Code de suivi Google

19/04/2011

Mauvais compte à l'école... avec chiffres et tableaux !

Le GRÉ (Groupe de Réflexion sur l'École), dont je suis la présidente, dénonce la propagande faite pour imposer le mercredi matin d'école au primaire, à coups d'arguments mensongers. Dans ce billet, des données chiffrées avec des tableaux de comparaisons (Valais/Genève et Vaud/Genève) démontrent que le canton de Genève n'a pas, à l'école primaire, de dotation horaire scolaire inférieure à ces deux cantons (pour les autres cantons, je n'ai pas mené d'investigation !).


Pour Vaud et Valais, qui ont plus de congés scolaires qu'à Genève (Cf. chiffres ci-dessous pour 2010-11), les premières enfantines ont un horaire restreint (4 matinées par semaine, sans après-midi). Quant aux écoliers genevois (jusqu'en 1P), ils ont un temps d'accueil que n'ont pas les autres écoliers. Mais cet accueil est du temps scolaire durant lequel beaucoup d'élèves travaillent et bénéficient d'appui ou d'une prise en charge scolaire plus individualisée.

Cependant, même en ne considérant que les degrés dès la 2P, on voit (Cf. tableaux des horaires scolaires) que pour Vaud, l'horaire le matin et l'après-midi débute une demi-heure plus tard qu'à Genève et que la journée scolaire finit à 15h40 ! Résultat, l'horaire journalier de l'écolier vaudois comporte 60 minutes de moins qu'à Genève ! Sur une semaine, même sans le mercredi matin, l'écolier genevois a une dotation horaire hebdomadaire de 40 minutes de plus que l'écolier vaudois ! Pour le Valais, si on déduit l'enseignement religieux et les congés, on voit (Cf. tableau de comparaison) que Genève a un horaire scolaire plus chargé que l'écolier valaisan.

Il faut donc cesser de duper le citoyen genevois !

A cet égard, je renvoie le lecteur au billet d'André Duval, qui traite également avec pertinence de ce sujet (http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2011/04/13/mer...)

Autre précision, entrer dans des comptes d'apothicaires, en comparant par exemple la durée des récréations, n'offre, pour moi, aucun intérêt. Ce qui importe, c'est la durée durant laquelle un élève est à l'école. Je n'ai donc pas pris en compte, dans mes tableaux, la durée des récréations. D'ailleurs, "bonifierait"-on notre école en diminuant les récréations pour augmenter le capital horaire de l'élève et le doter de plus d'heures enseignées, en introduisant, par exemple, un cours sur la nutrition et le bienfait de l'exercice physique ?

Avec le retour d'un scientisme réducteur, trouvera-t-on des "experts" de l'éducation qui mèneront une recherche sur le temps perdu dans les heures d'enseignement pour les élèves qui fréquentent de grands établissements, et qui doivent après chaque récréation monter plusieurs étages ?

Penser l'éducation est difficile, manipuler l'opinion publique l'est un peu moins surtout lorsque « l'homme politique (comme l'écrit Marc Bonnant) n'agit que rarement par idéal et désintéressement [mais] règle des comptes avec sa propre histoire, au détriment des autres » (le Matin-Dimanche, 17 avril 2011).

Faisons donc parler les chiffres et les tableaux !

 

 

Impossibilité d'insérer les tableaux promis !

Problème technique que je dois résoudre.

Revenez visiter mon site ultérieurement

 

 

file:///Users/Michele/Desktop/congés%20VS:GE.pictClipping

 

 

Le dernier tableau est fort intéressant, il compare le nombre d'heures d'enseignement pour des élèves de 7-8 ans en Europe OCDE (2008).

On voit que le pays qui a eu la palme au test PISA (la Finlande) n'est de loin pas le pays qui a la dotation d'horaire scolaire la plus chargée (30% de moins que les élèves genevois !)

 

 

 

 

00:57 Publié dans politique scolaire | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Je n'ai rien contre la Finlande, qui est certainement un pays fort estimable. Mais ceux qui la prennent toujours (du moins quand cela les arrange) comme modèle devraient nous fournir beaucoup plus de renseignements sur les conditions culturelles et socio-économiques qui règnent dans ce pays, pour que nous puissions au moins nous faire une idée de la validité de la comparaison faite. Comparer, par exemple, la composition de classes types de différents niveaux scolaires serait un premier pas.

Écrit par : Mère-Grand | 19/04/2011

Merci pour toutes ces infos! Et tout ce travail! Il faut continuer d'informer la population de la réalité.
Je me demande quand même pourquoi Charles Beer trompe ainsi le peuple. Que cherche ce Monsieur? Certainement pas le bien des écoliers!
Bon week-end.

Écrit par : tube | 23/04/2011

Les commentaires sont fermés.