Code de suivi Google

Air du temps

  • Parité au sein des parlements, à quel prix !

    Imprimer

    Le projet de loi d’un député socialiste neuchâtelois pour imposer une parité parfaite entre hommes et femmes au sein du Grand Conseil a été balayé (en mai 2019) par le parlement neuchâtelois.

    Cette tentative avortée n’a cependant pas découragé des élus genevois d’Ensemble à Gauche (EàG), qui ont déposé, le 27 septembre 2019, devant le Grand Conseil genevois, le même projet de loi (Cf. l’article d’Eric Budry « Tentons la parité durant quinze ans au parlement », in, TdG du 01.10.19).

    Pour obtenir une parité absolue, chaque parti inscrirait ses candidats sur deux listes électorales distinctes, en séparant les hommes des femmes. Deux scrutins séparés seraient ensuite organisés, en même temps, obligeant les électeurs à choisir leurs candidats sur deux listes, pour avoir ainsi 50 hommes et 50 femmes au parlement.

     

    Lire la suite

  • « Genève, zéro pub », encore une initiative toxique de la gauche !

    Imprimer

    Censurer la publicité commerciale dans les rues, la nouvelle velléité de la gauche genevoise ! Et, pour parvenir à ses fins, celle-ci a déposé l’initiative « Genève zéro pub » ! La population devra se prononcer sur cette initiative, puisque l’invalidation partielle de cette dernière par le Conseil d’Etat a été annulée par la justice genevoise.

    Au sujet de cette initiative, il faut savoir que, outre son caractère soviétique, la suppression de la publicité en Ville de Genève aurait des répercussions gravissimes non seulement d’un point de vue économique, mais également d’un point de vue humain et social.

    En effet, rien que pour la commune de Genève, les pertes financières directes seraient de l’ordre de 4,5 millions par an ! Cette évaluation est chiffrée par le conseil administratif de la Ville de Genève (qui s’oppose à cette initiative) à l’aide de divers paramètres : la redevance annuelle versée par l’entreprise qui possède la concession d’affichage (3,4 millions) ; le crédit d’affichage octroyé à la Ville (400'000.-) ; les prestations réalisées gratuitement pour les affiches culturelles, associatives et politiques ainsi que l’entretien des supports d’affichage, assuré par la société publicitaire (environ 700'000.-).

    A noter que - pour le conseiller municipal socialiste, Emmanuel Deonna - 4,5 millions pour Genève, « ce n’est rien » (in Le Courrier du 19.06.2019) si on met en balance « les dégâts sociaux, environnementaux, financiers, sur le paysage » de la pub ! On reste abasourdi par de tels propos même si les socialistes nous ont depuis longtemps habitués à leur vision ubuesque, hors de toute préoccupation économique factuelle ! A dire vrai, la vision de Monsieur Deonna est un peu courte ! Car, à ces 4,5 millions, il faut ajouter les dégâts collatéraux qui auraient, à leur tour, de graves incidences sur l’économie genevoise. Selon une étude du Prof. Giuseppe Pini (Laboratoire de l’Economie Appliquée de l’Université de Genève), l’activité publicitaire génère un chiffre d’affaire direct et indirect de 155 millions pour le seul secteur d’affichage aux collectivités romandes. 

    Par ailleurs, il faut savoir qu’être privé de l’affichage publicitaire, c’est - pour les commerçants, les artisans et les PME - perdre la possibilité de promouvoir leur activité et de cibler une clientèle de proximité ! Ceux qui veulent purifier l’espace public pourront toujours leur suggérer de se rabattre sur d’autres supports publicitaires (les GAFAM[i], les journaux…). Seulement voilà, ces supports sont plus onéreux (frais supplémentaires qui pourraient être reportés sur les consommateurs !) et leurs revenus ne profitent pas à l’économie locale ! Les GAFAM sont créateurs d’emplois et de recettes… en Californie !

    Mais, pourquoi se préoccuper de l’économie genevoise lorsqu’on a, comme la gauche, de si “nobles” ambitions, et qu’on veut, en interdisant la publicité dans l’espace public «privilégier la qualité du paysage urbain ; libérer l’espace public ; supprimer une pollution visuelle et mettre à disposition des habitant-e-s des panneaux vierges destinés à l’expression libre, citoyenne et artistique » (alinéa 4 de l’initiative « Genève, zéro pub ») !

    Pourquoi s’inquiéter des faillites d’entreprises genevoises y compris de sociétés d’affichage (si cette initiative devait passer), qui entraîneront des pertes d’emplois, des diminutions de rentrées fiscales, des délocalisations d’entreprises et, au final, une fragilisation de l’économie genevoise ?

    Enfin, avec l’interdiction de la publicité sur l’espace public, les milieux culturels et sportifs pourraient trembler, car ils subiraient une diminution drastique de subventions privées ! En effet, comme les acteurs commerciaux, qui soutiennent financièrement les milieux artistiques et sportifs, ne seraient plus autorisés à apparaître sur l’affichage de ces événements, l’initiative « Genève Zéro pub » mettrait en péril la pérennité du sponsoring, source vitale pourtant pour la culture et le sport !

    Ironiquement ou paradoxalement, ceux-là mêmes qui conspuent la consommation, dont la publicité serait l’ignoble agent qui stimule nos désirs de (sur)consommation, défendent les mêmes valeurs d’immédiateté et de liberté sur lesquelles “surfe” la publicité qui sait que la meilleure manière de rendre captif un consommateur, c’est de lui faire croire qu’il est libre !

    Assurément, les adeptes de « Genève Zéro Pub », sont non seulement indifférents envers des professionnels qui ont appris un métier lié à la publicité (graphiste, publiciste, rédacteur artistique et de création, imprimeur, agent de communication, colleur d’affiche…), mais encore les accusent de produire « une pollution visuelle ». Un traitement d’autant plus inique que la population, invitée à s’exprimer sur les panneaux vierges, n’est, elle, nullement accusée de polluer l’espace public ! Au contraire, cette expression, qui répondrait «  à un besoin d’expression citoyenne et artistique, stimulant des interactions sociales spontanées et contribuant au renforcement de la cohésion sociale », est encensée pour son action libératrice de l’espace public !!!

    Oser prétendre que les publicistes polluent l’espace public est une insulte qui montre que cette gauche insouciante, gâtée et enfermée dans ses convictions idéologiques, n’a que mépris pour les travailleurs qu’elle a depuis longtemps cessé de défendre.

    On comprend que Boris Calame, graphiste, ancien député Vert, ait dû avaler ses crayons d’indignation avec cette initiative (pourtant lancée par son bord politique), et qu’il a déposé un recours envers cette initiative qui bafoue « la liberté économique de promouvoir ses services et ses produits locaux notamment [et qui] sous couvert de s’attaquer aux grandes multinationales, désavantagera les petits commerçants » (in TdG du 25.06.19).

    Si cette initiative passait, nul doute que « ces panneaux vierges destinés à l’expression libre, citoyenne et artistique » seront rapidement couverts de graffitis immondes, de slogans injurieux, orduriers et sexistes… Divers groupes s’affronteront pour s’approprier ces espaces d’expression. Les militants du mouvement LGBTQR+ les couvriront de “clitos”, les antifascistes y apposeront leurs slogans et caricatures, les antispécistes, à l’aide d’images chocs et glauques, voudront nous faire vomir la viande… Faudra-t-il alors, en cas de heurts de groupes rivaux, placer ces lieux d’affichage sauvage sous le contrôle de la police ?

    Néanmoins, quoi qu’il arrive, il sera interdit de parler de pollution visuelle de l’espace public, puisque ce sera de l’expression citoyenne spontanée !

    Décidément, cette initiative malsaine est à mettre à la poubelle ! D’ailleurs, Communication suisse n’a pas manqué de signaler les effets néfastes de cette initiative.

    On peut aussi craindre, si « Genève, zéro pub » est acceptée, que la gauche genevoise, toujours en quête de subventions nouvelles, dépose une résolution pour demander au conseil administratif de la Ville de Genève, une ligne budgétaire supplémentaire afin d’offrir aux plus démunis une allocation artistique sous forme d’une “mallette” contenant des crayons, des pinceaux, des tubes de peinture et des tabliers… pour que « l’expression libre, citoyenne et artistique » (mais, à la charge des contribuables !) puisse être à la portée de « toutes et tous » comme disent les camarades de l’Alternative !

     

    [i] GAFAM est l’acronyme des géants du WEB – Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft – qui sont les cinq grandes firmes américaines qui dominent le marché du numérique. Très influentes sur l’Internet américain et européen, ces multinationales sont l’objet de critiques ou de poursuites sur le plan fiscal, sur des abus de position dominante et sur le non-respect de la vie privée des internautes. Elles ont les moyens d’échapper quasiment totalement à l’impôt sur les bénéfices…

  • Première pierre d’un tombeau !

    Imprimer

    Après les commémorations du débarquement allié du 6 juin 1944 en Normandie où Donald Trump et Emmanuel Macron se sont rencontrés et où le président français a rappelé que « nous ne devons jamais cessé de faire vivre l’alliance des peuples libres » (cité in, Le Monde du 6 juin 2019), nous apprenions, avant-hier (le 12 juin 2019), une nouvelle effarante, qui révèle que la liberté, le courage et les peuples libres ne seront bientôt plus que des vieilles ritournelles dans nos pays où la démocratie ne sera qu’un vague souvenir (pour autant que la mémoire perdure…). Tout régime, empire, système politique a un cycle de vie plus ou moins long. Certains ont été balayés par à une catastrophe naturelle, comme la disparition de la culture minoenne qu’on impute à l’éruption du volcan de Santorin, d’autres par des guerres et des tragédies historiques liées parfois à de mauvais choix politiques.

    Or, à force de moralisation de la société, renoncer à défendre le socle de nos libertés et censurer l’humour, les dessins de presse et les caricatures, c’est creuser la tombe des démocraties.

