Code de suivi Google

21/12/2010

Dès 2011, plus d'école enfantine

La concrétisation d'HarmoS prend d'étranges tournures ! Rappelons que plusieurs cantons, parmi lesquels les cantons romands, ont accepté le projet HarmoS, qui pose le principe d'une politique d'harmonisation de la scolarité obligatoire.


A notre époque où la mobilité s'accélère dans le monde professionnel, cette volonté politique est bienvenue.

On peine toutefois à comprendre pourquoi cette harmonisation, qui vise les programmes, la durée de l'école obligatoire, l'âge d'entrée à l'école, les objectifs à atteindre et le calendrier scolaire, amène à chambarder toute l'école sans tenir compte du besoin de repères fixes, de cohérence ou même de respect pour les usages et habitudes.

En effet, l'une des premières décisions annoncées est de modifier l'appellation de tous les degrés scolaires alors même que ceux-ci sont presque identiques, au moins en Suisse romande. Quant aux disciplines scolaires, elles connaîtront également une nouvelle terminologie, bien sophistiquée et accompagnée de sigles, d'abréviations et de couleurs qui vont nécessiter, pour les enseignants, les parents et les élèves, d'apprendre une "nouvelle langue" !

Mais, pour revenir aux degrés scolaires, dès la rentrée 2011, dans les cantons romands, il n'y aura plus de classes enfantines. La 1ère enfantine deviendra la 1ère primaire, la 6ème primaire la 8ème primaire et au Cycle d'Orientation, la 9ème sera la 11ème, etc.

Difficile de comprendre ce qui sous-tend ces inutiles changements - qui ne créent en-soi, aucune amélioration - mais plutôt de la confusion et de nouvelles difficultés dans la communication.

On peut bien sûr émettre quelques hypothèses à ce changement des degrés scolaires :

1.     Craignant que la population oublie que 9 + 2 = 11, les réformateurs scolaires changent les degrés, pour indiquer, qu'avec HarmoS, l'école comportera 11 années d'école obligatoire.

2.     Pensée par des gens perdus dans des commissions, cette réforme dédaigne les habitudes et attachements que la population peut avoir envers son école.

3.     Voulant insister sur le caractère continu de l'école obligatoire, les rénovateurs ont décidé d'inscrire linéairement les degrés de 1 à 11. Toutefois, supprimer l'appellation "classe enfantine" n'est pas anodin. Ne peut-on pas craindre que la spécificité des très jeunes enfants de 4 et 5 ans - qui se trouvent dans un développement intellectuel et affectif tout à fait particulier - soit  délaissée pour placer le jeune enfant dans des structures scolaires contraignantes avec des évaluations, des leçons, des exercices inadaptés à ce jeune âge ? A cet égard, l'appellation "classe enfantine" (utilisée actuellement dans tous les cantons romands !) avec sa forte charge symbolique est certainement plus heureuse.

4.     Une autre raison est que, peut-être, les cantons romands ont trop d'argent ! Car, en modifiant la dénomination des degrés, ce sont tous les documents scolaires (les carnets, les livrets de scolarité, les ouvrages et manuels des élèves, les documents des enseignants) qui devront être changés.

5.     Enfin, dernière hypothèse, il ne faut pas négliger la force de l'enthousiasme des réformateurs désireux de marquer l'histoire de leur sceau. L'histoire nous fournit quantité d'exemples de ce désir de faire table rase du passé, mais aussi des effets boomerang qui suivent bien souvent ces états d'ivresse...

 

 

12:38 Publié dans politique scolaire | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

en effet beaucoup de questions se posent,mais soyons rassurés avec les progrès médicoscientifiques,les enfants qui naitront dans quelques décennies auront dès leur naissance une maitrise fédérale en poche ,et renverront leurs parents sur les bancs de l'école du bon sens!la génération Tanguy a encore de beaux jours devant elle!

Écrit par : lovsmeralda | 21/12/2010

"Quant aux disciplines scolaires, elles connaîtront également une nouvelle terminologie, bien sophistiquée et accompagnée de sigles, d'abréviations et de couleurs qui vont nécessiter, pour les enseignants, les parents et les élèves, d'apprendre une "nouvelle langue" !"
Avec la réécriture de l'histoire, l'instauration de ce que Orwell appelait "novlangue" dans 1984 est un des fondements de l'instauration d'un ordre nouveau. Parfois c'est nécessaire et justifié, parfois cela ne sert qu'à la manipulation des foules.

Écrit par : Mère-Grand | 21/12/2010

En somme, on change d'étiquette mais le contenu reste le même... Les marchands font souvent quand un produit ne "marche" pas.
Cordialement.

Écrit par : Hank Vogel | 21/12/2010

toutes ces réformes scolaires sentent le moisi et le réchauffé,on juge les gens nés après guerre comme rétrogrades,sans vouloir vexer quiconque mais grand-maman et l'âge d'être arrière grand-maman,en vous lisant,
ceci fait froid dans le dos,il y a trop de changements ce qui n'est jamais bon ni pour l'enfant ,ni pour les parents,et encore moins pour les enseignants Suisses,mais y'en a t'il encore?ces réformes seraient -elles réformées tous les 6 mois juste pour tester l'intelligence de ceux-ci?ça craint !
bien à vous et joyeuses fêtes!

Écrit par : lovsmeralda | 22/12/2010

On pense que HarmoS est une bonne chose. Je ne le pense pas de mon côté. Pas du tout en raison de l'obligation faite de commencer l'école à 4 ans, mais parce que sous HarmoS se cache l'idée absurde qu'en harmonisant l'école en Suisse (romande) on va améliorer le contenu.

Écrit par : Jean Romain | 22/12/2010

Harmos a bon dos...et Charles Beer nous le sert à toutes les sauces....un petit malin ce monsieur.

Écrit par : Joe | 22/12/2010

Les commentaires sont fermés.