Code de suivi Google

08/11/2010

Les Socialistes, les mots et l’armée

Regarder sur Léman Bleu les séances de nos élus réserve bien des surprises. Pour ceux qui n'auraient pas suivi la séance du Conseil municipaldu mardi 2 novembre, je résume. Ce soir-là, insultes, injures, brouhaha, déplacements intempestifs ont émaillé cette séance qui devenait une véritable foire d'empoigne.

Parmi les épisodes mouvementés de cette soirée, l'altercation entre notre maire et un conseiller municipal a tout particulièrement frappé mon attention.


Ce conseiller municipal, ayant l'outrecuidance de s'adresser à notre maire en l'appelant « Madame le maire » et en précisant qu'il privilégiait cette forme grammaticalement correcte, fut épinglé par Madame Salerno qui lui renvoya un : « Madame la conseillère municipale... ».

Nous connaissons cette obsession du langage épicène qui affecte Genève. Mais refuser d'écouter celui qui n'adopte pas le langage, convenu et imposé par un groupe au reste de la communauté, est inquiétant.

Les mots n'appartiennent à personne ! Par ailleurs, utiliser les mots pour distinguer et mieux séparer les femmes des hommes ne sert pas nécessairement la cause des femmes. Parvenir même à faire de la langue française une affaire de repli identitaire ou national en prétendant (comme on l'a entendu à cette séance) que Genève n'appartient pas à la France, et qu'elle n'a, par conséquent, pas à se soumettre à l'Académie française, est d'une indigence intellectuelle affligeante.

- Le langage n'a-t-il pas pour vocation de promouvoir le partage d'expériences ? Nenni.
- Le langage ne permet-il pas d'accueillir l'Autre ? Point du tout.
- Le langage ne sert-il pas à défendre une idée, à argumenter ? Non, non et non. Vous n'y êtes pas du tout ! Pour ces militants du langage épicène, dont le gros des troupes est socialiste, le langage n'est qu'un outil que l'on tord, asservit et plie pour trancher et séparer. Tant pis pour l'Autre et pour ce qu'il aurait à dire. Dans ce modèle répressif, c'est le récepteur qui dicte sa loi à l'émetteur !

Quant à notre maire de Genève, par charité chrétienne et parce que l'on m'a appris à aimer mon prochain (euh pardon, je corrige : "parce que l'on m'a appris à aimer ma prochaine et mon prochain"), c'est décidé, si je la rencontre puisque le langage épicène lui tient tant à cœur, j'utiliserai la formule : « Madame la mairesse ». Pourquoi en effet n'appliquer l'obligation du féminin qu'à l'article ? Les mots aussi se féminisent ! On dit bien un maître - une maîtresse ; un âne - une ânesse.

Mais au fait, que vient faire l'armée dans ces réflexions sur le langage ? Lors du dernier Congrès du Parti socialiste, les socialistes ont introduit, dans leur programme, l'abolition de l'armée suisse. Comment interpréter ce projet ?

- Est-ce parce que la Suisse se sent, au milieu de l'Europe, bien protégée ? Nenni.
- Est-ce parce que les socialistes veulent se venger de l'attribution des départements au Conseil fédéral ? Point du tout.
- Est-ce pour faire des économies en supprimant les dépenses militaires ? Vous n'y êtes pas ! Non, non et non. Trois fois non ! Si l'armée doit être abolie, c'est parce qu'elle ne se soumet pas au langage épicène ! En effet, elle ose brouiller les repères entre le féminin et le masculin. Imaginez ! Dans ce monde militaire, claquemuré dans ses valeurs "viriles" et parfois, reconnaissons-le, machistes, ne convoque-t-on pas une recrue, une estafette et une sentinelle ?

Ce petit détour à travers le langage ne nous permet-il pas de mieux cerner les mobiles des socialistes? Quant à l'anecdote du Conseil municipal, ne révèle-t-elle pas, comme le dit si joliment Roland Barthes (dans ses Fragments d'un discours amoureux), « toute une scène par le trou de serrure du langage »...

 

 

 

17:13 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Puis-je vous suggérer, Madame, la lecture de "Femme, j'écris ton nom", un ouvrage équilibré écrit en 1996 déjà? http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/994001174/0000.pdf

Même en France, la langue évolue, et rares sont ceux qui aujourd'hui encore s'en tiennent à Madame LE ministre. L'Académie française est une nouvelle fois dépassée par l'usage, en plus des règles grammaticales et du bon sens. En Suisse, en France, au Québec et partout dans la Francophonie.

Au Québec, c'est d'ailleurs l'Office de la langue française qui constitue la référence et fait des recommandations, bien plus écoutées que celles de l'Académie. C'est aux Québécois qu'on doit nombre d'innovations aujourd'hui communément admises partout.

Quant à Genève, elle dispose d'un Règlement relatif à l’usage de la forme féminine des noms de métier, de fonction, de grade ou de titre dans les actes officiels (RFém): http://www.ge.ch/legislation/rsg/f/rsg_b2_05p13.html. Ce règlement prévoit notamment:

Art. 2 Terminologie
1 Le féminin des noms de métier, de fonction, de grade ou de titre est, dans tous les cas où cela est possible, au moins marqué par la présence d'un déterminant féminin.

Monsieur Genecand n'a-t-il pas prêté serment de respecter la législation en vigueur?

Bien à vous,
Cyril Mizrahi

Écrit par : Cyril Mizrahi | 08/11/2010

Très joli texte. Mais apparemment ne ridicule, non seulement ne tue pas, mais ne nuit plus.
N.B. Il m'arrive d'être mal compris. Je précise donc que j'approuve.

Écrit par : Mère-Grand | 08/11/2010

Les commentaires sont fermés.