    En effet, n’apprend-on pas avec stupéfaction que le New York Times, dès juillet, censurera toutes les caricatures à caractère politique, première étape de l’interdiction de toute caricature, vu que ce qui est social relève du politique !

    Or, pour lutter contre toutes les tyrannies et la barbarie, la meilleure arme restera toujours l’humour. Ceci, je l’avais déjà écrit dans un billet en 2015 suite à l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo ! Tous les régimes totalitaires qu’ils soient militaires ou théocratiques ont systématiquement persécuté les intellectuels, les artistes et les humoristes. Et, ce n’est pas un hasard ! L’humour est la meilleure arme contre la tyrannie. On se souvient de la censure derrière le Rideau de Fer qui exacerbait les blagues qui circulaient sous le manteau. Aucun écrivain n’a peut-être aussi bien décrit cette persécution des humoristes dans le bloc des pays de l’Est que Kundera dans « Risibles amours » où une blague de potache va conduire un étudiant amoureux au goulag.

    C’est dire que le pire ennemi n’est pas toujours l’autre, puisqu’il peut se nicher en nous-mêmes. En effet, lorsque l’on renonce à penser par paresse intellectuelle, par peur de déplaire, par confort émotionnel et soumission à l’air du temps, et que l’on n’ose ni pratiquer l’humour, aussi irrévérencieux soit-il, ni pratiquer l’art du pamphlet avec ses excès et ses violences, on renonce à vivre et l’on entre dans une servitude volontaire !

    Le plus grand danger pour nos démocraties est bien cette société de contrôle que nous construisons nous-mêmes avec un maillage toujours plus serré ! Et, c’est un ennemi insidieux, car on ne le voit pas venir puisqu’il s’abrite en nous. Cette société de contrôle, d’interdictions incessantes que nous dressons nous-mêmes, ronge nos démocraties.

    Et, Chappatte a raison de s’inquiéter et de rappeler qu’ « il ne s’agit pas seulement de dessin, mais bien de journalisme et d’opinion en général et, à travers eux, de liberté d’expression » (in TdG du 12 juin) et de tancer « les foules moralistes (qui) se rassemblent sur les réseaux sociaux ».

    Je m’arrête là dans mon billet, bien qu’il y aurait encore beaucoup à dire sur la répression de nos sociétés actuelles, car je vais aller défiler pour l’égalité de salaire entre les hommes et les femmes. Je participerai à cette manifestation dans un esprit mitigé, tant cette grève a été instrumentalisée par une gauche qui mélange inégalité salariale et capitalisme avec un discours d’une virulence insoutenable contre les hommes en général. Non, les femmes ne sont pas si vulnérables et pas toutes des victimes. Mais, il est bon de rappeler que l’égalité des sexes, inscrite dans la loi depuis 1981, n’est toujours pas appliquée. Et, même si selon un proverbe persan, « la patience est un arbre dont la racine est amère, et dont les fruits sont très doux », il est juste d’être parfois impatient !

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite

  • Sandrine Salerno : militante et magistrate !

    Imprimer

    Grève du 14 juin 2019 : la Ville de Genève donne congé exclusivement aux femmes et aux transgenres, mais pas aux hommes !

    Cette décision, prise par Mme Salerno, est pour le moins ahurissante ! En effet, ne donne-t-elle pas comme message implicite que le personnel masculin de la Ville de Genève n’a pas à s’impliquer dans des actions politiques et encore moins à participer à cette grève pour manifester qu’il soutient l’égalité des salaires entre les hommes et les femmes ?

    En traitant différemment les employés, hommes, de la Ville, la magistrate met à mal la cause qu’elle prétend soutenir ! Assurément, la Ville adopte une attitude sexiste (“pour le bien des femmes”, dira-t-elle, évidemment !) totalement en contradiction avec la finalité de la grève du 14 juin.

    Plus grave encore, est-il admissible que la magistrate, en charge des finances à la Ville de Genève, finance une action militante avec l’argent du contribuable ?

    L’attitude partisane et militante de la magistrate a d’ailleurs été dénoncée à moult reprises par de nombreux citoyens. Pourtant, Mme Salerno ne voit pas où est le problème lorsque, avec l’argent public, elle paie des formations pour imposer un style épicène dans l’administration ou encore “offre” un repas au restaurant aux conseillers municipaux socialistes. Prise la main dans la poche publique pour financer ses largesses envers son groupe socialiste, la conseillère administrative s’est justifiée en expliquant que cela entrait bien dans des dépenses professionnelles, puisqu’il s’agissait, lors de ce repas, de travailler avec son groupe, en vue de l’adoption du budget !

    A cet égard, il faut entendre l’Edito politique d’Olivier Francey du 26 novembre 2018 et « L’ahurissante explication de Sandrine Salerno ». C’est un véritable morceau d’anthologie d’une certaine politique genevoise !

    La dernière lubie de Mme Salerno, qui devrait être maire de Genève en juin 2019, questionne une fois de plus l’attitude du conseil administratif.

    Est-il acceptable que l’exécutif autorise la Ville à traiter inégalement ses employés et ses employées ? Cette décision est-elle d’ailleurs conforme à la norme constitutionnelle fédérale en matière d’égalité entre femmes et hommes ?

    Par ailleurs, l’exécutif de la Ville est-il habilité à prendre une telle décision sans passer par l’approbation du parlement municipal ? A mon interrogation en séance plénière du Municipal de hier au sujet de cette grève où un congé est accordé uniquement aux femmes et transgenres, Mme Salerno a non seulement revendiqué cette action militante, mais plus encore, annoncé que la Ville n’assurera aucun service minimum le 14 juin 2019. Cela signifie que de nombreuses femmes, travaillant dans le secteur privé, et qui ne pourront pas mettre leurs enfants en crèche ce jour-là, seront sanctionnées par la décision de Mme Salerno.

    Là aussi, se pose la question de la légitimité de telle décision de la part de notre conseillère administrative. La Ville, n’est-elle pas obligée d’assurer un service minimum en toute circonstance et en particulier lors d’une grève ?

    Inutile de dire que ces interrogations n’ébranlent pas Sandrine Salerno, arcboutée dans ses certitudes militantes, et qui, en femme politique d’expérience, sait que la pire des choses pour un homme politique est que l’on ne parle pas de lui (idem pour une femme politique !).

     

     

  • Une haine odieuse déversée sur Alain Finkielkraut

    Imprimer

    Pour ceux qui n’auraient pas vu, sur des sites sociaux, l’agression dont a été victime Alain Finkielkraut qui se trouvait par hasard dans le XIVe à Paris à l’endroit où défilaient les gilets jaunes, je mets en lien le billet de Jean-Noël Cuénod.

    Les injures antisémites, dont l’écrivain, philosophe et académicien a été victime, sont d’une violence tellement haineuse, tellement absolue et insoutenable qu’on peut penser que, sans l’intervention des forces de l’ordre, qui ont pu s’interposer entre ces manifestants enragés et Finkielkraut, ces sauvageons, qui semblent n’avoir pour tout langage que des cris haineux, seraient passés à une agression physique dont l’issue aurait pu être fatale pour l’écrivain.

    Si de nombreuses personnalités politiques, y compris le président de la République française, ont condamné ces insultes, on peut tout de même se demander comment aujourd’hui, en France, le pays des Droits de l’Homme, de tels déferlements de haine et d’antisémitisme peuvent s’exprimer dans l’espace public. Que la France se montre d’une sévérité exemplaire envers ces agresseurs qui ont montré toute la dangerosité qu’ils représentent à pouvoir vaquer librement.

    Certes, ce n’est pas la première fois que l’illustre philosophe est victime d’insultes.

    Il est vrai que la gauche et l’extrême gauche vomissent Alain Finkielkraut, car cet intellectuel a l’outrecuidance de provoquer la pensée, de n’être jamais dans la bien-pensance gauchiste. Pour oser se montrer critique, pour se permettre de démonter les lieux communs et stéréotypes de notre époque, Finkielkraut, le philosophe est taxé de raciste et de réactionnaire. Et, comme le philosophe, inlassablement, questionne, dénonce, démonte et ne flatte jamais ses contemporains, il dérange.

    Le nouveau désordre amoureux.jpegEn 1977, quelques années après Woodstock où la culture hippie s’exprimait encore, Alain Finkielkraut avec Pascal Bruckner remettait en question le mythe d’une révolution sexuelle dans « Le nouveau désordre amoureux ». Cet essai drôle et savoureux était (et doit toujours l’être) décapant. Sur la première de couverture, une illustration qui montre d’emblée que les auteurs n’étaient ni du côté des puritains ni du côté des gourous barbus qui prônaient une libération des mœurs (parfois pour soumettre tous les membres d’une communauté y compris les enfants à leur plaisir !).

    Les années passent, mais “l’impertinence” de Finkielkraut ne fléchit pas. Sa passion pour le débat non plus ! Le philosophe continue d’interroger notre monde, d’amener son regard acéré sur les clichés de notre société, comme celui « du vivre ensemble », qui favorise un communautarisme qui met en péril nos démocraties.

    Depuis quelques années, nous assistons à une instrumentalisation des identités inquiétante, qui génère de la haine. Et, une haine d’autant plus insidieuse qu’elle est parée de bienveillance, d’égalitarisme, de politiquement correct. Mais, en censurant tout débat, cette dictature de la bienveillance fait des ravages. Or, lorsque les barrages cèdent, ce sont des déferlantes de colère, de haine et d’éructations qui se déversent.

    En opposition avec notre époque de plus en plus schizophrénique, où chacun, rivé sur son écran de portable, n’échange plus avec personne ni même avec soi-même, Finkielkraut dérange. Mais, qu’il continue à nous déranger ! C'est le rôle du philosophe.

    Son émission radiophonique du samedi « Répliques », qui est un dialogue d’intelligences toujours renouvelé, est un antidote à cette haine qui commence par des insultes pour finir par des tueries comme les actes terroristes qu’a connus Paris au Bataclan et dans ses rues.

