surgir la compassion et éviter de se prendre pour un démiurge ?

Notre XXe siècle, traversé des pires massacres, aurait pu y penser davantage au péché originel, le colonel Kadhafi, tué hier, aussi, ne croyez-vous pas ? Quel monstre devient-on lorsque l'on se prend pour un Dieu tout puissant ?

Sachez Julien Cart, que je suis heureuse de pouvoir donner libre cours à mes divagations religieuses sans risquer d'être mise à mort...

Je trouve enfin que M. Pierre Weiss a raison de s'inquiéter d'une dérive inquiétante (que l'on trouve à l'école, mais pas seulement !) dans laquelle on met en marge (quand on ne les oublie pas !) les références chrétiennes. « Si "Ra'aroa", le chant tahitien de la création, a, comme l'écrit M. Weiss, certainement sa place (au titre de l'exotisme relativiste ?) dans ce recueil de "Grands Textes" », destiné à l'école genevoise, il est difficile de comprendre pourquoi, dans ce matériel scolaire, les textes chrétiens sont si occultés. J'ai même vu un matériel scolaire (pas utilisé dans les écoles genevoises !) qui introduit Noël par l'entrée du regard musulman sur Jésus. Est-ce même encore du relativisme ?

 

 

00:50 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

Chère Madame, merci de me consacrer votre billet, j'en suis fort honoré.

"Très ignorante des Saintes Écritures, je reste toutefois sceptique sur vos interprétations et vous conseillerais de relire aussi ce texte en changeant de lunettes !"
Vous êtes ignorante et pourtant vous semblez avoir une bonne opinion sur la question...

"Si les créations divines sont, pour les croyants, intrinsèquement parfaites, toute comparaison entre elles n'a aucun sens. Établir, en fonction de l'ordre d'entrée sur la scène du monde, une hiérarchisation des genres humains est absurde. Même à l'opéra, les rideaux s'ouvrent rarement sur la diva ! Alors, dans la Bible, où il est écrit que : « les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers », le critère de préséance a-t-il un sens ?"

Et vous, préférez-vous être crée "pour vous-même", ou "depuis une côte d'un homme" ? A méditer...

« Eve est la principale cause de l'expulsion d'Adam du paradis, ayant poussé ce dernier à transgresser la loi divine : elle devient donc l'égérie incontestable du péché originel ». C'est votre hypothèse !

"Ne pourrait-on pas voir, dans ce récit, la mise en évidence de la curiosité d'Eve, son envie de comprendre le monde, même si cet appétit l'entraîne trop loin, la conduit à transgresser la loi divine. Eve, ne nous rappelle-t-elle pas que : penser, c'est résister et parfois transgresser les règles ? Ne pourrait-elle pas être perçue comme une indignée, comme une figure de proue de l'humanité, qui nous rappelle aussi les dangers de l'indignation, ses dérives et aveuglements."

Votre belle envolée tient malheureusement plus du lyrisme que d'une interprétation exégétique valable. Vous voulez interpréter le fait de transgresser la loi donnée par Dieu comme un acte de curiosité et de bravoure, même vous pousser votre incantation à percevoir dans son geste une "résistance" qui naîtrait de la pensée ! Je vous laisse consulter la suite de l'Ancien Testament pour comprendre ce qu'il advient de celles et ceux qui osent contester sa Loi. L'Ancien n'est pas le Nouveau Testatment, et l'indignation n'y a pas sa place : mais je vous laisse me citer des passages qui appelleraient à la transgression, évidemment.

"Eve, mère de l'humanité était l'égérie incontestable du péché originel et une preuve de "l'antiféminisme" de l'église catholique, on peine à comprendre pourquoi la Vierge Marie, dans cette même Eglise a une place si spéciale."

Si spéciale qu'elle n'intervient que dans le Nouveau Testament... Mais bref.

"C'est le seul humain, conçu exempt du péché originel !"

Dans la version catholique uniquement, qui a décrété ce dogme de l'Immaculée Conception que le 8 décembre 1854... Avant et toujours maintenant pour les protestants, Marie est simplement la mère du Christ.

"D'ailleurs, cette Vierge si magnifiée dans l'iconographie religieuse (j'ai un faible pour Giovanni Bellini) n'a-t-elle pas préparé que l'on puisse, des siècles plus tard, chanter en occident : « La femme est l'avenir de l'homme » ?

Ouhlà... parce que vous pensez que changer en occident cela, est une avancée féministe peut-être ? Pour ma part je ne vois pas en quoi la femme serait l'avenir de l'homme. C'est encore user d'une vision sexiste et différentialiste que de voir en les femmes des représentations propres. La femme déjà n'existe pas, il n'y a que des femmes.

"Enfin, dernière question, le "péché originel", est-il une damnation pour l'humanité ou une chance ?

Savoir que l'on est, dans notre essence même "imparfait", n'est-ce pas laisser surgir la compassion et éviter de se prendre pour un démiurge ?"