    Refuser toute forme d’hostilité, qui se manifeste et menace la présence de populations qui ne se sentent plus protégés par leurs Etats qui tolèrent l’intolérable, devient une urgence !

     

     

  • Retour des « Promotions » en Ville de Genève  

    Imprimer

    Depuis vingt ans, suite à la lubie d’un magistrat socialiste, le terme « Promotions » a été remplacé, en Ville de Genève, par celui de « Fête des écoles ». Hier, le conseil municipal genevois a voté le retour du mot « Promotions ».

    Créé sous Calvin, le terme de « Promotions » fait partie de notre patrimoine culturel immatériel depuis donc le XVIe siècle. A cet égard, la Ville de Genève était l’une des rares communes du canton à avoir modifié cette terminologie historique et savoureuse pour la remplacer par l’expression, plutôt niaise, de « Fête des écoles ».

    Bon, à Genève, c’est vrai, il y a une gauche qui ambitionne de révolutionner notre société, et qui, pour arriver à ses fins, s’en prend au langage qu’elle veut corseter. A cet égard, rappelons que les employés de la Ville de Genève doivent user d’un langage épicène ainsi que de l’écriture inclusive. Et, pour ne rien laisser au hasard, des cours de formation sont donnés au personnel de la Ville !

    Pour revenir aux « Promotions », c’est en 1999 que M. Tornare, magistrat socialiste et maire de Genève, trouvant que l’appellation « Promotions » est discriminatoire, et qu’elle pourrait traumatiser les élèves qui ne passaient pas leur année, décide de censurer cette expression. Pourtant, avouons que cette inquiétude de perturber des écoliers ne devait se loger que dans la tête du magistrat et de ses acolytes.

    Faites l’expérience et demandez à un écolier s’il est promu cette année ? « Pro quoi… » risque bien de répondre l’enfant qui ne doit guère connaître ce mot et encore moins, par conséquent, établir une relation entre le terme « les Promotions » et le fait de passer son année scolaire (dont l’école genevoise a, par ailleurs, presque supprimé les doublements).

    Bref, il y a vingt ans, M. Tornare censure donc ce terme qui ne lui plaisait pas pour le remplacer par celui de « Fête des écoles » qui n’a jamais circulé, il faut l’avouer, qu’autour des Bastions et dans certaines bouches de la gauche.

    En effet, la population genevoise continue largement d’utiliser le terme « Promotions ». Quant aux enfants, ils parlent le plus souvent des « Promos » !

    A cet égard, il est sans doute juste de penser que cette résistance de la langue est réconfortante. Elle montre que les mots ne sont pas de petits soldats à mettre au garde à vous de nos idéologies !

    Jusqu’où d’ailleurs peut aller se nicher la tyrannie de ceux qui défendent une idéologie ? Il paraît que certains Vegans veulent maintenant purifier la langue et expurger toutes les expressions où les noms d’animaux sont employés comme dans : « donner sa langue au chat », « prendre la taureau par les cornes », « être myope comme une taupe », etc. sous prétexte de nous forcer à respecter les animaux et de ne pas abuser d’eux !

    Heureusement, si la langue évolue, elle a, en revanche, une vie propre à laquelle on ne peut rien. Assurément, lorsqu’on veut manipuler les mots et les tordre à nos convenances, ces derniers résistent, se rebiffent et ne se laissent pas instrumentaliser, car la langue, n’appartenant à personne, nous échappe inexorablement ! Et, c’est tant mieux !

    Le retour du terme « Promotions » montre combien il est difficile de plier la langue, de la forcer, de la mettre sous tutelle, de la violer pour servir une cause idéologique.

    Toutes les tyrannies commencent par un redressement du langage. On persécute les mots avant d’exécuter les insoumis, les dissidents, les poètes et les “anormaux” ! Mais, c’est aussi par le langage, où se niche l’humour (pensons aux blagues qui circulaient sous cape derrière le Rideau de Fer), que l’on crée un antidote contre la tyrannie.

    Le retour des « Promotions » en Ville de Genève, c’est le retour du refoulé  et une joie pour beaucoup de Genevois attachés à leur patrimoine, et qui se réjouissent que les mots puissent se jouer de nous et de nos illusions réformatrices…

     

     

  • Un ex député socialiste veut lancer deux initiatives pour destituer Pierre Maudet

    Imprimer

    Dans la Tribune de Genève du mardi 8 janvier, on peut lire que Roger Deneys, ex député socialiste, « choqué par l’obstination de Pierre Maudet à s’accrocher au pouvoir […] veut lancer deux initiatives populaires pour changer les règles du jeu et fournir au Canton les outils pour se débarrasser d’un élu indésirable ».

    Dans le monde politique, il faut toujours traquer les calculs. Or, nul doute qu’en voulant bouter Pierre Maudet hors du Conseil d’Etat, Roger Deneys rêve que les Socialistes puissent ravir le siège qui serait libéré.

    Parallèlement, on peut aussi penser que cet ex député, candidat malheureux au Conseil d’Etat aux élections de 2013, est en mal de reconnaissance et cherche à être sous les feux de la rampe. C’est humain !

    Mais, que demandent ces initiatives ?

    - La première inscrira, dans la Constitution genevoise, le principe général de la destitution d’un conseiller d’Etat ;

    - La deuxième réclamera « la destitution immédiate de Pierre Maudet “en raison des graves atteintes qu’il a portées à la dignité de son mandat” ».

    Avant d’ausculter les tenants et aboutissants de ces projets, on peut s’étonner que Roger Deneys, avec son expérience politique, mise sur une “destitution immédiate” de Pierre Maudet. Les procédures des initiatives populaires (récolte des signatures, validation, éventuel contre projet, vote populaire, concrétisation) sont longues. Aussi, n’est-il pas exagéré de supputer qu’il faille trois à quatre ans, voire plus pour qu’une initiative entre en vigueur. Il en a fallu cinq pour que Neuchâtel change sa Constitution ! Et, il y a fort à parier que cette initiative ne sera pas validée par le Conseil d’Etat.

    En effet, sous quelle légitimité, le Grand Conseil pourrait-il exiger la démission d’un conseiller d’Etat, élu par la population ? Le pouvoir législatif n’a pas de telles prérogatives sur le pouvoir exécutif. Et, c’est tant mieux ! Cela maintient la séparation des pouvoirs, véritable pilier de notre démocratie.

    Quant au Conseil d’Etat, il serait tout aussi inquiétant de l’autoriser à destituer un de ses membres. Ce serait la fin de toute collégialité, le déni de la volonté populaire et le glissement progressif vers la dictature.

    C’est pourquoi, à Genève, personne ne peut exiger la démission d’un élu, que ce dernier soit conseiller municipal, député, conseiller administratif ou conseiller d’Etat.

    Et, cette règle est sage ! En effet, contraindre un élu à démissionner en arguant de la moralité, de la dignité ou de procédures pénales en cours ouvre la porte à tous les abus avec le risque :

    - d’amplifier les dérives émotionnelles ;
    - de favoriser une politique du spectacle où plus un parti (majoritaire) gueulerait, plus il parviendrait à se débarrasser d’un politicien gênant ;
    - d’exacerber les rumeurs, diffamations et mensonges pour abattre un adversaire politique ;
    - de faire le lit du totalitarisme dont les deux ressorts les plus profonds sont la sacralisation de la cause et la bonne conscience (in Ingrid Riocreux, « Les Marchands de Nouvelles »).

    Ce glissement vers l’émotionnel, où toute conduite sera jugée à l’aune de la morale ou de la dignité, est la plus grande menace pour notre démocratie.

    En effet, dans le projet de Deneys, les motifs de destitution ne se limiteraient pas aux seules infractions pénales, puisque « celui qui aurait enfreint gravement les devoirs de son mandat ou porté gravement atteinte à la dignité de son mandat, intentionnellement ou par négligence », pourrait être destitué.

    Mais enfin, qui est ce Roger Deneys pour s’autoriser à juger ce qui est digne et ce qui ne l’est pas ! Ce donneur de leçons, ignore-t-il qu’une loi doit reposer sur une forme de sécurité du droit, qu’elle doit être gouvernée par un principe juridique.

    En arrivera-t-on à créer une procédure d’ « impeachment » pour un élu qui aurait une affaire extraconjugale, qui serait addict à la cigarette, qui mangerait trop de viande ou n’utiliserait pas le langage épicène…

    Pourquoi Roger Deneys s’acharne-t-il sur Pierre Maudet, alors qu’il se garde bien de dénoncer les fautes graves commises par des élus socialistes ou de gauche, en matière d’abus de pouvoir et d’utilisation des deniers publics ?

    Le choix sélectif des indignations de Roger Deneys en dit long sur ce politicien gonflé d’autosatisfaction et de bonne conscience, et qui n’hésite pas à vouloir purger la société des “mauvais” éléments. A cet égard, le Grand Conseil se souvient encore de l’Interpellation urgente, déposée par ce garde-chiourme de la pensée, qui voulait sanctionner un professeur de l’Université de Genève, qui avait rédigé un texte qui n’entrait pas dans l’orthodoxie intellectuelle du député d’alors. Oui, rien que cela ! Roger Deneys voulait que le pouvoir législatif exerce un contrôle et une censure sur le monde académique !

    En tout cas, en matière de dignité, Roger Deneys est sûr d’être expert ! Pourtant ce parangon de vertu, n’a-t-il pas été épinglé pour avoir posté sur des réseaux sociaux des propos discriminatoires envers une communauté ? Embarrassé, il avait alors admis avoir agi par négligence ! Cette étourderie a-t-elle porté atteinte à son honneur ?

    Difficile de répondre à cette question tant Roger Deneys aime se draper dans sa vertu et sa dignité.

    A moins qu’il ne se prenne pour César !

    Roger Deneys se drape dans sa dignité.jpg

     

                                       

     

  • Enfin de la dignité en politique !

    Imprimer

    La semaine passée, j’ai suivi l’élection de nos deux nouvelles conseillères fédérales : Viola Amherd et Karin Keller-Sutter. Les hommages aux conseillers fédéraux sortant et les discours prononcés avec un savant dosage d’italien, d’allemand et de français ont été poignants. Enfin, Johann Schneider-Ammann, qui avait rappelé au monde entier que « rire est bon pour la santé », a apporté une touche d’autodérision bienvenue durant cette journée qui marquera l’histoire de la Suisse. Que notre pays est béni avec son système politique qui permet de trouver un équilibre entre les partis et les régions, en pratiquant l’art du consensus. Pour le PLR, qui n’avait jamais eu de femme au gouvernement depuis Elisabeth Kopp, soit depuis trente ans, l’élection de Karin Keller-Sutter, politicienne brillante et influente, est un triomphe qui met un peu de baume au cœur. Quel contraste avec la gestion calamiteuse de « l’affaire Maudet », véritable danse de Saint Guy avec pirouettes et grands écarts, qui a ridiculisé le parti ! En effet, la présidence du PLR genevois annonçait, un jour, en raison de la présomption d’innocence, qu’aucune démarche ne serait prise envers Pierre Maudet. Le lendemain, sans élément nouveau, elle agitait l’éventuelle demande de démission de Pierre Maudet. Affirmation démentie aussitôt auprès des journalistes qui se bousculaient au portillon du PLR !

    Personne ne conteste que Pierre Maudet ait commis une erreur en acceptant une invitation à Abu Dhabi et en donnant des explications maladroites. En revanche, les attaques disproportionnées, incessantes, ainsi que les coups bas, portés même par certains de sa famille politique, sont honteux. Ne parlons pas des adversaires politiques, Batou et Vanek en tête, dont on ne saurait attendre autre chose ! Dans cette curée, où les plus implacables envers Pierre Maudet sont parfois de jeunes PLR, qui lui doivent leur carrière, pas de petits coups ! Est-ce un nouveau complexe d’ Œdipe où se joue la mort du père pour lui ravir sa place…

    Comment expliquer autrement les fuites dans la presse d’informations confidentielles : contenu des séances du comité directeur PLR, voire contre-vérités, jetées en pâture à des journalistes ravis d’alimenter les dérives émotionnelles de notre époque, comme la prétendue découverte d’une association “secrète” où de l’argent aurait été versé. Cette décision de transfert du solde (après la part versée à la nouvelle entité PLR Ville de Genève) a été prise à l’unanimité des membres présents lors de la dernière assemblée générale des Radicaux Ville de Genève en 2011 et notifiée dans son procès-verbal. Faut-il préciser qu’à cette assemblée générale, participaient quelques délateurs zélés, qui, aujourd’hui, veulent la tête de Maudet, et que cette association était un secret de polichinelle au sein du PLR !

    Que d’accusations envers Pierre Maudet ! A suivre le feuilleton journalistique, Pierre Maudet aurait même opéré à la place du professeur Philippe Morel ! Heureusement l’opération s’est bien déroulée, sinon PM (Pierre ou Philippe, à vous de choisir, les deux étant des têtes qui dépassent et sur lesquelles, certains s’acharnent) aurait été poursuivi pour homicide involontaire…

    Bref, cet acharnement médiatique aura fini par énerver les Genevois ! Et, ce n’est pas l’intervention de la présidente du PLR Suisse, Petra Gössi, réclamant, au TJ de la RTS, la démission de Pierre Maudet, qui aura calmé le jeu ! Si cette intervention a donné une visibilité à Petra Gössi, jusque là inconnue des Romands, le PLR n’en sort pas grandi. Notre fédéralisme n’est-il plus une valeur du PLR ? Par ailleurs, de nombreux Genevois (et des Romands !), y compris des PLR, n’apprécient guère de recevoir des leçons de Berne. En revanche, si la présidente nationale du PLR veut s’occuper de Genève, qu’elle plaide à Berne pour que Genève cesse d’être bientôt le seul canton contributeur d’une péréquation financière fédérale, nommée abusivement : « péréquation équitable et solidaire » ! Là, elle gagnerait quelque sympathie…

    Pour revenir à notre affaire, j’avoue que, si j’ai toujours reconnu à Pierre Maudet une énergie phénoménale, un courage et un engagement absolu pour la République, servi par un talent d’orateur hors du commun, je n’étais pas une inconditionnelle de ce politicien. Pour l’ancienne libérale que j’étais, Pierre Maudet m’apparaissait parfois trop sûr de lui, trop directif. Certes, son assurance était, en quelque sorte, le défaut de ses qualités.

    C’est pourquoi, je ne dirais pas que Pierre Maudet garde toute mon estime, mais plutôt qu’il a, suite à sa mise à mort programmée et au jeu de massacre subi, gagné mon estime ! De même que la solidité d’un marin se révèle dans la tempête, de même la qualité d’un homme se manifeste dans l’adversité et les épreuves. Et là, il faut reconnaître que ce brillant conseiller d’Etat se conduit, dans cette tourmente, d’une façon digne et admirable. Ne s’est-il pas exprimé, à la dernière assemblée des délégués du PLR, avec une clarté et un esprit de concision exceptionnel sur la nouvelle loi pour la laïcité, qui montre combien Pierre Maudet reste fidèle à la République. Son discours a déclenché les applaudissements nourris de toute l’assemblée.

    Tant que le Ministère public n’aura pas rendu les résultats de son enquête, Pierre Maudet aura mon soutien. Fidèle aux valeurs libérales humanistes, qui m’ont fait entrer en politique, j’exècre notre époque qui a substitué au slogan des années 68 « il est interdit d’interdire » celui de « il est interdit de faillir ». D’ailleurs, si on exigeait la démission de tous les politiciens qui ont commis des erreurs (dont certaines graves, Cf. mon précédent billet sur le sujet), les parlements deviendraient déserts.

    Déplorable temps qui favorise les persécutions et les condamnations avant tout jugement ! Qui, au nom de la transparence, permet de détruire quelqu’un ! À cet égard, je suis effarée de voir que partout s’insinue une suspicion omniprésente dans les moindres pans de vie avec invectives et surenchères de dénonciations (souvent anonymes), favorisées par les réseaux sociaux. Et la presse, souvent complaisante, s’y vautre !

    En tout cas, pour moi, celui qui perd son humanité n’a rien à faire en politique…

  • La voix d’Antoine Sfeir s’est éteinte

    Imprimer

    Début octobre, trois voix superbes nous ont quittés :

    - Celle de Charles Aznavour dont le monde entier a rendu l’hommage mérité à cet auteur-compositeur-interprète qui a enchanté des générations qui continueront à fredonner « La Bohème », « Emmenez-moi »…

    - Celle de Montserrat Caballé, « la dernière diva du bel canto », « La Superba ». Mais, là aussi, heureusement, il nous sera toujours possible d’entendre sa puissance vocale et les nuances de ses interprétations dans les enregistrements https://www.youtube.com/watch?v=P9LOqOvcJBU de cette sublime soprano.

    - Enfin, celle d’Antoine Sfeir. Les médias français n’ont pas manqué de rendre hommage à ce journaliste, politologue (franco-libanais), grand connaisseur du Moyen-Orient et du monde arabo-musulman. En revanche, la Presse en Suisse, semble avoir été plutôt silencieuse sur la disparition de cet intellectuel qui avait, il est vrai, davantage de résonnance en France.

    Néanmoins, nul doute qu’Antoine Sfeir était une grande voix, un passeur unique entre l’Orient et l’Occident. Or, avec le conflit endémique au Moyen-Orient, qui entraîne des massacres de populations et menace de s’étendre toujours plus, la sagesse d’Antoine Sfeir nous manque déjà.

    Antoine Sfeir.jpegAuteur d’une vingtaine d’ouvrages, Antoine Sfeir était une voix particulière (au sens propre et figuré). Sa légère paralysie d’une lèvre (liée à une poliomyélite dans l’enfance) lui donnait une légère grimace (qu’il qualifiait de « sourire sarcastique ») et un ton inimitable. Ce qui caractérise cet homme fut son combat infatigable pour transmettre la connaissance de l’Autre. Car, pour lui, respecter l’Autre ou les Autres, implique qu’il faut les reconnaître. Or, comment pouvons-nous prétendre reconnaître les Autres si nous ne les connaissons même pas ? C’est animé par cette exigence qu’il deviendra chroniqueur, écrivain, journaliste (fondateur et directeur de la revue « Les Cahiers de l’Orient »), président du « Centre d’étude et de réflexions sur le Proche-Orient », conférencier, consultant de radios et journaux français et enseignant des relations internationales, sans manquer d’aller dans les banlieues françaises rencontrer les jeunes pour leur transmettre son amour de la connaissance. Car, assurément, pour cet homme, pétri de culture, le meilleur antidote à tout fanatisme, c’est la connaissance, le savoir, la curiosité et l’étude…

    L’enlèvement de ce politologue, en pleine guerre au Liban par des milices palestiniennes où il fut torturé, l’amènera à quitter son pays pour se réfugier à Paris.

    On comprend mieux combien cet homme érudit et exigent ne pouvait tolérer la complaisance et la supercherie. A cet égard, il faut se rappeler qu’il fut l’un des premiers à dénoncer l’imposture de Tariq Ramadan qu’il qualifia, en 2001, de « fondamentaliste charmeur, spécialiste du double langage ». Evidemment, le petit-fils du fondateur des Frères musulmans, qui aimait, ne l’oublions pas, se présenter comme un « savant de l’islam », déposera une plainte en diffamation contre Antoine Sfeir. Mais, après un long procès (M. Ramadan fit appel du premier jugement), la Cour d’appel de Lyon relaxa Antoine Sfeir de toute accusation.