Sans doute que l'idée de pêcher évite de se voir trop beau trop grand trop vite. Mais cela ne concerne pas notre débat. Être à l'origine de LA faute qui a provoqué l'instauration de ce même pêché, vous l'avouerez tout de même, et ce même si ce pêché vous arrivez à le voir comme quelque chose de positif (sic!), ce n'est tout de même pas fort glorieux... M'enfin... il faut s'attendre à tout avec vous, semble-t-il.. J'attends tout de même que vous me citiez une phrase biblique qui exprime toute la beauté et la force du pêché.. Pour ma part j'en suis resté (bêtement sans doute) à une vision pour le moins négative... jésus pardonne la pécheresse mais lui dit bien : "vas et ne pêche plus", et non pas : "le pêché n'est pas si mal, il te permet de ne pas devenir une démiurge" ... Bref.

"Notre XXe siècle, traversé des pires massacres, aurait pu y penser davantage au péché originel, le colonel Kadhafi, tué hier, aussi, ne croyez-vous pas ? Quel monstre devient-on lorsque l'on se prend pour un Dieu tout puissant ?"

Un peu comme Sarko qui lui vendait des armes et maintenant lui envoie des bombes - et oui l'opinion publique a changé de camp, donc lui suit. La monstruosité n'épargne personne, et elle se cache même souvent derrière les actes les plus anodins.

"Sachez Julien Cart, que je suis heureuse de pouvoir donner libre cours à mes divagations religieuses sans risquer d'être mise à mort..."

"divagations" c'est en effet le mot...

"Je trouve enfin que M. Pierre Weiss a raison de s'inquiéter d'une dérive inquiétante (que l'on trouve à l'école, mais pas seulement !) dans laquelle on met en marge (quand on ne les oublie pas !) les références chrétiennes."

Je suis sûr qu'on peut compter sur vous pour changer avec les enfants les chants de noël et pour leur faire construire de jolies crèches, toute école laïque que vous défendiez...

"« Si "Ra'aroa", le chant tahitien de la création, a, comme l'écrit M. Weiss, certainement sa place (au titre de l'exotisme relativiste ?)"

ce qui est différent est donc forcément exotique, et participe forcément à la relativisation de notre propre culture ? vous sombrez bien bas chère Madame, je plains vos élèves...

"dans ce recueil de "Grands Textes" », destiné à l'école genevoise, il est difficile de comprendre pourquoi, dans ce matériel scolaire, les textes chrétiens sont si occultés."

Au contraire relisez le plan prévu, l'Ancien Testament (que vous semblez tant chérir et qui semble receler tant d'ouverture vers l'égalité des sexes...) est au programme, et le Nouveau Testament aussi, mais dans les années suivantes.

"J'ai même vu un matériel scolaire (pas utilisé dans les écoles genevoises !) qui introduit Noël par l'entrée du regard musulman sur Jésus. Est-ce même encore du relativisme ?"

Oh le crime odieux !!! Mais Jésus appartient au christianisme, c'est une horreur ! du relativisme !
Chère Madame, sachez que les trois monothéismes sont à la base de notre culture, et que les trois ont bercé notre culture, permettant une grande richesse et partage entre elles.
Ce ne sont que les personnages tels que vous et M. Weiss qui vous abaissez aux guerre de chapelles dignes du (bas) Moyen-Âge qui renforcez les antagonismes entre les confessions et entre les personnes, faisant ainsi le lit de l'extrême droite et de son islamophobie rampante.
Triste, dangereux et révoltant.

Écrit par : Julien Cart | 22/10/2011

Selon Julien Cart "les trois monothéismes ont bercé notre culture, permettant une grande richesse et partage entre elles"!
Les millions d'êtres humains tués lors des guerres de Religion, Inquisition, Croisade, et qui sont tués aujourd'hui au nom de Dieu ne peuvent plus apprécier "cette richesse de culture"...!

Écrit par : Noëlle Ribordy | 22/10/2011

Bonsoir M. Cart, ou bonjour (je n'ose risquer le bonne nuit), tout dépend de l'heure où votre oeil luisant de "richesse culturelle" glissera voluptueusement sur mes quelques lignes. Je tenais juste à dénoncer ce qui ressemble furieusement à un pléonasme des plus malencontreux. Vous avez écrit, dans votre réponse à Mme. Roullet, "interprétation exégétique", exégétique renvoyant à exégèse, cela me parait logique. Or, exégèse est, selon Emile Littré , un illustre académicien français, une "explication grammaticale et mot par mot.Dans un sens plus particulier, l'interprétation grammaticale et historique de la Bible." Votre propos réécrit pourrait donc donner à peu près cela: interprétation qui a rapport à "l'interprétation grammaticale et historique de la Bible", soit une évidente surabondance du nom commun "interprétation". Peut-être suis-je pointilleux, il me semble toutefois qu'il serait plus juste et simple (accessoirement bien plus jolie et mélodieux, mais personne ici ne vous demande d'avoir du style) d'écrire modestement "exégèse valable".

Je me permet d'imaginer, par respect pour vous, que ce fut une simple inattention, et non une excessive méconnaissance d'un sujet que vous et votre ego tentiez maladroitement de traiter, et sur ce, je vous remercie de votre attention et vous souhaite un avenir radieux.

Écrit par : Albert Dassaut | 24/10/2011

oui c'était en effet un pléonasme, mais je le trouvais joli et je l'ai laissé en connaissance de cause :))

Écrit par : Julien Cart | 26/10/2011

Les commentaires sont fermés.