    Antoine Sfeir ne relâcha jamais sa vigilance contre les dérives sectaires et fanatiques. Dans l’extrait mis en ligne, on l’entend, à la Mission parlementaire française, s’exprimer sur le “voile intégral” en 2009. Un morceau d’anthologie ! A écouter absolument sur: https://www.youtube.com/watch?v=lcr9WGBrOyg

    Pour (re)entendre Antoine Sfeir, ardent défenseur de l’histoire, de la littérature, de la liberté et des droits de l’Homme, reprenons sa conférence : « Cet orient si compliqué, comment le comprendre ? » (Liège, 2016) https://www.youtube.com/watch?v=GGllG-CvMlo et rappelons-nous que…

    Si l’homme nous a quittés, sa voix perdure…

    Lien permanent Catégories : Actualités, Air du temps, politique 20 commentaires
  • Thévoz : pseudo courage et leçons de fausse morale face à Pierre Maudet

    Imprimer

    Il faut lire le dernier billet de Thévoz « Un peu de courage Monsieur Maudet » pour découvrir toute la perfidie et l’hypocrisie de politiciens qui se pourlèchent des déboires de M. Maudet.

    Premier mensonge de M. Thévoz : oser se qualifier de « citoyen lambda », alors qu’il est une pièce d’artillerie lourde (même trop lourde !) des socialistes : conseiller municipal socialiste en Ville de Genève pendant 7 ans, député depuis 2018, co-président de la section du parti socialiste de la Ville de Genève, membre du comité directeur du parti socialiste genevois, animateur et rédacteur du journal du parti socialiste Ville de Genève, le « Causes Communes » et membre d’une multitude d’associations qu’il serait fastidieux de lister ici. Personne n’est dupe, ni au parti socialiste ni dans les autres rangs politiques, que cet homme se rêve conseiller administratif, conseiller d’Etat voire conseiller national. Il faut donc juger les propos injurieux de Monsieur Thévoz à l’aune de son ambition démesurée.

    « Je ne suis pas un vautour, je ne crie pas avec les hyènes » ose-t-il écrire ! Pourtant, à chaque ligne de son brûlot, se lisent le dédain et le fiel de ce militant socialiste, qui jure qu’il n’a rien personnellement contre le conseiller d’Etat Maudet, car « Votre peau n’intéresse pas les Genevois.es. Nous souhaitons simplement que l’Etat fonctionne d’une manière adéquate et transparente […] laissez la collectivité tranquille […] Personne apparemment ne peut vous obliger à changer pour devenir un homme nouveau ».

    Il est intéressant de relever que Monsieur Thévoz fait preuve de beaucoup de courage en cherchant à cautionner son propos par l’utilisation du pronom “nous“ pour se réfugier derrière une collectivité anonyme : « Nous souhaitons simplement… ». Il est tout aussi instructif de voir que ce donneur de leçons plaide pour « un homme nouveau ».  Oui, c’est hallucinant ! On aurait pu penser que cette rhétorique stalinienne de l’ « homme nouveau » était dépassée ! Mais, apparemment, M. Thévoz, épris de marxisme, nage toujours dans cette idéologie communiste, qui a fait des millions de victimes… Pas étonnant qu’il se présente en libérateur et appelle M. Maudet à démissionner pour, lui dit-il, «  mettre vos forces et votre énergie à assurer et organiser votre défense face aux lourdes accusations pénales qui pèsent à votre encontre » !

    Deuxième, troisième, quatrième… mensonge de M. Thévoz : prétendre que M. Maudet entretient un climat impropre à la bonne gestion du canton est une diffamation ! Ce qui entretient un climat impropre à la démocratie, ce sont des gens comme M. Thévoz, ces donneurs de leçons qui ne cessent d’attiser la haine avec leur vision d’un monde binaire, où ils se placent inexorablement du côté des bons et des justiciers calfeutrés dans leurs certitudes. Ces coups de butoirs contre notre démocratie viennent de la violence de critiques disproportionnées et de l’acharnement médiatique de certains journalistes qui veulent « combiner la chasse à la bête blessée et la chasse au lectorat » (in, M. J.-S. Eggly). Pari toutefois risqué ! En effet, les genevois en ont assez de ces vautours et de ces hyènes et nombre de lecteurs, écœurés, résilient leur abonnement. D’ailleurs, jusqu’où ira cet esprit de suspicion et de délation ? N’y aurait-il pas une anthologie de la Presse à écrire sur l’orientation des enquêtes journalistiques ? Quant aux journalistes d’investigation, ne trouvent-ils pas généralement que ce qu’on leur donne ou ce que des gens, avec des intérêts bien particuliers, veulent bien leur donner en pâture ? Voici quelques exemples d’une Presse genevoise plutôt complaisante avec la Gauche :

    - l’affaire Pagani : les manipulations du matériel de vote (qui ne peuvent être mis sur le compte d’une distraction, puisque les membres du bureau du Municipal avaient clairement notifié à Rémy Pagani les modifications à apporter) ont rapidement essoufflé la Presse alors même que cet abus de pouvoir a coûté cher aux contribuables ;

    - l’affaire Salerno où un fonctionnaire se serait fait licencier pour avoir refusé de pondre des articles pour le compte personnel de la magistrate ainsi que des commentaires anonymes sur des sites pour servir la campagne de cette dernière. Sans réelles investigations journalistiques, cette affaire s’est rapidement dégonflée ;

    - les affaires d’un procureur qui a poursuivi, il y a quelques années, très loin des procédures. Or, ces dernières ont-elles toujours été menées avec le discernement voulu ? N’ont-elles pas entraîné l’Etat à devoir payer d’exorbitants dédommagements ?

    - les affaires qui ont ébranlé la Conseillère d’Etat, Mme Emery-Torracinta, avant les élections cantonales. Là, il faut reconnaître que cette conseillère d’Etat socialiste n’a guère été épargnée par les attaques disproportionnées de la Presse. Mais, il est bon de rappeler qu’il y a eu des fuites au DIP, dont toute la hiérarchie est socialiste, et que des querelles intestines faisaient alors rage au sein de ce parti. En revanche, dans cette difficile tourmente que traversait Mme Torracinta, la droite n’a pas réclamé la démission de la magistrate. Les erreurs commises par des élus de droite seraient-elles plus condamnables ? Rappelons, tout de même, que cette malheureuse affaire Maudet n’a pas coûté un sou au contribuable, que le conseiller d’Etat ne s’est pas non plus enrichi, et que rien, jusqu’à présent, ne permet d’affirmer qu’il aurait donné des contreparties en échange de ce voyage à Abu Dhabi (qui, entre nous, ne devait pas forcément être une partie de plaisir !).

    Cela étant, pour revenir à M. Thévoz, ce politicien avide de pouvoir, a-t-il des œillères ou ment-il une fois encore lorsqu’il écrit que ce n’est pas une élection qui a amené M. Maudet au pouvoir, mais un serment pris devant le peuple ? Non, Monsieur Maudet a bien été élu au premier tour et à la majorité absolue des votants. Quant à la levée de l’immunité, faut-il rappeler à Sylvain Thévoz que M. Maudet l’a demandée également pour se défendre et répondre aux besoins de la justice !

    Assurément, non content d’injurier Pierre Maudet, Monsieur Thévoz lance des insinuations gratuites contre l’ancien président, François Longchamp. D’ailleurs, l’emploi du mot « deal » est inadmissible et utilisé par les trafiquants de drogues. M. Thévoz, connaît-il par hasard ce milieu pour emprunter ce vocabulaire ?

    Enfin, faut-il rappeler que, en tant que député, M. Sylvain Thévoz a aussi prêté serment de respecter la République, la vérité et de remplir consciencieusement son mandat pour le bien de la patrie. A l’évidence, en lisant sa diatribe, on comprend qu’il est loin d’honorer son serment ! Ses invectives grossières montrent surtout le peu de valeur qu’il accorde à notre système démocratique. Il est vrai que la République mérite d’autres défenseurs que Sylvain Thévoz qui a des méthodes d’Etats totalitaires, où chacun soupçonne l’autre (et le dénonce) d’être un traître à l’Etat, sans connaître le dossier et sans besoin même d’instruction judiciaire ! En fait, ce que défend Thévoz, c’est un Etat fouineur !

    Néanmoins, au lieu de donner des leçons de fausse morale, Monsieur Thévoz ferait mieux de cesser d’être hypocrite, de faire son autocritique et de démissionner de son mandat de député. A cet égard, il n’y aura pas besoin d’élection complémentaire. Tant de camarades “viennent-ensuite” se réjouissent d’occuper avantageusement ce poste que Sylvain Thévoz ne mérite pas.

    Allez, Monsieur Thévoz, un peu de courage !

  • Je ne sais plus où donner de la plume

    Imprimer

    Laisser trop longtemps sa plume dans son étui n’est pas salutaire. Elle tressaille, tressaute et s’irrite d’avoir été mise au rancart.

    Encore engourdie, elle s’offusque d’avoir été délaissée et veut reprendre du service, car elle prétend avoir des “choses” à dire ou plutôt à écrire…

    Je voudrais la retenir, mais impossible, car je lui ai cloué le bec depuis trop longtemps et elle me fait sa crise.

    Bon, sentant qu’elle me glisse entre les doigts, je la laisse s’ébrouer, sachant d’avance qu’elle va exagérer et saisir, en affamée, une grappe pléthorique de sujets.

    Mais, quitte à perdre des plumes, il me faut bien autoriser ma plume à se dissiper, à s’égarer, à tracer peut-être même des “bibelots d’inanité sonore” pour pouvoir, peut-être, retrouver une voix. Reste que je ne sais plus vraiment où donner de la plume. Tant de sujets ! Alors, pas tout à fait par hasard, je choisis trois sujets qui ont défrayé ces temps les médias.

     

    1. Tout d’abord, cette proposition de deux professeurs belges (une vraie blague belge, puisque ce ne peut être un poisson d’avril !) de supprimer l’accord du participe passé au féminin. Ces professeurs n’auraient-ils pas passé de trop longues vacances d’été et éprouvé le besoin, à la rentrée scolaire, de créer un buzz pour exister à nouveau ? En tout cas, certains ont mordu à l’hameçon et se sont mis à gémir sur les difficultés de la langue française en plaidant qu’il faut la changer. On subit déjà, depuis quelques années, les oukases de ceux qui, confondant le genre des mots et le sexe, veulent imposer un langage dit “épicène” si lourdingue qu’on ne parvient plus à débattre de quoi que ce soit sans avoir un redresseur du langage qui censure nos propos au nom de la défense de la cause des femmes. Et, étrangement, ce sont ces mêmes “épicéniens” et ”épicéniennes” qui, offusqués par la complexité de la langue française (qui nuirait à la communication et au “vivre ensemble”) seraient prêts à faire passer à la trappe l’accord féminin du participe passé avec l’auxiliaire avoir ! Heureusement, comme je l’ai déjà écrit dans un billet, « la langue a une vie propre à laquelle on ne peut rien. »

     

    1. L’autre sujet qui m’a fait bondir, c’est cette idée folle qui a saisi le parlement de Neuchâtel, qui a décidé de débaptiser le nom d’une place (l’Espace Agassiz) pour le remplacer par le nom de la première Neuchâteloise élue au Conseil national. Sur ce sujet, lire l’excellent article de Julien Sansonnens (in, Le Temps). 

      Pourquoi, ce changement de toponymie ? Parce que le parlement neuchâtelois a trouvé que M. Agassiz, grand savant du XIXe siècle d’une réputation mondiale, avait émis des propos racistes. Faut-il rappeler que la XIXe siècle (siècle de la science !) s’est passionné pour la phrénologie qui prétendait, avec l’étude de la forme du crâne, pouvoir déceler le caractère d’un être humain (son intelligence, ses dons, etc.) et hiérarchiser les races humaines. Avec nos critères actuels, tout le XIXe siècle serait donc raciste ! Il est donc absurde de s’emparer du passé pour faire triompher ses propres idéologies. L’histoire ne doit pas servir à censurer nos prédécesseurs, mais nous permettre de mieux comprendre notre époque. Se porter en justicier du passé est une lâcheté pour n’avoir pas à penser les problèmes actuels. Cette négation de l’histoire aura des effets boomerangs ravageurs avec des chasses aux “impurs” sans fin. Débaptisera-t-on un jour le collège André-Chavanne sous prétexte que ce conseiller d’Etat était un “trop” bon vivant qui aimait beaucoup boire et… 

    1. Le troisième sujet que je voulais aborder, c’est l’affaire Maudet. Cependant, les salves tirées avec une délectation par des prédateurs et des chacals qui jouissent de voir ce brillant politicien pris les doigts dans le pot de confiture, m’indignent. La faute commise mérite-t-elle que ce conseiller d’Etat y laisse tant de plumes ? Ce sera à la justice de faire son travail en toute indépendance.

     

     

  • Quand le sexe enterre la politique

    Imprimer

    Le Conseil municipal en Ville de Genève élit chaque année son bureau dont trois membres qui assument respectivement : la présidence, la première et la deuxième vice-présidence. À la session du 5 et 6 juin dernier, ce délibératif a accepté majoritairement le projet de délibération « Égalité au Conseil municipal, pour une présidence obligatoirement mixte » (PRD-160). Ce PRD de l’Alternative (plus une signature PDC !) a été soutenu et défendu par la conseillère municipale, Albane Schlechten.

    Avec une mixité obligatoire de la présidence, ce PRD instaure, au sein d’un parlement, une ségrégation fondée sur le genre. Avec une rhétorique remplie de bons sentiments, on a argué qu’imposer la mixité permettrait « d’amorcer des changements sociétaux concrets », et de jouer sur les représentations en donnant aux jeunes femmes des figures d’identification positives. L’adjectif le plus employé dans cette “plaidoirie” a été : « progressiste » ! Il faut être progressiste ! Évidemment, une fois que l’on revendique être dans du progressif, il n’y a plus rien à prouver ni même à répliquer. Émettre quoique ce soit comme réserve ou critique revient à être, irrévocablement, claquemuré dans le camp des conservateurs et des demeurés qui se complaisent dans leur immobilisme. On peut toutefois rester sceptique, face à ce progressisme…

    Chaque époque a ses miroirs aux alouettes. Les femmes, dans les années 70, croyaient se libérer en ôtant leurs soutiens-gorge. Aujourd’hui, la gauche imagine qu’en massacrant la langue (avec son langage épicène !) ou en imposant des quotas, on améliore la condition féminine. Par ailleurs, en portant l’étendard du progressisme, cette gauche croit naïvement que le monde est un fleuve tranquille, et que, inexorablement, la société se bonifie. Or, l’histoire nous offre bien des récits remplis de soubresauts, de crises, de régressions et même d’anéantissements de civilisations. Imaginer que la répression, l’interdiction et la prescription puisse marginaliser davantage les femmes ne semble pas effleurer les esprits de ces militants qui ne peuvent pas s’offrir le luxe du doute.

    Pour revenir à ce PRD, un conseiller municipal s’est interrogé sur les individus qui ne veulent être identifiés ni au genre masculin ni au genre féminin. Que faire dans ce cas-là ? Pour les adeptes de cette mixité imposée, pas de problème ! Car, si des règles et l’imposition de la mixité « agissent comme un accélérateur des changements sociétaux », il faut avancer « par petits pas » (sic !), et « que, pour l’instant, c’est une mixité binaire qui est réclamée par ce projet de délibération, ce qui n’exclut pas qu’à l’avenir, une mixité avec un sens plus large soit défendue au sein du Conseil municipal » (p. 4, in, Rapport PRD-160).

    À dire vrai, ce PRD, outre son aspect sexiste, porte atteinte aux droits politiques et à la liberté de vote. En effet, séparer des candidats en prenant le critère de sexe viole la Constitution de la République et canton de Genève (Art.1 et 15 alinéas 1 et 2). D’ailleurs, aucun organe législatif en Suisse n’a dans son règlement une quelconque disposition pour imposer une mixité des genres. À cet égard, au National, des commissions du Conseil des États et du Conseil national ont refusé récemment un texte visant à instaurer des quotas de genre.

    Ce nouveau règlement, ne met-il donc pas en danger notre démocratie ? En effet, où va s’arrêter cette velléité de sélectionner des candidats à une charge politique avec des critères qui n’ont plus rien à voir avec la politique ? Va-t-on légiférer sur la représentativité des candidats en introduisant des critères comme : l’âge ; le domicile sur la Rive Gauche ou Rive Droite, les indépendants et salariés, l’orientation sexuelle ou encore les porteurs de lunettes et ceux qui n’en ont pas (après tout, on ne voit peut-être pas le monde de la même manière derrière des verres !).

    Par ailleurs, ce projet, qui prétend quitter les stéréotypes, proposer une solution pragmatique, et qui nous invite à être “audacieu-se-x-s” (style épicène !), est mauvais, car il s’inspire de postulats pervers :

    - il postule que les femmes sont un tout homogène, déterminé biologiquement par leur Nature. Ce serait ainsi moins leur engagement politique au sein d’un parti qui orienterait leurs actions qu’une certaine manière de faire de la politique propre à leur sexe ;

    - il enterre la raison politique. Mme Schlechten croit-elle vraiment pouvoir mieux s’identifier à une conseillère municipale femme PLR qu’avec son camarade socialiste, Ulrich Jotterand, assis à côté d’elle ;

    - il accrédite l’idée que la femme serait le “sexe faible”, qui doit être aidé par des lois et des règlements pour accéder à des fonctions supérieures ou de représentation.

    En outre, ce projet pose un problème. Le champ d’application de ce règlement ne porte pas sur le mode de désignation au sein des partis. Dans quelle mesure cette règle de ségrégation peut-elle être imposée à d’autres partis ? Un parti peut avoir ses propres règles à l’interne. Le parti socialiste défend, par exemple, la parité (pas toujours respectée !) entre hommes et femmes pour ses candidats à des élections. Le parti libéral-radical n’autorise pas le double mandat. Le parti Laliste-Femmes 2018 au Grand Conseil n’acceptait que des femmes (on n’ose imaginer le tollé si une liste n’avait inscrit que des hommes !).

    Ironiquement, il faut enfin relever que ce PRD n’a aucune pertinence vu que la présidence a presque toujours été mixte, à quelques exceptions près. Parfois composée uniquement de conseillers municipaux, elle a aussi été entièrement féminine. Quant à cette année, le bureau et la présidence sont composés de 6 femmes pour un homme. C’est dire !

    Assurément, pour cette gauche moralisatrice, toujours prête à donner des leçons, et qui affectionne de réguler toujours plus nos vies, il faut dire et marteler que cette surenchère de lois et de règles nous pourrit la vie !

    Cela étant, il faut espérer que la surveillance des communes abroge ce projet de délibération (PRD-160) contraire au droit supérieur.

     

     

     

     

     

     

  • Mort du DIP !

    Imprimer

    Aujourd’hui, 31 mai 2018, dernier jour du Département de l’instruction publique (DIP) ! Anne Emery-Torracinta (en charge de ce département) a pris la résolution de débaptiser le DIP pour le renommer le DFJ (Département de la formation et de la jeunesse). Cette décision est vraiment malheureuse et m’a profondément heurtée.

    Peut-on, lorsqu’on est en charge de l’école, mettre à la poubelle une terminologie si familière et enracinée dans le paysage genevois au point qu’elle en est devenue un héritage langagier et culturel qui appartient à tous, et qu’il n’est pas tolérable de brader d’une manière si désinvolte. Bien sûr, Anne Emery-Torracinta, en tant que conseillère d’Etat, a la compétence de modifier le nom de son département. Toutefois sa décision est une véritable sottise qui n’augure rien de bon pour cette nouvelle législature.

    Reste que cet irrespect pour les usages et traditions de notre canton reste à questionner. D’où vient cette propension à modifier incessamment les appellations des Services, prestations et départements de l’état ?

    Ces changements (qui envahissent particulièrement le DIP !) s’imposent parfois d’une manière cohérente, suite à une réorganisation des départements. Par exemple, le département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé (DEAS) de la précédente législature, devient le département de l’emploi et de la santé (DES) attribué à Mauro Poggia, car les affaires sociales rejoignent le nouveau département de la cohésion sociale (DCS), attribué à M. Apothéloz.

    D’autres fois, en revanche, ces changements d’appellations visent d’autres buts dont il s’agit de ne pas être dupe, parmi lesquels :

    1. Donner l’illusion qu’on change des pratiques sans avoir besoin de les penser et encore moins de songer à les modifier ! En bref, cela permet, à des démagogues, de prétendre réformer un Service pour le moderniser, pour le faire évoluer tout en restant dans l’immobilisme. Ces changements servent alors d’écrans pour masquer une forme de déficience (ou paresse) dans la gestion des affaires publiques ;
    2. Détourner le public de tout débat ! Avec ces modifications terminologiques et nouveaux sigles, le public a l’impression d’être largué, de ne plus comprendre de quoi on parle. Par exemple, au primaire, le maître d’appui (qui apporte un appui auprès des élèves en difficultés d’apprentissage) est passé d’enseignant déchargé de tenue de classe à généraliste non titulaire de classe (GNT) où seuls les initiés peuvent s’entendre ;
    3. Faire place nette et évacuer toute référence à un passé pour s’autoproclamer novateur. C’est une stratégie très efficace dans des enjeux de pouvoir où la revendication d’être dans du neuf assigne, à ceux qui contestent cette nouveauté, une place de passéistes qui ne savent pas s’adapter au changement du monde ;
    4. Utiliser la langue comme arme pour imposer sa vision du monde en l’occurrence, là, de l’école. Comme l’a magistralement bien analysé Jean-Romain (in "Invité" de la TdG du 29 mai), la suppression du terme « instruction » et de l’adjectif « publique » n’est pas anodine. En remplaçant le mot « instruction » par « formation », on modifie la perception de l’école. On ne met plus l’accent sur sa mission d’instruire (en transmettant à tous les élèves des savoirs inscrits dans un programme scolaire), mais on envisage l’école comme un lieu parmi d’autres où l’on vient se former !

    Plier le langage pour imposer ses idéologies. C’est ainsi que l’école a congédié le maître pour accueillir l’enseignant qui sera peut-être dans un proche avenir remplacé par le formateur ou l’animateur socio-scolaire…

    Résistons à ces modifications qui, non seulement gaspillent l’argent public (changement des programmes informatiques, des entêtes des papiers à lettre, etc.), mais encore ambitionnent de “dé-former” les esprits, et continuons à parler du DIP.

    Le Genevois sait bien râler et entrer en résistance. Plus de 20 ans qu’on a voulu supprimer les “Promotions” pour les remplacer par la “Fête des écoles”! Mais, heureusement, le peuple n’aime pas qu’on le prive de ses traditions...

     

     

  • Se “victimiser” pour devenir un super-héros !

    Imprimer

    C’est dans l’air du temps : violer les lois d’un pays, défier la justice d’un Etat de droit (au nom d’une noble cause !) et clamer n’être qu’un « bouc émissaire ».

    C’est l’attitude adoptée par deux jeunes suisses, Bastien et Théo, arrêtés à Briançon et poursuivis par l’Etat français pour « aide à l’entrée d’étrangers en situation illégale sur territoire nationale et en bande organisée ». Mais, les prévenus, disent être « criminalisés pour avoir montré de la compassion » (propos de Théo, repris comme titre dans l’article de Marie Prieur, in TdG du vendredi 25 mai 2018).

    Si ces jeunes, animés d’un idéal humanitaire, ont seulement participé à une manifestation, les avoir conduits menottés à la prison des Baumettes à Marseille est un traitement inique, puisque la liberté de manifester (si abondamment utilisée dans l’Hexagone !) est inscrite dans la Convention européenne des droits de l’homme dont la France est non seulement signataire, mais plus encore la patrie des droits de l’homme (euh pardon, faut dire, pour les censeurs de gauche, les « droits humains » - à distinguer des droits bestiaux - ce qui va fâcher les antispécistes !!!).

    Bon, ces trois jeunes (Bastien, Théo et Eleonora, une ressortissante italienne) ont été remis en liberté une dizaine de jours plus tard « sous contrôle judiciaire strict ». Cela signifie qu’ils ne sont pas autorisés à quitter le territoire français ni à s’exprimer publiquement jusqu’à leur procès fixé au 31 mai, et qu’ils doivent se présenter quotidiennement à la police ou gendarmerie (in Le Temps). Logés chez des proches, ces jeunes sont donc actuellement dans une situation plus confortable.

    Toutefois, dans une conférence de presse du 24 mai, à Annemasse, Théo (en bravant avec son camarade l’interdiction qui leur est faite de s‘exprimer publiquement) se plaint : « on prend nos vies en otage pendant plus d’un mois. Nous ne pouvons même pas rentrer chez nous ».

    Ces déclarations, faites à la presse, montrent que ces jeunes ont quelques difficultés avec le principe de réalité. Non seulement, ils transgressent l’interdiction imposée par la justice française de s’exprimer publiquement, en arguant que : « l’Etat n’a pas le droit de nous museler » (Théo, in TdG du 25.5.18). Mais encore, ils sapent la défense de leur avocat qui a déclaré que « Théo et Bastien étaient juste de passage pour voir des amis à Clavière […] ils ne sont pas connus des réseaux de soutien aux migrants » (in Reporterre). En effet, Theo dans la conférence de presse a défendu cette action militante (qui aurait permis l’entrée en France de 30 à 40 migrants). Arborant sur son tee-shirt le slogan « Le capitalisme, c’est has been » (bel anglicisme du consumérisme !), Théo spécule sur les combats qu’il compte mener : liquider le capitalisme responsable de la migration, de l’esclavage colonial et impérial ainsi que des frontières et des États-nations (sic !). « Tout cela est pour nous à déconstruire » conclue-t-il (in TdG). Un “nous” abstrait ; inclue-t-il son camarade Bastien ou une communauté plus large ?

    Théo a de grandes ambitions, mais il oublie que la liberté a toujours un prix, et qu’être activiste politique est un engagement qui peut orienter (voire faire basculer, comme en témoignent magistralement les romans de Kundera, dont « Risibles amours ») toute une vie.

    En Suisse, les objecteurs de conscience, qui refusaient (jusque la création du service civil) de faire leur école de recrue, savaient qu’ils seraient emprisonnés. Ils acceptaient ce prix à payer même s’il avait des incidences sur leurs études ou entrée dans le monde du travail.

    Régis Debray, engagé aux côté du Che Guevara, n’était pas un combattant du dimanche. Il en paiera le prix fort… Si je cite Régis Debray, c’est que ce brillant philosophe a écrit, presque 50 ans après sa période de guérilléro, un remarquable petit essai : « Éloge des frontières » (2010, Gallimard). Pour Debray, les frontières protègent de la vie extérieure, permettent de lutter contre l’uniformisation et produisent du sens. Elles se distinguent absolument des murs, car « le mur interdit le passage, la frontière le régule ».

    Si seulement Théo et Bastien pouvaient lire l’« Éloge des frontières », ils comprendraient qu’il est acceptable (et même vital) qu’un pays ait des frontières. Un Etat de droit doit défendre ses frontières. Sans régulation, on ouvre la porte à tous les abus, y compris à la traite des êtres humains, piégés par des passeurs cupides et criminels.

    Que Bastien et Théo puissent bénéficier de la clémence d’un juge, c’est ce que je leur souhaite ! Mais, que cet épisode judiciaire leur donne plus de clairvoyance dans leur engagement envers les démunis et les migrants !

     

     

    Lien permanent Catégories : Actualités, Air du temps, politique 48 commentaires
  • Liberté d’importuner ou liberté de draguer ?

    Imprimer

    Les propos de Christine Bard, recueillis par Faustine Vincent, (in Le Monde) et publiés aujourd’hui dans Le Temps sous le titre : « Une rhétorique antiféministe », sont édifiants, tant ils manquent d’une retenue qu’on pourrait attendre de la part d’une historienne.

    Dans cet article, Christine Bard, « historienne et spécialiste du féminisme », dénonce avec animosité la tribune d’un collectif de 100 femmes dont fait partie Catherine Deneuve, qui défend, en réaction au mouvement planétaire «#balancetonporc »,  la « liberté d’importuner ».

    Et bien, toute spécialiste du féminisme que soit Mme Bard, je qualifie sa rhétorique, à elle, de « rhétorique militante d’intimidation ».

    En effet, cette intellectuelle a l’outrecuidance de décrire son féminisme de « processus révolutionnaire en marche, fragile, mais qui change et changera nos sociétés de fond en comble ». Avec un ton outrancier, cette ardente militante de la cause du genre brandit l’étendard d’un monde neuf pour dénigrer ceux qui n’approuveraient pas le féminisme, « ce processus révolutionnaire en marche ».

    Ainsi, pour elle, les voix résistantes, qui peuvent même venir de femmes (« car il y a toujours eu des femmes antiféministes qui ont craint ces changements et estimé dangereuses les revendications féministes ») ne se rallieraient pas au mouvement « #MeToo » par crainte du changement ! Bref, ces voix contestataires seraient celles des pleutres !

    Un tel radicalisme me fait frémir, d’autant plus lorsqu’il est promu par une historienne. La tâche première de l’historien n’est-elle pas de faire entendre des voix oubliées ou minoritaires pour restituer la complexité de toute théorie et opinion ?

    Or, plus grave encore, Christine Bard, dans un style de propagande dont l’histoire a connu ses heures obscures, manipule le récit du féminisme. En effet, retraçant trois vagues historiques du féminisme, cette experte se garde bien de citer l’engagement de Catherine Deneuve dans ce qu’elle décrit comme la deuxième vague du féminisme, celle « des années 1968 à la fin du XXe siècle, (qui) a mis la sexualité et le droit de disposer de son corps au cœur de son combat ».

    Oser traiter Catherine Deneuve et la tribune de ce collectif d’antiféministes, en occultant que l’actrice a eu le courage d’être l’une des signataires du manifeste des 343, est une imposture intellectuelle. Pour rappel, le « manifeste 343 », publié dans le Nouvel Observateur en 1971, fut signé par 343 Françaises qui déclaraient s’être fait avorter.

    Manisfeste des 343 salopes.jpeg

    Or, à cette époque, l’avortement en France était illégal et les contrevenantes s’exposaient à des poursuites pénales, qui pouvaient aller jusqu’à l’emprisonnement. Catherine Deneuve fait ainsi partie de ces femmes courageuses, qui furent injuriées, appelées même « les 343 salopes » ! Elle a pris des risques pour dépénaliser l’avortement en France et permettre aux femmes de disposer de leur corps. Par ailleurs, sa vie, si libre, montre que, pour cette femme, le respect mutuel et l’égalité des sexes ne sont pas un verbiage creux.

    Le ton de moralisatrice qu’adopte Christine Bard, qui prétend « construire un nouveau monde », est insoutenable. Cette logorrhée qui veut purifier nos existences, outre qu’elle pollue nos existences, est mortifère. L’histoire ne nous donne-t-elle aucune leçon ? N’avons-nous plus aucune mémoire des régimes totalitaires (de gauche ou de droite) : nazisme, stalinisme, maccarthysme, Khmers rouges… qui avaient tous pour ambition de purifier la Société ? Apparemment, cette historienne, trop enfermée dans son militantisme, oublie de faire de l’histoire.

    Où nous mènera cette moralisation obsédante ? Faudra-t-il, après avoir ôté la cigarette de Lucky Luke, détruire les peintures dans lesquelles la femme alanguie, évoque des poses séductrices (Rubens et les autres), interdire les films qui donnent une mauvaise image de la femme (Belle de jour, Portier de nuit et bien des Hitchcock …). Bref, pour moi, pas de doute, entre une intellectuelle qui nous expose une pensée bien convenue, marquée par notre époque puritaine et moralisatrice et une Catherine Deneuve qui ose déplaire, je choisis celle qui défend la liberté.

    Néanmoins, je n’aime pas l’expression « la liberté d’importuner ». Dans une société civilisée, la courtoisie devrait régler nos conduites et nous retenir d’importuner.

    J’aurais préféré que cette tribune des 100 femmes défende, pour tous,  « la liberté de draguer ! »

     

     

     

     

  • Harcèlement collectif

    Imprimer

    A Genève, mais il semble que ce phénomène enfle partout en Europe, on n’ose plus se souhaiter un « Joyeux Noël ». Je ne parle pas des vœux des administrations publiques ni même de ceux des commerçants, mais des échanges entre voisins, amis et connaissances. La formule qui s’est imposée, c’est le « bonne(s) fête(s) », abstraite, floue dont on ne sait si elle est au singulier ou au pluriel. Ce flou permet peut-être d’inclure le Nouvel An, mais annihile à coup sûr Noël.

    Cette autocensure est affligeante. Cette peur de ne pas heurter l’Autre (le non chrétien) est gravissime et génératrice de violence. En effet, la laïcité n’est pas la persécution du religieux et encore moins la destruction de nos racines. Or, la Suisse et l’Europe ont des racines chrétiennes. Vouloir les extirper entraînera le retour du refoulé avec la violence de celui qui a été dépossédé de son identité, arraché de sa culture et contraint de se soumettre aux tyrannies des “bien-pensants” qui exercent leurs censures et dogmatisme en nous dictant de nouveaux codes langagiers.

    Il n’y a en effet plus un jour sans que l’on nous ôte notre liberté d’expression et nous harcèle avec une novlangue qui censure certains mots et expressions de la langue française. Par exemple, nous ne pourrions plus utiliser la belle et noble expression des “Droits de l’Homme”, mais celle des “droits humains”. Or, cette dernière s’oppose, en fait, aux droits bestiaux et rabaisse l’homme dont le statut devient comparable à celui des bêtes. Même insulte avec le langage épicène et l’écriture inclusive sur lesquels j’ai déjà écrit plusieurs billets !

    Ces coercitions et moralisation de notre société polluent nos existences. Avec Noël, on débouche sur des contorsions ahurissantes. Noël reste, publiquement, autorisé, pour autant qu’il ne soit plus nommé. Car, évidemment, on ne veut pas l’interdire puisqu’il permet, pour les marchands, de réaliser de beaux chiffres d’affaires. Il s’agit donc de maintenir cet événement, mais en le dépouillant de ses “oripeaux” religieux pour que ne reste que l’aspect commercial : les cadeaux, la dinde, le Père Noël[1] et surtout le sapin.

    Le sapin deviendrait même la quintessence de Noël d’après Alain Bouquet, directeur général de l’enseignement obligatoire dans le canton de Vaud. Ce dernier aurait en effet interdit, dans les écoles vaudoises, toute crèche (« car c’est indéniablement un objet symbolique religieux par la présence de l’enfant Jésus »), mais admis le sapin, car : « C’est un vrai symbole laïque, qui fait figure d’emblème neutre de la nativité » (cité par Patrice Favre, in Echo Magazine du 21 décembre 2017 et sur le Portail catholique suisse).

    Mais, que signifie ce geste si ce n’est une volonté d’acculturer nos jeunes, de les couper de leurs racines pour les rendre amnésiques et niais (et plus malléables !). Viendra peut-être un jour, pas si lointain, où un jeune, passant devant le Christ en croix, s’exclamera : « mais, c’est qui ce mec-là ? ». Or, comme le rappelle René Girard, ce ne sont pas les différences qui génèrent la violence, mais, l’annulation des singularités, qui favorise le désir mimétique. Gommer nos différences pour imposer un univers “propre”, hygiéniste, sans aspérité où règne l’indifférenciation générale avec des rituels imposés à tous, dépouillés de tout sens, c’est favoriser le fanatisme.

    Faire croître des êtres hors sol culturel en ne leur léguant pas les héritages de leurs ancêtres ou du lieu dans lequel ils vivent, c’est fabriquer un monde infantile à la Walt Disney. Or, rien de plus dangereux que cette violence du calme qui, lorsqu’elle éclate, n’a plus de limite !

    A suivre le directeur général de l’enseignement obligatoire dans le canton de Vaud, les écoliers pourront continuer, pour “le vivre ensemble” (selon l’expression chérie de la gauche), à parer le sapin, le couvrir de guirlandes et l’illuminer de bougies, mais sans mentionner que cette illumination symbolise la naissance de l’Enfant-Jésus venu sur terre pour apporter la paix et l’amour. Ils seront autorisés et même encouragés à chanter « Mon beau sapin, roi des forêts », mais interdits de chanter « Il est né le divin enfant… ». Bref, l’appel du directeur général de l’enseignement obligatoire dans le canton de Vaud n’est rien de moins qu’une incitation à devenir idolâtre en vouant un culte au sapin !

    Quelle régression pour notre société !

    Alors tant pis, je serai insolente, mais permettez-moi de vous souhaiter à tous un :

                                                             « Joyeux Noël » !

    e88958678b0b0ec6ba24a8413c5c90e1--the-nativity-christmas-postcards.jpg

     

     

    [1] ** Encore que, au nom de l’égalité des sexes, la survivance du Père Noël risque aussi d’être remise en cause. A moins que, par alternance, il puisse y avoir une Mère Noël !

     

     

  • Ces accusations d’agression sexuelle qui inondent les médias

    Imprimer

    Les accusations de viol, harcèlement sexuel, qui inondent les médias me procurent un profond malaise. Je réalise bien que ces accusations puissent venir d’une parole qui se libère, et qu’elles permettent aux victimes d’un traumatisme (d’autant plus profond si l’agression a été commise par un professeur sur son jeune élève !) de redresser la tête, de retrouver leur dignité et éventuellement confiance en elles.

     

    Lire la suite

  • Si toutes les “garses” du monde francophone marchaient la main dans la main…

    Imprimer

    L’Académie française a raison de clamer son hostilité envers la langue dite épicène et l’écriture inclusive. Vouloir plier la langue pour défendre une cause politique (fût-elle la meilleure !) est une imposture. Certes, la langue n’est pas immuable. Elle subit des mutations : des mots deviennent désuets, changent de définitions et peuvent être évincés du dictionnaire pour faire place à d’autres mots qui s’immiscent dans nos habitudes langagières ou sont créés pour désigner de nouvelles réalités (scientifiques, techniques, artistiques…).

    Lire la suite

  • Professeur de droit pas très catholique

    Imprimer

    Nouveau rebondissement en Ville de Genève ! Un recours contre l’arrêt de la Chambre constitutionnelle de la Cour de justice est déposé formellement aujourd’hui au Tribunal fédéral par le professeur honoraire à l’Université de Genève, Andreas Auer. Pour rappel, la Cour a annulé le vote populaire du 24 septembre pour cause de graves irrégularités. En effet, « le fascicule d’explications pour le vote n’était pas conforme à la loi et à la garantie constitutionnelle des droits politiques ».

    Lire la suite

  • Pauvre France…

    Imprimer

    Vu (pas vraiment entendu !) de Suisse, le débat entre les deux candidats pour la présidence française laisse sans voix !

    Au lendemain de ce pitoyable spectacle, les sondages désignent (bien que l’on fasse dire ce que l’on veut aux sondages !) Macron comme vainqueur de ce “débat”.

    Lire la suite